Bolsonaro est une menace pour la planète

23-10-2018 7 articles tlaxcala-int.org 5 min #147383

 Eliane Brum

Le candidat d'extrême-droite a déjà annoncé des mesures qui ouvriront la voie à la déforestation de l'Amazonie.

Jair Bolsonaro, qu'on appelle "o coiso" (« le chose ») sur les réseaux sociaux, n'est pas seulement une menace pour le Brésil, mais pour la planète. Le candidat d'extrême-droite, qui a pris la tête au premier tour des élections brésiliennes avec près de 50 millions de voix, pourrait remporter le second tour le 28 octobre. S'il devient président du Brésil, il a déjà averti qu'il a l'intention de suivre Donald Trump et de retirer le Brésil de l'Accord de Paris, qui vise à contrôler le réchauffement climatique. Lui et ses partisans ont déjà annoncé plusieurs mesures qui permettront la déforestation de l'Amazonie. La jungle, dont 20% ont déjà été détruits, est dangereusement proche du point de basculement. La plus grande forêt tropicale du monde deviendrait une région avec une végétation clairsemée et une faible biodiversité. Et la lutte mondiale contre les effets du changement climatique deviendra un défi presque impossible à relever.

L'extrémiste de droite qui flirte avec le fascisme a déjà annoncé son intention de fusionner le ministère de l'Environnement avec le ministère de l'Agriculture, et que le ministre de cette aberration sera "défini par le secteur productif". Ce que Bolsonaro appelle le "secteur productif", c'est à la fois l'agro-industrie et les grileiros*, des criminels qui s'emparent des terres publiques en utilisant des tueurs à gages. Au Brésil, une partie de l'agro-industrie se confond avec les grileiros et ils sont représentés au parlement par ce que l'on appelle " le banc des bœufs ".

Le front le plus puissant du Congrès rassemble des parlementaires de différents partis conservateurs et a joué un rôle très actif dans l'empiètement sur des aires protégées en Amazonie ces dernières années. Il veut transformer les terres indigènes et les zones de conservation, aujourd'hui les principales barrières contre la dévastation de la jungle, en pâturages pour les bœufs, en plantations de soja et en zones d' extraction minière. Lors de ces élections, ils ont annoncé qu'ils soutenaient Bolsonaro. Le Parti social libéral (PSL) de Bolsonaro, qui va engraisser le "banc des bœufs", est passé d'un député à 52, devenant le deuxième parti en importance à la Chambre à partir de 2019.

Bolsonaro a déjà garanti aux grands propriétaires terriens et aux grileiros qu'il "limitera les amendes environnementales". "Aucun procureur canaille ne vous mettra plus à l'amende", a-t-il dit en juillet. "Droits de l'homme, pipeau, oui !" Il a également déclaré qu'il n'y aura pas "un centimètre de plus pour les terres indigènes" et a défendu que celles qui sont déjà délimitées peuvent être vendues. Amoureux de la dictature qui a contrôlé le Brésil entre 1964 et 1985, il a également déclaré qu'il mettrait « fin à l'activisme des ayatollahs écolos »). Le candidat, qui exalte la torture, affirme que "les minorités doivent se plier à la majorité" ou "simplement disparaître".

Rien que la possibilité de son élection a fonctionné comme une sorte d'autorisation pour déboiser la jungle et tuer ceux qui la protègent. Plusieurs cas de violence à l'encontre de dirigeants et de communautés paysans et ont eu lieu en Amazonie durant ces élections. Le Brésil est déjà le pays le plus meurtrier pour les défenseurs de l'environnement. Avec Bolsonaro, cette violence devrait exploser.

Quiconque croit que la possibilité que le Brésil soit gouverné par un homme déclaré raciste, misogyne et homophobe n'est qu'une bizarrerie latinoaméricaine de plus n'a pas compris qu'en ces temps de changement climatique, la menace frappe à sa porte.

NdT

Grileiros : littéralement grilleurs, accapareurs de terres utilisant des documents de propriété falisifiés. Leur nom vient de la pratique d'enfermer les faux documents dans des récipients avec des gillons, pour que ceux-ci, par leurs excréments, donnent une apparence ancienne aux documents

"Pas lui", une chanson de Caetono Veloso

Courtesy of  Tlaxcala
Source:  brasil.elpais.com
Publication date of original article: 18/10/2018

 tlaxcala-int.org

 Ajouter un commentaire

Articles associés plus récents en premier
15-11-2018 reseauinternational.net 11 min #148317

Bolsonaro, une menace pour l'Amazonie

par Ulises Noyola Rodríguez

La région amazonienne est menacée par les activités des entreprises agroalimentaires après le triomphe électoral de Jair Bolsonaro. Le futur président a nommé Tereza Cristina, chef du Front Parlementaire de l’Agriculture, au poste de Ministre de l’Agriculture. Ce groupe parlementaire, soutenu par les entreprises agro-alimentaires, a promu plusieurs initiatives au Congrès.

30-10-2018 bastamag.net 15 min #147659

L'Amazonie, convoitée par l'agrobusiness et l'industrie minière, en danger imminent avec l'élection de Bolsonaro

Le nouveau président brésilien élu ce 28 octobre a multiplié les annonces visant directement l'Amazonie, les défenseurs de l'environnement et les communautés autochtones. Jair Bolsonaro veut la fin des démarcations de terres indigènes et ouvrir de larges zones de forêts à l'exploitation minière et à l'agrobusiness, des secteurs économiques qui ont appuyé sa candidature.

29-10-2018 reporterre.net 7 min #147621

Bolsonaro : une catastrophe qui dépasse le Brésil

L'élection d'un président d'extrême droite nostalgique de la dictature plonge le Brésil dans la tourmente. Mais ses conséquences, notamment avec les questions de l'Amazonie et du changement climatique, vont au-delà des frontières du pays.

Ils ont cru jusqu'au bout qu'ils pourraient en être quittes avec les palpitations d'un gros cauchemar. Mais c'est la réalité qui a réveillé des dizaines de millions de Brésiliens au lendemain de la soirée électorale, dimanche 28 octobre.

26-10-2018 2 articles reporterre.net 10 min #147489

Au Brésil, le candidat Bolsonaro menace l'Amazonie et les peuples autochtones

Jair Bolsonaro, le favori de l'élection présidentielle de ce dimanche 28 octobre, souhaite abolir le ministère de l'Environnement du Brésil, exposant ainsi la plus grande forêt tropicale du monde et ses habitants à des bandes criminelles de bûcherons et de mineurs.

Si Jair Bolsonaro est élu dimanche face au candidat du Parti des travailleurs, Fernando Haddad, le Brésil quittera l'Accord de Paris, il n'y aura plus de ministère de l'Environnement, et une nouvelle autoroute pavée sera lancée à travers l'Amazonie.

26-10-2018 cadtm.org 8 min #147479

Brésil : Bolsonaro encourage les massacres dans les zones agricoles et l'holocauste écologique

L'assassinat du leader paysan Aluisio Sampaio par des hommes en armes (mercenaires) dans sa maison, à Castelo dos Sonhos, dans l'Etat du Para, le mardi 11 octobre 2018, pourrait être l'annonce d'une explosion de violence dans les zones agricoles. 

Membre du syndicat des travailleurs et des travailleuses de l'agriculture familiale, il était le meneur d'un combat contre des accapareurs illégaux de terre « grileiros », terme brésilien désignant des personnes ou des entités qui fabriquent de faux documents pour prendre illégalement possession de terres, notamment des terres protégées pour des raisons environnementales.

24-10-2018 medelu.org 4 min #147426

Brésil : l'autre enjeu majeur d'une victoire de Jair Bolsonaro, l'avenir de la forêt

Atlantico : Dans le programme de Jair Bolsonaro sont affirmées des positions très franchement pro-déforestation. Quels sont les rapports de force économique et politique sous-jacents à ces choix ?

Christophe Ventura : Jair Bolsonaro a un programme très clair par rapport à la question de la déforestation et entretient une relation étroite avec le lobby de l'agro négoce très puissant au Brésil.

 Se réfère à :

 Référencé par :