Accepter cookie ?
22/01/2021 reseauinternational.net  3 min #184590

La Turquie s'en prend à Twitter : « Nous ne permettrons jamais le fascisme numérique »

par Jade.

Le pugnace président de la Turquie n'a jamais hésité à s'attaquer à des ennemis étrangers et nationaux, qu'il s'agisse de courtiers en devises qui court-circuitent la lire, de sa propre banque centrale ou des Big Tech.

Alors que Twitter et d'autres sociétés de médias sociaux ont été félicités par les grands médias pour avoir mis fin au « discours » conservateur en Amérique, certains géants de la technologie sont réprimés par le président Recep Tayyip Erdogan après avoir adopté de nouvelles lois sur les médias sociaux,  selon RT News.

En renversant les rôles des grandes technologies autoritaires, Erdogan a récemment déclaré que les entreprises qui contrôlent les données pourraient établir « des dictatures numériques en ignorant la démocratie, la loi, les droits et les libertés ». Il s'est engagé à défendre la « cyber-patrie » de sa nation en s'assurant que la Turquie garde le contrôle des données de ses citoyens.

Ankara a interdit les publicités sur Pinterest, Twitter, et Periscope après qu'ils aient omis d'assigner des représentants locaux en Turquie, en vertu de la nouvelle loi mise en place par l'Autorité des Technologies de l'Information et de la Communication de la Turquie, a informé que les entreprises de médias sociaux qui ne s'y conforment pas immédiatement seraient responsables d'une série d'amendes et/ou de sanctions.

« Nous sommes déterminés à faire tout ce qui est nécessaire pour protéger les données, la vie privée et les droits de notre nation », a tweeté le vice-ministre des transports Omer Fatih Sayan. « Nous ne laisserons jamais le fascisme numérique et le mépris des règles prévaloir en Turquie ».

La loi donne aux autorités turques la possibilité de retirer des contenus des plateformes plutôt que d'en bloquer l'accès - comme cela se faisait auparavant. Les critiques de Erdogan affirment que la nouvelle loi donne à Ankara plus de pouvoir pour censurer les plateformes de médias sociaux.

Il y a environ un mois, YouTube a déclaré que la société respecterait la nouvelle loi alors que le gouvernement de Erdogan s'acharne sur les entreprises technologiques étrangères.

Facebook, YouTube et Twitter risquent toutes des amendes dans le pays pour ne pas se conformer à la nouvelle loi. Les entreprises qui rejettent la nouvelle loi verront leur bande passante réduite au cours des prochains mois.

Bien sûr, la tentative de Erdogan de maintenir les grandes entreprises technologiques dans le droit chemin est tout le contraire aux États-Unis, où le gouvernement fédéral a permis aux grandes entreprises technologiques d'interdire ou de limiter l'accès des médias sociaux au président, à ses partisans et aux groupes de droite.

source :  aubedigitale.com

 reseauinternational.net

 Commenter
Se réfère à : 1 article