11/07/2024 reseauinternational.net  3min #252384

Netanyahou évitera l'escale en Europe pour se rendre aux États-Unis par crainte d'un mandat d'arrêt de la Cpi

par The Cradle

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou ne fera pas escale en Europe par crainte d' un mandat d'arrêt imminent de la Cour pénale internationale (CPI) pour son rôle dans le génocide des Palestiniens à Gaza, selon des informations diffusées par les médias israéliens.

Le bureau du Premier ministre a récemment «étudié» la possibilité de faire escale en Europe lorsqu'il se rendra dans la capitale américaine pour prononcer un discours devant le  Congrès américain le 24 juillet.

La chaîne israélienne Kan a révélé qu'après avoir envisagé plusieurs options, Netanyahou a décidé de prendre un vol direct pour Washington avec un nombre limité de passagers à bord, car l'«aéronef de Sion» n'est pas en mesure d'effectuer un vol transatlantique avec le maximum de passagers à bord.

D'autres options consistaient à solliciter une escale dans des pays «plus proches» d'Israël, tels que la République tchèque ou la Hongrie. Cependant, Netanyahou a préféré s'abstenir et se rendre directement à Washington.

Netanyahou et son ministre de la Défense, Yoav Gallant, sont accusés de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité commis à Gaza, notamment d'avoir affamé des civils comme méthode de guerre, d'avoir délibérément causé de grandes souffrances, d'avoir délibérément tué, attaqué intentionnellement une population civile et mené des actes d'extermination, entre autres accusations.

 De nombreux alliés les plus proches d'Israël, dont l'Allemagne, ont confirmé qu'ils appliqueraient le mandat d'arrêt de la CPI à l'encontre du Premier ministre s'il se rendait dans le pays et que le mandat était délivré.

De même, le gouvernement nouvellement élu du Royaume-Uni devrait  renoncer à ses démarches légales visant à retarder l'exécution par la CPI du mandat d'arrêt délivré à l'encontre de responsables israéliens.

Si les juges de la CPI de la Chambre préliminaire valident les mandats d'arrêt contre Netanyahou et Gallant, ce sera une première pour la Cour à l'encontre d'un dirigeant soutenu par l'Occident. Par le passé, la Cour n'a délivré de mandats d'arrêt que contre des dirigeants considérés comme des adversaires de l'Occident, notamment le président russe Vladimir Poutine et le défunt dirigeant libyen Mouammar Kadhafi.

La CPI n'a aucun moyen de faire aboutir les mandats d'arrêt. Toutefois, les 124 États membres de la Cour, dont l'ensemble des États membres de l'Union européenne, seraient tenus d'arrêter toute personne faisant l'objet d'un mandat d'arrêt sur leur territoire.

Israël n'est pas membre de la CPI. Toutefois, l'État de Palestine s'est vu accorder le statut de membre en 2015. La Cour peut donc enquêter sur les Israéliens pour des crimes commis dans les territoires palestiniens occupés, notamment à Gaza, en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

source :  The Cradle via  Spirit of Free Speech

 reseauinternational.net

 Commenter