20/03/2020 wsws.org  6 min #170633

La classe ouvrière en Chine fait les frais de la réponse de Pékin au coronavirus

Par Ben McGrath
20 mars 2020

Alors que le nombre de cas confirmés de COVID-19 diminue en Chine, le régime de Pékin qualifie sa réponse tardive à la pandémie de modèle à suivre pour le reste du monde. Ce faisant, le Parti communiste chinois (PCC) stalinien tente d'utiliser le nationalisme pour détourner l'attention du désastre social que son déni du virus pendant des semaines a causé à la classe ouvrière chinoise, ainsi que des mesures d'État policier qu'il a mises en œuvre.

La Commission nationale chinoise de la santé a indiqué lundi qu'il n'y avait eu que 21 nouveaux cas de COVID-19 et 16 la veille. Sur les 21 nouvelles infections confirmées, 20 ont été détectées chez des personnes arrivant de l'étranger. En date du 17 mars, 143 cas de COVID-19 en Chine provenaient de l'étranger.

En comparaison, l'Italie, qui est devenue le nouvel épicentre de l'épidémie du virus, a signalé 2.989 nouveaux cas rien que mardi, ainsi que 345 décès. Au total, il y a eu plus de 191.000 cas et plus de 7.700 personnes sont décédées. La majorité des cas confirmés se trouvent désormais en dehors de la Chine.

Le gouvernement chinois a imposé des interdictions de voyager strictes pour tenter d'empêcher de nouvelles épidémies. Les voyageurs internationaux arrivant à Pékin, Shanghai et Guangzhou seront évalués médicalement puis escortés vers un site de quarantaine où ils seront placés en observation pendant deux semaines. Ceux qui arrivent d'Italie, d'Espagne, d'Iran, des États-Unis, du Royaume-Uni, de Suisse, de Suède, de Belgique, de Norvège, des Pays-Bas, du Danemark et d'Autriche sont soumis à des contrôles supplémentaires.

Si les tests et les quarantaines sont une mesure nécessaire pour faire face à la pandémie de COVID-19, les mesures sévères imposées par Pékin exacerbent une crise sociale croissante en Chine, qui a été en partie révélée par l'effondrement, le 7 mars, d'un hôtel utilisé comme site de quarantaine.

Les résidents en quarantaine dans des villes comme Wuhan se sont plaints d'avoir été négligés par le gouvernement et d'avoir un accès limité aux denrées alimentaires de base et à d'autres produits de première nécessité. Des millions de travailleurs ont perdu leur emploi et aucune indemnisation sérieuse n'a été prévue. De grandes parties du pays sont toujours en état d'urgence.

La classe ouvrière chinoise est de plus en plus en colère, ce que Pékin tente de contenir par une rhétorique nationaliste. Un commentaire publié mardi dans l'agence de presse officielle de l'État Xinhua a déclaré: «Sous la direction du président chinois Xi Jinping, toute la nation a été mobilisée dans la lutte contre le virus. Des gens de tous les horizons ont fait des efforts concertés et se sont battus dans l'unité». La déclamation officielle disait: «Avec la pleine pratique du collectivisme et du patriotisme, le peuple chinois a fait preuve d'unité et de cohésion nationales.»

La réalité est que la classe capitaliste chinoise, et le régime du PCC qui la sert, a imposé aux travailleurs et aux pauvres des zones rurales le fardeau complet du coût économique massif causé par l'épidémie de COVID-19.

Goldman Sachs a déclaré mardi qu'il pense que l'économie chinoise va probablement se contracter de 9 % au cours du premier trimestre: la plus forte baisse depuis 1990. Il a également déclaré que le produit intérieur brut annuel de la Chine augmentera de 3 % au lieu des 5,5 % estimés précédemment. Même ces estimations de croissance sont discutables, étant donné que la production industrielle a chuté de 13,5 % en janvier et février, les usines des principales régions d'exportation ayant été en grande partie fermées.

Les responsables chinois affirment cependant que l'économie devrait revenir à la normale au cours du deuxième trimestre. «Plus de 90 % des grandes entreprises industrielles des régions situées en dehors du Hubei ont repris la production, et les taux de reprise pour des régions comme le Zhejiang, le Jiangsu et Shanghai sont proches de 100 %», a déclaré Meng Wei, porte-parole de la Commission nationale pour le développement et la réforme.

Cependant, le ministère chinois de l'Industrie et des Technologies de l'information a déclaré la semaine dernière que les petites et moyennes entreprises n'ont repris le travail qu'à un taux de 60 %.

Les travailleurs sont confrontés à des pertes d'emplois massives et à d'énormes réductions de salaire. Selon l'Economist Intelligence Unit, neuf millions de travailleurs devraient perdre leur emploi au cours de l'année à venir. Le taux de chômage urbain officiel devrait atteindre 6,2 %, soit le taux le plus élevé jamais enregistré. De 18 à 30 millions de travailleurs supplémentaires pourraient voir leurs salaires réduits de 50 %.

Les PME en Chine emploient jusqu'à 200 millions de personnes. Nombre d'entre elles sont des restaurants ou des bars qui ont été contraints de fermer. Dans de nombreux cas, elles emploient des travailleurs migrants qui n'ont pas pu retourner au travail. Environ 20 % des personnes n'ont pas pu retourner sur leur lieu de travail.

Les travailleurs migrants en général ont été durement touchés. Lorsque des mesures de quarantaine tardives ont été prises pour stopper la propagation de COVID-19 à la fin du mois de janvier, de nombreux travailleurs migrants se rendaient dans leur ville natale pour le Nouvel An lunaire, souvent située loin de leur lieu de travail. Seuls ceux qui avaient un emploi formel pouvaient voyager, tandis que d'autres n'avaient pas les moyens de payer les coûts des trains à grande vitesse qui restaient accessibles pour les riches.

«Il n'y a rien que je puisse faire à part attendre», a déclaré Zhang Yanwei au Financial Times au début du mois de mars. Zhang, un plombier, s'attendait à trouver du travail en dehors de sa ville natale de Zhumiao, dans la province du Shandong, mais il n'a pas pu voyager sans un contrat de travail officiel.

Dans certains cas, les travailleurs qui ont pu retourner sur leur lieu de travail ont été mis en quarantaine dans leur dortoir, partageant leur chambre avec d'autres travailleurs, risquant ainsi de contracter une infection plus large tout en restant impayés. Dans le pire des cas, les travailleurs ont été chassés de leur logement et se sont retrouvés sans abri et incapables de se rendre dans leur ville natale, forcés de vivre dans la rue.

Contrairement aux affirmations de Pékin selon lesquelles le pays tout entier s'est rallié, la classe ouvrière a été contrainte d'endurer des conditions incroyablement dures. La capacité de la Chine à contenir la propagation de COVID-19 n'a été que le résultat des mesures d'État policier qui ont imposé le fardeau complet de la crise sanitaire aux travailleurs et à leurs familles. La classe capitaliste chinoise, incarnée par le président Xi Jinping, n'a pratiquement rien payé. La plupart des Chinois riches ont simplement fui vers leurs maisons de luxe dans les banlieues des grandes villes, ou dans d'autres pays, et attendent la fin de la crise.

L'expérience chinoise n'est un «modèle» que dans la mesure où elle sert à souligner la nécessité pour la classe ouvrière internationale de prendre le contrôle direct de la réponse au coronavirus. Seule l'action indépendante des travailleurs peut garantir que toutes les mesures sont mises en œuvre dans le respect des droits démocratiques fondamentaux et du droit social à un revenu décent, à un logement et à des services essentiels.

(Article paru en anglais le 19 mars 2020)

 wsws.org

 Commenter
Référencé par : 1 article