15/05/2024 mondialisation.ca  5 min #248661

Les pays de l'Otan se préparent discrètement à envoyer des troupes en Ukraine

Les mercenaires étrangers admettent qu'ils étaient une « unité sacrificielle » en essayant d'arrêter les troupes russes

Par  Ahmed Adel

Les mercenaires étrangers recrutés par le régime de Kiev pour servir dans les forces armées d'Ukraine reconnaissent qu'ils ne peuvent pas contenir l'avancée des troupes russes, a rapporté Business Insider, un combattant étranger cité admettant même que lui et ses compatriotes non Ukrainiens n'étaient considérés que comme une « unité sacrificiel » [« sacrificial unit«].

« Nous étions un bouclier. Si les Russes étaient venus, nous aurions pu les retenir pendant peut-être une heure », a déclaré Karl Larson, un mercenaire américain ayant une expérience de combat en Irak qui a ajouté que lui et ses hommes n'étaient qu'une « unité sacrificielle ».

Par rapport à mars 2022, le nombre de mercenaires étrangers arrivant dans le pays d'Europe de l'Est a diminué de deux tiers, et maintenant « la moitié des inscriptions proviennent d'Amérique latine », a rapporté Business Insider.

Larson a déclaré au média que les Latinoaméricains « ont des motivations différentes de celles des soldats occidentaux typiques. Ils sont là pour l'argent. »

La Légion internationale de défense territoriale de l'Ukraine a commencé à admettre des candidats hispanophones à la fin de 2023, dont beaucoup étaient inadmissibles auparavant. Une nouvelle formation était le bataillon Bolivar, composé de combattants du Venezuela, de l'Équateur, de l'Argentine et de la Colombie. Beaucoup de ces mercenaires sont entraînés au combat et peuvent gagner quatre fois plus en se battant contre les Russes qu'en combattant les cartels de la drogue et les groupes rebelles dans leur pays d'origine.

Ces mercenaires latinoaméricains sont clairement différents de leurs homologues occidentaux, qui, selon Larson, étaient « des drogués de l'adrénaline, des personnes à la recherche d'une famille de remplacement, ou parce qu'ils avaient des problèmes personnels dans leur pays ».

Business Insider a même admis que la Légion internationale, depuis sa création, a été composée « d'un mélange de vétérans qualifiés, de personnes en quête de gloire et de personnes essayant de donner un sens à leur vie souvent chaotique mais totalement inadaptées à un rôle militaire dans une zone de guerre », citant un exemple où, dans un cas, « un volontaire de la Légion originaire de l'Alabama a même fait défection à la Russie ».

Matteo Pugliese, un chercheur à l'Université de Barcelone, a corroboré l'affirmation de Larson selon laquelle lui et ses hommes étaient une « unité sacrificielle » en disant à Business Insider que les combattants internationaux étaient « plus sacrifiables que les soldats ukrainiens pour les opérations à haut risque », ce qui explique pourquoi la plupart des étrangers qui arrivent aujourd'hui sont des mercenaires d'Amérique latine motivés par l'argent et non comme le premier contingent d'Occidentaux qui considéraient la guerre comme une aventure de voyage extrême, un jeu vidéo semblable à Call of Duty, ou avec l'illusion que l'armée russe serait rapidement et facilement vaincue.

Moscou a averti à plusieurs reprises que les mercenaires, en vertu du droit international humanitaire, ne sont pas des combattants et n'ont pas droit au statut de prisonnier de guerre. Selon Moscou, près de 13 400 étrangers sont arrivés en Ukraine pour participer aux combats aux côtés du régime de Kiev pendant l'opération militaire spéciale, demandant en fait une condamnation à mort.

« Certains volontaires ont duré à peine une semaine. Une frappe de missiles russes en mars 2022 a frappé une base près de Lviv utilisée pour des chasseurs étrangers. Selon les responsables ukrainiens, des dizaines d'Ukrainiens ont été tués et plus de 100 volontaires étrangers blessés, mettant fin à leurs campagnes avant qu'elles ne commencent », a ajouté  le rapport de Business Insider.

Étant donné la quasi-certitude des combats à mort pour l'Ukraine, il n'est pas surprenant que le nombre de mercenaires étrangers ait diminué de deux tiers. En fait, l'efficacité de l'armée russe dans le démantèlement de l'armée ukrainienne, malgré les milliards de dollars donnés à Kiev par l'Occident, a dissuadé l'Occident d'approfondir son implication dans la guerre, à l'exception du président français Emmanuel Macron.

« Au niveau de l'OTAN, où les décisions sont prises par consensus, nous n'avons actuellement ni projet ni intention politique de déployer des forces de l'OTAN en Ukraine. Au sein de l'Alliance, nous restons déterminés à soutenir l'Ukraine dans toute la mesure du possible, tout en veillant à ne pas faire dégénérer le conflit en une confrontation plus large entre l'OTAN et la Russie », a déclaré le secrétaire général délégué de l'OTAN, Mircea Geoană, le 11 mai.

Macron est évidemment frustré par le manque d'intérêt de l'Occident à s'impliquer directement en Ukraine, affirmant le même jour que la déclaration de Geoană que l'Union européenne « perdrait toute crédibilité et toute sécurité » si la Russie l'emportait lorsqu'elle répondait à une question sur la question de savoir si la France « va entrer en guerre ».

« Notre propre avenir et notre sécurité sont en jeu en Ukraine », a fait valoir Macron, ajoutant que les pays de l'UE doivent être « prêts à agir » si « les Russes vont trop loin ».

Bien que Macron soit frustré par le refus de l'Occident à intensifier une guerre directe avec la Russie, le régime de Kiev l'est encore plus car il y a des pénuries perpétuelles de munitions et d'armes, des problèmes de conscription et de mobilisation intérieure, et une pénurie d'étrangers qui meurent en Ukraine par rapport à 2022 et 2023 avant l'échec de la contre-offensive estivale. Les rapports selon lesquels les étrangers sont utilisés de manière « sacrificielle » bien qu'ils ne soient qu'un simple « dos d'âne » [speed bump] pour les forces russes n'aideront certainement pas les efforts de recrutement.

Ahmed Adel

Lien vers l'article original:

 Foreign mercenaries admit they were "sacrificial unit" in trying to stop Russian troops

Traduction : Maya pour  Mondialisation.ca

*

Ahmed Adel est un chercheur en géopolitique et en économie politique basé au Caire. Il contribue régulièrement à Global Research.

La source originale de cet article est  InfoBrics

Copyright ©  Ahmed Adel,  InfoBrics, 2024

 mondialisation.ca

 Commenter

Se réfère à :

1 article