22/03/2020 legrandsoir.info  10 min #170750

La plus grande menace que pose l'épidémie de Covid-19 n'est pas notre régression vers la violence survivaliste, mais la barbarie à visage humain

Slavoj ZIZEK

L'impossible s'est produit et le monde que nous connaissions a cessé de tourner. Mais quel ordre mondial émergera après la fin de la pandémie de coronavirus - le socialisme pour les riches, le capitalisme de catastrophe ou quelque chose de complètement nouveau ?

Ces jours-ci, je me surprends parfois à vouloir attraper le virus - de cette façon, au moins l'incertitude débilitante serait terminée. Un signe clair de la croissance de mon anxiété est ma relation avec le sommeil. Jusqu'à il y a environ une semaine, j'attendais avec impatience la soirée : enfin, je peux m'endormir et oublier les peurs de ma vie quotidienne. Maintenant, c'est presque le contraire : j'ai peur de m'endormir car les cauchemars me hantent dans mes rêves et me réveillent en panique - des cauchemars sur la réalité qui m'attend.

Quelle réalité ? Alenka Zupancic l'a parfaitement formulée et permettez-moi de reprendre sa ligne de pensée. Ces jours-ci, nous entendons souvent que des changements sociaux radicaux sont nécessaires si nous voulons vraiment faire face aux conséquences de l'épidémie en cours (je suis moi-même parmi ceux qui propagent ce mantra). Mais des changements radicaux sont déjà en cours.

L'épidémie de coronavirus nous confronte à quelque chose que nous considérions impossible. Nous ne pouvions pas imaginer que quelque chose comme ça se produise vraiment dans notre vie quotidienne - le monde que nous connaissions a cessé de tourner, des pays entiers sont verrouillés, beaucoup d'entre nous sont confinés dans leur appartement (mais qu'en est-il de ceux qui ne peuvent pas se permettre même ce minimum de précaution de sécurité ?) face à un avenir incertain qui nous attend même si la plupart d'entre nous survivront à une méga-crise économique...

Cela signifie que notre réaction devrait également être de faire l'impossible - ce qui semble impossible dans la cadre de l'ordre mondial actuel.

L'impossible s'est produit, notre monde s'est arrêté, et maintenant nous devons faire l'impossible pour éviter le pire. Mais quel est cet « impossible » ?

Je ne pense pas que la plus grande menace soit une régression qui déboucherait sur la barbarie, la violence brutale des survivants avec troubles publics, lynchages, etc. (bien que, avec l'effondrement possible de la santé et de certains autres services publics, cela soit également tout à fait possible.) Plus qu'une barbarie ouverte, je crains une barbarie à visage humain - des mesures de survie impitoyables appliquées avec regret et même avec sympathie, mais légitimées par des opinions d'experts.

La survie du plus fort

Un observateur attentif a facilement remarqué le changement de ton dans la façon dont les personnes au pouvoir s'adressent à nous : ils n'essaient pas seulement de projeter le calme et la confiance, ils émettent aussi régulièrement des prédictions désastreuses - la pandémie prendra probablement  environ deux ans pour suivre son cours et le virus finira par infecter 60 à 70% de la population mondiale, avec des millions de morts.

En bref, leur véritable message est que nous devrons restreindre la prémisse de base de notre éthique sociale : le soin des personnes âgées et des faibles. En Italie, par exemple, il a déjà été proposé que si la crise virale s'aggrave, les patients de plus de 80 ans ou ceux atteints d'autres maladies graves soient simplement  laissés pour mort.

Il faut noter que l'acceptation de cette logique de « survie des plus forts » viole même le principe de base de l'éthique militaire qui nous dit qu'après la bataille, il faut d'abord soigner les blessés graves même si les chances de les sauver sont minimes. (Cependant, à y regarder de plus près, cela ne devrait pas nous surprendre : les hôpitaux font déjà la même chose avec les patients cancéreux).

Pour éviter tout malentendu, je suis tout à fait réaliste ici - il faut même planifier des médicaments pour permettre une mort indolore des malades en phase terminale, pour leur éviter les souffrances inutiles.Mais notre première priorité ne doit cependant pas être d'économiser mais d'aider inconditionnellement, quels que soient les coûts, ceux qui ont besoin d'aide, pour leur permettre de survivre.

Je suis donc respectueusement en désaccord avec le philosophe italien  Giorgio Agamben qui voit dans la crise actuelle un signe que « notre société ne croit plus qu'à la vie tout court. Il est évident que les Italiens sont disposés à sacrifier pratiquement tout - les conditions normales de vie, les relations sociales, le travail, même les amours, les amitiés et les convictions religieuses et politiques - au risque de tomber malade. La vie - et le danger de la perdre - n'est pas quelque chose qui unit les gens, mais qui les aveugle et les sépare. »

Les choses sont beaucoup plus ambiguës : elles unissent également les gens - maintenir une distance corporelle, c'est faire preuve de respect envers les autres, car je peux aussi être porteur de virus. Mes fils m'évitent maintenant parce qu'ils ont peur de me contaminer (ce qui est pour eux une maladie passagère peut être mortel pour moi).

Responsabilité personnelle

Ces derniers jours, nous entendons encore et encore que chacun de nous est personnellement responsable et doit suivre les nouvelles règles. Les médias regorgent d'histoires sur des personnes qui se sont mal comportées et se sont mises en danger ainsi que d'autres (un gars est entré dans un magasin et a commencé à tousser, etc.). Le problème ici est le même qu'avec l'écologie où les médias soulignent encore et encore notre responsabilité personnelle (avez-vous recyclé tous les journaux usagés, etc.).

Une telle focalisation sur la responsabilité individuelle, aussi nécessaire soit-elle, fonctionne comme une idéologie lorsqu'elle sert à obscurcir la grande question de savoir comment changer l'ensemble de notre système économique et social. La lutte contre le coronavirus ne peut être menée que conjointement avec la lutte contre les mystifications idéologiques, ainsi que dans le cadre d'une lutte écologique générale. Comme l'a dit Kate Jones, présidente de l'écologie et de la biodiversité à l'UCL, la transmission des maladies de la faune aux humains est « un coût caché du développement économique humain ».

« Nous sommes tellement plus nombreux, dans tous les environnements. Nous allons dans des endroits en grande partie non perturbés et nous sommes de plus en plus exposés. Nous créons des habitats où les virus se transmettent plus facilement, puis nous sommes surpris d'en attraper de nouveaux »,  a déclaré Jones.

Il ne suffit donc pas de mettre en place une sorte de soins de santé mondiaux pour les humains, la nature doit y être incluse - les virus attaquent également les plantes qui sont les principales sources de notre nourriture, comme les pommes de terre, le blé et les olives. Nous devons toujours garder à l'esprit l'image globale du monde dans lequel nous vivons, avec tous les paradoxes que cela implique.

Par exemple, il est bon de savoir que le verrouillage en Chine à cause du coronavirus  a sauvé plus de vies que le nombre de personnes tuées par le virus (si l'on fait confiance aux chiffres officiels) : « L'économiste des ressources environnementales Marshall Burke dit qu'il existe un lien prouvé entre la mauvaise qualité de l'air et les décès prématurés liés à la respiration de cet air. « Dans cet esprit », a-t-il dit, « une question naturelle - bien qu'elle soit étrange - est de savoir si les vies sauvées de cette réduction de la pollution causée par les perturbations économiques de Covid-19 dépassent le nombre de morts du virus lui-même. Même sous des hypothèses très conservatrices, je pense que la réponse est un oui clair. "À seulement deux mois de réduction des niveaux de pollution, il dit que cela a probablement sauvé la vie de 4 000 enfants de moins de cinq ans et 73 000 adultes de plus de 70 ans en Chine seulement."

Triple crise : médicale, économique, mentale

Nous sommes pris dans une triple crise : médicale (l'épidémie elle-même), économique (qui frappera fort quel que soit le résultat de l'épidémie), plus (à ne pas sous-estimer) la santé mentale - le cadre de vie de millions et de millions de personnes se désintègre, et le changement affectera tout, des vacances en avion en passant par les contacts physiques quotidiens. Nous devons apprendre à penser en dehors des cadres de la bourse et du profit et simplement trouver une autre façon de produire et d'allouer les ressources nécessaires. Disons que lorsque les autorités apprennent qu'une entreprise garde des millions de masques, attendant le bon moment pour les vendre, il ne devrait pas y avoir de négociations avec l'entreprise - les masques doivent être tout simplement réquisitionnés.

Les médias ont rapporté que Trump avait offert 1 milliard de dollars à la société biopharmaceutique CureVac, basée à Tübingen, pour sécuriser le vaccin « uniquement pour les États-Unis ». Le ministre allemand de la Santé, Jens Spahn, a déclaré que le rachat de CureVac par l'administration Trump était « hors de question » : CureVac ne développerait un vaccin « que pour le monde entier, pas pour les pays individuels ». Nous avons ici un cas exemplaire de lutte entre barbarie et civilisation. Mais le même Trump a dû invoquer la Defense Production Act qui permettrait au gouvernement de garantir que le secteur privé puisse augmenter la production de fournitures médicales d'urgence.

Plus tôt cette semaine, Trump a annoncé  la proposition de reprendre le secteur privé. Il a dit qu'il invoquerait une disposition fédérale permettant au gouvernement de mobiliser le secteur privé en réponse à la pandémie. Il a ajouté qu'il signerait une loi se donnant le pouvoir de diriger la production industrielle nationale "au cas où nous en aurions besoin".

Quand j'ai utilisé le mot « communisme » il y a quelques semaines, on s'est moqué de moi, mais maintenant « Trump annonce des propositions pour reprendre le secteur privé » - peut-on imaginer un tel titre il y a encore une semaine ?

Et ce n'est qu'un début - de nombreuses autres mesures comme celle-ci devraient suivre, ainsi qu'une auto-organisation locale des communautés sera nécessaire si le système de santé géré par l'État est trop tendu. Il ne suffit pas d'isoler et de survivre - pour certains d'entre nous, les services publics de base doivent fonctionner : fourniture d'électricité, de nourriture et de médicaments... (Nous aurons bientôt besoin d'une liste de ceux qui se sont rétablis et sont au moins pour certains à l'abri du temps, afin de les mobiliser pour les travaux publics urgents).
Ce n'est pas une vision communiste utopique, c'est un communisme imposé par les nécessités de la simple survie. C'est malheureusement une version de ce qui, en Union soviétique en 1918, était appelé « communisme de guerre ».

Comme le dit le proverbe, dans une crise, nous sommes tous socialistes - même l'administration Trump  envisage une forme de Revenu Universel - un chèque de 1000 $ pour chaque citoyen adulte. Des milliers de milliards seront dépensés pour violer toutes les règles du marché - mais comment, où, pour qui ? Ce socialisme forcé sera-t-il du socialisme pour les riches (rappelez-vous le renflouement des banques en 2008 alors que des millions de gens ordinaires ont perdu leur petite épargne) ? L'épidémie sera-t-elle réduite à un autre chapitre de la longue et triste histoire de ce que l'auteur et activiste social canadien Naomi Klein a appelé le « capitalisme en cas de catastrophe », ou un nouvel ordre mondial (plus modeste, peut-être, mais aussi plus équilibré) en sortira-t-il ?

Slavoj Zizek

»»  rt.com

 legrandsoir.info

 Commenter
admin 2020-03-23 #9205

Les hommes d'aujourd'hui ne sont pas moins barbares qu'à l'époque moyenâgeuse ou préhistorique, même s'il y a plus de choses qui vont sans dire, il en reste pas mal pour lesquelles l'incertitude conduit à des comportements qualifiables de violents. Ainsi vont l'ignorance et la persuasion,
l'imprécision et la détermination, l'évidence et la croyance, le constat et la conclusion qu'on en tire :

Plus qu'une barbarie ouverte, je crains une barbarie à visage humain - des mesures de survie impitoyables appliquées avec regret et même avec sympathie, mais légitimées par des opinions d'experts.

Un des grands gaps de notre époque est l'acquisition de normes morales universelles, parmi lesquelles le principe fondamental en toute tractation, toute relation, tout échange, de la réciprocité :

Une telle focalisation sur la responsabilité individuelle, aussi nécessaire soit-elle, fonctionne comme une idéologie lorsqu'elle sert à obscurcir la grande question de savoir comment changer l'ensemble de notre système économique et social.
Afficher la suite  3 min
Se réfère à : 4 articles