29/03/2024 2 articles reseauinternational.net  6 min #245790

Attaque terroriste au Crocus City Hall : le bilan s'alourdit à 115 morts

Les déclarations remarquables faites par Alexander Bortnikov, directeur du Service fédéral de sécurité russe (Fsb)

par Gilbert Doctorow

Pour les non-initiés, j'explique d'abord que le FSB est l'organisation qui a succédé au célèbre et très redouté KGB de l'Union soviétique. Toutefois, le FSB d'aujourd'hui pourrait être mieux comparé au FBI aux États-Unis. Il s'occupe de la criminalité intérieure de toutes sortes et des menaces qui pèsent sur les civils russes, comme le terrorisme. L'agence et son chef font rarement la une des journaux.

À cet égard, le FSB est moins visible, tant en Russie qu'à l'étranger, que le service de renseignement extérieur dirigé par Sergueï Narychkine, une personnalité de l'État qui a passé cinq ans au cours de ce millénaire en tant que président de la Douma d'État, la chambre basse du Parlement russe, et trois ans en tant que chef de l'administration présidentielle. Dans ces deux fonctions, Narychkine a été très souvent vu à la télévision dans l'exercice de ses fonctions.

En revanche, Bortnikov a passé les 15 dernières années dans ses bureaux du FSB, à l'abri des regards. Hier, il a rencontré le journaliste de la télévision d'État russe Pavel Zarubin pour une interview, puis s'est laissé interroger par un groupe d'autres journalistes. Cette séance spontanée de questions-réponses a ensuite été diffusée au journal télévisé. Les propos de Bortnikov sont extraordinaires et ont une incidence directe sur la question de savoir si vous et moi devrions maintenant chercher des abris antiatomiques. Malheureusement, vous ne trouverez rien de tout cela dans les articles de fond des grands médias d'aujourd'hui. Le Financial Times, par exemple, relate la rencontre de Xi avec des PDG d'entreprises américaines pour renouer les liens : intéressant, mais pas très pertinent si nous sommes à l'aube de la troisième guerre mondiale.

*

Bortnikov est par définition un membre du cercle restreint des conseillers de Vladimir Poutine. Lui, Poutine et Narychkine ont à peu près le même âge. À 72 ans, Bortnikov n'a que quelques années de plus.

J'ai été particulièrement frappée par son assurance et le choix prudent et soigneusement pesé de ses mots, alors qu'il exposait l'orientation de l'enquête avec transparence et une attitude non affectée.

Les journalistes ont tous cherché à savoir qui était à l'origine de l'attaque terroriste. Bortnikov leur a répondu... ainsi qu'à nous-mêmes : les États-Unis, la Grande-Bretagne et l'Ukraine sont derrière l'acte terroriste commis par des extrémistes islamistes.

Bortnikov a déclaré que les premières constatations indiquent que les quatre auteurs du massacre se sont rendus en voiture à la frontière avec l'Ukraine où ils étaient attendus de l'autre côté. Il a expliqué très calmement que l'implication de puissances étrangères était en cours de clarification et qu'il ne dirait rien sous le coup de l'émotion, mais qu'il attendrait que les faits soient solidement rassemblés avant de les présenter.

Néanmoins, le fait qu'il ait désigné les États-Unis, la Grande-Bretagne et l'Ukraine comme les marionnettistes probables de l'acte terroriste était tout à fait digne d'intérêt. Rappelons qu'à la suite du bombardement des oléoducs Nord Stream, l'attaque la plus importante des 50 dernières années contre des infrastructures civiles essentielles au niveau mondial, les responsables russes n'ont pointé du doigt aucun pays. Il y a eu des insinuations, mais pas d'accusations directes comme celles que nous avons entendues de la bouche de Bortnikov.

*

Entre-temps, outre la discussion de Bortnikov avec les journalistes, de nombreux éléments nouveaux concernant l'attentat terroriste perpétré au Crocus City Hall ont été diffusés hier par le programme d'information et d'analyse de la télévision d'État russe, «Sixty Minutes». Nous avons notamment appris qu'au cours des derniers jours de février et des deux premiers jours de mars, deux des quatre assaillants se trouvaient à Istanbul. Le départ et l'arrivée de l'un d'entre eux à l'aéroport de Moscou ont été filmés. On nous a dit dans quels hôtels ils ont séjourné, et les selfies et autres photos prises par l'un d'eux à Istanbul ont été affichés à l'écran. On ne sait toujours pas qui ils ont rencontré en Turquie. Toutefois, la date elle-même est très importante, car il a été souligné qu'ils étaient retournés à Moscou pour perpétrer un attentat terroriste le 8 mars, Journée internationale de la femme, une date sacrée dans le calendrier russe. S'ils l'avaient fait ce jour-là, l'effet aurait été catastrophique pour les élections présidentielles en Russie une semaine plus tard.

Cependant, selon «Sixty Minutes», il a été déterminé que la sécurité de l'État russe le 8 mars était trop stricte pour que la mission terroriste réussisse et les États-Unis ont décidé de mettre un terme à cette opération. Il est à noter que c'est à peu près à ce moment-là que Victoria Nuland a présenté sa démission au département d'État (5 mars). Le lien de causalité possible ici mérite certainement l'attention de mes pairs de la communauté «dissidente» américaine.

Quoi qu'il en soit, le scénario qui a été exploré plus tard dans la journée lors de l'émission «Evening with Vladimir Solovyov» est que les Ukrainiens ont décidé de procéder à l'attaque terroriste une semaine après les élections présidentielles russes, alors qu'elle perdait la majeure partie de sa justification. Ils l'ont fait malgré les objections de Washington.

*

De temps à autre, des lecteurs me demandent pourquoi je prête attention à des émissions comme celle de Vladimir Solovyov. Ces sceptiques ont tendance à ignorer que Solovyov invite non seulement les habituels universitaires et journalistes irresponsables qui peuvent amuser le public, mais aussi des hommes d'État très sérieux qui sont proches du centre du pouvoir en Russie et exercent une influence sur la conduite de la politique étrangère et intérieure, notamment les présidents de commission et d'autres personnalités clés de la Douma d'État.

C'est ainsi qu'hier soir, nous avons entendu un membre de la commission des relations avec la Communauté des États indépendants (ex-Union soviétique). Faisant référence aux attaques terroristes incessantes contre les civils de la région frontalière russe de Belgorod en provenance de la ville voisine de Kharkiv (Ukraine), il a déclaré qu'il était temps de raser Kharkiv, de lancer un avertissement à la population pour qu'elle prenne sa voiture et se dirige vers l'ouest, puis de tout faire exploser. Kharkiv est d'ailleurs la deuxième ville la plus peuplée d'Ukraine après Kiev.

D'une manière générale, l'humeur des panélistes et de l'animateur Solovyov lui-même est en train de changer de manière radicale : L'Ukraine est considérée comme un État ennemi et plus vite elle sera éliminée, mieux ce sera. Hier soir, il a été question de la nécessité de procéder à des frappes de missiles pour détruire le palais présidentiel de Kiev ainsi que tous les centres militaires et autres centres de décision du gouvernement dans la capitale.

Comme nous l'avons observé à maintes reprises au cours des deux dernières années, le président Poutine a été la voix de la modération et de la retenue, s'opposant aux actions susceptibles de précipiter la Troisième Guerre mondiale. Cela touche clairement à sa fin lorsque son propre directeur du FSB désigne les États-Unis et le Royaume-Uni comme étant les planificateurs de la plus grande attaque terroriste en Russie depuis 20 ans.

source :  Gilbert Doctorow

 reseauinternational.net

 Commenter

Articles enfants
30/03/2024 dedefensa.org  5 min #245851

Les déclarations remarquables faites par Alexander Bortnikov, directeur du Service fédéral de sécurité russe (Fsb)

La tempête se lève

Les Russes progressent au niveau de la communication comme ils font la guerre en Ukraine : par attaques successives, bien préparées et assurées de marquer une avancée sans risques inutiles, avec l'utilisation d'une artillerie massive. C'est un peu à quoi ressemble la conférence qu'ont donné à divers journalistes les chefs des deux services principaux de sécurité : Alexander Bertino, qui dirige le FSB de sécurité intérieure (équivalent de la DGSI française et du FBI américaniste) et Sergei Narichkine, chef du SVR de renseignement extérieur (équivalent de la DGSE et de la CIA).