Accepter cookie ?
11/01/2021 3 articles reseauinternational.net  8 min #184047

« C'était une attaque coordonnée » : Le Pdg de Parler s'exprime après avoir été viré d'Amazon et jure de tout rebâtir « à partir de rien »

par Jade.

Le PDG de Parler, John Matze,  a publié une déclaration (c'est nous qui soulignons) :

« Dimanche (demain) à minuit, Amazon fermera tous nos serveurs pour tenter de supprimer complètement la liberté d'expression sur Internet. Il est possible que Parler ne soit pas disponible sur Internet pendant une semaine, alors que nous rebâtissons à partir de zéro. Nous nous sommes préparés à de tels événements en ne nous appuyant jamais sur l'infrastructure propriétaire d'Amazon et en construisant des produits entièrement neufs.

Nous ferons de notre mieux pour passer à un nouveau fournisseur dès maintenant car nous avons beaucoup de concurrents pour notre activité, cependant Amazon, Google et Apple ont délibérément fait cela dans le cadre d'un effort coordonné, sachant que nos options seraient limitées et que cela causerait le plus de dommages, juste au moment où le président Trump a été banni des entreprises technologiques.

Il s'agissait d'une attaque coordonnée des géants de la technologie pour tuer la concurrence sur le marché. Nous avons eu trop de succès trop rapidement. Vous pouvez vous attendre à ce que la guerre contre la concurrence et la liberté d'expression se poursuive, mais ne nous excluez pas ». #speakfreely

***

Le marteau est donc tombé tard samedi, quand Amazon a officiellement lancé le service d'hébergement cloud, AWS  selon Buzzfeed. La suspension signifie qu'une fois que l'interdiction prendra effet dimanche, le site web -  qui est toujours en service en ce moment - sera hors ligne jusqu'à ce qu'il trouve quelqu'un d'autre pour l'héberger.

***

Comme prévu, Apple a retiré définitivement Parler de son app store samedi. « Il n'y a pas de place sur notre plateforme pour les menaces de violence et d'activités illégales », a déclaré le fabricant d'iPhone,  selon CNN qui ajoute qu'Apple a informé Parler de sa décision dans un message disant qu'il avait violé les conditions de l'app store de la société.

« Les processus que Parler a mis en place pour modérer ou empêcher la diffusion de contenus dangereux et illégaux se sont révélés insuffisants », a déclaré Apple à Parler. « Plus précisément, nous avons continué à trouver des menaces directes de violence et des appels à l'incitation à des actions illégales en violation de la directive 1.1 - Sécurité - Contenus répréhensibles ».

L'avis d'Apple a indiqué que les réponses de Parler à un avertissement antérieur étaient inadéquates, y compris la défense de Parler qu'il avait pris la rhétorique violente sur sa plate-forme « très au sérieux pendant des semaines » et qu'il avait un plan de modération « pour le moment », selon Apple.

Une recherche de l'application Parler à partir de 20h a montré que l'application n'était plus là, la requête de recherche renvoyant des substituts recommandés :

« Parler n'a pas pris les mesures adéquates pour faire face à la prolifération de ces menaces à la sécurité des personnes », a déclaré Apple dans une déclaration à CNN Business. « Nous avons suspendu Parler de l'App Store jusqu'à ce qu'ils résolvent ces problèmes ».

La décision d'Apple fait suite à une décision similaire de Google de retirer Parler du Google Play Store, et après qu'Amazon (AMZN) a subi des pressions de ses propres employés pour qu'ils cessent d'héberger le site web de Parler sur Amazon Web Services.

John Matze, le PDG de Parler, a écrit dans un message sur sa plateforme qu'Apple « va interdire Parler jusqu'à ce que nous renoncions à la liberté d'expression, que nous mettions en place des politiques larges et envahissantes comme Twitter et Facebook et que nous devenions une plateforme de surveillance en poursuivant la culpabilité de ceux qui utilisent Parler avant l'innocence ».

« Ils prétendent que c'est dû à la violence sur la plateforme », a écrit Matze à propos d'Apple, qu'il a également accusé d'être un « monopole logiciel », une attaque particulièrement pertinente en ce moment étant donné le procès antitrust en cours contre Apple de la part du fabricant de Fortnite, Epic Games. « La communauté n'est pas d'accord car nous avons frappé le numéro 1 sur leur magasin aujourd'hui ».

Matze a promis de partager "plus de détails sur nos prochains plans à venir dès que nous aurons de nombreuses options."

***

Plus tôt :

Une coalition d'employés d'Amazon a exigé que la mégacorp de Seattle retire Parler de la plateforme Amazon Web Services (AWS), à moins que les « messages incitant à la violence » ne soient supprimés, ce qui obligerait le concurrent de Twitter, qui obligerait le réseau amical de Trump, à trouver un autre hébergeur.

Selon  CNBC, un groupe de défense des employés - Amazon Employees for Climate Justice - a déclaré dans un tweet publié samedi qu'AWS devrait « refuser les services de Parler jusqu'à ce que le réseau supprime les messages incitant à la violence, y compris lors de l'inauguration présidentielle ».

Enough is enough. Amazon hosts Parler on @awscloud.
As Amazon workers, we demand Amazon deny Parler services until it removes posts inciting violence, including at the Presidential inauguration.
We cannot be complicit in more bloodshed and violent attacks on our democracy.

Plus via CNBC :

« La pression monte pour qu'Amazon arrête d'héberger Parler sur AWS après que d'autres géants de la technologie ont pris des mesures contre l'application de médias sociaux à la suite de l'émeute meurtrière du Capitole américain en début de semaine. Vendredi, Google a retiré Parler de sa boutique d'applications pour les utilisateurs d'Android, Google Play Store. BuzzFeed News a rapporté vendredi qu'Apple a menacé de retirer Parler de son magasin d'applications.

Parler, qui a été lancé en 2018, est devenu une plateforme populaire pour les alliés du président Trump au cours de l'année dernière en se présentant comme une alternative de libre expression aux services de médias sociaux traditionnels comme Twitter et Facebook » -  CNBC

Pour justifier la censure de Parler, les critiques ont cité des articles appelant à des « pelotons d'exécution », comme celui de l'avocat Lin Wood (qui, selon certains, a remis le Sénat aux démocrates en demandant ouvertement aux Géorgiens de ne pas voter au second tour des élections à moins que les candidats du Parti républicain ne soutiennent les accusations de fraude électorale de Trump).

En 2019, Amazon a mis un terme à son partenariat avec Twitter et le GAB alternatif pour les messages des utilisateurs. Le PDG Andrew Torba a essentiellement accusé la CIA - affirmant qu'une « campagne PSYOP a commencé début décembre » dans laquelle les comptes nouvellement créés « surgissaient de nulle part et faisaient des menaces de violence ».

La lettre de Torba se poursuit :

« Après cette semaine, la raison pour laquelle cette PSYOP (opération psychologique des renseignements) a été lancée est claire : pour démanteler les plateformes alt-tech et les encadrer pour les manifestations du 6 janvier qui se sont terminées par le meurtre d'une femme non armée par la police.

Presque immédiatement après que la police ait autorisé les manifestants à entrer au Capitole, le New York Times a commencé à raconter que cette manifestation avait été organisée sur des sites alt-tech, et en particulier sur Gab, sans fournir de preuves, de captures d'écran, de noms d'utilisateur ou d'indices pour étayer ces affirmations sans fondement. J'ai enregistré une vidéo qui montre comment tout cela s'est passé. J'espère que vous prendrez le temps de la regarder pour apprendre comment fonctionne le complexe Mockingbird Media de la CIA. La façon dont nous ripostons est avec la vérité et en disant la vérité à leur pouvoir, qui est en train de disparaître rapidement ».

Pendant ce temps, Parler s'est hissé  au premier rang des applications de l'app store d'Apple.

«  Parler a vu environ 210 000 installations dans le monde le vendredi 8 janvier, soit une augmentation de 281% par rapport aux 55 000 environ du 7 janvier, selon les données du service d'analyse  Sensor Tower. « Aux États-Unis, l'application a été téléchargée environ 182 000 fois le 8 janvier, soit une augmentation de 355% par rapport aux 40 000 installations du 7 janvier. Depuis mercredi, l'application a été installée à environ 268 000 reprises dans les magasins d'applications américains », a écrit un représentant de presse de  Sensor Tower dans un courriel ». - TechCrunch

Et alors que les conservateurs s'empressent de télécharger l'application avant qu'elle ne soit déplateformée chez un autre géant des médias sociaux, nous devons maintenant nous demander s'ils pourront même trouver un nouveau foyer au sein d'une constellation collusoire de grandes technologies - dont au moins une valorisait l'expression « penser différemment » (think different).

source :  aubedigitale.com

 reseauinternational.net

 Commenter
admin [Commentaire] 2021-01-11 #10253

j'ai déjà dit ça depuis longtemps,
il faut être con pour confier son infra aux gafam,
c'est pour cela que j'ai créé ces infrastructures logicielles parallèles dont personne ne veut alors qu'elles sont simples et faciles à faire évoluer.

admin [Commentaire] 2021-01-12 #10257
bon bin, lol.
j'ose à peine répéter pour la millionième fois toujours la même chose alors bon, bin lol.

 /
@Ummo_Sciences @pipol741 @YannickCharlie1 Merci Davy, info capitale
nan mais je me demande comment les gars font au niveau markting pour paraître fiables et respectables en faisant une telle daube, alors que quand tu fais des trucs vraiment destinés à servir la liberté on n'obtient que du mépris et du silence.
le truc simple, la recette, c'est que "la censure", la gestion des question difficiles d'un réseau social virtuel, sans quoi il sombre vite dans la nullité, c'est d'en confier les rennes aux utilisateurs eux-mêmes, et de tout fonder sur les systèmes de votes.
le système de vote le plus à-même de retranscrire de façon numérique une opinion populaire est le vote par jugement majoritaire. Aussi, si quelqu'un voulait être censuré, ce ne serait que par un nombre de vote associé au nombre de soutiens.
les réseaux sociaux virtuels devraient être, ou au moins se considérer eux-mêmes, comme des services publics, dans la mesure où ils sont dirigés par la loi, les droits de l'homme, et la recherche de justice.
mais surtout, ce qui m'intéresse le plus, au niveau de l'infrastructure, il faut une totale et réelle autodétermination logicielle. Les outils doivent être pensés pour être 1) facilement compréhensibles et éditables 2) servir l'éducation 3) faciles à faire évoluer collectivement.
Le truc quand un logiciel a des dépendances aux produits Gafam, c'est que les éditeurs de composants (framework php, interface asynchrone, etc) ces éditeurs ont tout pouvoir pour hacker le site autant qu'ils veulent à l'occasion de la première mise à jour automatique.
Ce qui est recherché par une mécanique logicielle hyper-simplifiée, et totalement propriétaire, quoi que open source, est un site hyper-réactif, efficace, et dont la circulation des données est totalement transparente.
En l'occurrence, on peut avoir des logiciels qui réagissent mille fois plus vite que fb, (un million de fois plus que Gab) nettement plus confortables, et ce confort se traduit par une plus grande aisance dans le désir de contribuer à ses systèmes de votes.
la première fois que j'ai vu les services amazon (dont Parler dépend mais dont il veut se détacher) j'étais étonné de l'incroyable stupidité de confier ses systèmes de gestion de données à un tel monstre dont on disait "en plus c'est pas cher !" (lol)

Articles associés plus récents en premier
1 occurrence 13/01/2021 dedefensa.org  16 min #184133

Confession d'un ennemi des Gafam

 Ouverture libre

Nous présentons rapidement un texte d'interview, avec l'intention d'y revenir très vite par ailleurs puisqu'il s'agit de ce conflit gigantesque en cours aux USA, après l'intervention extrêmement censureuse des GAFAM. Cette intervention affecte non seulement le président des Etats-Unis, comme ce fut le cas au départ, mais à peu près autour de 70 000 de ses partisans, membres de son administration, amis politiques ou 'alliés objectifs',  Deplorables et vulgum pecus, etc., 'déplateformés'plus ou moins nettement par les GAFAM.

1 occurrence 12/01/2021 francesoir.fr  3 min #184102

Parler.com, le site de la liberté d'expression condamné au silence

Depuis lundi, le réseau social  Parler.com est inaccessible, provoquant la colère des membres et celle des fondateurs, qui voient une attaque en règle contre la liberté d'expression.

C'est au cours de l'été 2018, que l'homme d'affaires américain John Matze a créé le site de microblogging  Parler.com. Ce réseau social, largement inspiré dans sa présentation et son fonctionnement par Twitter, ambitionnait de favoriser la « liberté d'expression », et en affichant fièrement son slogan « Read News, Speak Free », littéralement en français « Lisez l'actualité, parlez librement », Parler.com a rapidement attiré de nombreux membres, inquiets de la censure de plus en plus présente sur Twitter et plus généralement sur les réseaux sociaux.

Se réfère à : 1 article

Référencé par : 2 articles