Accepter cookie ?
12/06/2020 24 articles dedefensa.org  6 min #175280

Rapsit-Usa2020 : Out of Control

 Brèves de crise

Un sondage NBC-Wall Street Journal effectué fin mai-début juin dit que, pour 80% des personnes interrogées, la situation intérieure des USA est "hors de contrôle" ("Out of Control") et qu'elle est insaisissable parce qu'en constant mouvement ("in flux") ; 15% pensent le contraire. Cette opinion très fortement affirmée implique que la population a pris acte d'une  vérité-de-situation de la gravité et de la durée des événements en constante aggravation, qui sont en général niée par tous les parties en présence.

Les "parties en présence" : il s'agit pour l'instant des trois acteurs principaux :

• Trump et ceux qui le soutiennent, qu'il est très difficile d'identifier et de quantifier parce que ces "soutiens" sont eux aussi "in flux".

• L'establishment, avec ce qu'on nomme le DeepState, qui soutient Biden avec les démocrates hyper-activistes, y compris les élites-noires, et avec désormais les dirigeants militaires et civils du Pentagone qui s'opposent à Trump. En gros, il s'agit du Système qui veut la peau de Trump d'une part ; qui veut strictement contrôler, donc encadrer et maintenir dans les normes qui lui importent le mouvement extrémiste (marxiste-anarchiste, pour faire bref) utilisé contre Trump d'autre part.

• Les radicaux extrémistes, évidemment à gauche mais peut-être pas seulement... Extrêmement difficile de les identifier et de voir où ils en sont, avec tout de même un point de fixation qui est la création de la  CHAZ (Capitol Hill Autonomous Zone), une zone de six blocs d'immeubles "saisie" par les émeutiers après la fuite des policiers du commissariat qui contrôlait cet espace de la ville de Seattle, dans l'État de Washington. La CHAZ est proclamée comme une sorte de "Commune" pseudo-anarcho-gauchiste ; la criminalité a augmenté de 300% dans cette zone depuis l'instauration de la CHAZ, selon la cheffe de la police Carmen Best ; un groupe de rapper dirigé par  Raz Simone a rejoint la zone en prétendant en prendre la direction ; les "insurgés" réclament de la nourriture depuis que les sans-abris du coin, accueillis avec enthousiasme dans les rangs de la révolution, ont tout pillé avant de s'enfuir... Charmes de la révolution.

Sur ce dernier point de l'établissement de la CHAZ, Trump a tweeté furieusement à l'intention de la maire Jenny Dunkan qu'il fallait dégager cette zone : « Si vous ne le faites pas, je m'en chargerai » [avec la force militaire, qu'il ne contrôle d'ailleurs pas]. L'initiative de la CHAZ est diversement appréciée, et souvent minorisée comme dans le cas du site trotskiste WSWS.org, qui ne veut pas perdre un seul argument contre sa droite, c'est-à-dire les "intentions fascistes" de Trump, et du coup aligne ses évaluations sur celles de le presseSystème qu'il dénonce si fortement par ailleurs. Dans cet extrait d'  un textedu jour, la comparaison entre CHAZ et Occupy Wall Street de 2011 est complètement faussaire, la police n'ayant jamais perdu le contrôle de l'espace occupé par les manifestants d'il y a neuf ans, et les autorités d'alors étant complètement unies, déterminées et en position de force : « Trump a pris le prétexte d'une série d'actions de protestation mineures dans la ville [Seattle], dans lesquelles les manifestants contre la violence policière ont déclaré une "zone autonome" englobant six pâtés de maisons de la ville, avec des panneaux peints à la bombe, des campements et d'autres objets rappelant les manifestations d'Occupy Wall Street de 2011. »

Dystopie américaniste

Assez paradoxalement et contradictoirement, sinon à considérer le paradoxe et la contradiction comme les marques d'une dystopie selon un réflexe schizophrénique imposé par une situation psychologiquement peu supportable, le même sondage cité plus haut montre une étonnante stabilité à la fois de la position de Trump en tant que président (45% de satisfaction) et des positions respectives de Biden et de Trump dans les élections (49% pour Biden, 42% pour Trump). Tout se passe, de ce point de vue, comme si les évènements en cours faisaient partie d'un autre monde, sans influer sur le sentiment porté sur le politique théoriquement institutionnalisé.

Deux explications peuvent être proposées, aussi bien en alternative que parallèles :

• A côté de la prise en compte des événements, une sorte de pensée inconsciente qui réfute ces événements lorsqu'on en vient au jugement des hommes politiques concernés par l'élection présidentielle. Tout se passerait comme si l'élection présidentielle, qui fait partie du processus normal de la vie du pays, était perçue d'une façon "normative", hors de l'exceptionnalité de la vérité-de-situation qui fait craindre le pire. Ce serait une façon de repousser une réalité extrêmement menaçante et inquiétante, donc un réflexe psychologique qui, a contrario, montre l 'inquiétude extrême de la population vis-à-vis de la situation.

• Dans son "immense sagesse" qui relèverait plutôt de l'intuition collective, la population comprendrait qu'aucun de ces deux hommes n'a assez d'influence pour peser sur les événements, et donc pour en être tenus pour responsables, ce qui expliquerait que les événements n'influent pas sur les jugements qu'on porte sur eux. En fait, les deux hommes seraient pour l'instant jugés "hors du temps" et plutôt selon les tendances partisanes classiques, ce qui fait qu'il ne faudrait accorder que très peu de crédit à ces résultats, notamment celui portant sur la compétition présidentielle.

• Une troisième remarque porte sur l'évidence qu'à un moment ou l'autre, la réalité des événements en cours va influer sur le jugement des citoyens sur les deux hommes politiques. C'est alors qu'il risque d'y avoir des changements inattendus. Par conséquent, et à cause des événements en cours, les résultats de l'élection présidentielle sont pour l'instant totalement imprévisibles. Le risque d'un blocage quelconque, soit technique, soit politique selon des actions subversives ou autre, est de plus en plus élevé.

Enfin, un autre aspect remarquable de ce sondage est que la question de la pandémie Covid19 continue à être une très forte préoccupation de la population, avec une perception très pessimiste : 63% des personnes consultées disent connaître une personne infectée par le virus et 11% seulement estiment que le "confinement" et les mesures afférentes n'ont pas duré assez longtemps. Cet état d'esprit montre que les deux crises (Covid19 et Grande-Emeute2020), avec la crise économique qui baigne le tout, sont considérées comme liées dans l'esprit du public.

Mis en ligne le 12 juin 2020 à 10H00

Note

(*) Nous commençons une série de "rapport de situation" (d'où Rap[port]Sit[uation], imité du SitRep [Situation Report] utilisé pour l'anglais) sur les événements aux USA, au moins jusqu'aux présidentielles (d'où RapSit-USA2020), peut-être (sans doute) après. La parution n'a aucune régularité, se faisant selon notre jugement sur l'importance des événements ou sur la nécessité d'une mise à jour. Certains événements signalés peuvent être repris et développés dans d'autres rubriques. La rubrique Brèves de crise est utilisée dans ce cas pour la facilité.

 dedefensa.org

 Commenter

Articles associés plus récents en premier
1 occurrence 3 articles 04/08/2020 dedefensa.org  7 min #177604

Repsit-Usa2020 : Joe & Fidel

 Brèves de crise

Il est assuré que Joe Biden et son équipe de campagne prennent toutes leurs précautions, se heurtant à leurs propres hésitations et la diversité de leurs jugements, pour désigner un candidat vice-président, - pardon, une candidate vice-présidente, et Africaine-Américaine de surcroit, paraît-il et conformément à la loyauté en politique, aussi bien qu'à la comptabilité électorale.

1 occurrence 31/07/2020 dedefensa.org  13 min #177479

Rapsit-Usa2020 : le tweet nucléaire de Trump

 Brèves de crise

Comme on le voit d'ores et déjà  dans le texte qui précède celui-ci, la situation aux USA a pris un tour dramatique, avec le désordre crisique atteignant le niveau institutionnel. Pour l'aspect spectaculaire de la communication, cela est dû, une fois de plus, à un tweet sensationnel de Trump évoquant une situation où les choses pousseraient à retarder l'élection présidentielle.

1 occurrence 31/07/2020 dedefensa.org  10 min #177463

Rapsit-Usa2020 : L'apocalypse du 20 janvier 2021

 Brèves de crise

Normalement, cet article aurait dû figurer dans notre rubrique Ouverture Libre, mais nous préférons l'inclure dans la série RapSit-USA2020. La cause en est évidente...

• Même si le fait de reprendre intégralement un article impliquait de l'inscrire dans la rubrique Ouverture Libre, le sujet de l'article est trop intimement lié à la crise des USA, jusque dans ses détails les plus complexes et les plus embrouillés pour ne pas solliciter sa présence dans RapSit-USA2020 ;

1 occurrence 28/07/2020 dedefensa.org  8 min #177359

Rapsit-Usa2020 : L'hiver de la terra incognita

 Brèves de crise

Voici l'avis  du colonel Lang sur les élections (présidentielles et législatives) du 3 novembre 2020 aux USA : tous, absolument tous les résultats, estime-t-il, seront l'objet de contestations débouchant sur des plaintes en justice, ce qui signifie que les USA seront complètement à l'arrêt ; une sorte de "reconfinement juridique" si vous voulez, dans ce pays qui ne vit que par et pour la loi, dans ses plus horribles labyrinthes et dans ses plus sordides arrangements, comme dans ses plus sublimes illusions et ses plus fermes prérogatives.

1 occurrence 24/07/2020 dedefensa.org  11 min #177201

Rapsit-Usa2020 : La e-débandade de l'Us. Army

 Brèves de crise

Depuis qu'elle existe comme force constituée disposant d'une énorme influence et des activités de communication (lobbying notamment) à mesure, l'armée US ne manque pas de s'intéresser à toutes les activités du domaine dans la vie civile. Elle domine Hollywood, malgré son progressisme ou à cause de son progressisme, - ça se discute, comme on le verra, - et n'a fait ni une ni deux pour entrer dans le business d'influence sur les réseaux sociaux et les jeux vidéos en ligne.

1 occurrence 24/07/2020 dedefensa.org  9 min #177174

Rapsit-Usa2020 : Tiens, c'est vrai il y a une élection...

 Brèves de crise

L'élection présidentielle USA2020 a évidemment essuyé de plein fouet le climat d'extrême désordre caractérisant aujourd'hui la situation aux USA. On n'en parle plus guère de manière objective ou mesurée, et même officiellement, du point de vue des deux candidats (?) et des deux partis, il n'est guère possible de donner une analyse sérieuse de la situation.

1 occurrence 20/07/2020 dedefensa.org  13 min #177018

Rapsit-Usa2020 : The United States of Africa

 Brèves de crise

Admettons que RT.com a réussi un bon coup (journalistique), mais au travers d'un désert médiatique de la presseSystème des USA (United States of America) refusant de se salir la plume au nom d'on ne sait quoi : sens du ridicule ou du simulacre ? Respect des consignes ? Censure de la censure ?

Le "bon coup", de Chris Sweeney, journaliste britannique travaillant pour RT.com sur les diverses milices et forces armées clandestines aux USA, c'est  une interview du Grand'Maître Jay (de son vrai nom, étrange mélange de deux personnalités impliquées dans une tragédie qui a bouleversé l'Amérique, - John Fitzgerald Johnson).

1 occurrence 18/07/2020 dedefensa.org  18 min #176942

Rapsit-Usa2020 : Dostoïevski et l'American Dream

 Brèves de crise

Les USA continuent à sombrer à une hyper-vitesse respectable dans une sorte de folie où subversion et inversion règnent en maîtresses de la couleur des temps. Ce n'est pas pour autant que la subversion et l'inversion triomphent dans le sens négatif d'une déconstruction entropique, car leurs effets ont largement passé leur '  Principe de Peter' et développent des conséquences inattendues et de plus en plus souvent paradoxales, qui détruisent le Système plus qu'ils ne le renforcent.

1 occurrence 2 articles 15/07/2020 dedefensa.org  9 min #176804

Rapsit-Usa2020 : New York Times maoïste !

 Brèves de crise

En fait de "révolution" (maoïste dans ce cas) que l'on tendrait à voir comme un événement qui se déclenche et qui est en cours, il s'agit plutôt de la révolution qui a bien eu lieu et se trouve fermement installée au New York Times (NYT), comme si cette formidable institution du système de l'américanisme était née pour ça. Cette situation grotesque et abracadabrantesque est mise en évidence, en pleine lumière, par le départ de Bari Weiss, une des rédactrices en chef de la rubrique Op/Ed, et orientée dans ses écrits vers les questions politiques et de culture.

1 occurrence 14/07/2020 dedefensa.org  11 min #176776

Rapsit-Usa2020 : Blm versus Blm

 Brèves de crise

Il ne s'agit certainement de l'événement, même parmi le quotidien, le plus important aux USA ces jours derniers. Mais il nous paraît extrêmement symbolique de la folle situation dynamique et psychologique de ce pays. Dans les nuits de samedi et de dimanche, il y a eu des affrontements entre des rassemblements de BLM, attaqués par des groupes de BLM...

1 occurrence 10/07/2020 dedefensa.org  8 min #176615

Rapsit-Usa2020 : Les militaires contre Trump

 Brèves de crise

Lors d'une audition hier devant la Commission des forces armées de la Chambre des Représentants, le président du Comité des Chefs d'État-Major, le général (US Army) Milley, a nettement pris position dans une polémique politico-symbolique, concernant les bases militaires US, - principalement de l'US Army, notamment depuis le retrait du service du sous-marin nucléaire USS Robert E. Lee

1 occurrence 09/07/2020 dedefensa.org  12 min #176551

Rapsit-Usa2020 : Le Grand Soir de Joe

 Brèves de crise

The Hill (papier et site) est une publication spécialisée dans les nouvelles du Congrès US, avec son titre rappelant effectivement le symbolisme géographique de cette institution fondamentale des États-Unis. Nous dirions qu'il s'agit d'une publication assez spécialisée mais largement lue par le monde politique et parlementaire, sans la notoriété d'un des grands organes de la presseSystème ; mais sans aucun doute partie de la presseSystème.

1 occurrence 06/07/2020 dedefensa.org  8 min #176439

Rapsit-Usa2020 : Black is Black

 Brèves de crise

On attendait les milices des ultra-droitistes pour la plupart blanc de peau, et l'on eut une impressionnante parade d'une milice quasiment noire (sauf quelques énergumène un peu trop pâles ici et là), désormais connue sous le nom de Not F**king Around Coalition (NFAC), - dont on comprendra aisément la signification des chastes astérisques, puisque même la révolution respecte les règles de l'austérité pudibonde qui est à la base de la fondation de l'Amérique.

1 occurrence 2 articles 04/07/2020 dedefensa.org  9 min #176366

Rapsit-Usa2020 : Trump dans un fauteuil ?

 Brèves de crise

Le site Gateway Pundit, qui n'est pas précisément ni Bidenôlatre, ni suprémaciste-progressiste (nouveau terme à conserver dans notre arsenal), se régale du  passage sur FoxNews de Helmut Norpoth, professeur à l'université Stony Brooks de Long Island.

1 occurrence 01/07/2020 dedefensa.org  17 min #176226

Rapsit-Usa2020 : American Crisis First

 Brèves de crise

A côté de la relative discrétion qui caractérise tous les outils de communication dépendant du Système, l'information alternative met en évidence la force de la reprise de la pandémie Codiv19 aux USA. On pourrait presque parler de "deuxième vague" d'un point de vue quantitatif, l'expression étant inappropriée "techniquement" dans la mesure où cette résurgence semble venir directement des mesures dont le caractère est indubitablement politique, même si indirectement, prises par les diverses autorités concernées, et en cela avec des responsabilités partagées (démocrates et républicains) et des complots divers et exotiques.

1 occurrence 27/06/2020 dedefensa.org  15 min #176047

Rapsit-Usa2020 : la deuxième vie de Robespierre

 Brèves de crise

Une chose nous paraît frappante dans les troubles qui continuent aux USA depuis à peu près un mois (mort de George Floyd le 25 mai) : la référence révolutionnaire d'une part, et d'autre part la référence révolutionnaire qui nous semble, selon les sources que nous consultons, la plus usitée.

Il ne fait aucun doute pour nous que ces mouvement de rue et de communication allant du pillage au symbole, qui secouent l'Amérique, sont perçus comme bien au-delà, et bien différemment de la simple image d'Épinal de l'antiracisme qui nous est d'habitude présentée par nos élitesSystème européennes, d'une façon extrêmement conformiste, extrêmement bornée (c'est-à-dire entêtée dans la très-courte vue) lorsqu'il s'agit d'évoquer les événements aux USA.

1 occurrence 26/06/2020 dedefensa.org  22 min #176002

Rapsit-Usa2020 : « lincoln, réveille-toi... ! »

 Brèves de crise

Les commentaires avancent de plus en plus sur la voie, non pas d'un catastrophisme sollicité ou considéré comme une idéologie, mais plus simplement d'une prévision catastrophique comme un fait devant évidemment se produire, - reste à savoir quand... Il faut ajouter que nous parlons des USA en tant que tels, comme on le comprend avec le ton qu'emploie Fred Reed, avec son titre et sous-titre :

1 occurrence 23/06/2020 dedefensa.org  14 min #175826

Rapsit-Usa2020 : Blm, une affaire qui swingue

 Brèves de crise

On sait qu'au centre du grand mouvement actuel aux USA et en-dehors, - le "mouvement du 25 mai", ou Grande-Emeute2020, - on trouve l'organisation BLM (Black Lives Matter). Bien entendu, on en parle beaucoup du point de vue de la crise aux USA, du point de vue du racisme-antiracisme, etc., et fort peu du point de vue "business et $dollars".

1 occurrence 18/06/2020 dedefensa.org  11 min 🇬🇧 #175584

Rapsit-Usa2020 : « Guerre des races » ?

 Brèves de crise

La citation, remaniée en un "La guerre des classes disparaît au profit de la guerre des races", a provoqué des cahots dans le monde de la communication politique et médiatique parisien. Elle est de Manuel Valls, qui termine  son interview à Valeurs Actuelles par le constat louable : « Quoi qu'il arrive, je contribuerai à ma manière au débat.

Référencé par : 1 article