01/06/2020 2 articles les2rives.info  3 min #174758

Les Usa réduisent à la faillite une compagnie qui effectuait des échanges pétrole contre nourriture

La firme Libre Abordo a déclaré dans un communiqué que ces derniers mois, les deux sociétés ont été confrontées à des défis "disproportionnés" allant de la chute des prix du pétrole à des "campagnes de diffamation" et même à des pressions du "gouvernement américain pour mettre fin à nos opérations".

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo et l'envoyé spécial pour le Venezuela Elliott Abrams ont déclaré aux journalistes fin avril que le Département d'État et le Département du Trésor enquêtaient sur la question de savoir si plusieurs entreprises violaient les sanctions imposées à la compagnie pétrolière d'État vénézuélienne PDVSA à partir de janvier 2019.

Libre Abordo avait réitéré à Reuters dans le passé que "ni les compagnies maritimes engagées pour effectuer les mouvements d'hydrocarbures du PDVSA ne sont soumises à une quelconque sanction, primaire ou secondaire, de la part du gouvernement américain.

Reuters a récemment révélé que le FBI enquête sur plusieurs sociétés mexicaines et européennes qui seraient impliquées dans le commerce du pétrole vénézuélien, tout en recueillant des informations pour une enquête du département du Trésor américain sur d'éventuelles sanctions, selon quatre personnes connaissant bien la question.

Trois des personnes qui ont fourni des informations au FBI, qui ont demandé l'anonymat pour discuter de l'affaire, ont déclaré que l'agence enquêtait sur trois entreprises mexicaines : Libre Abordo, Schlager Business Group et Grupo Jomadi Logistics & Cargo.

"La pression politique internationale a conduit Libre Abordo et Schlager à cesser de lever des cargaisons de pétrole vénézuélien", a déclaré Libre Abordo. "Malheureusement, aujourd'hui, l'entreprise est en faillite et même le président du Venezuela, Nicolas Maduro, a annoncé la fin de nos accords d'échange".

Le président vénézuélien a déclaré samedi, sans mentionner les noms des entreprises, qu'"ils ont fait tomber notre accord" d'échange.

Les deux sociétés mexicaines étaient devenues les plus grands intermédiaires pour le pétrole vénézuélien au cours des derniers mois, selon les documents d'exportation internes de PDVSA examinés par Reuters.

Libre Abordo a réitéré, en citant les experts juridiques qu'elle a engagés, que les accords qu'elle a signés en 2019 avec la société publique vénézuélienne de commerce extérieur (Corpovex) pour échanger du maïs et des camions-citernes pour transporter de l'eau contre du brut vénézuélien étaient autorisés par les sanctions de Washington tant qu'il n'y avait pas de paiements en espèces au gouvernement Maduro.

Source: Ana Isabel Martínez y Marianna Párraga ( Reuters) - Traduction: Romain Migus

 les2rives.info

 Commenter

Articles associés
1 occurrence 24/06/2020 mondialisation.ca  8 min #175898

Venezuela: Le côté sombre des sanctions

Pour avoir une bonne discussion, nous devons commencer par r...
Dans le cadre du droit contemporain de l'Occident, parler de...
Ces mesures sont par nature arbitraires et discrétionnaires,...
Les motivations pour imposer des mesures coercitives unilaté...
La mise en place de mesures coercitives unilatérales est des...
Le but fondamental des mesures coercitives unilatérales est ...

Se réfère à : 1 article

Référencé par : 1 article