17/03/2020 les-crises.fr  15 min #170482

Tv Anglaise 6 Mars : Richard Hatchett, expert en coronavirus : « La guerre est une analogie appropriée »

Non « Les Scientifiques » ne sont pas tous d'accord et ne l'ont jamais été !

Dans leur malheur, les Anglais ont de la chance, ils ont des médias de qualité avec des experts de qualité.

Résultat : 10 jours d'avance sur nous.

Faites circuler ceci, ça changera des chaînes d'infos françaises qui veulent nous « rassurer » plutôt que nous informer.

Source : Channel 4 News, Source Vf , source Vo , 06-03-2020

TV ANGLAISE 6 MARS : Richard Hatchett, expert en coronavirus : « La guerre est une analogie appropriée » - Vidéo Dailymotion

Richard Hatchett, commencez par nous dire quelle est, selon vous, l'ampleur de la menace que représente actuellement le coronavirus dans le monde ?

Eh bien, je pense que la menace est très importante. Le potentiel du virus est déjà démontré en Chine, il est démontré en Italie, en Iran. Il y a eu 3 cas identifiés en Italie il y a 2 semaines, hier il y en avait plus de 3000. Je pense qu'il y a beaucoup d'épidémiologistes qui parlent du potentiel du virus en termes de taux d'attaque - ils pourraient être entre 50 et 70% de la population mondiale.

Lorsque vous parlez de ces chiffres concernant l'Italie, en regardant ce qui se passe ici au Royaume-Uni, sommes-nous sur une trajectoire similaire ?

Je n'aime pas faire de prédictions - je pense qu'il est important de parler du potentiel du virus pour que vous puissiez comprendre à quel point il est dangereux. Je pense que c'est aux sociétés de décider comment elles vont réagir face au virus et à l'exemple dont j'ai beaucoup parlé - les gens ont - certaines personnes sont sceptiques quant aux rapports de la Chine sur le déclin des cas. L'OMS vient de rentrer d'une mission de deux semaines - elle a été très impressionnée par la réponse chinoise, elle croit les chiffres chinois - mais même si vous ne croyez pas les chiffres chinois, vous pouvez regarder des endroits comme Singapour et Hong Kong, Singapour a eu son premier cas le 23 janvier, hier ils avaient atteint, je pense, environ 115 cas,

Donc moins que le Royaume-Uni ?

Moins que le Royaume-Uni sur 6 semaines et en gros, ils ont pu, grâce à leurs interventions de santé publique, à la réponse de la santé publique, à la recherche des contacts, à l'isolement des cas et à l'engagement du public, garder le virus sous contrôle. Je dirais donc que c'est à nous de décider de la manière dont nous allons réagir au virus. Je ne veux pas dire que nous serons comme l'Italie. Je pense qu'il est important de reconnaître que le virus est là et qu'il a un énorme potentiel pour être perturbateur et causer des taux élevés de maladie et même des taux élevés de mortalité, mais ce n'est pas un avenir qui est scellé.

Étant donné le taux d'augmentation que nous constatons actuellement au Royaume-Uni, que devrait faire le gouvernement ?

La recherche des contacts est très importante, la quarantaine volontaire des contacts est très importante, l'isolement des cas est très important. Je pense qu'il est peut-être temps de fermer les écoles - d'autres sociétés...

Le gouvernement semble s'éloigner de ça...

Eh bien, d'autres sociétés qui ont réagi agressivement, ont adopté cette intervention... il y a beaucoup de controverses sur les fermetures d'écoles en ce moment parce qu'on ne sait pas très bien ce qui se passe avec les écoliers qui ont la grippe - par exemple, nous savons que les écoles sont des points d'amplification au sein de la société ; il est très clair que les taux d'attaque de la grippe sont beaucoup plus élevés chez les enfants que chez les adultes ou certainement chez les personnes âgées. Les enfants ont été très peu touchés par le Covid 19. On ne sait pas exactement s'il ont été infectés et ont simplement bien géré les infections ou s'ils ne sont pas réellement infectés. Certaines données limitées suggèrent que les enfants courent probablement un risque. Si vous regardez le navire de croisière Diamond Princess, les taux d'attaque parmi les personnes de moins de 20 ans à bord de ce navire étaient identiques aux taux d'attaque globaux. C'est anecdotique, mais c'est la preuve que des personnes plus jeunes peuvent être infectées. S'ils peuvent être infectés, alors les écoles sont probablement un environnement où l'épidémie serait amplifiée.

Et si vous regardez le taux d'augmentation, à partir de quand pensez-vous que le gouvernement devrait envisager de fermer des écoles ?

Eh bien, je pense que si vous regardez les endroits où des décès sont survenus,... L'Angleterre entre maintenant dans cette catégorie... un décès signifie sans doute que le virus est en circulation. Cela dure depuis au moins quelques semaines, peut-être plus d'un mois, parce qu'il faut du temps pour que les gens tombent malades, il faut du temps pour qu'ils aillent à l'hôpital, il faut du temps pour qu'ils expirent, donc le virus circule ici depuis un certain temps et je pense que le gouvernement reconnaît la criticité de la situation. Je pense, en fait, que Chris (Witty) et ses collègues font du bon travail pour faire connaître les risques au public. Je ne pense pas qu'ils minimisent la menace, je pense qu'ils sont conscients du potentiel du virus. Donc, dans l'ensemble, c'est certainement comparable à certains autres pays, je pense que le Royaume-Uni fait du bon travail.

Y a-t-il un danger de réaction excessive, si l'on considère l'ampleur des décès dus à la grippe dans le monde, jusqu'à 600 000 par an. On n'arrête pas les réseaux de transport public pour empêcher les gens d'attraper la grippe.

Je ne pense pas que nous ayons affaire à la grippe ici. L'OMS, qui a examiné ce virus de manière très intensive, a étudié de très près l'expérience de la Chine, a étudié les taux de mortalité en Chine et a essayé d'estimer s'il y a beaucoup de sous-estimation en Chine, n'a pas l'impression que nous ne voyons que la partie émergée de l'iceberg. Comme l'a dit Bruce Ayleward, qui a dirigé cette expédition, nous voyons en fait une pyramide - ils pensent donc que le taux de mortalité est en fait supérieur à 1 %, ce qui, s'il était ne serait-ce que de 1 %, serait 10 fois supérieur au taux moyen de la grippe saisonnière et comme il s'agit d'un virus qui circule actuellement dans une population qui n'y est absolument pas habituée, on pourrait s'attendre à ce que les taux d'attaque soient beaucoup plus élevés que ceux que nous observons normalement avec la grippe saisonnière. Ainsi, vous pourriez avoir un taux d'attaque trois fois plus élevé que celui de la grippe saisonnière, avec un taux de mortalité dix fois plus élevé.

Selon les connaissances actuelles des scientifiques sur ce virus, qu'est-ce qui vous préoccupe le plus ?

Je pense que ce qui est le plus inquiétant avec ce virus, c'est la combinaison de l'infectiosité et de la capacité à provoquer une maladie grave ou la mort, et que nous n'avons pas, depuis 1918...

La grippe espagnole.

La grippe espagnole... a vu un virus qui combinait ces 2 qualités de la même manière. Nous avons vu des virus hautement mortels, nous avons bien sûr rencontré le virus Ebola ou (nepa) ou n'importe quelle autre maladie, ou bien encore ceux sur lesquels l'organisation que je dirige travaille - mais ces virus ont des taux de mortalité élevés, je veux parler du taux de mortalité du virus Ebola qui, dans certains contextes, est supérieur à 80 %, mais ils n'ont pas la contagiosité de ce virus, ils n'ont pas le potentiel d'exploser et de se propager à l'échelle mondiale.

Vous craignez que cela ne prenne l'ampleur de la grippe espagnole ?

Encore une fois, je ne veux pas faire de prédiction parce que je pense que ce qui se passe avec ce virus dépend en fait de nous. Je pense que ce virus a le potentiel de provoquer une pandémie mondiale - si nous n'y sommes pas déjà - et je pense que ce virus a démontré qu'il a une létalité qui est probablement beaucoup plus élevée que celle de la grippe normale.

Et croyez-vous que le taux de mortalité selon l'OMS est de 3,4 % - parce que, je veux dire, le Royaume-Uni le situe à 1 %, en gros ?

À certains égards, si ça se situe entre 1 % et 3,4 %, ce qui se trouve après la virgule n'a pas vraiment d'importance. Je pense que ce que nous rencontrons est un virus qui est beaucoup plus mortel que la grippe et une population qui y est complètement vulnérable - et nous voyons bien sa capacité à exploser, je veux dire qu'elle a augmenté dans certains pays au cours des deux dernières semaines, qu'elle a été multipliée par 1000 et que de nombreux pays voient le nombre de cas multiplié par 10 ou 100 et que rien n'empêche cette expansion de se poursuivre, à moins que ces sociétés n'agissent de manière agressive, ne fassent participer leurs publics, ne mettent en place de multiples interventions de santé publique, y compris en se concentrant sur les cas mais aussi en introduisant des interventions de distanciation sociale - il ne faut rien exclure...

Tout de suite - la distanciation sociale ?

Je pense que tout le monde devrait faire ce que nous appelons la poignée de main ebola, le coup de coude, au lieu de serrer la main...

Nous l'avons fait plus tôt.

Nous l'avons fait plus tôt... Je ne pense pas que nous le faisons pour être gentils, nous le faisons parce que nous devons modifier notre comportement, nous devons commencer à pratiquer cela maintenant.

Rester à la maison, travailler à domicile, tout cela tout de suite - au Royaume-Uni ?

Je pense qu'il est peut-être un peu tôt pour recommander à tout le Royaume-Uni que tout le monde travaille à domicile et il y a beaucoup de gens qui ne peuvent pas travailler à domicile. Je pense que nous devons reconnaître que la société doit continuer, mais nous devons modifier notre comportement de manière à réduire le risque de transmission du virus. Si je peux juste faire une remarque supplémentaire sur ce point, un problème auquel nous sommes confrontés en tant que société lorsque nous avons un virus qui pourrait avoir un taux de mortalité de 1% ou peut-être même moins - il pourrait finir par être inférieur - et que la mortalité est concentrée dans certaines couches de la population...

Les personnes âgées...

Les personnes âgées, par exemple, ou les malades chroniques. L'un des défis auxquels nous sommes confrontés est que les personnes jeunes et généralement en bonne santé ne perçoivent pas de risque personnel et qu'elles régissent leur comportement en fonction de ce qu'elles perçoivent comme risque personnel. Je pense que nous devons commencer à penser en termes de risque social. Je pourrais, je pourrais, je veux dire que je suis généralement en bonne santé, je ne suis pas très préoccupé par mon propre risque personnel, mais si j'avais alors un rhume ou si je sentais que j'avais des symptômes mais que j'étais assez bien pour aller au travail, alors je vais au travail et je serre la main de mon collègue plus âgé qui a une maladie chronique, je pourrais être alors responsable de la mort de ce collègue et je crois que nous devons tous réfléchir à ce qu'est notre responsabilité les uns envers les autres, en réfléchissant à la façon dont nous allons régir notre comportement. Nous ne pouvons pas considérer l'épidémie en termes de risque personnel, nous devons agir collectivement de manière coopérative. Une des choses dont Bruce Ayleward de l'OMS a parlé, en revenant de l'enquête en Chine, est le degré de mobilisation du peuple chinois contre le virus et il l'a exprimé en termes de guerre contre le virus. Toute la société est mobilisée dans la lutte contre le virus et...

Mais contrairement aux pays communistes, nous sommes trop égoïstes, trop capitalistes, trop mondialistes pour être capables de ce genre de mobilisation ?

Vous savez, en tant qu'Américain qui a toujours admiré la Grande-Bretagne, et en particulier, je veux dire que je ne pense pas que ce soit une analogie folle de comparer cela à la Seconde Guerre mondiale. Le peuple britannique a fait face à des menaces bien plus grandes et il s'est rassemblé en tant que peuple contre des menaces bien plus grandes. Je pense que si les Britanniques comprenaient que la responsabilité incombe à tout le monde, ils pourraient accomplir ce que Singapour et Hong Kong ont accompli.

L'esprit Blitz.

L'esprit Blitz, absolument.

Beaucoup de gens pourraient être surpris, voire vaguement offensés, que vous compariez cela à une guerre, enfin à la Seconde Guerre mondiale.

Eh bien, l'OMS utilise ce genre de termes lorsqu'elle parle de ce qui est nécessaire pour mobiliser les gens. Ils utilisent des métaphores qui sont dérivées de la guerre... c'est parce qu'ils ont vu ce que ce virus est capable de faire. Je veux dire que l'épidémie de Wuhan était clairement une épidémie atténuée. Elle a été atténuée par l'incroyable série d'interventions qui ont été mises en œuvre... et pourtant, même si elle a été atténuée, elle n'a pas joué à plein, elle a submergé le système de santé, elle a causé, je pense, à ce stade, quelque chose comme 2400 décès à Wuhan. En temps normal, à Wuhan, on s'attendrait à environ 1 500 décès dus à la grippe. C'était une version atténuée de cette épidémie. Elle aurait pu se poursuivre et atteindre probablement plusieurs multiples de ce qui s'est réellement passé... Vous avez vu l'effondrement du système de santé, vous avez vu des gens qui ne pouvaient pas recevoir de soins non seulement pour le Covid-19 mais pour toutes leurs autres maladies... vous avez vu une société qui était complètement paralysée, donc je ne pense pas que comparer cela à une guerre ou même à l'esprit du Blitz, je pense que c'est en fait une analogie appropriée... Je pense que c'est l'état d'esprit dans lequel les gens doivent se mettre.

Êtes-vous inquiet de ce qui se passe aux États-Unis en matière de transmission et de ce que fait le gouvernement ?

Je suis très préoccupé par la situation aux États-Unis. Les États-Unis sont un grand pays, il est décentralisé, il n'a pas de système national de santé unifié, il n'a pas de système national de santé publique unifié. Le CDC [Center for Disease Control and Prevention - Centre pour le contrôle et la prévention des maladies - NdT] est une merveilleuse institution, mais une grande partie de la gestion des problèmes de santé publique est déléguée à l'État et aux collectivités locales. Je crains que les injustices et les inégalités inhérentes au système américain ne se reproduisent : le virus frappera les Américains vulnérables, les Américains qui n'ont pas accès aux soins de santé, ceux qui n'ont pas d'assurance maladie, ceux qui dépendent du système scolaire pour nourrir leurs enfants, et ce, de manière terrible.

Le gouvernement a annoncé ici le financement d'un vaccin, ou de plusieurs vaccins expérimentaux contre le virus. Êtes-vous d'accord qu'il n'y a aucun espoir d'obtenir un vaccin et de le diffuser dans la population à temps pour cette épidémie ?

Cela dépend de ce que vous entendez par cette épidémie. Cela dépend de la manière dont les épidémies qui se produisent se déroulent réellement. Si la transmission virale peut être supprimée grâce à une mobilisation du public britannique et du public en général, si vous pouvez convaincre le public de regarder les exemples de réussite et de les imiter, s'ils peuvent réussir à supprimer la transmission, alors vous pouvez gagner beaucoup de temps et peut-être que ce sera le cas, je veux dire que nous espérons tous qu'il y aura une certaine réduction de la transmission à l'approche des mois d'été et que cela permettra de gagner du temps. Je pense donc qu'il est possible de garder le virus sous contrôle dans une certaine mesure. Je pense que beaucoup de gens tomberont malades et beaucoup de gens mourront malheureusement avant que les vaccins ne soient disponibles, mais je pense qu'il est possible d'administrer un vaccin si nous le traitons comme un « objectif Lune », si nous le traitons avec l'urgence d'une mobilisation en temps de guerre, afin de pouvoir administrer un vaccin à temps pour sauver beaucoup de vies. Je pense qu'il est important, lorsque l'on demande au public de se mobiliser et d'intensifier cette lutte contre le virus, de comprendre quelles sont ces échéances et d'être réaliste à ce sujet. Notre calendrier, celui du NIH [National Institutes of Health, institutions gouvernementales des États-Unis qui s'occupent de la recherche biomédicale - NdT] aux États-Unis et celui de nombreux développeurs de vaccins bien informés - nous ne voyons pas comment un vaccin pourrait être disponible beaucoup plus rapidement que 12 à 18 mois - et même s'il était disponible dans 12 à 18 mois, ce serait littéralement le record mondial pour le développement et la livraison d'un vaccin et pour un vaccin qui serait disponible dans 12 à 18 mois, l'approvisionnement serait tel qu'il faudrait, d'un point de vue éthique, donner la priorité à ceux qui sont le plus à risque - nous ne pourrions pas avoir 7 milliards de doses de vaccin en 12 mois.

Donc, si c'est une guerre, selon vos termes, c'est une longue guerre ?

Elle est longue. C'est un virus qui va rester avec nous pendant un certain temps. De nombreux épidémiologistes pensent que le virus risque de devenir endémique au niveau mondial et d'être avec nous à perpétuité. Si je devais parier, je penserais que c'est le scénario le plus probable. Je pense donc qu'il est essentiel de développer un vaccin aussi vite que possible. Je pense que nous allons avoir besoin d'un vaccin pour le long terme. Je pense que ce virus va être avec nous - même s'il devait disparaître par magie - je pense que c'est un virus avec lequel nous allons devoir composer pendant des années.

Que dites-vous aux gens qui disent que vous utilisez ces métaphores de maréchal, vous en faites une affaire de peur. Vous avez un intérêt direct à faire peur aux gens pour que vous puissiez investir dans un vaccin. Que répondez-vous à cela ?

Je travaille sur la préparation aux épidémies depuis une vingtaine d'années et de manière totalement impartiale, sans élever la pression ou parler de manière hyperbolique. C'est la maladie la plus effrayante que j'ai jamais rencontrée dans ma carrière qui inclut le virus Ebola, le virus Mers, le virus SRAS et elle est effrayante parce que la combinaison de l'infectiosité et de la létalité semble être beaucoup plus élevée que celle de la grippe. Au CEPI, [Le CEPI est une fondation pour financer et coordonner le développement de nouveaux vaccins - NdT] nous tenons à être totalement transparents sur ce que nous faisons. En fait, nous n'essayons pas d'obtenir des ressources pour les fonctions du CEPI, nous essayons seulement d'obtenir des ressources pour la fabrication d'un vaccin Covid-19 et nous avons en fait dit que nous avons un fonds à la Banque mondiale, donc nous sommes supervisés par la Banque mondiale. Nous avons dit que si des fonds sont alloués à ce fonds d'intermédiaire financier à la Banque mondiale et que, pour quelque raison que ce soit, le virus disparaît par magie, la pandémie va et vient, le virus disparaît et le monde décide qu'il n'a pas besoin de vaccin, nous sommes heureux de restituer les fonds non dépensés aux investisseurs. Nous n'essayons pas de tirer profit de cette situation. En fait, nous voulons être très modestes sur le plan de l'organisation de ce que nous faisons. Et nous voulons être un instrument de la volonté mondiale.

Source : Channel 4 News, Youtube , 06-03-2020

Traduit par les lecteurs du site  les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

 les-crises.fr

 Commenter
Se réfère à : 1 article