15/10/2021 reseauinternational.net  4 min #196494

La Russie sauvera-t-elle à nouveau l'Europe ?

par Andrei Martyanov.

Oui. C'est un maudit fardeau civilisationnel que les Russes portent avec eux depuis des siècles maintenant. Bien sûr, les Russes seront, à la fin, comme toujours, accusés d'être des brutes non civilisées, des escrocs perfides et des occupants par les Européens « reconnaissants », mais il y a des choses que l'on ne peut éviter.

Vladimir Poutine doit s'exprimer lors d'une réunion sur l'énergie le 13 (Peskov a déjà annoncé que Poutine ferait une annonce importante) et l'annonce portera, très probablement, sur la fourniture à l'Europe d'énergie pour survivre à l'hiver prochain et rigoureux. Les déchets humains des médias occidentaux, notamment le Wall Street Journal, sont déjà à pied d'œuvre pour tenter d'évaluer dans quelle mesure la Russie va se renforcer.

Il est évident que la Russie n'a pas intérêt à voir l'Europe se transformer en un désastre, avec notamment la mort de secteurs entiers d'industries qui, autrement, auraient été des clients de l'énergie russe. Mais on ne peut occulter le facteur humanitaire évident.

Comme le rapporte le Telegraph britannique ( ici, en russe, car tous ces torchons de merde sont derrière le paywall), l'UE envisage de centraliser les achats de gaz russe pour garantir un meilleur prix. La réaction des Russes à la vidéo allemande sur la façon de se chauffer a été à la fois un « on vous l'avait dit » et de la compassion.

« Les  analystes doutent que cela fasse une grande différence dans l'immédiat, car pour l'instant la Russie n'a pas beaucoup de réserves, mais le vice-premier ministre Alexander Novak a déclaré que même une petite quantité supplémentaire de gaz exporté pourrait freiner ce que Moscou caractérise comme une frénésie spéculative en Europe ».

Et puis, il y a la Chine, qui connaît elle aussi une croissance économique fulgurante, sans planification adéquate et en s'amusant avec des idées « vertes » suicidaires. C'est juste que la preuve empirique de l'idiotie pure, voire de la criminalité, de ces idées « vertes » est apparue aussi vite et aussi tôt - peut-être est-ce pour le mieux.

Les États-Unis sont également sur cette voie et, bien qu'ils ne soient pas un fournisseur d'énergie aussi important que la Russie, ils sont condamnés, dans le cadre des politiques économiques, culturelles, éducatives et militaires suicidaires actuelles, à perdre l'un des derniers vestiges d'un véritable revenu, qui consiste à allouer un excédent modéré de GNL à vendre dans le monde entier.

Je dis que la Russie doit faire des gestes pour soulager la crise de l'Europe, mais PAS de charité, point final. Il existe un prix de marché pour le gaz, l'UE doit le payer après négociation, bien sûr. L'UE s'en est chargée elle-même, avec « l'aide » de la Fed américaine qui « imprime » des tonnes de liquidités qui poussent maintenant l'inflation déjà sévère vers le territoire de l'hyperinflation que les États-Unis ne seront pas en mesure de contrôler et les signes sont partout autour de nous. La crise énergétique n'est qu'un de ces signes.

Dans le même ordre d'idées, comme toujours, les « économistes » américains ont  reçu le prix Nobel le plus inutile, avec la littérature et la paix, en « économie » - une pseudo-science aux États-Unis. Mais tout cela n'est qu'une manifestation partielle de ce que j'écris sans arrêt depuis des années - une crise systémique du système économique et politique actuel de l'Occident qui a complètement perdu le contact avec la réalité et toute capacité à gouverner et qui en subit maintenant les conséquences. Ceci n'est qu'un échauffement. Les choses deviendront beaucoup plus intéressantes dans les mois à venir.

source :  smoothiex12.blogspot.com

traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter