Le G20 face à une crise de crédibilité

28-06-2019 10 articles tlaxcala-int.org 6 min #158414

 Swaran Singh स्वर्ण सिंह

Pour la deuxième fois consécutive, l'attention mondiale, plutôt que de se concentrer sur le Sommet du G20, se situe en marge du sommet. L'escalade de la guerre commerciale entre les USA et la Chine a fait de la rencontre entre le président Xi Jinping et le président Donald Trump en marge du sommet l'événement mondial le plus attendu.

Shi Yu, China Daily

En marge du sommet du G20 d'Osaka, au Japon, des "mini-sommets" tels que la réunion des dirigeants des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) et la réunion Japon-USA-Inde qui a débuté l'année dernière devraient également se tenir. Et le Premier ministre indien a proposé qu'un "mini-sommet" Russie-Inde-Chine (ou RIC) soit lancé à Osaka.

Le " triangle stratégique " du RIC est en cours d'élaboration depuis 1999 ; et en termes de vision de la gouvernance mondiale, il est très différent de celui des USA et de leurs alliés. La réunion du RIC, si elle a lieu, marquera le renforcement de la réunion trilatérale des ministres des Affaires étrangères de ces pays, qui dure depuis une décennie. De nombreuses autres réunions bilatérales importantes devraient également se tenir à Osaka. L'objectif commun de ces réunions devrait être de gérer les multiples crises imminentes déclenchées par les sanctions économiques et les hausses tarifaires US, qui poussent l'économie mondiale sur une pente descendante. Pire encore, cette tendance menace de s'accélérer à mesure que les USA se rapprochent de l'élection présidentielle.

Le sommet principal du G20 et son ordre du jour semblent manquer de lustre, minés par une myriade de conflits et de convulsions conceptuels et opérationnels.

Premièrement, au cours des deux dernières décennies, le G7 a été très réticent à coopter les économies émergentes et s'est progressivement développé du G8 au G8+5 puis au G20.

Deuxièmement, en raison du ralentissement de l'économie mondiale depuis 2008 et des divergences plus récentes au sein du G7 (représentées par le Brexit et les impulsions isolationnistes des USA), l'Occident a été contraint de laisser la place aux pays asiatiques pour jouer un rôle accru dans la gouvernance mondiale. Dirigées par la Chine, les nouveaux faiseurs de tendance comprennent l'Inde, la Russie, le Japon et la République de Corée [du Sud]. Mais ils n'ont pas encore développé une voix ou une vision collective.

Dans ce paysage du G20 qui évolue rapidement, les douleurs d'accouchement d'un nouveau système en voie d'émergence peuvent être ressenties dans les différends commerciaux entre les USA et la Chine. Ainsi, les trois principales questions inscrites à l'ordre du jour du Sommet d'Osaka - promouvoir le libre-échange et la mondialisation, éliminer les restrictions à la libre transmission des données entre les États et mettre au point des innovations communes pour atténuer les effets négatifs des changements climatiques ainsi que leurs débats en cours sur la réforme de l'Organisation mondiale du commerce - risquent de ne pas recevoir l'attention voulue.

Ce que l'on attend le plus du sommet d'Osaka, c'est qu'il puisse empêcher les USA d'intensifier la guerre commerciale avec la Chine, parce qu'elle a eu de graves implications mondiales.

La réunion Trump-Xi qui s'est tenue en marge du Sommet du G20 à Buenos Aires l'année dernière a permis de parvenir à une trêve de 90 jours. Les USA ont rapidement rompu cette promesse en imposant des droits de douane supplémentaires sur 50 milliards de dollars de produits chinois, les étendant le mois dernier à 200 autres milliards de dollars de produits chinois. Et le 11e cycle de négociations commerciales entre la Chine et les USA en mai a échoué parce que Washington a insisté sur des accords ridicules qui, de toute évidence, étaient inacceptables pour Beijing.

Mais les USA n'ont pas ciblé uniquement la Chine. Tous les autres membres du G20 ont également été la cible, quoique dans une moindre mesure, de la " puissance de feu " US. Les fissures au sein du G20 se sont creusées lors du Sommet du G20 à Hambourg, en Allemagne, en 2017, lorsque les USA se sont retirés de l'accord de Paris sur le climat, ce qui a fait dire au président français Emmanuel Macron : « Notre monde n'a jamais été aussi divisé ».

Depuis, les USA ont continué de saper plusieurs autres normes et structures de gouvernance mondiale. Les 19 autres membres du G20 doivent donc explorer des stratégies pour rajeunir le groupement et le renforcer par le biais d'autres mécanismes tels que le Partenariat économique régional global* - le plus grand bloc commercial proposé sans USA - qui devrait être finalisé rapidement en tenant compte des forces et limites mutuelles des membres.

NdT

Le Partenariat économique régional global (Regional Comprehensive Economic Partnership -RCEP), est un projet d'accord de libre-échange entre 16 pays autour de l'océan Pacifique.
Il inclut les 10 pays membres de l'ASEAN - Birmanie, Brunei, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Philippines, Singapour, Thaïlande et Vietnam - ainsi que 6 autres pays qui possèdent déjà un accord de libre-échange bilatéral avec l'ASEAN : Australie, Chine, Inde, Japon, Corée du Sud et Nouvelle-Zélande.
Le projet viserait principalement à une réduction des droits de douane.

Courtesy of  Tlaxcala
Source:  bit.ly
Publication date of original article: 28/06/2019

 tlaxcala-int.org

 Commenter

Articles associés plus récents en premier
05-07-2019 mondialisation.ca 22 min #158748

Osaka, Vienne le sort du monde aux mains du G20 et des rentiers de l'Opep

«Ce qui fut, cela sera ; ce qui s'est fait se refera; il n'y a rien de nouveau sous le soleil» «L'Ecclésiaste»: (l'Ancien Testament)

Les Sommets se suivent et se ressemblent. On ne prête qu'aux riches ! Périssent les faibles et les ratés » Ces trois phrases résument le mouvement du monde Dans une précédente étude j'avais présenté le G 20 le rituel est le même depuis 20 ans : « Le sommet des pays du G20 comprend 19 pays et l'Union européenne (UE), qui représentent au total 85% de la richesse mondiale et deux tiers de la population du globe.

02-07-2019 wsws.org 8 min #158575

Les platitudes au G20 ne peuvent masquer un monde au bord de la guerre

Par Nick Beams
2 juillet 2019

Dans les années 1930, dites «décennie désastreuse», les relations entre les grandes puissances sur le front diplomatique et international ainsi que dans les domaines économique et commercial ont connu toutes sortes de revirements et d'embûches.

Cette activité frénétique, caractérisée par la conclusion d'accords un jour pour être rompue le lendemain, avait un contenu objectif essentiel.

01-07-2019 reseauinternational.net 9 min #158541

Russie-Inde-Chine partagent une chambre avec vue

par Pepe Escobar

Aucune fuite de leur trilatéral au G20, mais la tendance à l'unité est claire.

La rencontre trilatérale la plus importante du G20 d'Osaka a été confinée dans un environnement déplorable, indigne du minimalisme esthétique sans égal du Japon.

Le Japon excelle dans la planification et l'exécution parfaites. Il est donc difficile de prendre cette configuration comme un malheureux « accident ».

01-07-2019 wsws.org 6 min #158532

Le Sommet du G20 à Osaka: La guerre de tous contre tous

Par Andre Damon
1 juillet 2019

Les dirigeants mondiaux se sont réunis vendredi à Osaka, au Japon, à l'occasion du sommet du G20, dans un contexte de promotion incessante de la guerre commerciale, du protectionnisme et du militarisme.

Le climat du G20, créé pour coordonner une réponse internationale et multilatérale à une série de crises financières mondiales à la fin des années 1990, pourrait être décrit par l'expression de Thomas Hobbes: Bellum omnium contra omnes («la guerre de tous contre tous»).

29-06-2019 tlaxcala-int.org 9 min #158487

Guerres commerciales, gazouillis et libéralisme occidental : le rideau tombe sur le sommet du G20 à Osaka

 Justin McCurry

Shinzo Abe déclare que le premier G20 réuni au Japon est un succès, mais le sommet a révélé de profondes divisions

Les délégués présents au sommet du G20 en 2019 Photo Kim Kyung-Hoon/Reuters

Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, a peut-être qualifié le sommet du G20 de succès samedi après-midi, mais les deux jours que les dirigeants des 20 économies les plus riches du monde ont passés dans l'humidité de la saison des pluies d'Osaka ont également amplifié les divisions profondes et potentiellement infranchissables sur tout, du changement climatique au futur du libéralisme occidental.

29-06-2019 strategic-culture.org 7 min #158482

Trade War Hangs Over the G20

All the early statements and gossip in Osaka revolve around the year-long China-US dispute

Gordon WATTS

Two words were on the lips of world leaders as the curtain went up on  the Group of 20 gathering in the Japanese city of Osaka. On Friday, all the early statements and gossip revolved around the "trade war."

Xi Jinping set the tone. China's president warned about the dangers of protectionism at a meeting between the BRICS bloc of Brazil, Russia, India, China and South Africa.

29-06-2019 6 articles lesakerfrancophone.fr 14 min #158478

Comment le président russe Poutine explique la fin de « l'ordre libéral »

Par  Moon of Alabama − 28 juin 2019

publié] aujourd'hui un long et vaste entretien avec le président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine.

lien].

La conversation fait des vagues (en anglais) :

Poutine] : le libéralisme en Europe est « obsolète » - NBC News|

29-06-2019 reseauinternational.net 9 min #158462

Russie-Inde-Chine sera le grand succès du G20

par Pepe Escobar

L'Inde sous Modi, un rouage essentiel de la stratégie américaine, devient intime avec la Chine et la Russie.

Tout a commencé avec le sommet  Vladimir Poutine-Xi Jinping à Moscou le 5 juin. Loin d'être une simple réunion bilatérale, cette réunion a permis d'élever le processus d'intégration eurasienne à un autre niveau.

29-06-2019 wsws.org 9 min #158447

Tous les regards sont tournés vers le sommet du G20 sur la réunion Trump-Xi

Par Nick Beams
29 juin 2019

La question clé du sommet G20 de deux jours qui débute aujourd'hui à Osaka, au Japon, ne figure pas à l'ordre du jour officiel. Elle sera le résultat des discussions entre le président américain Donald Trump et le président chinois Xi Jinping en dehors des réunions plénières du G20.

La réunion parallèle est largement considérée comme la dernière chance de relancer les négociations commerciales qui ont échoué début mai.