l'interview de Ren Zhengfei (Pdg chinois de Hawei) dans le Point: la Chine a peur des Etats-Unis (1)

07-07-2019 3 articles histoireetsociete.wordpress.com 10 min #158825

la Chine a peut-être peur des Etats-Unis mais monsieur Ren Zhengfei ne semble pas inquiet sur l'avenir de Huawei, au contraire... dans cette première partie de l'interview, le pDG de Huawei en tous les cas fait- une démonstration que Marx ne désavouerait pas sur l'influence de ce qui est le pire : la colonisation qui est le prélude à l'unité du genre humain et à percer les poches d'autarcie... Il dit poliment: « vous avez été » des pillards, le pire des fleaux, mais aussi la base d'une émancipation... (note de danielle Bleitrach)

Le Point : Vous êtes à la tête d'un géant technologique mondial et au coeur d'un retentissant conflit entre les Etats-Unis et la Chine, dans le viseur de Donald Trump. Rien ne vous y predestinait dans la province pauvre du Guishou où vous avez grandi...

Een Zhengfei: Ah ça non... [Rires]

Votre histoire en dit long sur celle de la Chine. Racontez-nous. D'abord votre enfance...

Depuis l'école primaire jusqu'à la deuxième année du collège, je vivais dans un village du district deZhening. IL y a là-bas des coutumes et des traditions de minorités ethniques qui attirent beaucoup de touristes aujourd'hui. Mais à l'époque, nous devions affronter la pauvreté [au début de la grande famine qui a frappé la Chine de 1958 à 1961. Ren Zhengfei avait 14 ans NDLR]

Vous dites qu'à l'époque tous vos vêtements étaient rapiécés.

Oui, nous vivions dans la pauvreté, mais, comme nous ne connaissions rien d'autre, on était plutôt heureux. D'autant plus qu'on ignorait l'existence des baguettes françaises qui sont di délicieuses [sourire]. Petit, je n'ai jamais voyagé au-delà de 15 kilomètres autour de mon village. Plus tard mon père [Ren Moxum, un agriculteur devenu comptable dans une fabrique d'armes durant l'occupation japonaise, puis institeur, NDLR] a été muté à Duyun, une petite ville située au coeur d'une région peuplée de minorités ethniques. J'y ai vécu de la troisième année du collège jusqu'au bac. Duyun était une cité très moderne à mes yeux, car les boutiques se trouvaient dans des immeubles de deux étages. Nous trouvions cela incroyable. Certains se moquaient de notre famille parce que nous croyions que Dyun était une grande ville, alors qu'elle avait plutôt la taille d'un gros bourg. Plus tard, quand j'ai été admis à l'université, j'ai quitté la province du Guizhou. je ne suis jamais retournée pour y vivre.

Avez-vous souffert de la faim?

La question serait plutôt de savoir si je me souviens d'avoir un jour mangé à ma faim dans mon enfance. A l'époque, c'était rare d'avoir de quoi se nourrir.

Cette Chine que vous décrivez semble appartenir à un autre temps....

C'est comme si la Chine avait grimpé un escalier pas à pas, sans savoir, au départ, à quoi ressemblait le deuxième étage de la maison. L'éducation chinoise a permis aux enfants des zones rurales d'apercevoir le deux_ème étage. Et ils ont constaté à quel point la vue est belle de là-haut. De nos jours, grâce à internet, tous les enfants ont droit à cette vue magnifique.

Vous êtes souvent décrit comme un ancien militaire, parce que vous avez travaillé dans l'armée chinoise de 1974 à 1982. Qu'y faisiez vous?

J'étais ingénieur. Le premier projet auquel j'ai participé a été la construction d'une usine de fibres textiles chimiques à Liaoyang, dans le nord -est de la Chine. A l'époque, il n'y avait pas assez de coton. Cette usine avait un haut niveau d'automisation, et elle a d'ailleurs importé des équipements produits par deux entreprises françaises: le spécialiste de la distillation des produits chimiques Speichim et la société de produits pétroliers Technip. J'ai d'ailleurs retrouvé une vieille photo prise à l'époque avec un des ingénieurs français [photo publiée par l'hebdomadaire]

C'était il y a bien longtemps. Maintenant, vous dirigez un titan des télécoms et des nouvelles technologies... Comment avez-vous fait pour que Huawei connaisse une si forte croissance?

La clé du succès consiste à créer de la valeur pour les clients. En dépit de la pression exercée par les Etats-Unis, le pays le plus puissant du monde, les clients n'ont pas arrêté d'acheter nos produits et nos équipements 5G. Cela montre que notre fidélité envers eux et nos efforts dans la création de valeur ont portés leurs fruits. Mais vous voulez savoir ce qui m'inquiète le plus? C'est la possibilité qu'après un tel succès les employés perdent l'envie... Qu'ils ne veuillent plus prendre de postes difficiles. Mais les menaces de Donald Trump ont insufflé une nouvelle dynamique à notre groupe! Et nos employés sont encore plus stimulés qu'avant.

Justement, venons-e, à ol'origine de cette affaire qui secoue le monde: votre fille Meng Wanzhou, directrice financière de Huawei, a été arrêtée au Canada à la demande de la justice américaine le 1er décembre 2018 sur des accusations de fausses déclarations concernant des ventes de produits Huawei en Iran en dépit de l'embargo, puis remise en liberté sous caution, maéis interdite de sortie du territoire. Les Etats-Unis réclament son extradition.

Ma fille n'a rien fait de mal. Son arrestation par le Canada n'a pas été effectuée dans les règles. je crois fermement que le Canada est un Etat de droit et qu'il faut des preuves pour arrêter quelqu'un. je suis convaincu qu'ele sera libérée. On attend patiemment que la procèdure légale aille à son terme.

La principale inquiétude de l'occident à votre égard concerne l'espionnage. Vous avez récemment indiqué que Huawei était prêt à signer des accords de non-espionnage. Est-ce que cela pourrait se conclure avec la France et avec l'Europe?

A tout moment.

Le gouvernement chinois a promulgué une loi qui oblige les entreprises à coopérer avec les services de renseignement de l'Etat chinois. Comment pouvez-vous dans ces conditions signer un accord de non -espionnage avec la France, par exemple?

Nous devons non seulement signer cet accord avec des entreprises françaises, mais également encourager le gouvernement chinois à le signer avec le gouvernement français.

Vous vous présentez officiellement comme une entreprise privée. mais le gouvernement chiois ne vous a-t-il pas aidé à vous développer?

Nous sommes soumis à la législation chinoise et payons des taxes au gouvernement chinois. Mais nous sommes indépendants. Pas un centime de capital ne provient de l'Etat. Tout un chacun peut consulter notre rapport annuel qui est audité par KPMG [il nous tend le rapport]

Oui, mais si le gouvernement chinois vous demande des informations provenant, par exemple, d'un routeur internet ou d'une antenne SG, comment pourriez-vous les lui refuser?

Premièrement, nous sommes responsables envers nos clients. Deusièmement, le gouvernement chinois ne nous l'a jamais demandé. Nous vendons aux clients des appareils nus qui sont comme des tuyaux et des robinets. Les terminaux sont des robinets alors que les équipements sont des tuyaux. Ce qui coule dans les tuyaux que ce soit de l'eau ou de l'huile, est déterminé par le système d'information, géré par les opérateurs. Ce n'est donc pas nous qui décidons. Nous n'avons pas accès aux données. J'ose promettre à nos clients qu'il n'y a pas de portes dérobées. J'espère que vous pourrez demander aux entreprises américaines, lors de vos interviews, d'assurer qu'ils n'en ont pas non plus et de signer le même accord avec le gouvernement français.

Pourquoi, vous pensez que Google, facebook et cisco ne pourraient pas prendre cet engagement?

je ne sais pas.

Est-ce que vous concevez, globalement, que les Occidentaux redoutent l'expansionnisme chinois?

Si on regarde l'histoire de la Chine, longue de plueirs milliers d'années, on voit qu'elle n'a jamais été un pays expansionniste. Elle conduit maintenant une politique de réforme et d'ouverture. Cette politique qui nous encourage à sortir de la Chine se fait par des moyens commerciaux. Nous n'avons pas exporté nos idéologies.

Au début du XVème siècle, l'amiral Zheng He est parti explorer le monde jusqu'aux côtes somaliennes, avec des bateaux trois fois plus grands que ceux de Christophe Colomb. Mais l'empire Ming a arrêté les expéditions... Existe-t-il toujours en Chine un débat entre aventure et repli?

L'objectif de Zheng He était différent de celui de Christophe Colomb. Zheng he a apporté des cadeaux aux pays qu'ils découvrait, il ne visait pas l'expansion commerciale. Chez Colomb, le but principal était de trouver de l'or et des épices, et il a d'ailleurs réussi. En cherchant la richesse et l'élargissement de leur puissance commerciale, les Européens ont apporté au monde leurs langues- l'anglais, le français, le portugais, l'espagnol- ainsi que leurs cultures. Ils voulaient que les populations locales partagent leur idéologie. Un grand nombre de missionnaires sont partis prêcher au-delà de leurs frontières, de sorte que le christianisme s'est répandu dans le monde entier. J'ai beaucoup d'admiration pour cet esprit entreprenarial des Européens, mais aussi ppour toutes les petites églises que j'ai vues dans les forêts tropicales en Afrique, et même dans le désert du Sahara.

Pourquoi?

Les missionnaires risquaoent leur vie pour convertir des peuples au chrstianisme. sans les missionnaires, les Africains ne parleraient pas loes mêmes la,gues que le reste du monde (anglais, français,portugais, etc.) et il serait difficile de développer l'Afrique aujourd'hui.Je suis allé visiter un endroit reculé de la Chine: Pu'er, un village de l'ethnie minoritaire lahu; Il y a plus d'un siècle, les missionnaires y ont introduit la guitare. cela a changé la destinée de ce village, qui s'est ensuite pris de passion pour la musique [il tend son téléphone, une édition limitée Huawei Mate Porsche design, où l'on voit des enfants qui chantent, accompagnés par desdultes qui jouent de la guitare]. regardez! Cette vidéo a été prise en avril dernier. Ce sont les missionnaires qui ont apporté la culture et le développement dans certaines régions arriérées.

Les missionnaires ont donc apporté les guitares à la Chine tandis que, vous, vous apportez la 5 G au monde...

c'est la prochaine étape. Avec la 5G, les musiciens du monde entier pourront jouer une chanson ensemble, car la latence, c'est-à-dire le temps de réponse, sera très faible.

D'accord pour la musique. Mais comprenez-vous quand même pourquoi les Occidentaux sont actuellement nerveux vis-à vis de la nouvelle puissance chinoise?

Ce sont les Etats-Unis qui exacerbent les tensions. Ils exagèrent notre influence géopolitique. Ce genre de propagande, associée au fait que beaucoup ne sont jamais venus en Chine, crée des incompréhensions. La Chine n'a pas la capacité de déployer des navires de guerre n'importe où sur la planète comme peuvent le faire les Etats Unis. personnellement,je pense que la Chijne a seulement mis en place un système défensif, la Chine a peur des Etats-Unis.

La suite: Et l'Europe?

 histoireetsociete.wordpress.com

 Proposer une solution

Articles associés plus récents en premier
07-07-2019 histoireetsociete.wordpress.com 8 min #158833

Suite interview Pdg Huawei, on n'arrête pas les roues de l'histoire et les gênes industrielles de l'Europe (3)

« LES GENES DE LA REVOLUION INGUSTRIELLE SONT TOUJOURS PRESENTS EN EUROPE. CES GENES SONT DES PERLES. L'EUROPE A BESOIN D'UN FIL POUR EN FAIRE UN COLLIER. «, les atouts français selon monsieurRen Zhengfei. ce que dit cet entrepreneur chinois est parfaitement stupéfiant. Au moment même où on croit avoir affaire au capital et au libéralisme dans ses aspects les plus insupportable, qui propose d'en finir avec tout le code du travail, il y a un renversement de perspective.

07-07-2019 histoireetsociete.wordpress.com 9 min #158832

Interview du Pdg d'Huawei dans le Point (suite) les effets des sanctions de Trump sur l'entreprise et le développement des forces productives (2)

Monsieur Ren Zhengfei tente la séduction des entrepreneurs et du gouvernement français, mais sa démonstration reste un pur chef d'oeuvre d'un point de vue marxiste, surtout quand l'on sait l'intérêt que Marx accordait aux chemins de fer...la 5G pezrmettrait de rendre les « villes intelligentes » puisque la conduite y serait automatique et une bonne partie de la police, de s urgences en matière d'accident et de santé seraient automatisées.

 Se réfère à : 1 article