Accepter cookie ?
07/09/2021 reseauinternational.net  12 min #194765

Réflexions sur les événements en Afghanistan (partie 4) - par M.k. Bhadrakumar

 1ère partie - Réflexions sur les événements en Afghanistan

 2ème partie - Réflexions sur les événements en Afghanistan

 3ème partie - Réflexions sur les événements en Afghanistan

*

par M.K. Bhadrakumar.

9. Une aubaine politique pour les Taliban

Les terribles attaques terroristes de Kaboul, qui ont tué au moins 12 militaires américains et des dizaines de civils, vont conduire à un niveau de coopération plus élevé entre les États-Unis et les Taliban.

Le commandant du CENTCOM, le général Kenneth McKenzie, a révélé jeudi aux journalistes que les États-Unis partageaient déjà avec les Taliban des informations sur les menaces terroristes en Afghanistan. Comme il l'a dit, « Nous partageons des versions de ces informations avec les Taliban afin qu'ils effectuent réellement des recherches Nous pensons qu'ils ont déjoué certaines menaces ».

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré qu'un mécanisme de communication entre la Russie et les États-Unis sur l'Afghanistan avait été mis en place et que les contacts allaient probablement se poursuivre. Cette déclaration fait suite à une conversation téléphonique entre le secrétaire du Conseil de Sécurité russe, Nikolai Patrushev, et le conseiller américain à la Sécurité nationale, Jake Sullivan, pour discuter de la situation en Afghanistan.

La marche victorieuse des Taliban sur Kaboul a stupéfié l'administration Biden. La tâche immédiate à accomplir était de lancer l'évacuation des citoyens américains et des milliers de ressortissants afghans de l'aéroport de Kaboul. Cette redoutable opération de sécurité a nécessité une relation de travail avec les Taliban, alors même que, parallèlement, l'administration Biden commençait à prendre des mesures pour punir les insurgés victorieux en leur coupant l'accès aux fonds.

De son côté, le Taliban est resté largement coopératif. Le niveau de sécurité augmentant, le président Biden a chargé le directeur de la CIA, William Burns, de se rendre à Kaboul pour rencontrer le chef politique des Taliban, le mollah Abdul Ghani Baradar. Rétrospectivement, la mission de Burns aurait été, au moins en partie, de sensibiliser Baradar aux rapports des services de renseignement concernant une menace terroriste imminente pour Kaboul.

En effet, le président Biden lui-même a déclaré plus d'une fois ces derniers jours que les Taliban sont un ennemi invétéré de l'État islamique - et vice versa. Biden a probablement fait part aux Taliban d'une convergence d'intérêts limitée en matière de collaboration.

Le 25 août dernier, le secrétaire d'État Antony Blinken avait déjà admis devant la presse à Washington que, lorsqu'il s'agissait de traiter avec le gouvernement taliban, les intérêts personnels des États-Unis passaient avant tout. Selon Blinken, « à l'avenir, nous jugerons notre engagement avec tout gouvernement dirigé par les Taliban en Afghanistan sur la base d'une proposition simple : nos intérêts, et si cela nous aide à les promouvoir ou non ».

Blinken a ajouté : « D'un point de vue pratique, il est dans notre intérêt » de s'engager avec les Taliban, affirmant qu'un gouvernement afghan qui respecte ses engagements en matière de renonciation au terrorisme, de protection des droits de l'homme et d'autorisation de départ est « un gouvernement avec lequel nous pouvons travailler ».

Il faut donc s'attendre à ce que les attentats terroristes de Kaboul entraînent une révision majeure de l'approche de Washington à l'égard des Taliban. Reste à savoir quelle direction elle prendra. Mais en tout état de cause, un engagement plus profond avec les Taliban est devenu une nécessité pour Washington pour la simple raison qu'ils sont la réalité incontournable à Kaboul et qu'ils contrôlent la quasi-totalité de l'Afghanistan - et qu'il se trouve qu'ils sont implacablement opposés à l'État islamique et à divers autres groupes terroristes.

Le message de Biden était fort et clair lorsqu'il a menacé l'État islamique depuis la Maison Blanche : « Nous ne pardonnerons pas. Nous n'oublierons pas. Nous vous pourchasserons et vous ferons payer ». Cela signifie que l'ostracisation du gouvernement taliban à Kaboul n'est plus une option viable pour l'administration Biden.

Le problème sera celui des conditions d'engagement. Les États-Unis auront certainement besoin d'une forte présence des services de renseignement à Kaboul. Ainsi, la réouverture de l'Ambassade américaine à Kaboul pourrait devenir inévitable plus tôt que prévu.

Les Taliban sont pragmatiques. Ils accueilleront favorablement les ouvertures américaines en faveur d'un engagement, car elles peuvent ouvrir la voie à la reconnaissance de leur gouvernement, à une légitimité internationale accrue et, surtout, à l'accès aux fonds bloqués et à la reprise de l'aide des institutions financières internationales telles que la Banque mondiale et le FMI, ainsi que des agences des Nations unies.

Le renforcement des relations avec les États-Unis aidera grandement les Taliban à consolider leur gouvernement et à se concentrer sur la gouvernance. Il est clair qu'il n'y aura pas de place pour un mouvement de résistance anti-taliban en Afghanistan. Les Pandjshiris seront assez intelligents pour s'en rendre compte.

Le paradoxe est que les horribles événements survenus à l'aéroport de Kaboul peuvent s'avérer être une aubaine politique pour les Taliban. Dans un avenir prévisible, l'Afghanistan restera un État de première ligne pour Washington en termes de menaces potentielles que les groupes terroristes font peser sur la sécurité nationale des États-Unis.

Et le contre-terrorisme sera le leitmotiv de la nouvelle relation entre les États-Unis et les Taliban. Bien entendu, la qualité de cette relation dépendra de plus en plus de la mesure dans laquelle le gouvernement taliban sera réceptif aux attentes et aux exigences américaines en matière de sécurité.

Les questions relatives aux droits de l'homme seront inévitablement reléguées au second plan. L'Occident accepte déjà à contrecœur qu'il ne faut pas s'attendre à une transformation démocratique de l'Afghanistan et que les valeurs occidentales normatives ont peu d'adeptes dans ce pays.

La question qui se pose désormais n'est pas de savoir si les Taliban ont changé depuis les années 1990, mais plutôt dans quelle mesure ils sont prêts à changer. L'autonomie stratégique des Taliban en tant que manifestation de l'Islam politique sera renforcée. Le meilleur espoir serait qu'avec le temps et l'expérience acquise par les Taliban en matière de gestion de l'État, ils puissent adopter certaines caractéristiques des Frères musulmans, dont ils auraient rencontré les idéologues basés à Doha ces dernières années.

Toutefois, pour Biden, la débâcle afghane a entraîné une baisse spectaculaire de sa cote de popularité auprès des électeurs. À l'heure actuelle, les sondages montrent qu'une majorité d'Américains préféreraient que Biden ne se présente pas à la Maison-Blanche en 2024. Entre-temps, tout revers sérieux lors des élections de mi-mandat l'année prochaine signifierait la perte du contrôle du Congrès, ce qui pourrait paralyser la présidence.

Biden doit faire face à une grave crise politique au niveau national. Certes, les récents événements en Afghanistan vont sérieusement affecter la capacité d'attention de l'administration Biden et sa capacité à contrer le défi de la Chine et de la Russie sur la scène mondiale. En fait, la question du nucléaire iranien se profile comme un énorme défi dans l'immédiat.

La capacité de l'Amérique à diriger ses alliés transatlantiques est déjà remise en question. La réunion des dirigeants du G7, mardi, a révélé les lignes de faille. Deux jours plus tard, les limites de la puissance américaine ont été pleinement exposées à Kaboul.

source :  indianpunchline.com

Le conseiller à la Sécurité nationale des États-Unis Jake Sullivan

10. Les Taliban ont conclu un accord global avec les États-Unis. La voie est libre pour le nouveau gouvernement de Kaboul

Le conseiller américain à la Sécurité nationale, Jake Sullivan, a évoqué le 29 août, dans une interview accordée à « Face the Nation » sur CBS, l'évolution des relations entre Washington et les Taliban afghans. Trois éléments en ressortent.

Premièrement, Sullivan a révélé que les « frappes sur l'horizon » contre l'État islamique au Khorassan depuis l'extérieur de l'Afghanistan se poursuivront, mais il a exclu tout retour aux missions de combat.

Deuxièmement, Sullivan a affirmé qu'après le retrait complet des troupes américaines d'Afghanistan, le 31 août, « nous nous assurerons que tout citoyen américain, tout résident permanent légal, ainsi que les Afghans qui ont servi les intérêts américains, puissent passer en toute sécurité ».

Il a ajouté que les Taliban « ont fait savoir, tant en privé qu'en public, qu'ils autoriseraient le passage en toute sécurité » et que Washington a les moyens de s'assurer qu'ils « respectent leurs engagements ».

Troisièmement, et c'est le plus important, bien que l'Ambassade américaine à Kaboul reste fermée à compter du 1er septembre, « nous disposerons de moyens et de mécanismes pour avoir des diplomates sur place (à Kaboul), pour pouvoir continuer de traiter ces demandes, pour pouvoir faciliter le passage d'autres personnes qui veulent quitter l'Afghanistan ».

Sur ce, Sullivan a ajouté :

« Et au fil du temps, en fonction de ce que font les Taliban, de la manière dont ils respectent leurs engagements en matière de sécurité du passage, de traitement des femmes, de respect de leurs engagements internationaux de ne pas laisser l'Afghanistan devenir une base pour le terrorisme dans le reste du monde, nous pourrons prendre d'autres décisions concernant la présence diplomatique et d'autres questions au fur et à mesure. Mais il incombera aux Taliban de prouver leurs engagements et leur volonté de respecter les obligations qu'ils ont contractées et qui leur sont imposées par le droit international ».

En résumé, les États-Unis semblent avoir négocié un accord global avec les Taliban dont la conclusion logique, dans un avenir envisageable, sera la  réouverture de l'Ambassade américaine à Kaboul.

Une longue dépêche de Voice of America, basée sur les informations d'un « haut dirigeant taliban sous couvert d'anonymat », rapporte que le nouveau gouvernement taliban est « en phase finale » d'annonce. Il semble certain que l'annonce pourrait intervenir sous peu.

Il est certain que le gouvernement comprendra tous les membres de l'actuelle Rahbari Shura, ou Conseil de Direction des Taliban, mais le cabinet pourrait compter plus de 26 membres en tout.

Il est intéressant de noter que,  selon VOA, « lors de leurs consultations internes, les Taliban ont également discuté de la possibilité de nommer Sirajuddin Haqqani ou le mollah Yaqoub (fils du mollah Omar) Raees ul Wazara, un poste équivalent à celui de premier ministre » - et « si Haqqani devient premier ministre, Yaqoub pourrait être ministre de la Defense, puisqu'il dirige actuellement la commission militaire des Taliban ».

L'importance réside dans l'acceptation par Washington du gouvernement taliban comme une réalité incontournable. Au-delà de la rhétorique, les États-Unis sont déjà engagés avec les Taliban dans un esprit constructif. Les principaux alliés des États-Unis, l'Allemagne et la France, font de même.

En d'autres termes, l'ostracisation du gouvernement taliban n'est plus une option, sauf dans le cas très improbable où les Taliban manqueraient à leurs engagements dans le cadre de l'accord global.

Du point de vue des Taliban, cet accord est éminemment satisfaisant. Les Taliban ont l'habitude de respecter leurs engagements envers les Américains. Même après que le pacte de Doha de février 2020 ait commencé à s'effilocher, les Taliban ont tenu parole sur la plus importante des garanties de l'accord, à savoir qu'ils n'attaqueraient pas les forces américaines. Et ils ont tenu parole même face à toutes ces frappes aériennes féroces menées par les États-Unis au cours des derniers mois, contrairement à ce qu'ils avaient promis aux Taliban.

Pendant ce temps, le vent du changement souffle également sur la table en fer à cheval du Conseil de Sécurité de l'ONU. Il est intéressant de noter que la déclaration du Conseil de Sécurité de l'ONU du 27 août condamnant les attaques terroristes de Kaboul a exclu pour la première fois les Taliban des groupes afghans soutenant les terroristes, et s'est contentée de dire qu' « aucun groupe ou individu afghan ne devrait soutenir des terroristes opérant sur le territoire d'un autre pays ».

En fait, un jour après l'arrivée au pouvoir des Taliban dans le pays, le Conseil de Sécurité de l'ONU avait  déclaré le 16 août : « Les membres du Conseil de Sécurité ont réaffirmé qu'il importait de lutter contre le terrorisme en Afghanistan pour faire en sorte que le territoire de ce pays ne soit pas utilisé pour menacer ou attaquer un autre pays, et que ni les Taliban ni aucun autre groupe ou individu afghan ne devraient soutenir les terroristes opérant sur le territoire d'un autre pays ».

Pourtant, à peine 11 jours plus tard, vendredi dernier, il n'y a plus aucune référence aux Taliban en tant que groupe terroriste ! Il est clair que la nouvelle approche des États-Unis à l'égard des Taliban, en tant qu'interlocuteurs constructifs et coopératifs, se frotte au Conseil de Sécurité de l'ONU. C'est du réalisme avec un grand « R ». La voie doit s'ouvrir au plus tôt pour  lever les sanctions de l'ONU contre les dirigeants taliban.

Tout cela doit être une pilule amère à avaler pour le gouvernement Modi, alors que l'Inde assure également la présidence tournante du Conseil de Sécurité des Nations unies jusqu'à la fin du mois.

Vraisemblablement, pour apaiser le sentiment d'humiliation et de défaite de l'Inde dans toute la saga afghane, le secrétaire d'État américain Antony Blinken s'est entretenu samedi avec le ministre des Affaires étrangères S. Jaishankar.

Selon le compte rendu du Département d'État, les deux ministres ont « discuté d'un large éventail de priorités communes, notamment la poursuite de la coordination sur l'Afghanistan et aux Nations unies (et) ont convenu de rester étroitement coordonnés sur les objectifs et priorités communs afin d'approfondir le partenariat entre les États-Unis et l'Inde ».

Diplomatie mise à part, l'administration Biden s'attend à ce que le gouvernement Modi continue de rester fidèle à son camp, même si Washington continue à agir dans son propre intérêt. La récente prophétie du premier ministre Modi selon laquelle les Taliban n'ont pas d'avenir n'a pas réussi à faire impression sur la Maison Blanche de Biden.

 M.K. Bhadrakumar


source :  indianpunchline.com

traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter