Accepter cookie ?
18/10/2021 reseauinternational.net  11 min #196626

L'Agenda vert ou comment cette crise énergétique est différente de toutes les autres

par F. William Engdahl.

Le prix de l'énergie, toutes sources confondues, explose à l'échelle mondiale. Loin d'être accidentel, il s'agit d'un plan bien orchestré visant à faire s'effondrer l'économie mondiale industrielle qui a déjà été affaiblie de façon spectaculaire par près de deux ans de quarantaine ridicule due au Covid et les mesures connexes. Ce à quoi nous assistons, c'est à une explosion des prix des principales énergies que sont le pétrole, le charbon et maintenant surtout le gaz naturel.

Ce qui différencie cette situation des chocs énergétiques des années 1970, c'est que cette fois-ci, elle se développe alors que le monde de l'investissement des entreprises, utilisant le modèle frauduleux d'investissement vert ESG, désinvestit dans le pétrole, le gaz et le charbon du futur, tandis que les gouvernements de l'OCDE adoptent des énergies solaire et éolienne horriblement inefficaces et peu fiables qui assureront l'effondrement de la société industrielle peut-être dès les prochains mois. À moins d'une remise en question spectaculaire, l'UE et les autres économies industrielles sont en train de se suicider économiquement de manière délibérée.

Ce qui, il y a quelques années seulement, était considéré comme évident, c'est que la garantie d'une énergie abondante, fiable, efficace et abordable définit l'économie. Sans une énergie efficace, nous ne pouvons pas fabriquer de l'acier, du béton, extraire des matières premières ou tout autre produit qui soutient nos économies modernes. Au cours des derniers mois, le prix mondial du charbon destiné à la production d'électricité a doublé. Le prix du gaz naturel a augmenté de près de 500%. Le pétrole se dirige vers les 90 dollars le baril, son prix le plus élevé depuis sept ans. Il s'agit là d'une conséquence prévue de ce que l'on appelle parfois la Grande Réinitialisation de Davos ou la folie du programme vert zéro carbone.

Il y a une vingtaine d'années, l'Europe a entamé une transition majeure vers les mal nommées énergies renouvelables ou énergies vertes, principalement le solaire et l'éolien. L'Allemagne, le cœur de l'industrie européenne, a mené la transformation avec l'Energiewende mal conçue de l'ancienne chancelière Merkel, où les dernières centrales nucléaires allemandes fermeront en 2022 et où les centrales au charbon sont rapidement éliminées. Tout cela s'est maintenant heurté à la réalité : l'énergie verte n'est pas du tout en mesure de faire face à d'importantes pénuries d'approvisionnement. La crise était entièrement prévisible.

Les poules vertes rentrent au bercail

Avec le verrouillage généralisé de l'industrie et des déplacements en 2020, la consommation de gaz naturel de l'UE a chuté de façon spectaculaire. Le principal fournisseur de gaz de l'UE, le russe Gazprom, dans l'intérêt d'un marché ordonné à long terme, a dûment réduit ses livraisons sur le marché de l'UE, même à perte. Un hiver 2019-2020 exceptionnellement doux a permis au stockage de gaz de l'UE d'atteindre son maximum. Un hiver long et rigoureux a pratiquement effacé ce maximum en 2021.

Contrairement à ce que prétendent les politiciens de l'UE, Gazprom n'a pas fait de la politique avec l'UE pour forcer l'approbation de son nouveau gazoduc Nord Stream 2 vers l'Allemagne. Lorsque la demande de l'UE a repris au cours des six premiers mois de 2021, Gazprom s'est empressé d'y répondre et même de dépasser les niveaux records de 2019, et ce même au détriment de la reconstitution des  stocks de gaz russe pour l'hiver à venir.

Alors que l'UE est désormais fermement engagée dans un programme d'énergie verte, Fit for 55, et qu'elle rejette explicitement le gaz naturel comme une option à long terme, tout en tuant le charbon et le nucléaire, l'incompétence des modèles climatiques des groupes de réflexion qui justifiaient une société électrique 100% sans CO2 d'ici 2050 s'est imposée.

Parce que les investisseurs financiers de Wall Street et de Londres ont vu l'avantage des énormes profits de l'agenda de l'énergie verte, en travaillant avec le Forum économique mondial de Davos pour promouvoir le modèle d'investissement ESG risible, les compagnies pétrolières, gazières et charbonnières conventionnelles n'investissent pas les profits dans l'expansion de la production. En 2020, les dépenses mondiales pour le pétrole, le gaz et le charbon ont chuté d'environ 1000 milliards de dollars. Ces dépenses ne reviendront pas.

Alors que BlackRock et d'autres investisseurs boycottent ExxonMobil et d'autres sociétés énergétiques en faveur de l'énergie « durable », un hiver exceptionnellement froid et long en Europe et un manque record de vent dans le nord de l'Allemagne ont déclenché un achat panique de gaz sur les marchés mondiaux du GNL début septembre.

Le problème, c'est que le réapprovisionnement est arrivé trop tard, car la plupart du GNL normalement disponible en provenance des États-Unis, du Qatar et d'autres sources avait déjà été vendu à la Chine, où une politique énergétique tout aussi confuse, notamment une interdiction politique du charbon australien, a entraîné des fermetures d'usines et un ordre récent du gouvernement de se procurer du gaz et du charbon « à tout prix ». Le Qatar, les exportateurs de GNL américains et d'autres ont afflué vers l'Asie, laissant l'UE dans le froid, littéralement.

La déréglementation de l'énergie

Ce que peu de gens comprennent, c'est comment les marchés de l'énergie verte d'aujourd'hui sont truqués pour profiter aux spéculateurs comme les fonds spéculatifs ou les investisseurs comme BlackRock ou Deutsche Bank et pénaliser les consommateurs d'énergie. Le prix phare du gaz naturel négocié en Europe, le contrat à terme TTF néerlandais, est vendu par l'ICE Exchange basé à Londres. Il spécule sur ce que seront les futurs prix de gros du gaz naturel dans l'UE dans un, deux ou trois mois. L'ICE est soutenu par Goldman Sachs, Morgan Stanley, la Deutsche Bank et la Société Générale, entre autres. Le marché est constitué de ce que l'on appelle des contrats à terme ou des produits dérivés sur le gaz.

Les banques ou d'autres acteurs peuvent spéculer pour quelques centimes par dollar, et lorsque l'on a appris que les réserves de gaz de l'UE pour l'hiver à venir étaient faibles, les requins de la finance ont commencé à se nourrir. Au début du mois d'octobre, les prix à terme du gaz néerlandais TTF avaient explosé de 300% en quelques jours seulement. Depuis février, la situation est bien pire, puisqu'une cargaison standard de GNL de 3,4 trillions de BTU (British Thermal Units) coûte désormais 100 à 120 millions de dollars, alors qu'à la fin du mois de février, son coût était inférieur à 20 millions de dollars. Cela représente une augmentation de 500 à 600% en sept mois.

Le problème sous-jacent est que, contrairement à ce qui s'est passé pendant la majeure partie de l'après-guerre, depuis la promotion politique des « énergies renouvelables » solaires et éoliennes, peu fiables et coûteuses, dans l'UE et ailleurs (par exemple au Texas, en février 2021), les marchés des services publics d'électricité et leurs prix ont été délibérément déréglementés afin de promouvoir les alternatives vertes et d'évincer le gaz et le charbon sous l'argument douteux que leurs émissions de CO2 mettent en danger l'avenir de l'humanité si elles ne sont pas réduites à zéro d'ici 2050.

Les prix supportés par le consommateur final sont fixés par les fournisseurs d'énergie qui intègrent les différents coûts dans des conditions de concurrence. La façon diabolique dont les coûts de l'électricité dans l'UE sont calculés, prétendument pour encourager les énergies solaire et éolienne inefficaces et décourager les sources conventionnelles, est que, comme le dit l'analyste français de l'énergie Antonio Haya, « la centrale la plus chère parmi celles qui sont nécessaires pour couvrir la demande (centrale marginale) fixe le prix de chaque heure de production pour  l'ensemble de la production mise aux enchères ». Ainsi, le prix du gaz naturel d'aujourd'hui fixe le prix de l'électricité hydroélectrique à coût essentiellement nul. Compte tenu de la flambée du prix du gaz naturel, cela définit les coûts de l'électricité dans l'UE. Il s'agit d'une architecture de prix diabolique qui profite aux spéculateurs et détruit les consommateurs, notamment les ménages et l'industrie.

Une cause aggravante fondamentale des récentes pénuries de charbon, de gaz et de pétrole en abondance est la décision de BlackRock et d'autres trusts financiers mondiaux de forcer l'investissement loin du pétrole, du gaz ou du charbon - toutes des sources d'énergie parfaitement sûres et nécessaires - pour accumuler des énergies solaire ou éolienne grossièrement inefficaces et peu fiables. Ils appellent cela l'investissement ESG. C'est la dernière lubie de Wall Street et des autres marchés financiers mondiaux depuis que le PDG de BlackRock, Larry Fink, a rejoint le conseil d'administration du Forum économique mondial Klaus Schwab en 2019. Ils ont mis en place des sociétés de certification ESG de façade qui attribuent des notes ESG « politiquement correctes » aux sociétés boursières, et sanctionnent celles qui ne s'y conforment pas. La ruée vers les investissements ESG a rapporté des milliards à Wall Street et à ses amis. Elle a également freiné l'exploitation future du pétrole, du charbon ou du gaz naturel dans la majeure partie du monde.

La « maladie allemande »

Aujourd'hui, après 20 ans d'investissements insensés dans l'énergie solaire et éolienne, l'Allemagne, autrefois fleuron de l'industrie européenne, est victime de ce que l'on peut appeler la « maladie allemande ». Comme le syndrome hollandais, l'investissement forcé dans l'énergie verte a entraîné un manque d'énergie fiable et abordable. Tout cela pour un réchauffement de 1,5°C (non prouvé par le GIEC) qui est censé mettre fin à notre civilisation d'ici 2050 si nous ne parvenons pas à atteindre le zéro carbone.

Pour faire avancer l'agenda de l'UE sur l'énergie verte, les pays, à quelques exceptions près, ont commencé à démanteler le pétrole, le gaz, le charbon et même le nucléaire. Les dernières centrales nucléaires allemandes fermeront définitivement l'année prochaine. Les nouvelles centrales au charbon, équipées des derniers épurateurs de pointe, sont mises au rebut avant même d'avoir été lancées.

Le cas de l'Allemagne est encore plus absurde.

En 2011, le gouvernement Merkel a repris un modèle énergétique élaboré par Martin Faulstich et le Conseil consultatif de l'Environnement (SRU), qui affirmait que l'Allemagne pourrait atteindre une production d'électricité 100% renouvelable d'ici 2050. Selon eux, le recours au nucléaire ne serait plus nécessaire, pas plus que la construction de centrales au charbon avec captage et stockage du carbone (CSC). C'est ainsi qu'est née la catastrophique Energiewende de Merkel. Selon l'étude, elle fonctionnerait parce que l'Allemagne pourrait acheter par contrat de l'énergie hydroélectrique excédentaire, sans CO2, à la Norvège et à la Suède.

Or, avec la sécheresse extrême et l'été chaud, les réserves hydroélectriques de la Suède et de la Norvège sont dangereusement basses à l'approche de l'hiver, avec seulement 52% de leur capacité. Cela signifie que les câbles électriques vers le Danemark, l'Allemagne et maintenant le Royaume-Uni sont en danger. Et pour aggraver la situation, la Suède est divisée sur la fermeture de ses propres centrales nucléaires qui lui  fournissent 40% de son électricité. Et la France envisage de réduire d'un tiers le nombre de ses centrales nucléaires, ce qui signifie que la source d'approvisionnement de l'Allemagne sera également incertaine.

Le 1er janvier 2021 déjà, en raison d'une élimination progressive du charbon imposée par le gouvernement allemand, 11 centrales électriques au charbon d'une capacité totale de 4,7 GW ont été fermées. Cela n'a duré que 8 jours, lorsque plusieurs de ces centrales ont dû être reconnectées au réseau en raison d'une période prolongée de vents faibles. En 2022, la dernière centrale nucléaire allemande fermera et d'autres centrales au charbon fermeront définitivement, tout cela pour le  nirvana vert. En 2002, l'énergie nucléaire allemande était à l'origine de 31% de l'énergie électrique sans carbone.

Quant à l'énergie éolienne qui comble le déficit en Allemagne, en 2022, quelque 6000 éoliennes d'une capacité installée de 16 GW seront démantelées en raison de l'expiration des subventions de rachat des anciennes turbines. Le rythme d'approbation des nouveaux parcs éoliens est bloqué par la rébellion croissante des citoyens et par des contestations juridiques concernant la pollution sonore et d'autres facteurs. Une catastrophe évitable est en train de se produire.

La réponse de la Commission européenne à Bruxelles, plutôt que d'admettre les failles flagrantes de son programme d'énergie verte, a été de redoubler d'efforts comme si le problème était le gaz naturel et le charbon. Le tsar du climat de l'UE, Frans Timmermans, a déclaré de manière absurde : « Si nous avions eu l'accord vert cinq ans plus tôt, nous ne serions pas dans cette situation, car nous serions alors moins dépendants des combustibles fossiles et du gaz naturel ».

Si l'UE poursuit cet agenda suicidaire, elle se retrouvera dans un terrain vague désindustrialisé dans quelques années. Le problème n'est pas le gaz, le charbon ou le nucléaire. C'est l'énergie verte inefficace issue de l'énergie solaire et éolienne qui ne sera jamais en mesure d'offrir une énergie stable et fiable.

L'agenda pour l'énergie verte de l'UE, des États-Unis et d'autres gouvernements, ainsi que l'investissement ESG promu par Davos, ne feront que garantir qu'à l'avenir, il y aura encore moins de gaz, de charbon ou de nucléaire sur lesquels se rabattre lorsque le vent s'arrêtera, qu'il y aura une sécheresse dans les barrages hydroélectriques ou un manque d'ensoleillement. Il n'est pas nécessaire d'être un spécialiste des fusées pour comprendre que c'est une voie vers la destruction économique. Mais c'est en fait le but de l'énergie « durable » de l'ONU 2030 ou de la Grande Réinitialisation de Davos : la réduction de la population à grande échelle. Nous, les humains, sommes les grenouilles que l'on fait lentement bouillir. Et maintenant, les puissances en place font vraiment monter la température.

source :  journal-neo.org

traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter
Se réfère à : 1 article