La Bolivie et le Venezuela: deux pays, mais la même guerre hybride

13-11-2019 mondialisation.ca 9 min #164356

Un coup d'État a eu lieu en Bolivie le 10 novembre. Le fait que le président du pays, Evo Morales, ait démissionné ne contredit pas le fait qu'un coup d'État a eu lieu. Morales a été forcé par les militaires de démissionner. Les auteurs de la guerre hybride envisageaient le même scénario pour le Venezuela mais ont échoué alors qu'ils réussissaient en Bolivie. Qu'est-ce qui a fait la différence ?

La Bolivie et le Venezuela ont une approche similaire dans leur approche indépendante de la voie socialiste pour rompre avec l'ingérence hégémonique et l'exploitation économique des Etats-Unis et de leurs alliés. Les deux pays ont réussi à réduire la pauvreté et à réaliser la croissance économique grâce à l'utilisation sociale de leurs ressources. Et les deux pays ont été soumis à une guerre hybride promue par les Etats-Unis pour un changement de régime d'un gouvernement socialiste à un gouvernement pro-américain plus néolibéral.

Le scénario de la guerre hybride comporte au minimum les éléments de base suivants : accuser le gouvernement d'un acte répréhensible, « mobiliser des foules destructrices » si d'autres moyens moins violents n'ont pas réussi, créer des « groupes modérés » qui pénètrent comme un coin dans les institutions établies de la société afin de créer des divisions, et enfin le coup de grâce : convaincre les forces armées de trahir leur appartenance à la constitution nationale et les retourner contre le gouvernement et le peuple. Tous ces éléments de base peuvent souvent fonctionner simultanément. A tout moment, des actions complémentaires peuvent être introduites pour forcer le succès du scénario de la guerre hybride. Par exemple, des sanctions peuvent être imposées pour créer des pénuries et des restrictions économiques qui créeront des difficultés supplémentaires parmi la population ; ou des entités parallèles peuvent être créées afin de saper les entités légitimes.

Dans le cas de la Bolivie, la séquence des événements a suivi à la lettre l'approche du changement de régime selon le scénario de la guerre hybride soutenu par les États-Unis. Les éléments de base de la guerre hybride ont été réalisés en Bolivie peu de temps après l'élection d'Evo Morales pour son quatrième mandat à la présidence du pays, le 20 octobre dernier, jusqu'à sa démission le 10 novembre.

Lorsqu'il est devenu évident que Morales gagnait les élections, le candidat de l'opposition perdant, Carlos Mesa, a affirmé qu'une fraude électorale avait été commise et qu'il ne reconnaîtrait pas les résultats des élections. L'intervention malavisée de l'OEA, qui a publié des « observations préliminaires » avant le dépouillement final du scrutin, et la suggestion d'un second tour des élections a été un facteur favorable à la revendication de l'opposition. L'ingérence injustifiée du gouvernement du Canada, qui a qualifié la présidence de Morales d' »illégitime », n'a pas non plus été utile. Compte tenu de la position pro-américaine de l'OEA et d'Ottawa, leur participation peut avoir fait partie (ou non) de l'approche de la guerre hybride. Le résultat final a été la délégitimation du gouvernement Morales.

Les émeutes et la violence dans les rues ont immédiatement éclaté avec des protestations selon lesquelles le gouvernement n'avait pas été élu par des moyens légitimes et qu'une autre élection s'imposait donc. Morales a tenté à plusieurs reprises de désamorcer la crise en appelant au dialogue et en invitant l'OEA à vérifier les bulletins de vote. Cette dernière peut avoir été une erreur politique compte tenu de l'erreur de l'organisation précédente. En fait, l'OEA a conclu la vérification en suggérant la tenue d'une autre élection. Le retour en arrière de Morales et l'acceptation de la suggestion de l'OEA n'ont pas suffi à rétablir l'ordre social.

A ce stade, il est important de noter que la guerre hybride doit aboutir à l'anéantissement total du peuple et des parties progressistes impliquées d'une manière ou d'une autre jusqu'à la toute fin, c'est-à-dire jusqu'à ce que le changement de régime soit réalisé.

Entre-temps, une autre figure de l'opposition s'est mise au premier plan avec sa mission de créer suffisamment de divisions politiques, mais la division peut aussi se situer sur la ligne de démarcation raciale dans la société bolivienne. Après tout, Evo Morales a été le premier président autochtone en Bolivie. C'est un facteur très important dans une région où la population indigène a été décimée et opprimée au cours des 500 dernières années. Luis Fernando Camacho est un riche avocat blanc de Santa Cruz qui a accusé Morales d'être un « tyran » et un « dictateur », comme Juan Guaidó au Venezuela, auquel il s'est publiquement associé. Il a été impliqué dans une organisation qui a été critiquée pour être « paramilitaire » et « raciste ».

La dernière attaque a eu lieu le 10 novembre lorsque Morales a annoncé sa démission après 14 ans à la présidence de la Bolivie, apparemment en réponse à un communiqué du commandant en chef des Forces armées, William Kaiman, qui a déclaré : « Nous suggérons au président de démissionner de son mandat permettant la pacification et le maintien de la stabilité de la Bolivie ».

C'était le dernier acte de cette courte pièce de théâtre d'un coup d'état militaire en Bolivie dirigé par une guerre hybride conçue par les États-Unis. Du moins pour le moment.

Dans le cas du Venezuela, un coup d'État a tenté de destituer le président démocratiquement élu Hugo Chavez en 2002 après son accession à la présidence en 1999. C'était la première grève que la guerre hybride soutenue par les Etats-Unis a donnée pour « défaire » la Révolution bolivarienne mais a échoué. Chavez est resté président réélu jusqu'à sa mort en 2013. Il a été suivi par le président Nicolas Maduro.

Des événements similaires à ceux de la Bolivie se sont produits après la réélection de Maduro en mai 2018. Bientôt, une opposition vénézuélienne bruyante et violente, soutenue par un groupe de pays occidentaux et certains gouvernements latino-américains de droite, a déclaré illégitime la présidence de Maduro.

Ce que nous avons décrit dans le cas de la Bolivie n'a pas fonctionné aussi bien au Venezuela. Le scénario de la guerre hybride a été fondamentalement le même, y compris la création de groupes violents avec une façade « modérée », mais les circonstances au Venezuela ont été différentes et plus difficiles à réussir dans un changement de régime. Malgré les nombreuses sanctions et le blocus financier américain, et malgré la reconnaissance étrangère d'un » président intérimaire » autoproclamé qui tente de créer une entité parallèle, Nicolas Maduro reste le président légitime démocratiquement élu et reconnu par les Nations unies et environ 120 nations.

Le Venezuela a développé une union civilo-militaire forte, soutenue par des milliers de miliciens volontaires, qui a été le bastion contre lequel la guerre hybride a échoué malgré les nombreuses tentatives pour briser cette union.

Les Forces armées nationales bolivariennes du Venezuela (Fuerza Armada Nacional Bolivariana - FANB) respectent strictement la constitution vénézuélienne et n'ont pas trahi la Révolution bolivarienne au cours de ses 20 ans d'existence, rendant impossible le dernier acte de la guerre hybride.

Nino Pagliccia

Article original en anglais :

 globalresearch.ca

 Evo Morales Forced by the Military to Resign: Bolivia and Venezuela - Two Countries but Same Hybrid War

Traduction par Bernard Tornare pour le  blog Hugo Chavez

Cette traduction peut être librement reproduite. Merci de respecter son intégrité et d'en mentionner l'auteur, le traducteur et le  blog Hugo Chavez.

La source originale de cet article est Mondialisation.ca
Copyright ©  Nino Pagliccia, Mondialisation.ca, 2019

 mondialisation.ca

 Commenter