Accepter cookie ?
17/03/2020 17 articles les-crises.fr  7 min #170464

Coronavirus : « Il faut prendre conscience que nous sommes en état de guerre » - William Dab

Tiens, c'est étrange, maintenant les médias donnent largement la parole à des experts de premier plan qui ne disent plus comme les experts rassurants d'avant...

Source :  Le Figaro, Tristan Vey, 15-03-2020

ENTRETIEN - William Dab, directeur général de la Santé pendant la crise du Sras, ne cache pas son inquiétude, et espère le succès du confinement en France.

William Dab est professeur émérite d'épidémiologie au Conservatoire national des arts et métiers (Cnam). Titulaire de la chaire hygiène et sécurité entre 2001 et 2020, il fut aussi directeur général de la Santé entre 2003 et 2005 (l'actuel poste du Pr Jérôme Salomon, qui établit le bilan quotidien de l'épidémie), période pendant laquelle il eut à gérer la crise du Sras, cousin du virus qui sévit actuellement.

LE FIGARO.- Quel regard portez-vous sur l'épidémie de coronavirus à laquelle nous sommes confrontés?

William DAB.- La situation est très grave. Pour ne rien cacher, je n'ai jamais été aussi inquiet. C'est une situation inédite et très sérieuse. Nous savions que cela allait arriver un jour. Urbanisation massive, intensification des échanges internationaux, démographie galopante, toutes les conditions sont réunies depuis longtemps. La question n'était pas de savoir si on aurait un jour une pandémie de cette ampleur, mais quand. Nous y sommes.

Je pense que les gens ont beaucoup tardé à prendre la mesure de ce qui arrive. Jusqu'à jeudi, et l'intervention du président de la République, il y avait une forme d'insouciance. On entendait dire: «ce n'est pas si grave par rapport à la grippe» ou encore «ils nous refont le coup du H1N1». Il suffisait de se promener et de voir les gens attablés en terrasse à Paris pour voir que les mesures d'hygiène de base n'étaient pas respectées.

Quelle est la particularité de cette épidémie?

La clé, c'est que nous sommes dans une situation de diffusion massive d'un virus par des porteurs qui n'ont aucun symptôme, et pour lequel nous n'avons aucun traitement. Quand on a compris en 2003 que le Sras n'était pas contagieux avant l'apparition de la fièvre, je savais que les mesures barrières seraient efficaces et faciles à mettre en œuvre d'une certaine façon. Mais ce n'est pas le cas cette fois-ci. Les personnes infectées sont contagieuses plusieurs jours avant l'apparition des premiers symptômes. C'est lorsqu'on a compris cela fin janvier que la pandémie m'a paru inéluctable. Cela fait maintenant quinze jours que j'essaye d'alerter sur sa dangerosité, mais je n'ai pas toujours été pris au sérieux.

Peut-on craindre une hécatombe en France?

Je n'ai évidemment pas de boule de cristal mais un scénario à 300.000 morts est tout à fait possible. Je crois qu'il faut le dire clairement aujourd'hui. Si le virus contamine 30 millions de personnes dans le pays, ce qui est tout à fait envisageable dans la dynamique actuelle, et étant donné sa létalité estimée autour de 1 %, c'est tout à fait crédible. Et cela dans le cas très optimiste où les hôpitaux tiennent le choc, ce qui n'est pas garanti, loin de là. Il va falloir ajouter une mortalité indirecte à ce sinistre bilan. Des malades souffrant d'autres pathologies graves qui ne pourront pas être soignées, par manque de lits disponibles.

Peut-on encore éviter le pire?

Oui, on peut réduire la violence de la vague qui arrive et limiter l'engorgement des hôpitaux, voire la stopper, mais cela dépendra de l'implication de chacun. La parole présidentielle a constitué, je l'espère, un électrochoc qui était nécessaire.  Les mesures de confinement prises par le premier ministre étaient ensuite indispensables pour espérer contenir l'épidémie.

Nos pouvoirs publics ont pris leurs responsabilités. Tout le monde doit désormais prendre les siennes. Ce n'est pas l'État qui va détruire le virus. Si chacun d'entre nous respecte un confinement strict, que l'on est sérieux, disciplinés et rigoureux, que l'on accepte ces quelques semaines de privation de liberté relative, le taux de contamination peut descendre suffisamment bas pour casser la dynamique de l'épidémie.

Combien de temps cela peut-il prendre?

Il faudra déjà attendre trois semaines pour voir l'effet que les mesures prises aujourd'hui auront sur le nombre de morts. C'est ce qui va constituer le «thermomètre» le plus fiable pour évaluer leur efficacité. En attendant, le développement de l'épidémie devrait malheureusement rester exponentiel.

C'est brutal, mais il faut bien avoir à l'esprit que nous sommes en guerre. Nous sommes envahis par un ennemi invisible que nous devons combattre. Il faut en appeler à la mobilisation générale et ne pas avoir peur d'utiliser des termes militaires.

Ce virus a un énorme potentiel. C'est une situation de guerre, je le répète. Il va y avoir une longue période de vigilance, d'au moins une année

Pourra-t-on se débarrasser durablement de ce virus? N'y a-t-il pas un risque de rebond?

Il y a deux mois, on ne connaissait pas encore ce virus, il reste donc beaucoup de paramètres inconnus. Si l'on parvient à stopper l'épidémie et que moins de 30 % de la population est infectée, et donc immunisée, alors le virus aura en effet le champ libre pour faire son retour à l'automne. Et il faudra alors recommencer ce que nous faisons maintenant.

En revanche, si 60 à 70 % de la population sont contaminés pendant une première vague, avec le bilan humain que l'on imagine, cela pourrait conférer une solide immunité de groupe par la suite. Une deuxième vague serait moins sévère, s'il y en a une. C'est une maigre consolation mais ce serait déjà ça.

Autre scénario, plus ennuyeux, celui d'une mutation. L'immunité de la première vague ne serait alors que partielle, quelle que soit la couverture. Nous entrons dans un scénario de type grippe, avec épidémie annuelle. À cette différence que ce virus est au moins 10 fois plus mortel! Ce n'est pas une petite affaire. Ce virus a un énorme potentiel. C'est une situation de guerre, je le répète. Il va y avoir une longue période de vigilance, d'au moins une année.

Quelle leçon peut-on tirer de l'exemple chinois?

Avec les moyens dictatoriaux mis en place, la stratégie d'endiguement a fonctionné en effet. Mais que va-t-il se passer au moment où les Chinois vont lever leurs mesures de confinement? Il va falloir scruter très attentivement ce qui se passe dans le Hubei pour se donner une idée des évolutions à attendre dans les mois et les années qui viennent partout dans le monde.

Peut-on s'attendre à une amélioration à la faveur des beaux jours?

C'est une possibilité en effet. Cela fait partie des scénarios favorables d'évolution. Mais il vaut mieux ne pas compter dessus. Ce serait trop risqué. Mais dans le cas le plus optimiste, l'épidémie se mettra en pause, ce qui nous laisse le temps de trouver un traitement efficace. Ce qui pourrait tout changer. L'épisode de la grippe de H1N1 nous a démontré que nous avions les capacités de production. Les deux premiers cas sur le sol américain avaient été enregistrés en avril. En octobre, nous avions fabriqué 500 millions de doses de vaccin. Pas de chance, façon de parler, le virus avait muté entre-temps et la grippe mortelle s'était transformée en gros rhume... Cet exemple nous montre néanmoins que nous aurons les moyens de produire rapidement des médicaments en grande quantité si nous trouvons un cocktail efficace.

Quid, justement, d'un potentiel vaccin?

Malheureusement nous n'avons pas de modèle de vaccin pour les coronavirus. Il vaut mieux partir du principe que nous n'en aurons pas dans un avenir proche. Notre meilleure arme reste à ce jour le confinement. En limitant les contacts entre les gens, on peut stopper la propagation du virus. Il faut rester chez soi, ne plus voir ses amis, ni sa famille, à l'exception de son conjoint et de ses enfants.

Le mot d'ordre est clair: rester chez soi, rester chez soi, rester chez soi.

Source :  Le Figaro, Tristan Vey, 15-03-2020

 les-crises.fr

 Commenter
admin [Commentaire] 2020-03-17 #9171

oui de guerre
mais pas celle-là
contre un destin collectif mu par une inertie historique


Articles enfants plus récents en premier
1 occurrence 17/04/2020 dedefensa.org  9 min #172490

Nous sommes « en temps de guerre »

 Journal dde.crisis de Philippe Grasset

17 avril 2020 -  Hier soir, dans le 28 minutes de Arte réduit à la portion congrue "codivienne-19", il y avait une interview-Skypede l'historien Stephane Audouin-Rouzeau, qui fait partie de l'élite historiographique, ou nomenklatura pour les esprits critiques, de notre establishmentparisien.

1 occurrence 3 articles 08/04/2020 reseauinternational.net  12 min #171912

Les yeux grands ouverts : Les « maîtres de l'univers » vont-ils remarquer que plus personne ne les prend au sérieux ?

🇬🇧

par Alastair Crooke.

L'intrusion d'un événement totalement étranger - comme une pandémie - dans un statu quo donné ne le brise pas nécessairement, en soi. Mais elle met cruellement en évidence les lacunes et le fonctionnement du statu quo existant. Elle les montre, non seulement nus, mais aussi avec ses coulisses sombres et ses versements aux entreprises et aux amis de Wall Street à peine légaux soudainement mis en avant.

1 occurrence 04/04/2020 les-crises.fr  11 min #171660

Coronavirus : « Si toute crise devient guerre, nous sommes condamnés à une guerre à perpétuité ! »

Source :  Marianne, Nidal Taibi, 30-03-2020

« Nous sommes en guerre ». Martelée à six reprises par le président de la République dans son dernier discours à l'Elysée, et réutilisée de nouveau dans son dernier discours du mercredi 25 mars à Mulhouse, l'expression ne pouvait manquer d'interpeller Catherine Hass, qui a consacré  un remarquable ouvrage aux enjeux autour de cette formule.

1 occurrence 12 articles 30/03/2020 franceinter.fr  3 min #171272

« Sachez, Monsieur le Président, que nous ne laisserons plus nous voler notre vie... » : Annie Ernaux

Annie Ernaux est écrivain. Elle vit à Cergy, en région parisienne. Son oeuvre oscille entre l'autobiographie et la sociologie, l'intime et le collectif. Dans cette lettre adressée à Emmanuel Macron, elle interroge la rhétorique martiale du Président.

Cergy, le 30 mars 2020

Monsieur le Président,

« Je vous fais une lettre/ Que vous lirez peut-être/ Si vous avez le temps ». À vous qui êtes féru de littérature, cette entrée en matière évoque sans doute quelque chose.

1 occurrence 28/03/2020 mondialisation.ca  4 min #171164

Le coronavirus ou les nouveaux visages de la guerre au 21ème siècle

Par  Fanny Hervo

L'arme nucléaire, obsolète face aux nouvelles menaces du 21e siècle

La guerre est déclarée. Le Président l'a dit, il l'a répété. À six reprises. La France est entrée en guerre, en guerre sanitaire. Confinement, restrictions, économie en berne, entreprises réquisitionnées, nationalisations suggérées, grilles de commerces abaissées, et villes désertées.

1 occurrence 26/03/2020 consortiumnews.com  6 min 🇬🇧 #171087

Covid-19: Prepared for the Wrong War

In the War of the Worlds a microorganism felled the Martian invaders the U.S. military (in Orson Welles' version) couldn't defeat. The U.S. may dominate the world, but it isn't an army threatening its demise, says Joe Lauria.

'After All Man's Defenses Had Failed, Slain
By the Humblest Thing Put Upon This Earth'

By  Joe Lauria

1 occurrence 26/03/2020 mondialisation.ca  8 min #171070

Nous sommes en guerre? Mais... à quoi servent les guerres?

Par  Dominique Arias

En guerre ? Quelle guerre ? Sinistre terme ! S'il est un point, un seul, sur lequel tous les dirigeants occidentaux sont instantanément tombés d'accord face au Covid 19, c'est sur la nécessité de recourir à ce terme là pour s'adresser aux foules. Justement celui là ! comme s'il n'y avait pas d'autre image possible.

1 occurrence 23/03/2020 mondialisation.ca  6 min #170824

Quitte ou double

Par  Régis Debray

Ce texte de Régis Debray est également publié dans la collection « Tracts » de Gallimard, qui fera paraître chaque jour des textes brefs et inédits, pour « trouver les mots justes » en temps de crise.

Nous voilà donc tous mobilisés. Appelés au sens du devoir, tenus d'obéir aux consignes, et à solliciter un ausweis en cas de besoin.

1 occurrence 23/03/2020 lilianeheldkhawam.com  7 min #170818

Non, la France n'est pas en guerre! Slobodan Despot

...Enfin, pas celle qu'on lui promet. La France risque de se réveiller demain en comprenant qu'elle était elle-même la cible de la guerre proclamée par M. Macron. Mais il sera trop tard. Avec ou sans virus, elle devra vivre pieds et poings liés.

Le monde qui est entré dans le Coronavirus n'en sortira plus. Ce qui en sortira sera quelque chose de radicalement différent.

1 occurrence 19/03/2020 dedefensa.org  8 min #170576

A la guerre comme à la guerre

 Les Carnets de Badia Benjelloun

Fermer les casinos

L'Italie et l'Espagne ont interdit la spéculation boursière à la baisse. Dans le contexte des chutes des valeurs des 'actifs', il n'est plus possible d'emprunter un titre pour le revendre plus tard à un prix plus bas et d'empocher la différence. Cette mesure est valable un mois et susceptible d'être prorogée.

1 occurrence 18/03/2020 mondialisation.ca  5 min #170541

Macron: «La France est en guerre. Nous sommes en guerre»

Par  Olivier Renault

A partir de ce mardi 17 mars à 12h00, pour quinze jours minimum, les Français ont l'ordre de rester chez eux, l'interdiction de se déplacer et même de voir la famille et les frontières à l'entrée de l'Union européenne et de l'espace Schengen sont fermées.

Il faut lutter contre le coronavirus mais le gouvernement et le président français et sa femme faisaient croire aux citoyens, il y a encore quelques jours, que ce virus ne devait pas changer les habitudes, sauf de se laver les mains et de ne pas tousser sur les voisins.

1 occurrence 18/03/2020 bastamag.net  6 min #170523

« Rester confiné chez soi, sur son canapé, n'a strictement rien à voir avec une période de guerre »

par  Maxime Combes 18 mars 2020

Les mots ont un sens. « La pandémie à laquelle nous sommes confrontés exigent des mesures plutôt opposées à un temps de guerre » explique l'économiste et chroniqueur de Basta ! Maxime Combes dans cette tribune.

Non, nous ne sommes pas en guerre. Nous sommes en pandémie

« Nous sommes en guerre ».

1 occurrence 17/03/2020 bastamag.net  4 min #170485

Les caissières, largement exposées au coronavirus, oubliées de la « guerre » annoncée par Macron

par  Nolwenn Weiler 17 mars 2020

Au contact de centaines de personnes chaque jour, et pas toujours protégés, les salariés de la distribution alimentaire s'inquiètent de leurs conditions de travail trop souvent « indigentes » face aux dangers de propagation et de contamination du Covid-19.

Elles ne portent bien souvent pas de masques, croisent des centaines de personnes chaque jour, manipulent des produits saisis par des centaines de clients, encaissent des pièces de monnaie qui ont été touchées des milliers de fois, sans avoir le temps de se laver les mains régulièrement : les 700 000 caissières et caissiers de la grande et petite distribution - dans leur grande majorité des femmes - sont en première ligne face au coronavirus.

1 occurrence 17/03/2020 les-crises.fr  15 min #170482

Tv Anglaise 6 Mars : Richard Hatchett, expert en coronavirus : « La guerre est une analogie appropriée »

1 occurrence 42 articles 14/03/2020 francais.rt.com  4 min #170319

Le gouvernement prêt à dépenser des dizaines de milliards pour répondre à la crise et au coronavirus

Arrêt de travail automatique, chômage partiel, report du paiement des cotisations sociales...le gouvernement déploie des outils budgétaires pour tenter de faire face au choc économique qui s'annonce dans le sillage de l'épidémie.

Rappelant le «whatever it takes» (tout ce qu'il faudra) prononcé par Mario Draghi lors de la crise de l'euro en juillet 2012, l'expression «quoi qu'il en coûte» s'est révélée l'élément de langage principal des communications présidentielle et gouvernementale sur les mesures prises face aux effets de l'épidémie de Covid-19 et de la crise qui s'annonce.

Référencé par : 4 articles