Les affrontements entre Gaza et Israël sont-ils un « faux drapeau » ? Ont-ils tout simplement laissé faire ? Leur objectif est-il de « rayer Gaza de la carte »?

« Des Israéliens osent dire qu'un grand nombre de victimes israéliennes... étaient en fait le résultat de tirs amis »

Par  Gilad Atzmon

 Gilad Atzmon a écrit le 17 octobre 2023

Israël est dévasté par le nombre considérable de victimes qu'il a subies la semaine dernière, les Israéliens sont contrariés par leur armée et leurs services de renseignement qui se sont révélés être une puissance dysfonctionnelle, ils sont dégoûtés par leur gouvernement, mais cela n'est guère nouveau et ne diffère pas vraiment de ce que ressentent la plupart des Occidentaux à l'égard de leurs propres dirigeants... mais le grand scandale est sur le point de faire surface... Certains Israéliens osent maintenant dire qu'un grand nombre des victimes israéliennes du 7 octobre et des jours suivants étaient en fait le résultat de tirs amicaux.

Cela mérite évidemment quelques précisions...

Les FDI et le gouvernement, dévastés par l'ampleur de la gaffe militaire et politique du 7 octobre, ont pris la décision d'éradiquer toute présence de militants palestiniens du côté israélien de la frontière de Gaza. À l'époque, il y avait des dizaines de prises d'otages à la frontière sud d'Israël. Israël n'a pas les moyens de gérer plus d'UNE prise d'otages à la fois. Le 7 octobre, les forces de défense israéliennes et la police ont dû faire face à des dizaines de prises d'otages...
Israël a déployé ses forces d'élite pour libérer ses 12 centres de commandement occupés, libérant ses soldats et ses commandants régionaux de haut rang. Les colonies israéliennes d'Otef Aza, les kibboutzim. Les villages et les villes ont été évacués et repris par des forces terrestres ordinaires qui n'avaient pas reçu de formation spécialisée dans les situations de prise d'otages.

Alors que les situations d'otages sont traitées avec beaucoup de soin et de précision avec des grenades de choc et des armes de petit calibre, dans le kibboutz Be'eri par exemple ou dans le commissariat de police de Sderot, les forces israéliennes ont utilisé des armes de gros calibre, des armes antichars et même des chars contre des structures civiles avec des otages à l'intérieur (Sderot)... c'est la raison exacte qui explique le niveau de destruction dans ces endroits. C'est pourquoi les images du carnage de Be-eri et du poste de police de Sderot ressemblent à Dresde après la visite de la RAF en 1945.

Certains de mes lecteurs connaissent la directive Hannibal de l'IDF. Cette directive repose sur la conviction qu'il vaut mieux qu'un soldat de Tsahal soit mort plutôt qu'enlevé. Elle appelle les soldats à tuer leurs amis si ceux-ci sont enlevés par des organisations terroristes. La directive a été annulée il y a quelques années, mais le 7 octobre, tous les politiciens et commandants militaires israéliens en ont exprimé l'esprit de différentes manières. "L'objectif premier des FDI était de tuer les militants du Hamas, mais la libération des otages israéliens vivants n'a même pas été mentionnée comme un objectif militaire".

Israël vient de diffuser des images de centres de commandement repris par les FDI. Les images sont relativement propres, quelques papiers sur le sol, quelques messages en arabe sur les murs. Les images des structures civiles sont complètement différentes, ce n'est rien d'autre qu'un carnage total.

Les photos ci-dessus proviennent de Be-eri, le poste de police de Sderot, et j'ai également inclus un enregistrement audio en hébreu d'une otage racontant son histoire. Elle raconte que les militants du Hamas se sont montrés "humains" avec les otages. C'est l'unité de police israélienne qui a en fait touché les otages par inadvertance lors d'un échange de tirs erratiques. Le présentateur de la radio lui a demandé de confirmer, incrédule, et elle a répété son histoire... (l'enregistrement audio est disponible sur le la page Facebook de Gilad Atzmon).

 Gilad Atzmon, le 17 octobre 2023

Choix du titre Arrêt sur info. Photo page  Atzmon

Traduit de l'anglais par ASI

****

Version originale en anglais - Page Facebook de  Gilad Atzmon

 Gilad Atzmon writes

Israel is devastated by the huge numbers of fatalities it suffered last week, Israelis are upset by their army and intelligence that proved to be a dysfunctional force, they are repulsed by their government but this is hardly new and not really different from most westerners who feel the same about their own rulers.. but the big scandal is just about to surface.. Some Israelis dare to say now that a large number out of the Israeli fatalities on 7 October and the following days were actually the outcome of friendly fire.

This obviously needs some elaboration...

The IDF and the government, being devastated by the scale of the military & political blunder on 7 October made a decision to eradicate any presence of Palestinian militants on the Israeli side of the Gaza border. At the time there were dozens of hostages situations across israel's southern border. Israel doesn't have the means to handle more than ONE hostages crisis at one time. On the 7th of October the IDF and the police had dozens of hostage theatres...

Israel deployed its top elite forces liberating its 12 occupied command centers releasing its soldiers and high rank regional commanders. The Israeli settlements in Otef Aza, the kibbutzim. Villages and the towns were evacuated and retaken by ordinary ground forces that lacked the specialized training in hostages situations.

While hostages situation are handled with great care and accuracy with shock grenades and small caliber weapons, in kibbutz Be'eri for instance or in Sderot's police station the Israeli forces used high caliber weapons, anti tank weapons and even tanks against civilian structures with hostages inside (Sderot)... this is the exact reason behind the level of destruction in these places. This is why the images of carnage from Be-eri and Sderot Police Station resemble Dresden following the RAF visit in 1945.

Some of my readers know about the IDF's Hannibal directive. The directive is driven by the belief that an IDF soldier is better dead than abducted. It calls soldiers to kill their friends if those are abducted by terror organisations. The directive has been cancelled a few years back but on the 7th of October every Israeli politician and military commander expressed its spirit in different ways. "We need," they said, "to clear the area of Hamas terrorist, we will deal with Israeli POW and abducted citizens after the war", the IDF primary objective was killing the Hamas militants, yet, releasing the Israeli hostages alive weren't even mentioned as a military objective.

Israel has now released footage of retaken IDF command centers, the images are relatively clean, a few papers on the floor, some messages on the walls in Arabic. The images of civilian structures are completely different, they are nothing short of total carnage.

The photos above are from Be-eri, Sderot police station and I also included an Israeli radio audio recording in Hebrew of an hostage telling her story. She tells that the Hamas militant were "humane" with the hostages. It was the Israeli police unit that actually hit the hostages carelessly in the erratic fire exchange. The radio presenter ask her to confirm in disdelief and she repeated her story...(edited to add couldn't download and attach the audio recording but it's available on Gilads wall).

 Gilad Atzmon, 17 oct. 2023

 arretsurinfo.ch

 Commenter

Articles enfants plus récents en premier
28/10/2023 mintpressnews.com  5 min 🇬🇧 #236177

« Des Israéliens osent dire qu'un grand nombre de victimes israéliennes... étaient en fait le résultat de tirs amis »

The Hannibal Directive: What Really Happened on October 7

Mnar Adley  

Editor's Note: Dear Readers, MintPress News' YouTube channel was recently demonetized, and many of our videos made age-restricted. We would greatly appreciate your support by becoming a member of our Patreon page so that we can continue to bring you important stories like this one. Much of the work that we do is supported by viewers like you.

We were told Hamas killed 1400 Israelis on October 7, that they carried out rapes and torture of civilians en masse and, of course, that they beheaded babies.

26/10/2023 arretsurinfo.ch  16 min #236093

« Des Israéliens osent dire qu'un grand nombre de victimes israéliennes... étaient en fait le résultat de tirs amis »

Que s'est-il réellement passé le 7 octobre ?

Par Robert Inlakesh, Sharmine Narwani

Il apparaît aujourd'hui que près de la moitié des Israéliens tués étaient des combattants, que les forces israéliennes étaient responsables de la mort de certains de leurs propres civils et que Tel-Aviv a diffusé de fausses informations sur les atrocités commises par le Hamas pour justifier son attaque aérienne dévastatrice contre les civils palestiniens à Gaza.

« Des Israéliens osent dire qu'un grand nombre de victimes israéliennes... étaient en fait le résultat de tirs amis »

Bug dans la matrice : Le témoignage d'otages du Hamas contredit le narratif de la Doxa

par Le Libre Penseur

Ils ont beau vouloir tout contrôler, c'est juste impossible. La libération hier de 2 otages israéliennes âgées met à mal toute la propagande israélo-occidentale : «Quand nous sommes arrivés à Gaza, ils nous ont d'abord dit qu'ils croyaient au Coran et qu'ils ne nous feraient pas de mal, qu'ils nous nourriraient bien, qu'ils étaient gentils, qu'un médecin et un ambulancier nous rendraient visite régulièrement, que tout était prévu pour nous» ! la conférence de presse des otages expliquant qu'ils avaient été bien traités !

« Des Israéliens osent dire qu'un grand nombre de victimes israéliennes... étaient en fait le résultat de tirs amis »

Une partie des 1400 ressortissants sionistes tués pendant l'offensive palestinienne l'ont été par leur propre armée

La propagande sioniste voudrait nous faire croire que les combattants palestiniens ont tué de sang froid quelque 1400 civils sionistes.

Non seulement on doit rejeter comme une contrevérité la thèse selon laquelle ces 1400 personnes seraient des civils mais les informations, certes fragmentaires, disponibles montrent qu'un certain nombre des ressortissants sionistes ont été tués par leur propre armée agissant selon la «directive Hannibal».