Accepter cookie ?
26/01/2021 unz.com  8 min #184790

That's All Folks! (C'est tout les amis !)

C.J. Hopkins - 24 janvier 2021

Comme on disait à la fin de tous ces dessins animés loufoques des Looney Tunes, c'est tout le monde ! Le spectacle est terminé. Hitler, la dernière grande menace pour la démocratie occidentale, le monstre de Mar-a-Lago, Trumpzilla, Trumpenstein, l'ayatollah d'Orange Shinola, a finalement été humilié et a reçu la fessée de Washington par les forces héroïques de la "Résistance" de GloboCap, avec un peu d'aide de l'armée américaine. Le tout s'est déroulé  exactement le scénario.

Eh bien... OK, pas tout à fait conforme au scénario. Malgré quatre années d'avertissements terribles de la part des médias, des services de renseignements, des célébrités d'Hollywood, du parti démocrate, des faux antifascistes, des faux experts de gauche et de presque tous les libéraux obsédés par le Trump et disposant d'une connexion Internet, il n'y a pas eu d'"incendie du Reichstag" hitlérien, pas de Boogaloo, pas de Seconde Guerre civile, pas de coup d'État, pas de soulèvement de la suprématie blanche. Rien. L'homme est simplement monté dans un hélicoptère et s'est envolé vers sa station balnéaire en Floride.

Je sais, vous pensez probablement... "Quelle honte pour la Résistance GloboCap d'être exposée comme une bande de propagandistes néo-goebbelsiens sans vergogne, de menteurs, d'idiots hystériques et autres !" Et, dans n'importe quelle autre version de la réalité, vous auriez raison... mais pas dans celle-ci.

Non, dans cette réalité, " Democracy Has Prevailed !" Oui, c'était délicat pendant un certain temps, car il n'y avait aucune garantie que la communauté du renseignement, le complexe militaro-industriel, les gouvernements occidentaux, les médias d'entreprise, les sociétés supranationales, les oligarques de l'Internet et pratiquement toutes les autres composantes de l'empire capitaliste mondial puissent empêcher un ancien animateur de jeu télévisé sans aucun pouvoir politique réel de s'emparer du monde entier.

Cependant, l'échec de Trump à devenir un Hitler à part entière, ou même un demi-Hitler, était quelque peu gênant. Je veux dire que vous ne pouvez pas entraîner des millions de personnes dans une frénésie de peur et de haine de quatre ans à l'égard d'un président au cul clairement impuissant, et le dépeindre comme un atout des services de renseignements russes, et le fils d'Hitler, et tout le reste, et ensuite simplement laisser tomber l'acte et leur rire au nez. Ils se sentiraient alors comme des abrutis qui viennent de passer les quatre dernières années de leur vie à se faire mentir et à être manipulés émotionnellement, ou comme des membres d'une secte, ou autre chose.

Heureusement, pour GloboCap, ce n'était pas un problème majeur. Tout ce qu'ils avaient à faire était de produire une simulation bon marché de "Trump going full-Hitler". Il n'a même pas eu besoin d'être convaincant. Ils avaient juste besoin d'un événement semi-dramatique à intégrer dans le récit officiel, quelque chose qu'ils pourraient appeler "une tentative de coup d'État", "une insurrection", "une attaque", etc. et que des millions de libéraux crédules pourraient hurler hystériquement sur Internet.

La "Tempête du Capitole" a fait l'affaire.

Ils ont organisé  une répétition générale à Berlin en août dernier, puis ont donné la vraie représentation dans le bâtiment du Capitole (cette fois-ci, c'était pour l'argent, alors ils sont allés de l'avant et ont fait tuer quelques personnes). Ce n'était pas très difficile à réaliser. Tout ce qu'ils ont eu à faire, à Berlin et à Washington, c'est de permettre à un petit groupe de manifestants en colère d'accéder au bâtiment, de le filmer, puis de sortir le récit de la "tentative de coup d'État". Cela ne faisait aucune différence que les "terroristes nationaux" (à Berlin et à Washington) soient une foule complètement désorganisée et non armée qui ne représentait absolument aucune menace de "coup d'État" et de "renversement du gouvernement". Cela ne fait pas non plus la moindre différence que Trump n'ait pas réellement "incité" la foule (oui, je me suis mis à l'agonie en lisant chaque mot de son discours, qui était la salade de mots habituelle du début à la fin). Nous parlons ici de propagande, pas de réalité.

La soi-disant "violente tempête du Capitole" a préparé le terrain pour l'événement principal, qui était la démonstration de force à laquelle nous venons tous d'assister. Quelqu'un (je ne sais pas exactement qui)  ordonné dans les troupes, des dizaines de milliers d'entre eux, a verrouillé Washington, érigé des clôtures, mis en place des barrages routiers et des points de contrôle militaires, et a occupé le quartier du gouvernement. Cela ressemblait à n'importe quelle autre occupation militaire américaine après le "changement de régime", parce que c'est ce que c'était, ce qui était précisément le but. Comme je le répète depuis... eh bien, depuis plus de quatre ans maintenant, cela allait toujours se terminer de cette façon, avec GloboCap faisant un exemple d'atout et rappelant à tous ceux qui sont vraiment en charge.

Écoutez, soyons clairs sur ces quatre dernières années, car il y a toutes sortes de théories folles qui circulent (sans parler du récit officiel de GloboCap), mais ce qui s'est réellement passé est assez simple. Voici l'histoire complète, aussi concise que possible.

En 2016, le peuple américain, malade des branchies du capitalisme mondial et de son idéologie de réveil de plus en plus oppressive, a élu un connard narcissique et non autorisé à la plus haute fonction du pays. Ils l'ont fait pour diverses raisons, mais la plupart du temps, c'était juste un gros "va te faire foutre" pour l'establishment. C'était un acte de rébellion contre un gouvernement dont ils savent qu'il appartient à des sociétés supranationales et des oligarques qui n'ont pas de comptes à rendre et qui les détestent ouvertement. C'était un acte de rébellion contre un système de gouvernement sur lequel ils savent qu'ils n'ont aucune influence et qu'ils n'en auront aucune. C'était un acte de rébellion contre le capitalisme mondial, le système hégémonique mondial sans opposition qui a dominé le monde ces trente dernières années... qu'ils aient réalisé ou non contre quoi ils se rebellaient.

Cet acte de rébellion s'est produit dans la foulée de Brexit (un autre acte de rébellion de ce type) et dans le contexte de la montée de divers mouvements "populistes" dans le monde entier. Lorsque Trump a effectivement gagné en 2016, les classes dominantes capitalistes mondiales ont réalisé qu'elles avaient un sérieux problème... une rébellion "populiste" au cœur de l'empire. Elles ont donc suspendu la guerre mondiale contre la terreur et lancé la  War on Populism.

L'objectif ultime de la guerre contre le populisme était de neutraliser cette rébellion "populiste" et de rappeler au public qui dirige réellement les choses. Considérez l'époque de Trump comme une émeute dans les prisons. Dans toute prison de sécurité maximale, les prisonniers savent qu'ils ne peuvent pas s'échapper, mais ils peuvent certainement faire un peu d'enfer de temps en temps, ce qu'ils ont tendance à faire quand ils sont vraiment fatigués d'être maltraités et négligés par les gardiens de prison. La plupart des émeutes en prison s'essoufflent d'elles-mêmes, mais si elles durent trop longtemps ou si elles sont trop moche, les autorités pénales réagissent généralement en tirant sur quelques prisonniers (généralement les meneurs) et en rappelant aux détenus qu'ils sont dans une prison et que les propriétaires de la prison ont des armes à feu, alors qu'ils ont des couteaux faits de cuillères et de brosses à dents.

Voilà, en gros, ce que nous venons de vivre. Les classes dirigeantes capitalistes mondiales viennent de nous rappeler qui est vraiment aux commandes, à qui l'armée américaine doit rendre des comptes et à quelle vitesse elles peuvent enlever la façade de la démocratie et de l'État de droit. Elles nous le rappellent depuis dix mois, en nous assignant à résidence, en nous battant et en nous arrêtant pour ne pas avoir suivi les ordres, pour ne pas avoir porté de masque, pour s'être promenées sans permission, pour avoir eu l'audace de protester contre leurs décrets, pour avoir contesté leur propagande officielle, sur le virus, les résultats des élections, etc. Ils nous le rappellent actuellement en censurant les dissidents et en déplorant toute personne qu'ils considèrent comme une menace pour leurs récits officiels et leur idéologie.

En d'autres termes, GloboCap nous donne une leçon. Je ne sais pas s'ils pourraient être plus clairs. Ils viennent d'installer un nouveau président fantoche, qui ne peut même pas simuler l'acuité mentale, dans une cérémonie fermée et gardée par l'armée à laquelle personne n'a été autorisé à assister, à l'exception de quelques membres des classes dirigeantes. Ils ont obtenu une épigone d'Albert Speer pour convertir le Mall (où le public se rassemble normalement) en un " field of flags" symbolisant l'"unité". Ils ont même fait le coup des nazis. Pour marquer le coup, ils ont demandé à Lady Gaga de se déguiser en  a Hunger Games character avec une broche "Mockingjay" et de chanter l'hymne national. Ils ont diffusé ce spectacle dans le monde entier.

Et la leçon n'est pas encore tout à fait terminée... elle ne le sera pas avant un moment. La "guerre contre le populisme" va simplement se transformer en "nouvelle guerre normale contre la terreur intérieure", qui deviendra un théâtre de plus dans la "guerre globale contre la terreur", qui a été interrompue et qui va maintenant reprendre. Comme je l'ai souligné à maintes reprises au cours des quatre dernières années, il semble que nous nous dirigions vers un avenir dystopique dans lequel il y aura essentiellement deux classes de personnes : (a) les "normaux" (c'est-à-dire ceux qui se conforment à l'idéologie et aux décrets capitalistes mondiaux) ; et (b) les "extrémistes" (c'est-à-dire ceux qui ne le font pas).

Peu importe le type d'"extrémistes" que ces "extrémistes" sont... extrémistes religieux-fondamentalistes, extrémistes islamiques, extrémistes chrétiens, extrémistes de droite, extrémistes de gauche, extrémistes suprémacistes blancs ou nationalistes noirs, négationnistes, anti-vaxxers, théoriciens du complot, anti-masqueurs, transphobes récalcitrants, anti-transhumanistes, résistants aux pronoms, opposants provocateurs, ou autres... les noms n'ont pas vraiment d'importance. Il s'agit de se conformer ou d'être étiqueté "extrémiste", "terroriste national", ou tout autre type de "personne antisociale" ou "déviant social", ou menace pour la santé publique]".

Je ne prétends pas connaître tous les détails, mais une chose semble parfaitement claire. Nous ne reviendrons pas à la situation antérieure. GloboCap nous l'explique, encore et encore, depuis près d'un an. Ils n'auraient pas pu être plus explicites. Quand ils nous ont avertis de nous préparer parce qu'un " New Normal" arrivait, ils étaient sérieux.

Et maintenant... eh bien... voilà.

 unz.com

 Commenter
admin [Commentaire] 2021-01-26 #10307

trop excellent
lol, quoi

Et la leçon n'est pas encore tout à fait terminée... elle ne le sera pas avant un moment. La "guerre contre le populisme" va simplement se transformer en "nouvelle guerre normale contre la terreur intérieure", qui deviendra un théâtre de plus dans la "guerre globale contre la terreur", qui a été interrompue et qui va maintenant reprendre. Comme je l'ai souligné à maintes reprises au cours des quatre dernières années, il semble que nous nous dirigions vers un avenir dystopique dans lequel il y aura essentiellement deux classes de personnes : (a) les "normaux" (c'est-à-dire ceux qui se conforment à l'idéologie et aux décrets capitalistes mondiaux) ; et (b) les "extrémistes" (c'est-à-dire ceux qui ne le font pas).
Se réfère à : 1 article

Référencé par : 1 article