15/04/2024 8 articles chroniquepalestine.com  14 min #246793

Frappes iraniennes contre Israël : Tsahal déclare que «99% des menaces» ont été interceptées

Chronique de la résistance : l'Iran s'impose et change « la donne »

L'Iran a su déveloper - dans un contexte de très sévères sanctions internationales - un remarquable éventail d'armes balistiques qui ôtent beaucoup de crédibilité aux menaces israéliennes. Un conflit pourrait signifier la fin de la colonie sioniste - Photo : via FarsNews Agency

Par  Al-Mayadeen

Le 13 avril 2024 - comme le 7 octobre 2023 - est une date historique à retenir, puisque ce jour-là toute une nouvelle part de l'édifice de dissuasion israélien s'est écroulée. Tôt ou tard, cet état finira par devenir inutile et sans intérêt pour l'hégémonie occidentale.

Le président iranien Ebrahim Raisi déclare que la mesure défensive prise par l'Iran relève de son droit légitime à l'autodéfense et constitue une réponse aux attaques israéliennes contre les intérêts iraniens.

L'Iran a annoncé la destruction de deux sites militaires israéliens clés dans le cadre de son opération de représailles contre les territoires palestiniens occupés. Le général de division Mohammad Bagueri a révélé que le quartier général des services de renseignement israéliens sur le mont Hermon et la base militaire de Nevatim avaient été pris pour cible et détruits à l'aide de missiles balistiques et de croisière.
Cette opération a été menée en réponse à une attaque contre le consulat iranien à Damas, et M. Bagueri a affirmé que les missiles et les drones iraniens ont pu échapper aux systèmes de défense et atteindre leurs cibles spécifiques.
Le général de division Hossein Salami, chef du Corps des gardiens de la révolution islamique, a mis en garde contre des réponses encore plus sévères si « Israël » décidait de riposter.
Alors que la tension monte, les responsables américains craignent que les actions imprudentes d' « Israël » ne débouchent sur un conflit plus large. Le président Joe Biden aurait fait part de son inquiétude au premier ministre Benyamin Netanyahou et déclaré qu'il ne voulait pas entraîner les États-Unis dans une guerre régionale.
Les États-Unis ont promis de s'opposer à toute contre-attaque israélienne contre l'Iran, soulignant les conséquences potentiellement désastreuses d'une nouvelle escalade du conflit -  Al-Manar.

Le président iranien Ebrahim Raisi a souligné qu'à travers l'opération # Promesse tenue », les forces armées iraniennes ont donné une leçon à l'ennemi sioniste, soulignant qu'une nouvelle réponse imprudente de la part de l'ennemi serait accueillie par une réponse plus dure et plus forte.

Dans un communiqué, M. Raisi a déclaré que cette opération avait pour but de défendre la souveraineté et les intérêts nationaux de l'Iran, de punir les ennemis de l'Iran et de renforcer la sécurité nationale.

Il a souligné que cette punition répondait à la promesse sincère de Sayyed Ali Khamenei.

M. Raisi a déclaré que cette mesure défensive prise par l'Iran s'inscrivait dans le cadre de son droit légitime à l'autodéfense et en réponse aux attaques israéliennes contre ses intérêts, en particulier l'attaque israélienne contre le consulat iranien à Damas.

Il a ajouté que ces opérations portent un message de force et de puissance pour les nations islamiques et un autre message de peur et d'humiliation pour les « ennemis de l'humanité », qualifiant cette mesure d' « intelligente et délibérée », car les drones et les missiles iraniens ont visé des bases militaires israéliennes qui déstabilisent la sécurité et la stabilité de la région.

L'Iran a utilisé tous les moyens possibles pour avertir la communauté internationale

M. Raisi a souligné qu'au cours des six derniers mois, et surtout ces dix derniers jours, l'Iran a utilisé tous les moyens régionaux et internationaux pour mettre en garde la communauté internationale contre les dangers de l'inefficacité du Conseil de sécurité de l'ONU, qui est sous l'influence des États-Unis et des partisans d' « Israël », face aux violations israéliennes répétées de l'occupation.

Le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) a annoncé dans un communiqué dimanche qu'il avait lancé des frappes massives de missiles et de drones contre les territoires occupés en réponse à l'attaque terroriste du régime sioniste contre les locaux diplomatiques de Téhéran dans la capitale syrienne, Damas, qui a entraîné le martyre de sept conseillers militaires - Photo : farsnews.ir

Le président iranien a également déclaré que son pays considère que « la paix et la stabilité » dans la région sont essentielles pour la sécurité nationale iranienne, soulignant que l'Iran n'hésitera pas à faire des efforts pour rétablir la paix et la stabilité dans la région.

L'occupation israélienne est celle qui menace la paix internationale et la stabilité dans la région par ses violations continues et les crimes commis au cours des six derniers mois, a déclaré M. Raisi, soulignant que pour rétablir la paix et la stabilité et mettre fin à l'occupation et au terrorisme sous toutes ses formes, la « résistance » est le moyen clé.

Salami : La riposte a été plus efficace que prévu

Le commandant du Corps des gardiens de la révolution islamique, le général de brigade Hussein Salami, a déclaré que les rapports vérifiés montraient que la réaction iranienne avait été beaucoup plus efficace que prévu.

Reprenant les propos de M. Bagheri, le chef du Corps des gardiens de la révolution islamique a déclaré que la République islamique « a mené une opération limitée, à la mesure des actes malveillants du régime sioniste ».

M. Salami a déclaré que Téhéran recueillait encore des informations sur les dégâts causés par les missiles sur les cibles, « mais un certain nombre d'impacts, sur lesquels nous disposons de rapports précis, documentés et de terrain, révèlent que l'opération a eu un succès plus grand que prévu ».

Il a souligné que « l'opération aurait pu être menée sur une plus grande échelle, mais nous nous sommes limités aux installations israéliennes utilisées pour attaquer notre consulat [à Damas] ».

L'Iran est devenu leader mondial en matière de missiles et de drones

Découvrez les capacités militaires de l'Iran et sa chaîne de commandement, alors que le monde anticipe sa réponse à « Israël ».

La réponse anticipée de l'Iran à l'attaque israélienne vicieuse contre l'ambassade du pays a incité les médias mondiaux à analyser et à discuter des capacités militaires de Téhéran.

Parmi les médias mondiaux, les médias occidentaux et israéliens ont publié de nombreux rapports, comprenant des articles d'opinion, des rapports d'analyse et des mises à jour au fil des heures sur la situation. Le dernier rapport publié par le New York Times traite des capacités militaires de l'Iran et des armes qui rendent ses forces armées exceptionnelles.

Quels sont les effectifs militaires de l'Iran ?

Citant l'Institut international d'études stratégiques, le NYT indique que les forces armées iraniennes comptent parmi les plus importantes d'Asie occidentale, avec au moins 580 000 militaires en service actif et environ 200 000 réservistes entraînés, répartis entre les forces traditionnelles et le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI).

Il convient de noter que l'armée et le CGRI disposent de forces terrestres, aériennes, navales et de missiles distinctes et actives, les capacités du CGRI étant adaptées à différentes tâches, telles que la défense des frontières de l'Iran, l'engagement dans des missions offensives et le  soutien aux alliés régionaux sous l'égide de l'Axe de la résistance.

Qui prend les décisions de haut niveau en Iran ?

L'état-major général des forces armées est au sommet de la hiérarchie militaire iranienne et est dirigé par le général de division Mohammad Bagheri du Corps des gardiens de la révolution islamique, qui a été nommé à ce poste par le dirigeant iranien Sayyed Ali Khamenei.

À cet égard, il convient de noter que Sayyed Khamenei, qui a été élu à la plus haute fonction décisionnelle du pays, a le dernier mot sur les décisions militaires stratégiques du pays.

Les alliés de l'Iran et l'axe de la résistance

En particulier, la Force Quds du CGRI est devenue l'une des unités les plus développées et les plus expérimentées de l'Iran, chargée de soutenir les alliés régionaux et les mouvements de libération dans toute la région.

Les cadres des forces Quds entretiennent des relations profondément enracinées avec la Résistance islamique en Irak et la Résistance islamique au Liban, ainsi qu'avec d'autres factions importantes en Asie occidentale, travaillant avec diligence pour soutenir et faire progresser ces mouvements.

Cela a permis de créer un réseau entre les factions, y compris les factions de la Résistance palestinienne, le Hezbollah, la Résistance islamique en Irak, les forces armées yéménites et les factions de la Résistance en Syrie, ce qui a permis aux alliés de coordonner des actions complémentaires et individuelles.

Grâce à l'expertise et au savoir-faire militaire des officiers et conseillers iraniens, les membres de l'axe de la résistance ont considérablement renforcé leurs capacités et leurs systèmes de production d'armes afin de contribuer à la lutte stratégique pour l'indépendance anti-hégémonique et la lutte contre les complots occidentaux et israéliens.

« Le niveau de soutien et les types de systèmes que l'Iran a fournis aux acteurs non étatiques (membres de l'axe de la résistance) sont vraiment sans précédent en termes de drones, de missiles balistiques et de missiles de croisière », a déclaré Fabian Hinz, expert de l'armée iranienne à l'Institut international d'études stratégiques de Berlin.

Armes, missiles et drones fabriqués en Iran

Depuis la victoire de la révolution islamique en Iran, le pays, auparavant considéré comme faisant partie de la sphère d'influence des puissances occidentales, a rapidement commencé à développer sa propre  industrie militaire après s'être coupé des approvisionnements américains.

Son projet phare était son programme de missiles balistiques, qui a poussé le pays à devenir un leader mondial dans le domaine des technologies de missiles.

Ce programme a permis à l'Iran de développer une multitude d'armes ingénieuses et de procéder à l'ingénierie inverse d'un certain nombre de systèmes soviétiques et occidentaux, élargissant ainsi le champ d'action de son industrie militaire.

Il a notamment mis au point des systèmes de défense aérienne et des intercepteurs, des missiles guidés antichars, des fusées d'artillerie et des technologies aérospatiales.

Illustration : al-Mayadeen

Les principaux missiles iraniens : actuellement, neuf missiles ont fait l'objet de nombreuses discussions dans les médias internationaux. Il s'agit de missiles capables de cibler les installations israéliennes en Palestine occupée, s'ils sont lancés à partir des territoires iraniens :

  • Sejjil : Ce missile balistique à moyenne portée à deux étages peut être lancé à partir d'un lanceur mobile et préparé rapidement pour le déploiement. Il est très précis et transporte une charge d'au moins 500 kg d'explosifs.
  • Kheibar-Shekan : Ce missile manœuvrable à combustible solide a été utilisé dans des attaques contre le Mossad et des organisations terroristes en Asie occidentale. Il est capable d'échapper aux systèmes de défense aérienne en utilisant ses ailettes de guidage pendant sa descente vers sa cible.
  • Shahab-3 : Ce missile balistique de moyenne portée à propulsion liquide, qui transporte une charge utile de 1 200 kg à 2 000 km, a été mis au point à la fin des années 1990. Le missile Shahab est devenu l'élément constitutif de missiles tels que la gamme de missiles Ghadr (Qadr) et le missile Emad.
  • Emad : Le missile balistique à propulsion liquide de moyenne portée Emad, d'une grande précision, peut parcourir 1 700 km et transporter une charge utile de 700 kg. Ce missile a été utilisé lors d'attaques simulées contre des hangars de l'armée de l'air ennemie.
  • Missile de croisière Paveh : Le missile de croisière à basse altitude Paveh a une portée de 1 650 km. Il est très manœuvrable en vol et corrige constamment sa trajectoire, ce qui permet à ses opérateurs d'atteindre des cibles inattendues.
  • Les missiles de la gamme Fattah : Les missiles opérationnels Fattah-1 ont une portée de 1 400 km et sont dotés d'une ogive très manœuvrable dans l'atmosphère, ce qui leur permet d'échapper aux systèmes de défense aérienne et de les cibler à des vitesses hypersoniques.
  • Gamme de missiles Ghadr : Trois générations de missiles balistiques à deux étages d'une portée de 1 350 à 1 950 km.
  • Haj Qasem : Nouvelle génération de missiles Fateh-110 à propergol solide et à courte portée, d'une portée de 1 400 km et munis d'une ogive de 500 kg.
  • Les missiles de la gamme Khorramshahr : Ce missile de quatrième génération est alimenté par un combustible liquide et transporte une charge utile de 1 500 kg pour une portée maximale de 2 000 km.

Le programme de drones de l'Iran

Plus récemment, le pays a fait progresser sa force aérienne  sans pilote, ses efforts ayant abouti à une multiplicité de lignes de drones différentes, chacune ayant un rôle spécifique qui contribue à la stratégie militaire globale du pays.

Le pays a été en mesure de développer plusieurs drones multirôles, notamment la gamme de drones Ababil, qui peut effectuer des missions de reconnaissance et d'attaque.

Plus récemment, l'Iran a pu développer sa propre réplique du drone américain MQ-9 Reaper, baptisé  Shahed-149 ou drone de Gaza, en hommage à la bande de Gaza assiégée. Le drone a été présenté à la dernière exposition militaire de Doha, où des experts et des officiels du monde entier ont pu examiner ses capacités opérationnelles.

Enfin, l'Iran a développé et produit un formidable arsenal de drones suicides et de « munitions rodeuses », sans équivalent dans le monde. Cet arsenal va des drones Shahed-101, peu coûteux, aux drones Shahed-136, très recherchés, qui quadrillent les positions ennemies.

Il a également été en mesure d'équiper ses drones d'attaque de turboréacteurs, tels que le Shahed-238.

La liste est longue, et c'est précisément la raison pour laquelle les autorités israéliennes ont porté le niveau de préparation de leur armée de l'air et de leurs forces anti-aériennes au plus haut niveau, car aucun analyste ou expert n'a été en mesure d'identifier ou de prédire la nature de la réponse iranienne à l'attaque israélienne contre son consulat.

La Résistance de Gaza porte un coup sévère aux forces israéliennes à al-Nuseirat

La Résistance palestinienne s'attaque aux soldats de l'occupation israélienne et à leurs véhicules militaires dans toute la bande de Gaza et lance des roquettes en direction des colonies israéliennes.

Combattant des bRigades al-Qods, branche armée du Jihad Islamique Palestinien - Photo : médias résistance, via al-Mayadeen

La Résistance palestinienne continue d'affronter les forces d'occupation israéliennes dans la bande de Gaza, près de six mois après qu' « Israël » a lancé son invasion à grande échelle dans le territoire assiégé à la fin du mois d'octobre.

Les Brigades Al-Quds, l'aile militaire du mouvement du  Jihad islamique palestinien (PIJ), ont annoncé que leurs combattants de la Résistance avaient attaqué les soldats israéliens et leurs véhicules militaires stationnés autour du site militaire de Malek, au nord d'al-Nuseirat, dans le centre de la bande de Gaza, avec un barrage d'obus de mortier lourds.

Les médias militaires des Brigades al-Quds ont publié des  images de leurs combattants attaquant les forces d'occupation israéliennes au nord du gouvernorat central et dans ses zones orientales avec des barrages de roquettes et des obus de mortier.

Les Brigades ont également publié des images montrant leurs combattants en train de  tirer sur un soldat israélien dans la région de Khan Younis, au sud de la bande de Gaza, et de capturer un drone israélien Skay Lark.

Tôt samedi, les Brigades al-Quds ont confirmé que leurs combattants de la Résistance, ainsi que les Forces du Martyr Omar al-Qassam, ont lancé une attaque à la roquette sur la  colonie israélienne de « Sderot » et les colonies de l'Enveloppe de Gaza en réponse aux crimes israéliens contre le peuple palestinien.

De son côté, les Brigades al-Nasser Salah al-Din, l'aile militaire des Comités de résistance populaire, ont annoncé avoir attaqué un rassemblement de véhicules et de troupes militaires israéliens au nord du camp d'al-Nuseirat en utilisant des obus de mortier lourds.

Plus tôt dans la journée de samedi, le correspondant d'Al Mayadeen a confirmé que la Résistance palestinienne portait un coup dur aux forces d'occupation israéliennes, qui ont intensifié leurs tirs d'artillerie sur le camp d'al-Nuseirat.

Notre correspondant a mentionné que les combattants de la Résistance ont attaqué avec des obus de mortier les forces israéliennes près de la station de production d'électricité dans le camp.

Auteur :  Al-Mayadeen


* Al-Mayadeen Media Network, une chaîne arabe indépendante d'information par satellite, a été lancée le 11 juin 2012, et est basée dans la capitale libanaise, Beyrouth. Elle est aujourd'hui la première chaîne d'information dans plus d'un pays arabe en raison de son professionnalisme et de son engagement, ce qui en a fait un espace public de rencontre et d'interaction sociale.La chaîne Al-Mayadeen a pour slogan « la réalité telle qu'elle est », et est engagée à transmettre des faits et des opinions dans un monde en crise. Son compte  Twitter.

14 avril 2024 -  Al-Mayadeen - Traduction :  Chronique de Palestine

 chroniquepalestine.com

 Commenter

Articles enfants plus récents en premier

Référencé par :

1 article