Une commission de « solidarité » venue d'Argentine se rendra en Bolivie aujourd'hui jeudi pour témoigner

28-11-2019 histoireetsociete.wordpress.com 6 min #165175

L'annonce de cette délégation qui se rend en Bolivie pour témoigner de ce qui s'y passe doit nous interpeller car il s'agit bien là d'un enjeu qui nous concerne aussi, la bataille de l'information est essentielle et nous ne devons pas les laisser en paix parce qu'eux se solidarisent et le gouvernement français va aider la répression au Chili pendant que leurs médias font silence sur les crimes. qui se commettent (note et traduction de Danielle Bleitrach)
Grabois se rend en Bolivie: « Si les gouvernements ne font rien, nous devons le faire »
Une délégation composée de responsables des droits de l'homme et des droits sociaux se rendra dans le pays voisin pour diffuser des informations et recevoir des plaintes concernant la répression et les violations de la loi du gouvernement de facto présidée par la présidente autoproclamée Jeanine Áñez.

Par  Julian Bruschtein

Le voyage a été annoncé lors d'une conférence de presse à Piedras 370, siège du Service de la paix et de la justice (Serpaj).


Image: Bernardino Avila

« Si les gouvernements ne font rien, nous devons faire. » C'est ainsi que le leader, Juan Grabois, a annoncé le voyage d'une commission de solidarité avec le peuple bolivien, composée de dirigeants d'organisations de défense des droits de l'homme et de la société. « La  Bolivie est sous un gouvernement de facto, une dictature civique militaire et il empêche les communications, que nous sachions ce qui se passe. C'est pourquoi la tâche que nous allons accomplir est fondamentale », a déclaré M. Grabois accompagné de l'un des dirigeants qui voyageront. « Les compagnons de Pollera ont été méprisés, de même que les Wiphala », a déclaré Marisa Llanos Cruz, une descendante de migrants boliviens installée en Argentine.

« Nous essayons de nous substituer à la position en retrait de l'Argentine à l'international. Nous voulons montrer au monde que nous ne sommes pas d'accord sur ce que notre gouvernement fait pour appuyer tacitement ou explicitement la dictature », a déclaré Grabois à PaginaI12 Grabois à l'issue de la conférence de presse. Le coup d'État qui a contraint le président Evo Morales à démissionner a donné naissance à un gouvernement faible qui utilise la violence pour maintenir un pouvoir sans assise, visant principalement les peuples autochtones et leurs organisations. « Non seulement il y a eu un coup d'État, mais il existe maintenant une dictature civique militaire en Bolivie qui doit être rapidement abolie, non seulement par les Boliviens, mais par tous les Latino-Américains.En raison de la convention démocratique du Mercosur et de la sécurité nationale de notre pays, nous ne pouvons avoir une dictature à notre frontière et rester silencieux «, a ajouté le leader social.

La commission est composée de l'avocat et référent de la Confédération des travailleurs de l'économie populaire (CTEP), Marisa Llanos Cruz et Marianela Navarro du Front des organisations en lutte (FOL), de l'avocat et membre du Patria Grande Front, Gabriela Carpinetti, Pablo. Graciarena de l'organisation Xumek, Cristina Livitsanos de l'Association américaine des juristes, Leo Pérez Esquivel de l'APDH, Pablo Pimentel de l'APDH La Matanza, Hall Ismael de CORREPI, Carlos Zaidman de l'Association des ex-détenus et disparus, Mario Andrés Lopez de l'APDH, Luis Arias, ancien juge de la PLAta, Natalia Zaracho, dirigeante du Mouvement des travailleurs exclus, et Victoria Freire, sociologue et directrice de l'Observatoire de l'égalité des sexes et des politiques publiques, entre autres.Une fois en Bolivie, ils rencontreront le bureau du médiateur et différentes églises, où ils rencontreront des membres de leur famille et des victimes de la violence de l'État déployée après le coup d'État.

Avec un drapeau de la Bolivie sur la table et un grand Wiphala tenu par des militants derrière elle, Marisa Llanos Cruz a indiqué qu'avec ce voyage elle souhaitait « transmettre aux paysans et aux travailleurs de la Bolivie,qu' ils ne sont pas seuls.Ceux qui ont fait le coup d'Etat veulent éliminer le Whipala qui représente les peuples d'origine et nos symboles «, a ajouté que » nous ne négligeons pas le drapeau de la Bolivie. Mais il est vrai qu'ils nous ont colonisés et nous ont donné des drapeaux de l'Argentine, du Brésil, du Paraguay et de la Bolivie, mais les frères des peuples autochtones sont toujours sur nos terres et doivent les respecter. « La militante FOL, avec une voix brisée par l'émotion, a souligné que « fondamentalement, nous allons dire au peuple bolivien qu'il n'est pas seul. Le peuple argentin s'est mobilisé pour le soutenir et nous allons maintenant voyager jusque là-bas », et elle a rappelé qu'il y avait » un manqué de respect face aux jupes boliviennes et au Wiphala «.

À son tour, Carpinetti a expliqué qu'une partie de sa tâche consistera à « préparer un registre des plaintes » , dont ils vont publier la méthode ces jours-ci pour la rendre la plus massive possible « Le plus gros problème est qu'il n'y a même pas de garanties pour ceux qui veulent dénoncer des violations des droits de l'homme. Si vous voulez dénoncer, ils vous persécutent », a déclaré l'avocat. La présidente de l'APDH, María Elena Naddeo, a déclaré qu ' »il existe une très sérieuse avancée répressive à travers le continent dans les mains des gouvernements qui accordent plus d'impunité aux forces répressives ». Le membre de l'Association des personnes disparues, Carlos Zaidman, a également déclaré: « Nous savons que lorsqu'un coup d'État de cette nature se produit dans la région, il ne vient pas seul ou isolé, il est donc essentiel d'organiser et de rendre visible ce qui se passe rapidement ».

 histoireetsociete.wordpress.com

 Commenter