Donald Rumsfeld, ancien secrétaire d'Etat à la Défense sous George W. Bush, est décédé à 88 ans

Donald Rumsfeld, ancien faucon et chef du Pentagone sous George W. Bush, homme des guerres d'Irak et d'Afghanistan, est décédé à 88 ans à Taos (Nouveau-Mexique), a annoncé le 30 juin sa famille.

Dans un communiqué, ses proches ont écrit : «Il restera peut-être dans l'Histoire pour ses réalisations extraordinaires au cours de six décennies de service public, mais pour ceux qui le connaissaient le mieux et dont la vie en a été changée à jamais, nous nous souviendrons de son amour indéfectible pour sa femme Joyce, sa famille et ses amis et de l'intégrité qu'il a apportée à une vie dédiée à son pays.»

«Les Etats-Unis sont plus sûrs» grâce à Donald Rumsfeld, a salué de son côté l'ancien président George W. Bush. «Nous pleurons un fonctionnaire exemplaire, un homme très bon», a-t-il ajouté.

Ancien pilote de l'aéronavale, Donald Rumsfeld avait conduit la guerre en Afghanistan à l'automne 2001, après les attentats du 11-Septembre, et avait été l'architecte de la funeste invasion de l'Irak en 2003.

Le rapide renversement du régime des Taliban en Afghanistan lui avait donné une forte stature au sein de l'administration Bush, mais sa réputation avait été ternie par l'enlisement de l'armée américaine en Irak, et par la révélation du scandale d'Abou Ghraib en avril 2004.

Des photos de prisonniers irakiens torturés et humiliés par des militaires américains dans la prison d'Abou Ghraib avait provoqué une indignation mondiale.

Donald Rumsfeld a dirigé le Pentagone de 1975 à 1977, puis de 2001 à 2006. La première fois, il était le plus jeune ministre de la Défense, et à son retour en 2001, il était devenu le plus âgé à diriger le Pentagone.

Champion de lutte, il fut jeune représentant au Congrès, puis ambassadeur américain à l'Otan (1973-1974), avant d'être secrétaire général de la Maison Blanche sous Gerald Ford (1974-75), secrétaire d'Etat à la Défense (1975-77) et candidat à l'investiture du Parti républicain pour la présidentielle de 1988.

 Lire aussi «Il ment tout le temps» : Colin Powell soutient Biden et tacle Trump... qui lui répond

 francais.rt.com

 Commenter

Articles enfants plus récents en premier

Donald Rumsfeld, ancien secrétaire d'Etat à la Défense sous George W. Bush, est décédé à 88 ans

Donald Rumsfeld était un criminel en costume-cravate

Par Andrew Mitrovica

Un minimum de décence impose de ne pas blanchir l'héritage répugnant de Rumsfeld.

Donald Rumsfeld était un criminel sous les traits d'un banal bureaucrate banal, plus ou moins compétent, en costume-cravate bien taillé.

Si l'on fait abstraction du reste, c'est l'épitaphe qui m'est immédiatement venue à l'esprit lorsque j'ai appris son décès hier.

C'est aussi, je pense, le souvenir que garderont de lui les nombreuses personnes blessées, mutilées, qui habitent ce qui reste des nombreux endroits impactés où il a causé tant de mal, de souffrance et de chagrin.

03/07/2021 strategic-culture.org  4 min 🇬🇧 #191667

Donald Rumsfeld, ancien secrétaire d'Etat à la Défense sous George W. Bush, est décédé à 88 ans

Rumsfeld's Legacy of torture in Us. imperialist history

Ramona Wadi

Accolades may continue to pour in for Rumsfeld, but history will continue to judge the ravages of U.S. imperialist violence.

Fellow U.S. war criminals have eulogized the former Defense Secretary Donald Rumsfeld upon news of his death. "A faithful steward of our armed forces," former U.S. President George W Bush declared. "A period that brought unprecedented challenges to our country and to our military also brought out the best qualities in Secretary Rumsfeld." Tell that to the tortured, executed and displaced Iraqis tortured upon Rumsfeld's orders, in line with the "War on Terror" agenda post September 11.

03/07/2021 strategic-culture.org  13 min 🇬🇧 #191657

Donald Rumsfeld, ancien secrétaire d'Etat à la Défense sous George W. Bush, est décédé à 88 ans

How Donald Rumsfeld Micromanaged Torture

By Andrew COCKBURN

When Secretary of Defense Donald Rumsfeld boasted, as he did frequently, of his unrelenting focus on the war on terror, his audience would have been startled, maybe even shocked, to discover the activities that Rumsfeld found it necessary to supervise in minute detail. Close command and control of far away events from the Pentagon were not limited to the targeting of bombs and missiles.