La présidente de facto de la Bolivie annonce des mesures pour mettre fin aux « groupes subversifs »

16-11-2019 histoireetsociete.wordpress.com 5 min #164523

Publié: 15 novembre 2019 21h33 GMT

La présidente par intérim auto-proclamé a fait cette annonce lors d'une conférence de presse tenue au Palais du Gouvernement à La Paz.

La présidente autoproclamée par intérim de la Bolivie, Jeanine Áñez.Marco Bello / Reuters

La présidente de facto de la Bolivie, Jeanine Áñez, a déclaré vendredi qu'elle mettrait en œuvre des mesures pour lutter contre les groupes subversifs présumés dans le pays.

« Ce gouvernement transitoire a pour tâche principale de pacifier notre pays », a déclaré le président par intérim autoproclamé du palais du gouvernement à La Paz.

Áñez, qui  dirige le gouvernement de facto après le coup d'État, a déclaré avoir identifié des » groupes subversifs armés «, qui seraient composés d'étrangers et de ressortissants « de certaines régions en conflit ».

Selon la présidente de facto, ces groupes seraient responsables du blocage des services de base, qui ont causé le manque de carburant chez les fournisseurs du département de La Paz, et qui, à son avis, ferait partie d'une stratégie visant à « suffoquer ». les capitales. »

Áñez a également dénoncé » des attaques physiques sur des installations nationales «, menées dans des pipelines et des usines de traitement d'hydrocarbures stratégiques.

Mesures « constitutionnelles »

Le président de facto a annoncé la mise en œuvre de « mesures constitutionnelles » pour rétablir l'ordre public et le « développement normal de l'activité économique ».

« Nous faisons absolument tout en coordination et en unité avec nos frères policiers et notre armée, car c'est ainsi que les circonstances le justifient », a-t-il déclaré.

Après le  coup d'État de dimanche dernier, qui a forcé  Evo Morales à accepter l'asile politique au Mexique, des milliers de partisans du président déchu sont descendus dans les rues pour protester contre l'investiture de Jeanine Áñez.

À El Alto, département de Santa Cruz, et à La Paz, département du même nom, les manifestants qui rejettent le coup d'État ont été réprimés à l'aide de gaz lacrymogène par la police et les forces armées.

De même, à Cochabamba, les chefs de chefs ont été brutalement réprimés par les forces armées et la police. Les médias locaux font état d'au moins quatre morts lors de manifestations ce vendredi.

Des milliers de travailleurs, d'indigènes et de paysans ont participé aux manifestations pacifiques contre le coup d'Etat et au rejet de l'auto-proclamation d'Áñez. Dans El Alto, un bastion d'Evo Morales et le MAS, les manifestants ont bloqué la route à péage menant à La Paz, comme  noté correspondant RT, Francisco Guaita.

L'installation gouvernementale de facto de mardi a également constitué une menace pour les journalistes. Jeudi, la ministre de la Communication nommée, Roxana Lizárraga, a accusé des journalistes nationaux et internationaux couvrant le conflit social de la sédition.

« Il va agir conformément à la loi, car ce que certains journalistes font, dans certains cas, en Bolivie ou à l'étranger, qui provoquent la sédition (révolte contre l'autorité) dans notre pays, ils doivent respecter la loi bolivienne », a  déclaré Lizárraga.

Après la déclaration de Lizárraga, le cameraman de Telefe News, Lucio López, a dénoncé via une  vidéo diffusée sur les réseaux sociaux que l'équipe de la chaîne de télévision argentine avait été invitée à évacuer l'hôtel où ils séjournaient à La Paz.

 histoireetsociete.wordpress.com

 Commenter