08/04/2020 3 articles reseauinternational.net  12 min #171912

Les yeux grands ouverts : Les « maîtres de l'univers » vont-ils remarquer que plus personne ne les prend au sérieux ?

🇬🇧

par Alastair Crooke.

L'intrusion d'un événement totalement étranger - comme une pandémie - dans un statu quo donné ne le brise pas nécessairement, en soi. Mais elle met cruellement en évidence les lacunes et le fonctionnement du statu quo existant. Elle les montre, non seulement nus, mais aussi avec ses coulisses sombres et ses versements aux entreprises et aux amis de Wall Street à peine légaux soudainement mis en avant.

Fyodor Dostoïevski présente dans « Les Frères Karamazov » une allégorie qui peut s'appliquer à notre époque, mais qui se déroule à Séville, à l'époque la plus terrible de l'Inquisition, lorsque des feux étaient allumés chaque jour à la gloire de Dieu (plutôt qu'à la « gloire de Mammon » aujourd'hui), et dans ce splendide autodafé, lorsque de méchants « hérétiques » étaient brûlés vifs. Le livre a été publié en 1880.

Dans cette ville se produit un événement tout à fait étranger (disons non humain), qui perturbe profondément la société : Les citoyens sont soudainement arrachés à leur quotidien monotone pour voir le statu quo sous un nouveau jour - mais maintenant avec les yeux grands ouverts.

Le Grand Inquisiteur de Séville est indigné. Cet événement extérieur risque de gâcher son statu quo soigneusement élaboré :

« Oh, nous les persuaderons [les citoyens de Séville] qu'ils ne deviendront libres que lorsqu'ils auront renoncé à leur liberté et se seront soumis à nous. Et aurons-nous raison, ou mentirons-nous ? Ils seront convaincus que nous avons raison... En recevant du pain de notre part, ils verront clairement que nous leur prenons le pain fait de leurs mains - [seulement] pour le leur rendre... En vérité, ils seront plus reconnaissants de l'avoir pris de nos mains - que pour le pain lui-même ! Trop bien, ils connaîtront la valeur d'une soumission complète ! Nous leur montrerons qu'ils sont faibles, qu'ils ne sont que des enfants pitoyables, mais que le bonheur enfantin est le plus doux de tous.

Nous leur pardonnerons leurs péchés, nous leur permettrons de s'occuper de leurs vices. Nous surveillerons tout, nous réglementerons tout, nous ordonnerons et nous légiférerons pour tout - et nous serons aussi leur conscience - afin qu'ils n'aient pas à se donner le mal de penser, à trop réfléchir ; ou, à être obligés de prendre des décisions. Ils n'existent que pour nous servir, nous, l'élite qui les gouverne : Les millions, aussi nombreux que les sables de la mer, qui sont faibles, ne doivent exister que pour l'élite qui les gouverne. Dans ce mystère, dit le Grand Inquisiteur, « se trouve le grand secret du monde ».

Eh bien, nous y voilà : Nous avons un événement étranger : le Covid-19. Il est différent, bien sûr. L'Inquisiteur a littéralement brûlé la menace (vivante), pour l'ordre existant à Séville. De même, nos « élus » d'aujourd'hui s'efforcent également de préserver le statu quo. Et ce, pour des raisons très similaires à celles de l'Inquisiteur.

Les élites d'aujourd'hui sont cependant confrontées à un paradigme beaucoup plus complexe : Nous parlons ici davantage des conséquences du Covid-19 sur la psychologie humaine collective que de l'efficacité des mesures prises, ou non, par la Fed ou les Banques Centrales du G7. La menace de Séville, fondamentalement, portait sur la transformation psychologique : « L'événement » de Séville a incité les citoyens à s'interroger sur le sens de leur vie et à douter de l'action humaine (et de « l'action » de l'élite, en particulier). Cela ne s'est pas bien terminé en Russie - ni pour les inquisiteurs, en fin de compte.

La question pour les gouvernements - au fond - est de savoir comment ressusciter une économie qui a été mise en hibernation. Les dirigeants occidentaux craignent que si elle n'est pas réveillée - et rapidement - il puisse y avoir des dommages permanents à l'infrastructure de l'économie réelle - et par conséquent, une série de défaillances menant à une possible crise financière, ou à l'implosion (c'est-à-dire des remparts pour le statu quo). Ainsi, on entend beaucoup dire aujourd'hui que le remède est pire que la maladie, c'est-à-dire qu'une économie verrouillée peut être plus néfaste que de laisser des gens mourir du Covid-19.

Mais le paradoxe ici est que les élites n'ont pas d'agence. Ce n'est pas la guerre contre la terreur. Il n'y a personne à blâmer (même si les États-Unis voudraient mettre le Covid-19 sur le dos de la Chine) : « Ce n'est pas nous qui avons commencé ». La « mort » est venue à nous - un événement de « l'au-delà ». Le combattre a néanmoins été qualifié de « guerre totale ». Il n'y a rien de tangible, pas de véritable ennemi à combattre, juste un virus qui change de forme et qui, selon les virologues, n'est pas « vivant », mais incarne des organismes qui se trouvent à la limite de la vie. De telles entités ne peuvent pas être littéralement « tuées ».

Et comment mener cette guerre ? Où est le plan de bataille ? Il n'y en a pas. Il ne peut y en avoir aucun (à part atténuer la portée de la mort). Le Dr John Ioannidis, Professeur de Médecine et d'Épidémiologie à l'Université de Stanford,  nous dit que la modélisation dont dépendent entièrement les plans du gouvernement pour sa campagne « militaire » est sans valeur :

« Les données recueillies jusqu'à présent sur le nombre de personnes infectées et sur l'évolution de l'épidémie ne sont absolument pas fiables. Étant donné le nombre limité de tests effectués à ce jour, certains décès et probablement la grande majorité des infections dues au SRAS-CoV-2 (COVID-19) ne sont pas pris en compte. Nous ne pouvons pas savoir si nous ne parvenons pas à détecter les infections. Trois mois après l'apparition de l'épidémie, la plupart des pays, y compris les États-Unis, ne sont pas en mesure de tester un grand nombre de personnes et aucun pays ne dispose de données fiables sur la prévalence du virus dans un échantillon aléatoire représentatif de la population générale... ».

Les taux de mortalité sont également très variables : Alors que les chercheurs débattent de la cause du taux de mortalité de plus de 10% en Italie, une chose est incontestable : les taux de mortalité sont en hausse. Pratiquement tous les pays où un grand nombre de cas ont été signalés ont continué à voir leur taux de mortalité augmenter. En Espagne, le taux de mortalité s'élève désormais à 8,7%. Il y a dix jours, il était de 5,4%. Aux Pays-Bas, le taux de mortalité s'élève à 8,3%. Il y a dix jours, il était de 3,8%. Au Royaume-Uni, le taux de mortalité est de 7,1%. Il y a dix jours, il était de 4,6%. En France, le taux de mortalité est de 6,7%. Il y a dix jours, il était de 3,9%.

En d'autres termes, il semble que la mort  prenne le dessus dans cette « guerre ».

Et pourtant, derrière la peur du gouvernement pour la situation financière et économique se cache un autre « démon » : l'hystérie de masse et la révolte de ceux qui, aujourd'hui au chômage, n'ont pas les moyens d'acheter à manger. Là encore, la psychologie d'une foule en émeute est une invention de la psyché collective. Elle ne peut pas être littéralement tuée par des soldats. Cette psyché commence déjà dans le  sud de l'Italie où les gens, qui disent avoir faim et ne pas avoir d'argent, prennent d'assaut les supermarchés et pillent la nourriture. (Pour l'instant, il ne s'agit que de nourriture, mais bientôt, il s'agira de piller l'argent).

Le désordre social et les émeutes risquent d'effrayer les gouvernements encore plus que le ralentissement de leur économie. Mais n'est-ce pas là l'objet du paradigme de la « guerre contre la mort » ? La police dans les rues, les patrouilles de l'armée, la loi martiale et la criminalisation des mouvements non autorisés : Tout cela est monté en prévision de la perspective d'une révolte populaire : contre la crainte de voir exploser les banlieues de Paris - principalement des immigrants - ou le Mezzogiorno italien.

La Fédération des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge a récemment averti qu'une « bombe sociale pourrait exploser à tout moment » au-dessus des villes occidentales. En effet, l'évolution de la pandémie, qui a  plongé l'économie américaine dans une dépression, pourrait entraîner un  effondrement social dans les grandes métropoles, notamment dans les zones à faibles revenus.

Un désespoir gouvernemental - découlant des risques de désintégration sociale et économique - risque de pousser les gouvernements à parier soit sur une levée précoce de l'éloignement social, soit sur une levée partielle. Mais le même dilemme s'applique : les gouvernements agiront « à l'aveuglette » ou sur la base de modèles empiriques erronés.

Et c'est un pari. Le Laboratoire Signier nous donne cette illustration des  mathématiques possibles derrière la « distanciation » :

Comme la plupart des modèles actuels, il s'agit d'un travail de supposition en termes d'hypothèses sous-jacentes (comme un taux d'infection de 2,5). Mais son message est clair. Si l'on opte pour un déconfinement partiel ou localisé, il faudra passer à une sorte de phase 2. La Chine en fait déjà l'expérience - et a dû fermer la province de Jin, alors qu'elle venait d'ouvrir le Hubei.

Où se situe alors l'équilibre des avantages pour les dirigeants désespérés ? Qui sait ? Une phase 2 pourrait arriver de toute façon ; le virus pourrait muter (comme ce fut le cas en août 1918, avec la grippe espagnole) et devenir plus (ou moins) mortel. Ce qui rend le virus particulièrement difficile à gérer ou à prévoir, c'est qu'il est suspendu dans l'air dès le jour « 0 », alors que le porteur n'aura pas l'impression d'avoir été infecté (ou d'être malade) avant 5 à 8 jours plus tard. Pendant tout ce temps, il ou elle sera 100% infectieux - et pourra potentiellement propager une nouvelle phase. (Il n'existe pas de test général de détection des anticorps).

Il est probable que les gouvernements faciliteront quand même la distanciation afin d'alléger les pressions sociales et économiques. Ils croiseront les doigts pour que le Covid-19 ne revienne pas dans une nouvelle phase pour « faire un pied de nez » - et ne rendent pas toutes ces mesures inutiles. C'est un pari - et la crédibilité de ces gouvernements sera en jeu - quel que soit leur choix. Ils sont coincés entre Scylla et Charybde : Aucune bonne option.

Alors, où cela nous mène-t-il ? Vers une schizophrénie (pas inattendue). D'une part, il y a ceux qui sont tellement sous l'emprise (au sens de J B Yeats) du statu quo que tout autre chose qu'un rétablissement rapide de la « normalité » est hors de leur portée. La riposte mentale s'est refermée. En voici un  exemple :

« Ce matin, un groupe bien connu de gestionnaires d'actifs britanniques prédit allègrement une reprise en V à partir du troisième trimestre... Ils pensent que les paquets QE Infinity ont « résolu » la bulle de la dette, que le marché des actions est maintenant à des prix réalistes pour une reprise mondiale, que les gouvernements ont atténué les dégâts, et que nous verrons une remontée du moral, de l'activité et de la demande lorsque les blocages prendront fin et que les économies rouvriront - avec un élan de joie débordante ».

Selon ce raisonnement, ce qui se passe aux États-Unis et en Europe n'est pas une véritable récession. Les fondamentaux économiques étaient excellents. Nous avons fermé l'économie uniquement à cause du Covid-19. Donc, si nous devions simplement la relancer, tout irait bien.

Mais, tout comme de fortes doses de sucre raffiné peuvent avoir un impact sur le cerveau humain de la même manière que les drogues qui créent une dépendance en libérant de la dopamine, la substance chimique de « récompense » du cerveau. Depuis 2008/2009, nous avons ce que Dan Amoss appelle une «  économie de la ruée vers le sucre ».

Ainsi, la prescription inévitable - pour maintenir le statu quo - est plus de sucre, plus de dépenses et plus d'impression d'argent. Et si l'effet commence à s'estomper, la réaction est de « doubler la dose ». Tout cela n'est qu'un vœu pieux. Cela fait partie de l'illusion. L'économie n'allait pas bien. Depuis 2008, la Fed a alimenté une économie de ruée vers le sucre. C'est une bulle. C'est ça le problème. Et la bulle a peut-être été irrémédiablement crevée.

Que se passera-t-il quand, finalement, nous serons libérés du confinement : Nous sortirons - toujours clignant des yeux - à la lumière du jour, mais ce sera un monde très différent. Nous verrons que l'agence humaine - c'est-à-dire nos gouvernements - n'a pas du tout réussi à tirer une once de victoire de cette guerre. Les récriminations se multiplieront. Si la mort a reculé, c'est finalement parce que la nature et la biologie l'ont voulu. Il y a, bien sûr, l'action humaine - mais il y a d'autres forces à l'œuvre dans notre cosmos, qui peuvent faire paraître pathétique l'orgueil prométhéen de l'homme.

C'est justement cette perspicacité qui a tant perturbé Séville, dans l'allégorie de Dostoïevski. « L'intrusion » étrangère dans leur ville a fait surgir dans la conscience des souvenirs à moitié oubliés de ce que c'est que d'être pleinement humain, et a rappelé un mode différent de potentiel humain. Les indices de mortalité font souvent ce travail (aussi), bien sûr.

Ce qui suit sera un monde plus hésitant et plus prudent. Il sera choqué sur le plan économique et, à la base, nous serons, je pense, beaucoup plus prudents à l'avenir : les cartes de crédit seront coupées en deux, nous essaierons d'épargner davantage et nous nous adapterons « à la baisse ». Allons-nous sortir et dépenser libéralement ? Une « remontée de moral » ? Non. L'expérience de tous a été très enrichissante. Qui voit maintenant l'avenir avec certitude ? Tous les aspects de la vie vont être changés. Certaines petites entreprises vont ouvrir, mais beaucoup resteront fermées. Beaucoup d'entre nous continueront à travailler à domicile. Beaucoup d'entre nous ne travailleront pas du tout - et ne travailleront peut-être plus jamais.

Mais ce qui semble s'imposer à la conscience du public est d'un autre ordre : L'empathie pendant la pandémie - il n'y en avait pas. (Rappelez-vous les commentaires selon lesquels le naufrage du Hubei dû au Covid-19 serait bon pour l'Amérique). La solidarité - il n'y en a pas eu (du moins de la part de l'UE, c'est certain) ; le leadership - il n'y en a pas eu, mais la corruption semi-légale, largement répandue. Trump a pris en charge le Trésor américain qui, à son tour, contrôle désormais entièrement les presses à imprimer en dollars de la Fed. Trump est le roi du dollar. Il peut imprimer ce qu'il veut. Il peut en donner à qui il veut (via les « Special Purpose Vehicles » (SPV) du Trésor), sous-traités au Fonds Blackrock. Le budget américain est maintenant grillé.

Comme l'a fait  remarquer un banquier : « Voudriez-vous être un candidat démocrate se présentant contre un Trump dépensant 2 000 milliards de dollars en infrastructures dans une économie faible ? Bonne chance avec ça ! » Les yeux grands ouverts : Où est notre boussole morale - ainsi que notre humanité commune ?

Le masque est tombé : Est-ce là le point d'inflexion de l'ordre mondial, alors que le système hyperfinancé occidental est incapable de se réformer, refuse de se réformer - et pourtant est incapable de se maintenir, comme il l'a été autrefois ? Le système - si occupé à se débrouiller par lui-même - va-t-il même remarquer que le monde n'y croit plus, pas même un seul instant ?

source :  Eyes Wide Open: Will the 'Masters of the Universe' Notice No One Takes Them Seriously Anymore?

traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter
admin [Commentaire] 2020-04-08 #9347
« Oh, nous les persuaderons [les citoyens de Séville] qu'ils ne deviendront libres que lorsqu'ils auront renoncé à leur liberté et se seront soumis à nous. Et aurons-nous raison, ou mentirons-nous ? Ils seront convaincus que nous avons raison... En recevant du pain de notre part, ils verront clairement que nous leur prenons le pain fait de leurs mains - [seulement] pour le leur rendre... En vérité, ils seront plus reconnaissants de l'avoir pris de nos mains - que pour le pain lui-même ! Trop bien, ils connaîtront la valeur d'une soumission complète ! Nous leur montrerons qu'ils sont faibles, qu'ils ne sont que des enfants pitoyables, mais que le bonheur enfantin est le plus doux de tous.

Nous leur pardonnerons leurs péchés, nous leur permettrons de s'occuper de leurs vices. Nous surveillerons tout, nous réglementerons tout, nous ordonnerons et nous légiférerons pour tout - et nous serons aussi leur conscience - afin qu'ils n'aient pas à se donner le mal de penser, à trop réfléchir ; ou, à être obligés de prendre des décisions. Ils n'existent que pour nous servir, nous, l'élite qui les gouverne : Les millions, aussi nombreux que les sables de la mer, qui sont faibles, ne doivent exister que pour l'élite qui les gouverne. Dans ce mystère, dit le Grand Inquisiteur, « se trouve le grand secret du monde ».

Afficher la suite  2 min

Articles enfants plus récents en premier
1 occurrence 13/04/2020 dedefensa.org  9 min 🇬🇧 #172255

T.c.-89 : Rubicon's blues

 Journal dde.crisis de Philippe Grasset

13 avril 2020 - A suivre les Masters of the Universe et leurs critiques-dissidents, jusqu'aux plus dignes d'entre eux, il me semble que la perception, la psychologie et bientôt le jugement ont franchi leur Rubicon. Au-delà, ce n'est pas Rome et ses ors, son pouvoir et sa grandeur mais une sorte de Désert des Tartares, une terra incognita comme philosophait César ou bien encore, comme dit dans une interview  de la BBC l'avisé Bill WaterGates  soupçonné de tous les maux, « We find ourselves in an uncharted territory ».

1 occurrence 09/04/2020 dedefensa.org  14 min #172001

Notes sur l'impossibilité de Jérôme Bosch

 Analyse

9 avril 2020 - Il est bien difficile de conclure alors que nous ne sommes qu'au début de cette phase finale de l'effondrement (GCES, ou Grande Crise de l'Effondrement du Système). Dans ce cas où l'on ne peut conclure, eh bien chroniquons, et dans le sens qui nous est habituel, sans prendre partie dans les plus basses querelles mais en relevant, là où cela hurle, l'hystérisation extraordinaire de  l'hystériquement correct porté à son point de fusion bet de combustion...

Référencé par : 1 article