07/07/2024 10 articles europalestine.com  10min #252059

 Le 7 octobre, Israël a mis en œuvre une 'directive Hannibal de masse'

7 octobre : les révélations accablantes pour Israël du journal Haaretz

7 octobre : les révélations accablantes pour Israël du journal Haaretz

La « directive Hannibal », signifiant que tous les moyens militaires doivent être mis en oeuvre pour empêcher la capture, morts ou vifs, de soldats ou de civils israéliens, a été généralisée le 7 octobre par le commandement de « Tsahal » à la frontière de Gaza, faisant un nombre indéterminé de victimes israéliennes, révèle dimanche une vaste enquête du quotidien Haaretz.

Des combattants palestiniens, après la percée du camp de concentration de Gaza, au matin du 7 octobre 2023:i

Cette pratique mortifère de mépris de la vie humaine, en violation flagrante du droit de la guerre, a déjà fait l'objet d'un certain nombre de confirmations depuis le mois d'octobre 2023, mais quasiment d'aucune publicité, la propagande israélienne et ses laquais lui préférant une série de gros mensonges (bébés décapités, bébé cuit dans un four, instructions de viols massifs...), autant de crimes imputés aux « terroristes » du Hamas et autres combattants palestiniens.

Mais le travail publié dimanche par le journaliste Yaniv Kubovich, dont nous publions la traduction ci-dessous, va nettement plus loin, en montrant que « Hannibal » a été la boussole du commandement, dès les premières heures de l'assaut mené par la résistance à partir de la bande de Gaza.

Le voici (traduit avec Google et édition CAPJPO-EuroPalestine) :

Tsahal a ordonné le 7 octobre la directive Hannibal pour empêcher le Hamas de capturer des soldats

Par Yaniv Kubovich

« Il y avait une folle hystérie et des décisions ont commencé à être prises sans informations vérifiées » : des documents et des témoignages obtenus par Haaretz révèlent que l'ordre opérationnel Hannibal, qui ordonne le recours à la force pour empêcher les soldats d'être emmenés en captivité, était utilisé dans trois installations militaires infiltrées par le Hamas, mettant également potentiellement en danger les civils

Les opérations et les frappes aériennes de la Division de Gaza dans les premières heures du 7 octobre reposaient sur des informations limitées. Les premiers longs instants qui ont suivi le lancement de l'attaque du Hamas ont été chaotiques. Des rapports arrivaient, mais leur signification n'était pas toujours claire. Une fois leur signification comprise, on réalisa que quelque chose d'horrible s'était produit.

Les réseaux de communication ne pouvaient pas suivre le flux d'informations, comme c'était le cas pour les militaires qui envoyaient ces rapports. Cependant, le message transmis à 11h22. à travers le réseau de la Division de Gaza était compris par tout le monde. « Pas un seul véhicule ne peut retourner à Gaza », tel était l'ordre.

À ce stade, l'armée israélienne n'était pas consciente de l'ampleur des enlèvements le long de la frontière avec Gaza, mais elle savait que de nombreuses personnes étaient impliquées. Ainsi, la signification de ce message et le sort de certaines des personnes kidnappées étaient tout à fait clairs.

Ce n'était pas le premier ordre donné par la division dans le but de déjouer des enlèvements, même au détriment de la vie des kidnappés, une procédure connue dans l'armée sous le nom de « procédure Hannibal ».

Les documents obtenus par Haaretz, ainsi que les témoignages de soldats, d'officiers de niveau intermédiaire et supérieur de Tsahal, révèlent une multitude d'ordres et de procédures établis par la division de Gaza, le commandement sud et l'état-major général de Tsahal jusqu'à l'après-midi de ce jour-là. démontrant l'ampleur de cette procédure, dès les premières heures qui ont suivi l'attaque et en différents points de la frontière.

Haaretz ne sait pas si ni combien de civils et de soldats ont été touchés à cause de ces procédures, mais les données cumulées indiquent que de nombreuses personnes kidnappées étaient en danger, exposées aux tirs israéliens, même si elles n'étaient pas la cible.

A 6h43 du matin, moment où des tirs de roquettes ont été lancés sur Israël et où des milliers de membres du Hamas attaquaient les bastions de l'armée et les capacités d'observation et de communication de la division, le commandant de la division, le général Avi Rosenfeld a déclaré que « les Philistins ont envahi ».

C'est la procédure lorsqu'un ennemi envahit le territoire israélien, selon laquelle un commandant de division peut assumer une autorité extraordinaire, y compris l'emploi de tirs nourris à l'intérieur du territoire israélien, afin de bloquer un raid ennemi.

Une source très haut placée de Tsahal a confirmé à Haaretz que la procédure Hannibal avait été utilisée le 7 octobre, ajoutant que celle-ci n'avait pas été utilisée par le commandant de division. Qui a donné l'ordre ? Ceci, dit la source, sera peut-être établi par les enquêtes d'après-guerre.

Quoi qu'il en soit, selon un responsable de la défense qui connaît bien les opérations du 7 octobre dans la division de Gaza, dans la matinée, « personne ne savait ce qui se passait à l'extérieur ». Il dit que Rosenfeld était dans la salle d'opérations, sans en sortir, « alors qu'à l'extérieur, une guerre mondiale faisait rage ».

« Tout le monde était choqué par le nombre de terroristes qui avaient pénétré dans la base. Même dans nos cauchemars, nous n'avions pas prévu une telle attaque. Personne n'avait la moindre idée du nombre de personnes kidnappées ni de l'endroit où se trouvaient les forces armées. Il y avait une folle hystérie, avec des décisions prises sans aucune information vérifiée », a-t-il poursuivi.

La maison de Pessi Cote, du kibboutz Be'eri, après son bombardement par un char israélien:i

L'une de ces décisions a été prise à 7 h 18, lorsqu'un poste d'observation de l'avant-poste de Yiftah a signalé qu'une personne avait été kidnappée au poste frontière d'Erez, adjacent au bureau de liaison de Tsahal. « Hannibal à Erez » fut le commandement du quartier général de la division, « envoyez un Zik ». Le Zik est un drone d'assaut sans pilote, et la signification de ce commandement était claire.

Ce n'était pas la dernière fois qu'un tel ordre allait être entendu sur le réseau de communication. Au cours de la demi-heure suivante, la division s'est rendu compte que les terroristes du Hamas avaient réussi à tuer et à enlever des soldats servant au passage et à la base adjacente. Puis, à 7h41, ça recommence : Hannibal à Erez, un assaut sur le passage et la base, juste pour qu'on ne capture pas plus de soldats. De tels ordres furent également donnés plus tard.

Le poste frontière d'Erez n'est pas le seul endroit où cela s'est produit. Les informations obtenues par Haaretz et confirmées par l'armée montrent que tout au long de la matinée, la procédure Hannibal a été utilisée dans deux autres lieux pénétrés par les terroristes : la base militaire de Re'im, où se trouvait le quartier général de la division, et l'avant-poste de Nahal Oz dans lequel se trouvaient des militaires hommes et femmes en mission d'observation. Cela n'a pas empêché l'enlèvement de sept d'entre eux ni l'assassinat de 15 autres observateurs, ainsi que de 38 autres militaires.

Au cours des heures suivantes, l'état-major de la division a commencé à rassembler les pièces du puzzle, réalisant l'ampleur de l'attaque du Hamas, mais manquant l'invasion du kibboutz Nir Oz, que les premières forces armées n'ont atteint qu'après le départ des terroristes. Concernant la fréquence d'emploi de la procédure Hannibal, il semble que rien n'ait changé. Ainsi, par exemple, à 10h19. un rapport parvint au quartier général de la division indiquant qu'un Zik avait attaqué la base de Re'im.

Trois minutes plus tard, un autre rapport de ce type arriva. A cette époque, les forces du commando Shaldag étaient déjà sur la base pour combattre les terroristes. À ce jour, on ne sait pas si l'un d'entre eux a été blessé lors de l'attaque du drone. Ce que l'on sait, c'est que sur le réseau de communication, un message demandait à chacun de s'assurer qu'aucun soldat ne se trouvait à l'extérieur de la base, car les forces de Tsahal étaient sur le point d'entrer et de chasser ou de tuer les terroristes restants.

Selon un haut responsable de la défense, la décision de mener des attaques à l'intérieur des avant-postes hantera les hauts commandants toute leur vie. « Quiconque prenait une telle décision savait que nos combattants présents dans la zone pourraient également être touchés. »

Mais il s'avère que de telles attaques n'ont pas eu lieu uniquement à l'intérieur des avant-postes ou des bases. À 10 h 32, un nouvel ordre a été émis, selon lequel tous les bataillons présents dans la zone devaient tirer des mortiers en direction de la bande de Gaza. Des discussions internes à l'armée ont montré que cet ordre, attribué au général de brigade Rosenfeld a été fortement critiqué car à cette époque, Tsahal ne disposait pas d'une image complète de toutes les forces présentes dans la zone, y compris les soldats et les civils. Certains d'entre eux se trouvaient dans des zones ouvertes ou dans des bois le long de la frontière, essayant de se cacher des terroristes.

À ce moment-là, l'armée ne connaissait pas le nombre de personnes kidnappées. « Nous pensions qu'ils étaient des dizaines à ce stade », a déclaré une source militaire à Haaretz. Tirer des mortiers sur la bande de Gaza les mettrait également en danger. Par ailleurs, un autre ordre donné à 11h22, selon lequel aucun véhicule ne serait autorisé à retourner à Gaza, est allé plus loin.

« Tout le monde savait à ce moment-là que de tels véhicules pouvaient transporter des civils ou des soldats kidnappés », a déclaré une source du Commandement Sud à Haaretz. « Il n'y a aucun cas où un véhicule transportant des personnes kidnappées a été délibérément attaqué, mais on ne peut pas vraiment savoir s'il y avait de telles personnes dans un véhicule. Je ne peux pas dire qu'il y avait une instruction claire, mais tout le monde savait ce que cela signifiait. de ne laisser aucun véhicule rentrer à Gaza. »

Un nouveau développement s'est produit à 14h00. Toutes les forces ont reçu pour instruction de ne pas quitter les communautés frontalières vers l'ouest, en direction de la frontière, en mettant l'accent sur le fait de ne pas poursuivre les terroristes. À ce moment-là, la zone frontalière était sous le feu intense, dirigé contre toute personne se trouvant dans cette zone, ce qui en faisait une zone dangereuse.

« L'instruction », explique la source du Commandement Sud, « visait à transformer la zone autour de la barrière frontalière en une zone de massacre, en la fermant vers l'ouest ».

A 18h40, les renseignements militaires pensaient que de nombreux terroristes avaient l'intention de fuir ensemble vers la bande de Gaza, de manière organisée. C'était près du kibboutz Be'eri, de Kfar Azza et de Kissufim. Suite à cela, l'armée a lancé des raids d'artillerie sur la zone de la barrière frontalière, très proche de certaines de ces communautés. Peu de temps après, des obus ont été tirés sur le poste frontière d'Erez. L'armée israélienne affirme qu'à sa connaissance, aucun civil n'a été blessé lors de ces bombardements.

Feu à volonté

Un cas dans lequel on sait que des civils ont été touchés, un cas qui a fait l'objet d'une large couverture médiatique, s'est produit dans la maison de Pessi Cohen au kibboutz Beeri. 14 otages ont été détenus dans la maison lorsque les FDI l'ont attaquée, et 13 d'entre eux ont été tués. Dans les semaines à venir, l'armée israélienne devrait publier les résultats de son enquête sur l'incident, qui répondront à la question de savoir si le général de brigade Barak Hiram, commandant de la division 99 qui était en charge des opérations à Beeri le 7 octobre, employait la procédure Hannibal. A-t-il ordonné au char d'avancer, même au prix de victimes civiles, comme il l'a déclaré dans une interview qu'il a accordée plus tard au New York Times ?

Au fil des mois, Tsahal a refusé de dire si cette procédure avait été utilisée contre des civils pris en otage. Il semble désormais que même si la réponse est positive, la question n'est peut-être que partielle. Les actions d'Hiram étaient peut-être simplement conformes à la manière dont Tsahal opérait ce jour-là.

Pour autant que Haaretz le sache, même à 21h33. telle était toujours la situation sur le terrain. A cette époque, il y eut un nouvel ordre du Commandement Sud : fermer toute la zone frontalière avec des chars. En fait, toutes les forces présentes dans la zone ont reçu l'autorisation d'ouvrir le feu sur toute personne s'approchant de la zone frontalière, sans aucune restriction.

Le porte-parole de Tsahal a répondu à Haaretz en déclarant que « l'armée se bat depuis six mois à haute intensité sur plusieurs fronts, en se concentrant sur la réalisation des objectifs de la guerre. Parallèlement, Tsahal a commencé à mener des enquêtes internes sur ce qui s'est passé le 7 octobre et la période précédente. Le but de ces enquêtes est d'apprendre et d'en tirer des leçons qui pourraient être utilisées pour poursuivre la bataille. Lorsque ces enquêtes seront terminées, les résultats seront présentés au public en toute transparence.

 haaretz.com

CAPJPO-EuroPalestine

 europalestine.com

 Commenter
Articles enfants plus récents en premier
16/07/2024 europalestine.com  4min #252732

 7 octobre : les révélations accablantes pour Israël du journal Haaretz

Comment le colonel israélien Vach a inventé le mensonge des bébés carbonisés pour justifier le génocide

13/07/2024 strategic-culture.su  7min 🇬🇧 #252525

 7 octobre : les révélations accablantes pour Israël du journal Haaretz

Israel's use of Hannibal Directive led to many deaths on October 7, including Israeli civilians

According to the Israeli daily Haaretz, the Israel Defense Forces (IDF) issued the Hannibal Directive that ordered the use of force to prevent soldiers being taken into captivity at three army facilities infiltrated by Hamas on October 7. The orders were implemented in buildings where hostages were known to be held. Other orders were given to fire on civilian buildings and open areas.

13/07/2024 chroniquepalestine.com  6min #252490

 7 octobre : les révélations accablantes pour Israël du journal Haaretz

C'est officiel : l'État génocidaire a massacré ses propres citoyens le 7 octobre

Par James North

Israël a ordonné l'aplication de la « directive Hannibal » le 7 octobre, décidant ainsi du meurtre de soldats et de civils israéliens captifs. Mais les médias américains continuent de cacher la vérité.

Il y a trois jours, le principal journal israélien, Haaretz, a publié les résultats de son enquête approfondie et complète sur ce qui s'est réellement passé lors de l'attaque du Hamas le 7 octobre.

12/07/2024 francais.rt.com  4min #252446

 7 octobre : les révélations accablantes pour Israël du journal Haaretz

Dans une enquête, Tsahal assume son échec du 7 octobre dans la défense du kibboutz de Beeri

10/07/2024 investigaction.net  6min #252253

 7 octobre : les révélations accablantes pour Israël du journal Haaretz

Voilà que Haaretz fait la propagande du Hamas !

Caitlin Johnstone

AFP

Caitlin Johnstone revient sur des événements marquants de la semaine, avec notamment des révélations sur le 7 octobre, le débat présidentiel entre Biden et Trump ou encore le nombre de morts à Gaza largement sous-estimé selon une prestigieuse revue médicale. (I'A)

Un nouvel article du journal israélien Haaretz intitulé "Les FDI ont appliqué la directive Hannibal le 7 octobre pour empêcher le Hamas de prendre des soldats en otage" confirme ce que des journaux indépendants comme The Grayzone et Electronic Intifada avaient révélé il y a longtemps tout en se faisant traiter de complotistes antisémites : le 7 octobre, un grand nombre de morts israéliens résultait d'une politique des forces de défense israéliennes consistant à tirer délibérément sur leurs propres soldats pour les empêcher d'être pris en otage par le Hamas.

08/07/2024 reseauinternational.net  3min #252133

 7 octobre : les révélations accablantes pour Israël du journal Haaretz

Protocole Hannibal : Nouvelles révélations que l'armée israélienne a tué des captifs israéliens le 7 octobre

08/07/2024 caitlinjohnst.one  5min 🇬🇧 #252127

 7 octobre : les révélations accablantes pour Israël du journal Haaretz

Omg Haaretz Is Hamas Propaganda Now!

Notes From The Edge Of The Narrative Matrix

A new report from the Israeli outlet Haaretz titled "IDF Ordered Hannibal Directive on October 7 to Prevent Hamas Taking Soldiers Captive" confirms what independent outlets like The Grayzone and Electronic Intifada have been getting smeared as antisemitic conspiracy theorists for saying this entire time: that many of the Israeli deaths on October 7 were the result of an IDF policy of deliberately firing on their own people to prevent them from being taken hostage by Hamas.

08/07/2024 mondialisation.ca  6min #252097

 7 octobre : les révélations accablantes pour Israël du journal Haaretz

Selon des témoins israéliens, Tsahal a massivement appliqué la directive Hannibal le 7 octobre

08/07/2024 mondialisation.ca  12min #252096

 7 octobre : les révélations accablantes pour Israël du journal Haaretz

La vérité sur le 7 octobre : Tsahal a déclenché la directive Hannibal (Haaretz)

Par Yaniv Kubovich

« Il y a eu une hystérie démente et des décisions ont été prises sans informations vérifiées ». Des documents et des témoignages obtenus par Haaretz révèlent que l'ordre opérationnel Hannibal, qui ordonne l'utilisation de la force pour empêcher la capture de soldats, a été utilisé dans trois installations de l'armée infiltrées par le Hamas, mettant potentiellement en danger des civils.