11/06/2024 reseauinternational.net  9 min #250271

L'essentiel de la rencontre de Vladimir Poutine avec les chefs des agences de presse mondiales dans le cadre du Spief

Les trois messages clés de Saint-Pétersbourg à la Majorité mondiale

par Pepe Escobar

En cette année de présidence russe des BRICS, le Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF) se devait d'offrir quelque chose de spécial.

Et c'est ce qu'il a fait : plus de 21 000 personnes représentant pas moins de 139 pays - un véritable microcosme de la Majorité mondiale - ont discuté de toutes les facettes de l'évolution vers un monde multipolaire, multinœudal (mes italiques) et polycentrique.

Saint-Pétersbourg, au-delà du réseautage et des transactions frénétiques - 78 milliards de dollars ont été négociés en seulement trois jours - a formulé trois messages clés interdépendants qui résonnent déjà dans toute la Majorité mondiale.

Message numéro un

Le président Poutine, «Russe européen» et véritable fils de cette merveille historique éblouissante et dynamique au bord de la Neva, a prononcé un  discours extrêmement détaillé d'une heure sur l'économie russe lors de la session plénière du forum.

Ce qu'il faut retenir : alors que l'Occident collectif a lancé une guerre économique totale contre la Russie, l'État-civilisation a renversé la situation et s'est positionné comme la  4ème économie mondiale en parité de pouvoir d'achat (PPA).

Poutine a montré comment la Russie dispose encore du potentiel nécessaire pour lancer pas moins de neuf changements structurels radicaux - à l'échelle mondiale - une campagne tous azimuts impliquant les sphères fédérale, régionale et municipale.

Tout est en jeu : du commerce mondial et du marché du travail aux plateformes numériques, en passant par les technologies modernes, le renforcement des petites et moyennes entreprises et l'exploration du potentiel phénoménal, encore inexploité, des régions russes.

Ce qui est apparu clairement, c'est la manière dont la Russie a réussi à se repositionner au-delà du tsunami des sanctions - illégitimes - pour établir un système solide et diversifié orienté vers le commerce mondial - et totalement lié à l'expansion des BRICS. Les États amis de la Russie représentent déjà les trois quarts du chiffre d'affaires commercial de Moscou.

L'accent mis par Poutine sur la volonté accélérée de la Majorité mondiale de renforcer sa souveraineté était directement lié au fait que l'Occident collectif fait de son mieux - plutôt, son pire - pour saper la confiance dans leur propre infrastructure de paiement.

Ce qui nous amène à...

Glazyev et Dilma mènent la barque.

Message numéro deux

C'était sans doute la principale avancée à Saint-Pétersbourg. Poutine a énoncé la manière dont les BRICS travaillent sur leur propre infrastructure de paiement, indépendamment des pressions/sanctions de l'Occident collectif.

Poutine a eu une  réunion spéciale avec Dilma Rousseff, présidente de la Nouvelle banque de développement (NDB) des BRICS. Ils ont discuté en détail du développement de la banque - et surtout, comme l'a confirmé plus tard Mme Rousseff, de The Unit, dont les lignes directrices ont été  révélées pour la première fois en exclusivité par Sputnik : une forme apolitique et transactionnelle de paiements transfrontaliers, ancrée dans l'or (40%) et les monnaies des BRICS+ (60%).

Le lendemain de sa rencontre avec Poutine, la présidente Dilma a eu un entretien encore plus crucial à 10 heures du matin dans un salon privé du SPIEF avec Sergey Glazyev, le ministre de la Macroéconomie de l'Union économique eurasiatique (UEEA) et membre de l'Académie des sciences de Russie.

Glazyev, qui avait déjà apporté un soutien académique total au concept de The Unit, a expliqué tous les détails à la présidente Dilma. Tous deux se sont montrés très satisfaits de cette rencontre. Une Rousseff rayonnante a révélé qu'elle avait déjà discuté de The Unit avec Poutine. Il a été convenu qu'une conférence spéciale sur The Unit se tiendrait en septembre à la NDB à Shanghai.

Cela signifie que le nouveau système de paiement a toutes les chances d'être sur la table lors du sommet des BRICS en octobre à Kazan, et d'être adopté par les BRICS 10 actuels et les BRICS+ élargis dans un avenir proche.

Et maintenant...

Message numéro trois

Bien entendu, il s'agit des BRICS - dont tout le monde, Poutine notamment, a souligné qu'ils allaient être considérablement élargis. La qualité des sessions relatives aux BRICS à Saint-Pétersbourg a démontré que la Majorité mondiale se trouve aujourd'hui face à un moment historique unique - avec la possibilité réelle, pour la première fois au cours des 250 dernières années, de se lancer à fond dans un changement structurel du système mondial.

Et il ne s'agit pas seulement des BRICS.

Il a été confirmé à Saint-Pétersbourg que pas moins de 59 pays - et ce n'est pas fini - ont l'intention de rejoindre non seulement les BRICS, mais aussi l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) et l'Union économique eurasiatique (UEEA).

Il n'y a rien d'étonnant à cela : ces organisations multilatérales se sont enfin imposées en première ligne de la marche vers un «monde multipolaire» multinœudal (c'est moi qui souligne) - et pour citer Poutine dans son discours - «harmonique».

Les principales sessions pour référence ultérieure

Tout ce qui précède a pu être suivi en direct pendant les deux jours et demi frénétiques de sessions du forum. Voici un échantillon des sessions les plus intéressantes. Les diffusions devraient être très utiles en tant que références pour la suite - jusqu'au sommet des BRICS en octobre, et au-delà.

Sur la  Route maritime du Nord (RMN) et l'expansion de l'Arctique. La meilleure devise de la session : «Nous avons besoin de brise-glaces !» La discussion essentielle pour comprendre comment les chaînes d'approvisionnement actuelles du commerce mondial ne sont plus fiables et comment la RMN est plus rapide, moins chère et fiable.

Sur  l'expansion commerciale des BRICS.

Sur  les objectifs des BRICS pour un véritable Nouvel Ordre Mondial.

Sur  les 10 ans de l'UEEA.

Sur  l'intégration plus étroite entre l'UEEA et l'ANASE.

La table ronde des BRICS+ sur le  corridor de transport international nord-sud (INSTC).

Cette session était particulièrement cruciale. Les acteurs clés de l'INSTC sont la Russie, l'Iran et l'Inde, tous membres des BRICS. Les acteurs en marge qui profiteront de l'INSTC - du Caucase à l'Asie centrale et méridionale - sont déjà intéressés à faire partie des BRICS+. Igor Levitin, l'un des principaux conseillers de Poutine, a joué un rôle clé dans cette session.

Le  Grand Partenariat eurasiatique (GEP).

Il s'agissait d'une discussion essentielle sur ce qui est éminemment un projet de civilisation, contrairement à l'approche collective d'exclusion de l'Occident. La discussion montre comment le GEP s'articule avec l'OCS, l'UEEA et l'ANASE et souligne l'inévitable complémentarité des transports, de la logistique, de l'énergie et de la structure des paiements dans toute l'Eurasie. Glazyev, le vice-Premier ministre Alexey Overchuk et l'ancienne ministre des Affaires étrangères autrichienne Karin Kneissl - toujours très perspicace - sont des participants clés. Extra - étonnant - bonus : Adul Umari, ministre du travail par intérim dans l'Afghanistan des Taliban, interagissant avec ses partenaires d'Eurasie.

Sur  la philosophie de la multipolarité.

D'un point de vue conceptuel, cette session interagit avec la session du GEP. Elle offre la perspective d'un dialogue inter-civilisationnel concis dans le cadre des BRICs+. Alexandre Douguine, l'irrépressible Maria Zakharova et le professeur Zhang Weiwei de l'université de Fudan figurent parmi les participants.

Sur  la polycentricité. Cela concerne toutes les institutions de la Majorité mondiale : BRICS, OCS, UEEA, CEI, OTSC, CICA, Union africaine, Mouvement des non-alignés renouvelé. Glazyev, Maria Zakharova, le sénateur Pushkov et Alexey Maslov - directeur de l'Institut d'études asiatiques et africaines de l'Université d'État de Moscou - discutent de la manière de construire un système polycentrique de relations internationales.

Le projet Ukraine au bord du gouffre...

Enfin, il est inévitable d'opposer l'ambiance - pleine d'espoir et de bon augure - du SPIEF à l'hystérie collective de l'Occident face à l'échec du projet ukrainien. Poutine a été très clair : la Russie l'emportera, quoi qu'il arrive. L'Occident collectif peut raviver «la solution d'Istanbul», comme l'a noté Poutine, mais modifiée «sur la base de la nouvelle réalité» sur le champ de bataille.

Poutine a également habilement désamorcé toute la paranoïa nucléaire préfabriquée et absurde qui infeste les cercles atlantistes.

Pourtant, cela ne suffira pas. Dans les couloirs bondés du SPIEF et lors des réunions informelles, les participants étaient parfaitement conscients du  bellicisme de l'Hégémon, alimenté par le désespoir et présenté comme de la «défense». Il n'y avait aucune illusion sur le fait que la démence actuelle, présentée comme une «politique étrangère», parie sur un génocide non seulement pour le bien du «porte-avions» au Moyen-Orient, mais surtout pour contraindre la Majorité mondiale à la soumission.

Cela soulèverait la possibilité sérieuse que la Majorité mondiale doive construire une alliance militaire pour dissuader cette guerre mondiale - planifiée.

Russie-Chine, bien sûr, plus l'Iran et une dissuasion arabe crédible - le Yémen montrant la voie : tout cela pourrait devenir essentiel. Une alliance militaire de la Majorité mondiale devra se manifester d'une manière ou d'une autre : soit avant la catastrophe - imminente et planifiée - pour l'atténuer, soit après qu'elle aura totalement englouti l'Asie occidentale dans une guerre monstrueuse et vicieuse.

Il est inquiétant de constater que nous sommes peut-être sur le point d'en arriver là. Mais au moins Saint-Pétersbourg a offert des lueurs d'espoir. Poutine : «La Russie sera le cœur du monde multipolaire harmonique». Voilà comment conclure un discours d'une heure.

 Pepe Escobar

source :  Sputnik Globe

 reseauinternational.net

 Commenter
newsnet 2024-06-11 #14152
Une alliance militaire de la Majorité mondiale devra se manifester d'une manière ou d'une autre : soit avant la catastrophe - imminente et planifiée - pour l'atténuer, soit après qu'elle aura totalement englouti l'Asie occidentale dans une guerre monstrueuse et vicieuse.

Référencé par :

1 article