La mission de médiation d'Abe à Téhéran pèse dans la balance

11-06-2019 reseauinternational.net 10 min #157643

par M.K. Bhadrakumar

A deux jours de l'arrivée du Premier Ministre japonais Shinzo Abe à Téhéran pour une mission de paix visant à promouvoir les pourparlers américano-iraniens, on assiste à une foule de spéculations en tout genre. En général, il y a beaucoup d'excitation dans les médias. Ainsi, les médias occidentaux ont mis en avant les remarques du commandant du groupe d'attaque américain Lincoln, le contre-amiral John F. G. Wade, pour les faire sonner belliqueuses et provocantes.

Cependant, Téhéran n'est pas tombé dans ce piège. Le fait est que les militaires américains et iraniens ont une grande expérience de la compréhension mutuelle de leurs intentions et de l'élaboration de règles de base pour la cohabitation dans les eaux surpeuplées du golfe Persique. Cet arrangement fonctionne bien depuis quatre décennies et, de toute évidence, une « nouvelle normalité » est apparue récemment avec le déploiement récent d'un groupe d'attaque nucléaire américain dans la région.

Le Tehran Times a publié un rapport sobre sur les remarques de l'amiral Wade, faisant ressortir avec force ce que l'amiral souhaitait transmettre (et l'appréciation de l'Iran). Le quotidien influent de l'establishment a souligné la remarque de Wade :

« Depuis que nous opérons dans la région, nous avons eu plusieurs interactions avec les Iraniens. Jusqu'à présent, tous ont été sûrs et professionnels - c'est-à-dire que les Iraniens n'ont rien fait pour entraver notre manœuvrabilité ou n'ont pas agi d'une manière qui nous aurait obligé à prendre des mesures défensives«.

Voilà qui résume à peu près l'état de la situation dans le golfe Persique. Les faits sont importants.  Le Tehran Times a rapporté :

« Un mois après son arrivée dans la région, le Lincoln n'est pas entré dans le golfe Persique, et il n'est pas évident qu'il le fera. L'USS Gonzalez, un destroyer qui fait partie du groupe d'attaque Lincoln, opère dans le Golfe Persique«.

« La semaine dernière, le Lincoln se trouvait à environ 320 kilomètres (200 milles) au large de la côte est d'Oman dans la mer d'Arabie. Il devrait encore traverser le golfe d'Oman et le détroit d'Ormuz avant d'atteindre le golfe Persique«.

De toute évidence, la « nouvelle normalité » n'est pas aussi précaire que le montrent certains médias ( ici,  ici, et  ici). On assiste à beaucoup d'étalage mais une guerre ? Aucune chance.

Entre-temps, les États-Unis  ont étendu leurs sanctions contre l'industrie pétrolière iranienne pour couvrir leur plus grand groupe pétrochimique. Cette décision semblait être dans la continuité, mais le moment de l'annonce (vendredi) est intrigant - bien qu'il s'agisse d'une tendance désormais familière d'une administration hésitante qui tire dans des directions différentes. Il ne fait aucun doute que Téhéran  a remis en question les véritables intentions des États-Unis en prenant une telle mesure à un moment où tout le monde parle de négociations.

L'administration de Trump a fait un pas imprudent à la veille de la mission d'Abe, qui aurait pu être évité. C'est un point discutable, que Trump en ait été conscient ou non. Téhéran aborde tout de même les pourparlers avec Abe avec calme et détermination.

Il n'est pas surprenant que l'Iran minimise les pourparlers à venir. Un  commentaire paru dans le Teheran Times du week-end a cité la décision prise vendredi par Washington d'étendre les sanctions au secteur pétrochimique, confirmant que la Maison-Blanche n'a pas l'intention de « se retirer » de sa stratégie de « pression maximale ». Le commentaire considère que les pressions sont doubles : l'aversion pour la guerre dans l'opinion publique américaine et le manque de soutien de la part des alliés à l'égard de sa politique iranienne.

Il est intéressant de noter que le commentaire pèse sur la mission d'Abe, estimant que son résultat dépend de deux facteurs - la « volonté réelle » et la détermination des États-Unis et de l'Iran à résoudre les problèmes actuels, en particulier la « volonté réelle des États-Unis » et, deuxièmement, la capacité du Japon à influencer les décisions américaines.

Le ministre des Affaires Étrangères Javad Zarif  s'est félicité de la visite d'Abe :

« Nous écouterons attentivement les points de vue d'Abe, puis nous exprimerons les nôtres en détail«.

Mais il a souligné que les États-Unis doivent mettre un terme à leur « guerre économique ». Il a révélé que Téhéran a déjà sensibilisé Abe à cette affaire.

Il est important de noter que le porte-parole du Conseil Suprême de Sécurité Nationale de l'Iran  a noté que le succès de la visite d'Abe pourrait être garanti si seulement le Japon avait fait des efforts pour « renvoyer les États-Unis au JCPOA (accord nucléaire de 2015) et compenser (sic) les pertes subies par l'Iran (dues aux sanctions) » ainsi que pour supprimer le régime de sanctions américaines.

La visite d'Abe à Téhéran est une étape importante dans les relations bilatérales entre le Japon et l'Iran dans la mesure où il s'agit du premier événement de ce type depuis la Révolution Islamique de 1979, bien que les deux pays aient maintenu des liens d'amitié tout au long de cette période. Téhéran espère qu'Abe pourra obtenir des dérogations de la part des États-Unis pour pouvoir acheter du pétrole à l'Iran.

De toute évidence, le point de référence pour les négociateurs iraniens sera les remarques faites par le Guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, le 29 mai dernier, lors d'un discours prononcé devant une assemblée d'universitaires, de chercheurs et d'élites iraniens à Téhéran. Khamenei a déclaré que l'essentiel est que :

« nous ne négocierons pas sur les questions fondamentales de la Révolution. Les négociations sur cette question impliquent des échanges commerciaux, c'est-à-dire que nous renonçons à nos capacités défensives. Nous ne négocierons pas notre capacité militaire«.

En général, Khamenei déclare que les États-Unis ont l'habitude de cibler les actifs d'un pays en exerçant des pressions sur lui. Dans ce contexte, la négociation devient une tactique pour contraindre l'interlocuteur à échanger ses avoirs nationaux.

« Ils font pression jusqu'à ce que l'adversaire soit fatigué, et proposent de négocier. Cette négociation est complémentaire à la pression et vise à faire du profit. Ils exercent des pressions et proposent ensuite de négocier. C'est ce que la négociation signifie pour eux. Leur stratégie n'est pas la négociation. C'est de la pression. La négociation fait partie de la stratégie de pression«.

C'est pourquoi, a souligné Khamenei, l'Iran a dû recourir à la résistance comme « contre-mesure ». Pour le citer :

« La contre-mesure pour nous (Iran) est d'utiliser nos propres moyens de pression pour faire face à leurs pressions (américaines). Cependant, si nous sommes trompés par leur appel à la négociation et que nous considérons que nos moyens de pression sont inutiles, nous déraperons et cela équivaut à une défaite absolue«.

(Des extraits du discours de Khomeini sont  ici.)

 M.K. Bhadrakumar

Source :  Abe's mediatory mission to Tehran hangs in the balance

traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Proposer une solution