Accepter cookie ?
11/06/2020 6 articles reseauinternational.net  4 min #175234

Comment changer la signification des monuments sans les retirer ?

par Moon of Alabama.

Dimanche, des manifestants ont renversé une statue de bronze du marchand d'esclaves du XVIIe siècle Edward Colston à Bristol, en Angleterre. Elle a été jetée dans une rivière. Certains avaient essayé pendant des années de se débarrasser du monument, mais d'autres continuaient de refuser car Colston avait également fait des dons importants à diverses causes sociales locales. Certaines des institutions qu'il a financées existent toujours.

Aux États-Unis, il y a de nombreuses discussions sur le retrait de monuments et de statues des personnes qui ont combattu pour soutenir l'esclavage pendant la Guerre Civile.

Mais quand et où est-il juste de retirer les monuments commémoratifs érigés par nos ancêtres ?

Lorsque les Talibans ont détruit une grande statue de Bouddha à Bamyan, en Afghanistan, il y a eu un scandale mondial. Les États-Unis ont renversé les statues de Saddam Hussein à Bagdad sous les applaudissements, mais aussi dans un but de propagande. Après le putsch nazi du Maidan, l'Ukraine a enlevé de nombreuses statues de Lénine et en a érigé de nouvelles qui glorifient les fascistes. La Tchéquie est actuellement en conflit avec la Russie au sujet du retrait éventuel d'un mémorial qui salue les troupes soviétiques pour avoir libéré le pays de l'occupation allemande fasciste.

Lesquels de ces retraits étaient justes ou injustifiés ? Pour qui ?

Qu'en est-il des statues de George Washington, le propriétaire d'esclaves, ou de Winston Churchill, le meurtrier de masse et  raciste absolu. Doivent-elles toutes être enlevées ? Et que dire de  John Stuart Mill ?

Comment les futurs enfants apprendront-ils les mauvais côtés de ces hommes s'ils sont précipités dans les trous de mémoire de l'histoire ?

Où s'arrête un tel iconoclasme ?

Voici un concept qui peut aider à éviter les conflits autour de ces mémoriaux.

La langue allemande a  deux mots différents pour désigner les monuments commémoratifs :

Un « Denkmal » est un monument commémoratif d'un incident, d'une période ou d'un personnage historique. Il est généralement considéré comme honorifique. Sa racine linguistique est le verbe « denken », qui signifie « penser », combiné au nom « Mal » qui signifie « marque ».

Un « Mahnmal » est également un monument commémoratif d'un incident, d'une période ou d'un personnage historique. Mais son but est de servir de leçon ou d'avertissement. Sa racine linguistique est « mahnen », qui signifie « exhorter », « admonester », et « Mal », qui signifie « marque ».

Un mémorial qui a été érigé une fois comme « Denkmal » peut être transformé en « Mahnmal » en changeant son contexte.

Un exemple célèbre est le mémorial du 76e régiment d'infanterie à Hambourg, en Allemagne. Pendant la première guerre mondiale, le 76e avait été recruté à Hambourg et avait combattu avec de grandes pertes sur le front occidental. Un mémorial pour ses soldats n'a été construit qu'en 1936, lorsque les nazis régnaient en Allemagne.

Le mémorial montre des soldats en marche. L'inscription au-dessus des soldats signifie « L'Allemagne doit vivre même si nous devons mourir ».

Le but principal du mémorial au moment de sa création n'était évidemment pas de se souvenir des soldats du 76e mais de faire de la propagande pour les nouvelles guerres que les nazis planifiaient et préparaient.

Après la Seconde Guerre Mondiale, il y a eu de nombreuses discussions pour savoir si le mémorial devait être enlevé ou non. Une partie y voyait une glorification de la guerre, tandis que l'autre y voyait un rappel honorable des soldats du 76e qui étaient les enfants de la ville. Les deux parties avaient objectivement raison.

Au début des années 1980, un compromis a été trouvé. Le mémorial serait maintenu, mais il serait modifié par un second à quelques pas de là. Cela transformerait l'ensemble d'un « Denkmal » en un « Mahnmal ».

Le sculpteur autrichien Alfred Hrdlicka a été engagé pour créer un contrepoint au mémorial glorifiant la guerre. Son travail  dépeint les horreurs de la guerre et comprend une référence au bombardement de l'  Opération Gomorrah en juillet 1943 qui avait tué quelque 35 000 civils à Hambourg.

D'autres conversions de « Denkmal » en « Mahnmal » ont eu lieu à plusieurs endroits. Parfois en ajoutant simplement une plaque de bronze avec des mots qui décrivent le contexte historique du « Denkmal » original ou qui expliquent que l'homme bon représenté avait aussi de mauvais côtés.

Les artistes trouveront de meilleures idées dans ce sens. Demandez-leur de le faire.

Les monuments controversés doivent rappeler que nous devons apprendre et enseigner l'histoire d'une manière qui ne soit pas unilatérale ou glorifiante. Pour ce faire, il est préférable de les replacer dans leur contexte ou de les modifier artistiquement plutôt que de les mettre de côté.

source :  moonofalabama.org

traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter
admin [Commentaire] 2020-06-11 #9637

il ne faut pas renier son histoire car elle démontre comment nous en sommes arrivés là


Articles associés plus récents en premier
1 occurrence 02/07/2020 tlaxcala-int.org  8 min #176289

Les déboulonneurs de statues n'effacent pas l'histoire, ils nous la font voir plus clairement

Enzo Traverso

Dans le sillage du mouvement global contre le racisme et les violences policières né en réaction au meurtre de George Floyd par un policier blanc de Minneapolis, de nombreuses statues symbolisant l'héritage de l'esclavage et de la colonisation ont été prises pour cible un peu partout dans le monde. En France l'actualité a ainsi été marquée ces derniers jours par l'action menée par la  Brigade Anti-Négrophobie contre la statue de Colbert devant l'Assemblée Nationale.

1 occurrence 27/06/2020 reseauinternational.net  19 min #176021

Destruction de statues : atteinte à l'identité nationale, diversion ou révolution ?

par Jonathan Cook.

Il est facile d'oublier à quel point la société britannique était explicitement raciste il y a quelques décennies à peine. Je ne parle pas de préjugés inconscients ou de tropes sur les réseaux sociaux. Je parle de célébration explicite du racisme dans l'espace public, de grandes entreprises faisant du racisme une partie intégrante de leur marque, un argument de vente.

1 occurrence 18/06/2020 ism-france.org  6 min #175601

Le crépuscule des idoles de la suprématie blanche : Déboulonnons, déboulonnons, déboulonnons !

Par Youssef Girard
« Ceux qui prétendent vouloir la liberté et pourtant refusent l'agitation, sont des hommes qui veulent les récoltes sans labourer la terre. Ils veulent la pluie sans le tonnerre et la foudre. Ils veulent l'océan sans le terrible rugissement de ses nombreuses eaux ». Frederick Douglass

Statue de Christophe Colomb déboulonnée aux Etats-Unis par les populations indigènes

1 occurrence 9 articles 14/06/2020 reseauinternational.net  4 min #175381

La Belgique face à son passé colonial au Congo : Le spectre d'une mémoire sombre

par Amnay Idir.

Le débat sur la décolonisation a redoublé d'intensité en Belgique depuis les manifestations contre le racisme et les violences policières organisées dans plusieurs villes du royaume samedi et dimanche derniers.

Le mouvement de protestation contre le passé colonial du pays s'est poursuivi hier en Belgique, rapporte l'AFP. Cette manifestation intervient à quelques jours du 60e anniversaire de l'indépendance du Congo.

1 occurrence 12/06/2020 entelekheia.fr  5 min #175268

Nous nous battons au sujet de statues parce que nous n'apprenons pas les réalités de l'Histoire

Abattre des statues ne change pas l'histoire, mais peut contribuer à l'envoyer aux oubliettes et permettre de faire comme si « tout cela ne s'était jamais produit ». D'un autre côté, une statue est généralement érigée à des figures historiques positives, or nombre d'entre elles immortalisent des personnages plus que douteux. Que faire ? Tourner le dos aux iniquités de son histoire, c'est lui passer un coup de gomme mal venu.

Se réfère à : 3 articles

Référencé par : 2 articles