Accepter cookie ?
02/03/2020 26 articles mondialisation.ca  8 min 🇬🇧 #169752

Erdogan: Idlib m'appartient!

Un développement majeur s'est produit en Syrie vendredi. La veille, une attaque russe contre un convoi turc à Idlib, au nord-est de la Syrie, avait tué 36 soldats et officiers turcs. En représailles, la Turquie a lancé une attaque de drones armés sans précédent qui a duré plusieurs heures et qui a tué et blessé plus de 150 officiers et soldats syriens et alliés du Hezbollah et de la brigade des Fatimides (Liwa Fatimiy'oun). Les drones turcs ont détruit des dizaines de chars et de lance-roquettes déployés par l'armée syrienne tout au long de la ligne de front. La Russie avait interrompu son soutien aérien à la Syrie et à ses alliés qui ont demandé aux Russes des explications sur cette absence de coordination et l'arrêt de leur soutien aérien, qui a permis aux drones turcs de tuer autant de membres de l'armée syrienne et des forces alliées. Que s'est-il passé, pourquoi et quelles seront les conséquences?

En octobre 2018, la Turquie et la Russie ont signé un accord à Astana afin d'établir une zone de désengagement le long de la route reliant Damas à Alep (M5) et celle entre Alep et Lattaquié (M4). Il était convenu que les belligérants se retireraient et rendraient les routes accessibles à la circulation civile. Il était en outre entendu de mettre fin à la présence de tous les djihadistes, y compris les Tadjiks, les Turkmènes, les Ouïghours et tous les autres combattants étrangers présents à Idlib associés à Hayat Tahrir al-Sham (ex-Daech, ex-al-Qaeda en Syrie), Hurras al-Din (al-Qaeda en Syrie) et Ahrar al-Sham, c'est-à-dire tous les combattants étrangers et rebelles « non modérés ». L'an dernier, Hayat Tahrir al-Sham a pris le contrôle intégral d'Idlib et de sa région rurale sous l'œil vigilant de la Turquie.

Plus d'un an après, la Turquie n'a pas respecté son engagement de mettre fin à la présence des djihadistes et d'ouvrir la M5 et la M4 comme prévu. L'armée syrienne et ses alliés, de pair avec la Russie, ont donc convenu d'imposer l'accord d'Astana par la force. En quelques semaines, la ligne défensive des djihadistes s'est écroulée sous le coup des intenses bombardements russes. Selon des commandants sur le terrain, les djihadistes laissaient moins de 100 hommes dans chaque village, qui reculaient sous les intenses bombardements et préféraient partir plutôt que d'être encerclés par l'armée syrienne qui avançait rapidement.

Selon les commandants militaires en Syrie, devant ce recul des djihadistes, la Turquie a décidé de déployer des milliers de troupes en Syrie afin de mener une contre-offensive contre l'armée syrienne et ses alliés. Cette action a fait en sorte qu'il était impossible pour les Russes de faire une distinction entre les djihadistes et l'armée turque. De plus, la Turquie s'est gardée d'informer la Russie de la position de ses forces régulières, comme il est convenu dans l'accord de désengagement entre la Russie et la Turquie. C'est à ce moment que la Russie a bombardé un convoi qui a tué 36 officiers turcs et 17 djihadistes qui les accompagnaient.

D'après des sources au sein de l'organe décisionnel en Syrie, les forces aériennes russes n'étaient pas au courant de la présence du convoi turc qu'elles ont pratiquement décimé à Idlib. Le commandement turc a fourni des véhicules turcs et déployé des milliers de soldats turcs aux côtés des djihadistes. C'est comme si le président Recep Tayyip Erdogan souhaitait qu'il y ait un grand nombre de victimes turques pour que cesse l'attaque victorieuse et rapide de l'armée syrienne sur le front d'Idlib et mettre un frein à la débandade des djihadistes.

D'après les sources, le nombre de soldats turcs tués a surpris la Russie, qui a décrété un cessez-le-feu unilatéral pour calmer le jeu sur le front et désamorcer la situation. Moscou a ordonné à son centre opérationnel militaire en Syrie d'arrêter l'offensive militaire et d'interrompre l'attaque dans la région rurale d'Idlib. S'engager dans une guerre contre la Turquie n'entre pas dans les plans du président Poutine en Syrie. La Russie croyait le moment propice à une accalmie sur le front pour permettre à Erdogan de lécher ses plaies.

Cette illusion de la part des Russes ne correspondait pas du tout aux intentions et aux plans de la Turquie en Syrie. La Turquie a déplacé son commandement militaire et sa base de contrôle à la frontière avec la Syrie pour mieux diriger les attaques contre l'armée syrienne et ses alliés. Les drones armés turcs ont mené une attaque organisée sans précédent qui a duré plusieurs heures et détruit la ligne de défense syrienne au complet sur la M5 et la M4, sapant ainsi l'efficacité de l'armée syrienne équipée et entraînée par la Russie. De plus, l'Iran avait informé la Turquie de la présence de ses forces et de ses alliés aux côtés de l'armée syrienne, en lui demandant de stopper l'attaque pour éviter de faire des victimes. La Turquie, qui compte plus de 2 000 officiers et soldats dans 14 postes d'observation aujourd'hui sous le contrôle de l'armée syrienne, a fait fi de la demande iranienne et bombardé le QG iranien et celui de ses alliés, y compris un hôpital militaire de campagne, tuant ainsi 30 combattants alliés (9 membres du Hezbollah et 21 de la brigade des Fatimides) et des dizaines d'officiers de l'armée syrienne. L'attaque turque a fait aussi plus de 150 blessés parmi les soldats de l'armée syrienne et leurs alliés.

Il est désormais clair que la Russie, l'Iran et leurs alliés ont mal compris la véritable intention du président Erdogan : la Turquie est impliquée dans la bataille d'Idlib pour défendre ce qu'Erdogan considère comme un territoire turc (Idlib). Voilà la signification du message de la Turquie à la lumière du comportement et du déploiement de l'armée turque aux côtés des djihadistes. Damas et ses alliés trouvent que la Russie a commis une erreur en n'empêchant pas les drones turcs d'attaquer le territoire sous contrôle syrien à Idlib. La Russie a en outre commis une autre erreur grave en n'avertissant pas ses alliés que la direction politique à Moscou avait décrété un cessez-le-feu unilatéral, exposant ainsi ses partenaires sur le champ de bataille au danger en leur refusant une couverture aérienne.

Ce n'est pas la première fois que la Russie met fin à une bataille en cours en Syrie. C'est déjà arrivé dans la Ghouta, à Alep-Est, à el-Eiss, dans la Badia et à Deir Ezzor. C'est la Russie qui a demandé à l'armée syrienne et à ses alliés de se préparer en vue de la bataille pour reprendre la M5 et la M4. D'un point de vue militaire, pareille attaque ne peut être interrompue tant qu'un cessez-le-feu n'a pas été convenu sur tous les fronts par toutes les parties. Le cessez-le-feu unilatéral était une grave erreur, parce que la Russie n'avait pas prévu la réaction turque et n'avait pas permis à l'armée syrienne et à ses alliés de s'équiper de système de défense antiaérienne. De plus, pendant que le bombardement de l'armée syrienne par les Turcs se prolongeait des heures durant, il a fallu de nombreuses heures pour que les commandants russes convainquent Moscou d'intervenir et de demander à la Turquie d'arrêter le bombardement.

Le commandement militaire de la Syrie et ses alliés croient que la Turquie se sent maintenant en confiance de répéter ce genre d'attaque devant l'hésitation des Russes à s'y opposer. La Syrie, l'Iran et leurs alliés ont donc décidé de sécuriser la couverture aérienne de leurs forces réparties dans la région d'Idlib pour s'assurer qu'elles disposent d'une protection indépendante même si la Russie promettait, selon la source, de diriger une future attaque et de reprendre le contrôle total de l'espace aérien.

Il est compréhensible que la Russie ne soit pas en Syrie pour déclencher une guerre contre le membre de l'OTAN qu'est la Turquie. Mais l'OTAN n'est pas en position de soutenir la Turquie, du fait qu'elle occupe un territoire syrien. Sauf que la guerre en Syrie a démontré que la primauté du droit n'est guère respectée par l'Occident. Une intervention des USA n'est pas à exclure, ne serait-ce que pour gâcher la victoire de la Russie, de l'Iran et de la Syrie et leurs plans en vue de libérer le Levant des djihadistes et d'unifier le pays. Une intervention possible des USA est une source de préoccupation pour la Russie et l'Iran, d'autant plus que le président Erdogan ne cesse d'appeler à une intervention directe des USA, à une zone d'exclusion aérienne de 30 km, à une zone tampon le long de la frontière avec la Syrie, à la livraison de missiles d'interception Patriot pour affronter les forces aériennes russes et à une protection contre les réfugiés syriens déplacés à l'intérieur du pays (tout en organisant leur départ vers l'Europe).

Moscou maintient de bons liens commerciaux et énergétiques avec la Turquie et le président Poutine n'est pas en Syrie pour déclencher une nouvelle guerre contre les ennemis de la Syrie que sont la Turquie, les USA et Israël, malgré l'importance du Levant pour les forces aériennes (base de Hmeimim) et navales (base de Tartous) russes.

Les choix sont limités : soit que la Russie accepte de soutenir la préparation de l'inévitable contre-attaque syrienne des prochains jours avant un sommet Poutine-Erdogan, soit que la situation à Idlib soit mise en attente jusqu'à ce que les djihadistes attaquent Alep de nouveau dans six ou sept mois.

Elijah J. Magnier

Traduit de l'anglais par Daniel G.

La source originale de cet article est  ejmagnier.com
Copyright ©  Elijah J. Magnier,  ejmagnier.com, 2020

 mondialisation.ca

 Commenter
admin [Commentaire] 2020-03-02 #9119

okéé,
la russie laisse le champ libre aux usa de contrer la turquie qui va porter le chapeau de daesh (?)


Articles associés plus récents en premier
1 occurrence 07/03/2020 reseauinternational.net  10 min #170015

Erdogan a perdu la bataille, mais la guerre est loin d'être terminée

Sous le titre : « Erdogan a perdu la bataille, mais la guerre est loin d'être terminée », l'auteur nous livre les détails de l'accord et nous explique très clairement en quoi il représente une victoire pour la coalition Syrie-Russie-Iran et ce qu'il faut en attendre.

Je pense, pour ma part que cet accord, très favorable à la Syrie légale, a permis à Erdogan de sauver la face, mais qu'il ne tiendra pas longtemps.

1 occurrence 07/03/2020 dedefensa.org  14 min #170005

Notes sur Idlib & conséquences

 Analyse

6 mars 2020 - Cela restera un point d'histoire, de savoir laquelle des versions irano-syrienne d'une part, russe d'autre part, est la bonne. Comme on le lisait le  2 mars 2020 sous la plume de E.J. Magnier, dont les sources sont dans ce cas essentiellement syriennes et iraniennes, à propos de ce vendredi 28 février où les Turcs s'impliquèrent massivement (artillerie, attaques air-sol, forces spéciales sur le terrain) dans une offensive djihadiste et infligèrent de lourdes pertes aux Syriens, aux Iraniens et au Hezbollah,

1 occurrence 17 articles 07/03/2020 wsws.org  7 min #170002

Poutine et Erdogan conviennent d'un nouveau cessez-le-feu à Idlib au sommet de Moscou sur la Syrie

Par Jordan Shilton
7 mars 2020

Le président russe Vladimir Poutine et le président turc Recep Tayyip Erdogan ont annoncé un nouveau cessez-le-feu pour la province syrienne d'Idlib après une réunion de six heures au Kremlin jeudi. Malgré les efforts des deux parties pour arranger les choses, le cessez-le-feu ne résout pas les conflits plus larges entre l'OTAN et la Russie qui sous-tendent les récents affrontements turco-russes en Syrie.

1 occurrence 06/03/2020 lesakerfrancophone.fr  3 min #169986

Syrie - Un autre cessez-le-feu à Idlib - Erdogan perd sur tous les plans

Par  Moon of Alabama − Le 5 mars 2020

Notre  dernier article sur la Syrie se terminait ainsi :

Le président turc Tayyip Erdogan et le président russe Vladimir Poutine se sont rencontrés aujourd'hui à Moscou.

1 occurrence 06/03/2020 lesakerfrancophone.fr  18 min #169980

La Russie et la Turquie sont-elles sur une trajectoire de collision ?

Par The Saker − Le 27 février 2020 − Source  Unz Review via  thesaker.is

Le meurtre du héros-martyr iranien, le général Soleimani, a créé une situation dans laquelle une guerre entre l'Iran et « l'Axe du Bien » (USA / Israël / Arabie Saoudite) est devenue une possibilité réelle mais, à la toute dernière minute, l'oncle Shmuel a décidé qu'il n'avait pas les cojones pour une guerre à grande échelle contre l'Iran.

1 occurrence 06/03/2020 reseauinternational.net  2 min #169962

Combien de temps encore allons-nous assister au spectacle de cette tartuferie à propos du drame syrien ?

Par Bruno Guigue

Combien de temps encore allons-nous assister au spectacle de cette tartuferie qui se déverse dans les médias occidentaux à propos du drame syrien ? Quel crédit accorder aux larmes de crocodile de dirigeants véreux et de plumitifs serviles qui pleurent sur le sort de populations civiles qu'ils ont eux-mêmes livrées à l'engeance terroriste ? Le

1 occurrence 06/03/2020 reseauinternational.net  4 min #169960

Le « niet » de Poutine à Erdogan!

Au sommet Poutine-Erdogan, l'heure n'était guère à la joie....

« La situation à Idlib s'est tellement aggravée que cela demande que nous ayons une conversation personnelle et directe », a déclaré le président russe Vladimir Poutine au début de la rencontre avec son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, cité par l'AFP.

Poutine a exprimé ses condoléances pour la mort de soldats turcs en Syrie, où des dizaines de personnes ont été tuées ces dernières semaines alors qu'Ankara lançait pour la première fois une offensive directe contre les forces syriennes à Idlib.

1 occurrence 05/03/2020 mondialisation.ca  7 min #169943

De l'intérieur de Hong Kong isolé - Mélancolie et espoir

Le champ de bataille de Hong Kong ! Au cours des six derniers mois, j'ai continué à venir ici, presque tous les mois.

Rien n'a changé et tout a changé. Il est clair que dans l'histoire récente, rien n'a autant endommagé cette grande ville cosmopolite que les violentes émeutes d'individus pro-occidentaux, soutenus par les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Allemagne, Taiwan et d'autres gouvernements anticommunistes.

1 occurrence 05/03/2020 reseauinternational.net  6 min #169924

Moscou dénonce la duplicité de Erdogan : « À Idlib, les forces turques 'fusionnent' avec les terroristes »

A Idlib, la Turquie a permis que ses postes d'observation en territoire syrien, mis en place dans le cadre d'un accord avec Moscou en 2018, fusionnent avec les bases terroristes, a déclaré le ministère russe de la Défense, au moment où une attaque turque vise à entraver l'avancée des forces syriennes.

« Les zones fortifiées des terroristes ont fusionné avec les postes d'observation turcs déployés dans le cadre de l'accord de Sotchi en 2018 », a déclaré mercredi le porte-parole du ministère russe de la Défense, le Général de division Igor Konashenkov.

1 occurrence 05/03/2020 reseauinternational.net  11 min #169923

Sommet Poutine-Erdogan : tempête prévue à propos d'Idlib, « mère de toutes les batailles »

La bataille turco-syrienne est celle des Kurdes à Ayn al-Arab (Kobane)

Par Elijah J. Magnier: @ejmalrai

Le président turc Recep Tayyib Erdogan a décidé d'attaquer la Russie, l'Iran et la Syrie en déployant son armée à Idlib et en bombardant les alliés russes et iraniens sur le front d'Idlib. Le président turc se croit fort et pense posséder de nombreuses bonnes cartes dans son jeu contre son homologue russe, le président Vladimir Poutine.

1 occurrence 05/03/2020 reseauinternational.net  8 min #169922

Les empires des steppes alimentent les rêves de Erdogan Khan

par Pepe Escobar.

Le dernier épisode de l'interminable tragédie syrienne pourrait être interprété comme la Grèce bloquant à peine une « invasion » européenne par des réfugiés syriens. La menace d'invasion a été brandie par le Président Erdogan alors même qu'il  refusait la maigre « offre que vous pouvez refuser » de l'UE, un pot-de-vin de seulement un milliard d'euros.

1 occurrence 05/03/2020 mondialisation.ca  8 min #169908

On trouve des empreintes de la France partout chez les groupes terroristes d'Idlib

 Wassim Nasr, un journaliste spécialiste des réseaux djihadistes à FRANCE 24, s'est récemment entretenu via Skype avec le chef du groupe djihadiste Furkat-al-Ghuraba, une filiale d'Al-Qaïda à Idlib, et recruteur de djihadistes français,  Omar Omsen.

1 occurrence 05/03/2020 mondialisation.ca  3 min #169907

L'attaque chimique de l'opposition a échoué à Idlib

Au milieu d'une offensive réussie de l'armée gouvernementale dans la province d'Idlib, les militants syriens tentaient de préparer une nouvelle attaque chimique.

Des sources à Idlib, basées près d'un camp du groupe djihadiste Hayat Tahrir al-Cham, ont indiqué que le 2 mars un groupe de 15 combattants avait essayé de faire exploser les munitions à côté de conteneurs avec des substances chimiques.

1 occurrence 04/03/2020 mondialisation.ca  2 min #169906

Vanessa Beeley sur la libération d'Idlib et guerre du régime Erdogan

Alors que 'Armée arabe syrienne réussit à libérer la région d'Idlib des forces d'occupation composées de groupes terroristes (Front Al Nosra, notamment) et de troupes turques, dans les grands médias on présente cette libération comme une catastrophe humanitaire. Vanessa Beeley, grand journaliste qui était sur le front à Idlib, rétablit la vérité.

Cette guerre livrée à la Syrie depuis 2011, rappelle Vanessa Beeley, est une invasion et une occupation menées par des groupes terroristes financés et soutenus notamment par Washington, Londres, Paris mais aussi par la Turquie et Israël.

1 occurrence 04/03/2020 entelekheia.fr  7 min #169896

Impuissance des Usa à Idlib : ils offrent des munitions à la Turquie contre la Russie, mais restent insignifiants en Syrie

Par Scott Ritter
Paru sur  RT sous le titre Impotent in Idlib: US pits Turkey & Russia against each other with ammo offer, but remains irrelevant in Syria

Les États-Unis ont offert de fournir des munitions à la Turquie pour aider à résoudre la crise actuelle dans la province syrienne d'Idlib. Cette proposition souligne l'impuissance et le manque de pertinence des États-Unis en ce qui concerne la Syrie aujourd'hui.

1 occurrence 03/03/2020 lesakerfrancophone.fr  3 min #169843

Syrie - Une autre brève note sur les récents développements

Par  Moon of Alabama - Le 2 mars 2020

Après  la confusion causée par le retrait soudain des forces russes et les attaques de drones turcs qui ont suivi, tout semble être revenu à la normale.

1 occurrence 03/03/2020 reseauinternational.net  5 min #169824

Erdogan - Sans alliés et dans l'impasse

par Ahmad al-Khaled.

Une forte aggravation de la situation dans le nord de la Syrie a fait la Turquie souffrir et pleurer. À la suite d'une frappe aérienne, 33 militaires Turcs ont, d'après Ankara, été tués tandis que les médias sociaux annoncent la mort de plus de 65 personnes. Ce coup dur a provoqué une tempête d'indignation dans la société turque et a confirmé un résultat attendu de la politique incohérente du dirigeant turc.

1 occurrence 03/03/2020 lesakerfrancophone.fr  2 min #169807

Syrie - Une brève note sur les développements récents

La situation actuelle en Syrie est confuse

Par Moon of Alabama − Le 1er mars 2020

L'aviation et la défense aérienne russes se sont  tues après le bombardement du bataillon d'infanterie turc. Poutine veut vraisemblablement un accord sur Idleb, mais ni Damas ni Ankara ne sont prêts à accepter ce qu'il a proposé.

1 occurrence 02/03/2020 francais.rt.com  3 min #169797

Mélenchon accuse le «régime islamiste» turc de vouloir «réinstaller Daesh» en Syrie

Le chef de file de LFI a eu des mots durs contre le «détestable régime turc», qu'il a accusé de soutenir le terrorisme en Syrie. Le député a, en outre, appelé à «accueillir raisonnablement et correctement» les migrants venus de Turquie.

Commentant l'actualité internationale sur  France Inter le 2 mars, le président de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon a tiré à boulets rouges contre la Turquie du président Recep Tayyip Erdogan, qualifiée de «régime islamiste».

Se réfère à : 1 article

Référencé par : 1 article