Les députés adoptent la loi controversée de lutte contre la haine en ligne

09-07-2019 5 articles francais.rt.com 5 min #158939

Les députés ont adopté la loi de lutte contre la haine en ligne qui permet aux plateformes en ligne de supprimer des contenus jugés illicites. Pour ses détracteurs, elle constitue, dans certains cas, une atteinte à la liberté d'expression.

L'Assemblée nationale a approuvé largement ce 9 juillet la proposition de loi LREM controversée de lutte contre la haine sur internet. Le texte de la députée de Paris Laetitia Avia a été validé en première lecture par 434 voix pour, 33 contre et 69 abstentions. Il passera à la rentrée au Sénat, en vue d'une adoption définitive rapide.

Il contraint les plateformes en ligne à retirer ou déréférencer dans un délai de 24h tout contenu «manifestement» illicite, après notification par un ou plusieurs utilisateurs, sous peine d'être condamnés à des amendes allant jusqu'à 1,25 million d'euros. Sont visées les incitations à la haine, à la violence, les injures à caractère raciste ou encore les injures religieuses. Au-delà, le texte prévoit une série de nouvelles contraintes pour les plateformes : transparence sur les moyens mis en œuvre et les résultats obtenus, coopération renforcée notamment avec la justice, surcroît d'attention aux mineurs. Le tout sera contrôlé par le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA).

Les détracteurs de la loi dénoncent une atteinte aux libertés fondamentales

La quasi-totalité des députés LREM, MoDem et UDI ont voté en faveur de l'adoption de la proposition de loi, mais une poignée se sont abstenus. Philippe Latombe (MoDem) a même voté contre, jugeant «sans doute inconstitutionnelle» la «perte de souveraineté consécutive à la décision de confier la modération aux seules plateformes, avec le risque d'aseptisation et d'uniformisation des contenus, et d'atteinte à la liberté d'expression».

Lire aussi

La France obtient de Facebook la transmission des adresses IP des auteurs de propos haineux en ligne

Dans le camp des farouches opposants, les Insoumis ont refusé que «sous prétexte de responsabiliser les plateformes», la proposition de loi «déresponsabilise l'Etat». Egalement contre, les députés RN dont Marine Le Pen s'inquiètent pour «les libertés publiques». Les trois quarts des Républicains ont en revanche voté pour, les socialistes se sont partagés entre abstention et pour, et enfin les élus Libertés et territoires ainsi que communistes se sont majoritairement abstenus. Confier aux  GAFA (Google, Amazon, Facebook et Apple) le soin de réguler «ne va pas dans le bon sens», mais que la France se saisisse du sujet est «une avancée», selon le porte-parole PCF Sébastien Jumel.

Invité ce même 9 juillet sur RT France, l'avocat au barreau de Paris, Thierry Vallat, a estimé que ce texte pouvait «rogner» les libertés fondamentales et notamment la liberté d'expression. S'il estime que cette loi permettra certes de supprimer des contenus en ligne incitant à la haine, il pointe néanmoins le risque réel que des plateformes tel que Facebook ou Twitter - sous le prétexte d'agir sous le principe de précaution - suppriment des publications dont le caractère illicite ne soit pas prouvé.

Hors Palais Bourbon, le texte a également uni contre lui quantité d'acteurs parfois pour des raisons différentes, au nom des risques de «censure». Dans une lettre ouverte, la Ligue des droits de l'Homme, la présidente du Conseil national du numérique et encore la présidente du Conseil national des barreaux ont plaidé que «le juge doit être au cœur tant de la procédure de qualification des contenus que de la décision de leur retrait ou blocage».

 Lire aussi : Censure ou régulation ? Le projet de loi contre la cyberhaine rencontre des oppositions (VIDEOS)

 francais.rt.com

 Proposer une solution

Articles associés plus récents en premier
16-07-2019 mrmondialisation.org 7 min #159229

Loi de 1881 : comment le gouvernement va s'attaquer à la presse

Dans un contexte de critique généralisée et de perte de confiance vis-à-vis de la presse, la réforme de la loi de 1881 proposée par le gouvernement passe relativement inaperçue. Pourtant, argumente Usul dans sa dernière vidéo, les mesures envisagées signeraient un véritable recul de la liberté des journalistes en France, et menacent la société dans son ensemble. Le point.

D'abord les procès bâillon et le secret des affaires, maintenant une nouvelle loi sur la presse qui entraverait lourdement la liberté d'expression des journalistes.

16-07-2019 lesakerfrancophone.fr 7 min #159226

La France est devenue l'une des menaces mondiales contre la liberté d'expression

Par Jonathan Turley - Le 6 juillet 2019 - Source  The Hill

Il y a un peu plus d'un an, le Président français Emmanuel Macron est venu aux États-Unis en apportant deux espèces potentiellement envahissantes à Washington. L'une n'était autre qu'un arbre et la seconde une répression de la liberté d'expression.

13-07-2019 francais.rt.com 4 min #159133

Loi cyberhaine : une «approche répressive» pour la Commission nationale des droits de l'homme

Créée en 1947, la Commission nationale consultative des droits de l'homme a tiré à boulets rouges sur la loi contre la haine en ligne. Censure, menace sur la liberté d'expression, loi mal rédigée : l'autorité administrative multiplie les réserves.

C'est une nouvelle voix discordante qui se fait entendre contre le projet de loi contre la cyberhaine, voté en première lecture par l'Assemblée nationale le 9 juillet dernier.

11-07-2019 les-crises.fr 15 min #159004

L'Assemblée nationale adopte et aggrave la loi « haine » . Par La Quadrature du Net

Source :  La Quadrature du Net, 09-07-2019

L'Assemblée Nationale a adopté aujourd'hui la loi « haine », débattue mercredi et jeudi derniers. Le texte n'a pas été amélioré mais au contraire aggravé, avec des ajouts absurdes et dangereux.

Sur les dangers de ce texte tel qu'issu des travaux en commission des lois (avant son passage en séance plénière), nous avions déjà écrit  plusieurs articles à ce sujet.

 Se réfère à : 1 article

 Référencé par : 2 articles