21/03/2020 mondialisation.ca  12 min #170734

La peur et la panique se propagent à travers les États-Unis. Analyse des données de la Covid-19

Par  Prof Michel Chossudovsky

Les médias US ne cessent de semer la peur, la panique et le désespoir, avec l'aval de scientifiques étasuniens « faisant autorité ». « Le nouveau coronavirus pourrait tuer des millions de personnes à travers les États-Unis », selon le Dr Kathleen Neuzil, spécialiste des vaccins à la faculté de médecine de l'université du Maryland. (CNBC, 18 mars).

Les médias exagèrent régulièrement les impacts sur la santé en diffusant un discours de peur et de panique.

Regardons les chiffres. Les dernières données sur le coronavirus aux États-Unis publiées par le CDC le 19 mars 2020 sont les suivantes :

Nombre total de cas : 10,442

Nombre total de décès : 150

Juridictions rapportant des cas : 54 (50 États, District de Columbia, Porto Rico, Guam et îles Vierges américaines)

Selon le dernier battage médiatique, citant et souvent déformant l'opinion scientifique (CNBC)

Tweet de William Feuer: le coronavirus pourrait tuer des millions d'Américains : « Faites le calcul », dit le conseiller du CDC

Les modèles statistiques des groupes de réflexion de Washington prévoient un scénario de dévastation suggérant que « plus d'un million d'Étasuniens pourraient mourir si la nation ne prend pas des mesures rapides pour arrêter sa propagation le plus vite possible ».

Un modèle des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) suggère qu'entre 160 et 210 millions d'Étasuniens pourraient contracter la maladie en un an. Sur la base des données de mortalité et de la capacité actuelle des hôpitaux, le nombre de décès selon les scénarios du CDC allait de 200 000 à 1,7 million. ( The Hill, 13 mars 2020)

Les modèles de coronavirus les plus pessimistes font état d'un nombre considérable de victimes aux États-Unis

Ce genre d' »analyse » de la « peur scientifique » associée à des modèles statistiques est de la pure propagande : un préambule à la mise en œuvre d'un programme de vaccination obligatoire de plusieurs milliards de dollars (au niveau mondial), a été convenu à huis clos lors du  Forum économique mondial (FEM) de Davos du 21 au 24 janvier. Il a été approuvé par le directeur général de l'OMS à la mi-février.

Tweet du CEPI: Nous avons annoncé aujourd'hui le financement de trois programmes visant à développer des vaccins contre le nouveau #coronavirus, nCoV-2019

Nous soutiendrons les technologies pionnières destinées à accélérer le développement de vaccins contre les menaces émergentes #OutsmartEpidemics

« Compte tenu de la propagation rapide du nouveau coronavirus, le monde doit agir rapidement et de manière unie pour lutter contre cette maladie. Nous espérons que ces travaux pourront constituer une avancée significative et importante dans la mise au point d'un vaccin ».

Le scénario est de savoir comment produire des millions de vaccins en supposant que la pandémie se propage. Les conglomérats de vaccins des grandes sociétés pharmaceutiques ont déjà planifié leurs investissements en partant du principe que l'urgence sanitaire mondiale va se poursuivre.

Qui croire ?

Selon un rapport de l'OMS (lien inter textuel) relatif à l'épidémie chinoise (qui a été résolue) :

Les symptômes les plus fréquemment signalés [de la COVID-19] sont la fièvre, la toux sèche et l'essoufflement, et la plupart des patients (80 %) ont été légèrement malades. Environ 14 % des patients ont été gravement malades et 5 % ont été gravement malades. Les premiers rapports suggèrent que la gravité de la maladie est associée à l'âge (>60 ans) et à une maladie co-morbide. (en se basant largement sur l'évaluation de l'OMS de la COVID-19 en Chine).

The Hill, March 19, 2020

Selon l'Organisation mondiale de la santé, les personnes infectées souffrent généralement d'une maladie bénigne et se rétablissent en deux semaines environ.

The Hill, 19 mars 2020

Et puis ces « symptômes bénins » de COVID-19 sont utilisés comme justification de santé publique pour la fermeture de pays entiers, précipitant de larges secteurs de la population mondiale dans le chômage, la pauvreté et le désespoir.

N'oubliez pas que la COVID-19 touche particulièrement les personnes âgées de plus de 60 ans (dont la plupart ne font pas partie de la population active), en particulier celles qui ne bénéficient pas d'une couverture santé adéquate. Aux États-Unis, les décès dus à la COVID-19 sont en grande partie enregistrés dans la tranche d'âge des 70 ans et plus. Le taux de décès confirmé par COVID-19 est de 1,4 % du total des cas « confirmés » et « présumés » (données des CDC).

Comparez « la maladie légère et la guérison en deux semaines« de COVID-19 (à peine reconnue par les médias) aux conséquences sociales et économiques dévastatrices des fermetures ordonnées par de puissants intérêts financiers.

Des millions d'Étasuniens ont perdu leur emploi, des milliers de petites entreprises à travers le pays

ont été acculées à la faillite. Des millions de familles ont perdu les économies de toute une vie à la suite de l'effondrement des marchés boursiers. Précipitées dans un piège d'endettement, elles risquent de perdre leur maison.

Et ce scénario ne se « redressera » pas en deux semaines. Il s'agit d'une dépression à long terme. Ce à quoi nous avons affaire, c'est à la déstabilisation de l'économie étasunienne et un transfert artificiel de milliards de dollars de richesse monétaire.

Taux de récupération de COVID-19

Les données du CDC compilent les cas positifs « confirmés » et « présumés » depuis le 21 janvier 2020. Pourtant, il omet de mentionner que parmi les cas confirmés et présumés, un grand nombre d'Étasuniens se sont rétablis. Mais personne ne parle de récupération. Il ne fait pas les gros titres.

En Chine, on distingue dans les données les « cas confirmés infectés » et les « cas confirmés guéris ». Le taux de guérison enregistré en Chine est de l'ordre de 80 % depuis le début de l'épidémie de Wuhan, début janvier. (Voir Xinhua, 19 mars 2020)

Aux États-Unis, la hausse des « cas confirmés et présumés » a commencé entre la fin février et le début mars (voir graphique ci-dessous).

En appliquant la médication recommandée, le taux de guérison - selon le rapport de l'OMS cité ci-dessus - serait de l'ordre de deux semaines pour la plupart des patients de moins de 60 ans (une période de guérison plus longue pour le groupe de population de plus de 60 ans).

Cela suggère que la crise de santé publique COVID-19 aux États-Unis pourrait être maîtrisée en quelques mois. Mais si cela devait se produire, cela compromettrait la mise en œuvre du projet de vaccination des grandes entreprises pharmaceutiques.

Graphique: Cas de COVID-19 aux États-Unis selon la date de début de la maladie, du 12 janvier 2020 au 18 mars 2020, à 16 heures (heure de l'Est) (n = 1 891)**

Texte dans le graphique: les maladies qui ont commencé pendant cette période peuvent ne pas encore être déclarées**

Le processus d'essai présente de sérieuses difficultés. Les kits de test fiables sont « en pénurie ».

Cas présumés contre cas confirmés

Selon le CDC, les données présentées pour les États-Unis 10 442 cas « comprennent à la fois les cas positifs confirmés et présumés de COVID-19 signalés au CDC ou testés au CDC depuis le 21 janvier, 2020″.

Les données positives présumées ne confirment pas l'infection par le coronavirus : Le dépistage présumé implique « une analyse chimique d'un échantillon qui établit la possibilité qu'une substance [COVID-19] soit présente« (c'est nous qui soulignons). Mais elle ne confirme pas l'infection par le coronavirus. Le test de présomption doit alors être envoyé pour confirmation à un laboratoire sanitaire gouvernemental accrédité. Un test de confirmation implique « l'identification de la substance spécifique [coronvirus] par une analyse chimique supplémentaire ».

Il est à noter que l'OMS ne compile pas de données de cas présumés. Son chiffre total de cas confirmés est nettement inférieur au total des cas « confirmés et présumés » présenté par les CDC.

Les chiffres de l'OMS pour les États-Unis : 3586 cas confirmés au total plus 1822 nouveaux cas confirmés. (16 mars 2020)

(les divergences avec les données du CDC peuvent également être dues à des retards dans le traitement des données).

Les données nationales et locales sont en contradiction avec les chiffres publiés par l'OMS et le CDC, elles sont invariablement beaucoup plus élevées.

Le processus de test du COV-19 et de collecte des données par les autorités locales, l'État et le CDC présente des lacunes.

The CDC data does not include "testing results for persons repatriated to the United States from Wuhan, China and Japan". Why?

Les données des CDC n'incluent pas « les résultats des tests pour les personnes rapatriées aux États-Unis depuis Wuhan, la Chine et le Japon ». Pourquoi ? 

La déclaration ci-dessus suggère des divergences dans l'évaluation globale des cas confirmés. Pourquoi la publication des données relatives aux personnes rapatriées de Chine et du Japon est-elle refusée par le CDC ? Ces données sont-elles classées ?

Officiellement, selon l'OMS et le CDC, le coronavirus provient de Chine, ce qui suggère que tous les cas aux États-Unis ont leur origine en Chine. Pourquoi ces estimations ne sont-elles donc pas incluses ?

La Maison Blanche a ordonné que les réunions au cours desquelles les fonctionnaires ont discuté du coronavirus soient classifiées, Les fonctionnaires fédéraux de la santé ont reçu l'ordre de garder confidentielles des dizaines de réunions qui ont commencé à la mi-janvier, y compris les discussions sur l'étendue des infections, les quarantaines et les restrictions de voyage, Selon les sources, les personnes sans autorisation de sécurité n'étaient pas autorisées à entrer dans la salle de haute sécurité, généralement utilisée pour les opérations militaires et de renseignement, au Département de la santé et des services humains (HHS), où les réunions avaient lieu. ( The Hill)

Et que révèlent les rapports pathologiques des tests de laboratoire relatifs au virus chinois importé ? Quelles souches ? Classées.

Trump l'appelle le « virus chinois » : Les « cas confirmés » d'infections « étrangères » importées de Chine ou du Japon sont-ils la source de « transmission » aux cas COVID-19 enregistrés aux États-Unis ? Il n'y a pas de preuve disponible à cet effet.

Seattle, « le Wuhan de l'Amérique » ?

Examinez la carte du CDC ci-dessous (le 19 mars). Les plus grandes concentrations de cas positifs confirmés et présumés se trouvent dans l'État de New York (région métropolitaine de New York) et dans l'État de Washington (Seattle).

Titre et données du graphique: États signalant des cas de COVID-19 au CDC*

Cas signalés (dernière mise à jour le 19 mars 2020)

Territoires

Problème de données, causalité ? L'État de Washington représente plus de dix pour cent des cas.

44,7 % des décès enregistrés par la COVID-19 aux États-Unis ont été enregistrés dans l'État de Washington. La plupart des cas et des décès sont concentrés à Seattle.

La population de l'État de Washington est de 7,5 millions d'habitants, soit à peine 2,2 % de la population totale des États-Unis (330 millions).

Nous ne spéculerons pas sur la question des données. C'est une question qui doit être étudiée avec soin.

À partir du 15 mars, 67 décès dus au COVID-19 ont été signalés dans l'État de Washington. (total pour les États-Unis ; 150, selon le CDC)

Selon les données de l'État de Washington, il y a 1 187 cas confirmés de COVID-19. (Sans compter les cas présumés).

« Et les responsables du comté de King ont déclaré qu'il y a maintenant 562 cas confirmés rien qu'à King » (18 mars). La plupart des décès sont des personnes âgées (70 à 90 ans), dont beaucoup sont mortes mystérieusement au Life Care Center. Sur 67 décès, 30 ont été enregistrés au Life Care Center.

Ce qui est significatif, c'est qu'aucun des récents rapports du CDC et des États n'indique que des cas étasuniens d'infection par la COVID-19 ont été transmis directement ou indirectement par la Chine.

Michel Chossuodvsky

Note

Il faut garder à l'esprit que la méthodologie des estimations de la CDC est définie comme suit : Les services de santé publique nationaux et locaux sont impliqués dans les tests et la collecte de données indépendamment du CDC. « En cas de divergence entre les cas du CDC et les cas signalés par les responsables de la santé publique des États et des collectivités locales, les données communiquées par les États doivent être considérées comme les plus récentes ». (CDC, 18 mars 2020)

EN SAVOIR PLUS:  Coronavirus : Ce que les médias occidentaux ne vous disent pas : Taux de reprise élevés en Chine (en anglais)

Article original en anglais :

 Spinning Fear and Panic Across America. Analysis of COVID-19 Data

Traduction par Maya pour  Mondialisation.ca

La source originale de cet article est Mondialisation.ca
Copyright ©  Prof Michel Chossudovsky, Mondialisation.ca, 2020

 mondialisation.ca

 Commenter