Le prince clown saoudien a contrarié les journalistes mainstream en s'en prenant à l'un des leurs

09-10-2018 47 articles arretsurinfo.ch 14 min #146782

 Par Moon of Alabama

Paru le 8 Octobre 2018 sous le titre  Mainstream Journos Pissed As Saudi Clown Prince Nabs One Of Their Own

Traduction:  Dominique Muselet

La  Moustache de la sagacité *, Thomas Friedman, chroniqueur au New York Times, est furieux que le prince clown saoudien Mohammad bin Salman ait fait  kidnapper le journaliste Jamal Khashoggi.

Khashoggi, qui vient d'une famille très riche, a longtemps servi le régime saoudien à des postes éditoriaux, et a été le conseiller en communication du prince Turki al-Faisal pendant son mandat d'ambassadeur à Londres et à Washington. Il a quitté l'Arabie saoudite l'année dernière pour ne pas tomber victime de la répression menée par le prince clown Mohammad bin Salman. Il s'est mis à écrire des  articles légèrement critiques pour le Washington Post. Khashoggi n'est pas un libéral mais un fervent partisan du système saoudien et de sa brutalité. Loin de les désapprouver, il a  qualifié les décapitations de soldats syriens par l'EI de « tactique militaire psychologique efficace », et il a soutenu l'infâme guerre saoudienne contre le Yémen.

Selon la police turque, Khashoggi est entré au consulat saoudien à Istanbul le 2 octobre à 13h12 pour y prendre ses documents de divorce, et il n'en est jamais ressorti. Le même jour, 15 citoyens saoudiens étaient arrivés à Istanbul à bord de deux avions et se trouvaient dans le bâtiment du consulat en même temps que Khashoggi. Ils ont ensuite quitté la Turquie. Des sources anonymes de la police turque ont affirmé que le groupe d'agents saoudiens avait tué Khashoggi dans le consulat et coupé son corps en morceaux pour les emporter avec eux. Cette horrible histoire a peu de chances d'être vraie. La Turquie, qui est elle-même connue pour mettre ses journalistes en prison, entretient de mauvaises relations avec l'Arabie saoudite et soutient son ennemi juré, le Qatar. Le gouvernement saoudien a un  long passé d' enlèvements et de  rapatriements d'éminents Saoudiens qui avaient fui le pays. Mais il ne tue pas ces gens-là à l'étranger.

Les premiers  articles occidentaux flagorneurs sur Mohammad bin Salman,  en particulier ceux du Washington Post, le présentaient comme un réformateur. Ce qu'il n'a jamais été. Il l'a reconnu lui-même dans une récente  interview à Bloomberg. Aucun de ses prédécesseurs, qui ont  tous été présentés comme des réformateurs par les médias grand public, n'a jamais vraiment changé le système archaïque saoudien. Pourtant, lorsque M.B.S. s'est rendu aux États-Unis ce printemps, tous les milliardaires de la Silicon Valley, y compris Jeff Bezos, propriétaire du Washington Post, voulaient être  photographiés avec lui.

Mais personne n'a léché le c... de Bin Salman avec autant de passion que Tom Friedman. Lisez cet extrait de sa  fanfiction  la plus embarrassante de l'année dernière :

Nous nous sommes rencontrés, une nuit, dans le magnifique palais aux murs d'adobe de sa famille à Ouja, au nord de Riyadh. M.B.S. s'exprimait en anglais, tandis que son frère, le prince Khalid, le nouvel ambassadeur saoudien aux États-Unis, et plusieurs ministres de haut rang partageaient différents plats d'agneau et épiçaient la conversation. Après avoir passé près de quatre heures en sa compagnie, j'ai déclaré forfait à 1h15 du matin devant sa jeunesse, en soulignant que j'avais exactement deux fois son âge. Cela fait très, très longtemps, cependant, qu'aucun dirigeant arabe ne m'avait épuisé sous un pareil flot de nouvelles idées pour transformer son pays.

Tom Friedman (à gauche) en conversation avec Mohammad bin Salman (interprétation artistique)

Les journalistes mainstream qui ont pris les armes pour défendre Khashoggi sont pour la plupart fort gênés de leur adoration passée pour Mohammad bin Salman. Mais le plus important pour eux, c'est que Khashoggi est un des leurs. Ils se considèrent comme de véritables aristocrates qu'on ne doit pas traiter comme ça. Ce genre de traitement doit être réservé à la plèbe des déplorables qu'ils regardent de haut.

Voyez vous-même l'indécence cynique de cet extrait de la  chronique pleurnicharde de Friedman sur l'affaire Khashoggi :

Si Jamal a été enlevé ou assassiné par des agents du gouvernement saoudien, ce sera un désastre pour M.B.S. et une tragédie pour l'Arabie saoudite et tous les pays du Golfe arabe. Ce serait une violation innommable des normes de la décence humaine, pire, non pas en nombre de victimes, mais sur le principe, que la guerre au Yémen elle-même.

Toutes les dix minutes,  un enfant au Yémen meurt de faim à cause de la famine causée par la guerre qui mènent contre ce pays l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, les États-Unis et le Royaume-Uni. La dernière attaque contre le port de Hodeidah et l'hyperinflation de ces derniers mois ont  doublé les prix des denrées alimentaires et de l'essence. La plupart des Yéménites n'ont plus les moyens de se procurer assez de nourriture. Des dizaines de milliers de personnes meurent déjà de faim en silence, il y en aura bientôt des millions d'autres. Selon quel « principe » humanitaire la mort potentielle d'un chroniqueur courtisan serait-elle pire que cela ?

L'Arabie saoudite de Mohammad bin Salman est  faible et  vulnérable. L'enlèvement de Khashoggi en est la preuve. Le pays ne peut pas se permettre la moindre critique. C'est un état de fait qui enchante les États-Unis. L'administration de Trump peut ainsi plus facilement soutirer de l'argent au royaume en perdition. L'administration ne critiquera pas le traitement de Khashoggi par le régime de Salman. Le Congrès non plus. L'an dernier, les Saoudiens ont consacré  27,3 millions de dollars à faire du lobbying à Washington. Ils soudoient tous les sénateurs qui veulent bien de leur argent.

La seule chose que l'administration Trump pourrait faire dans l'affaire Khashoggi serait d'accuser Qasem Soleimani et le GRU d'ingérence. Le MI-6 pourrait bientôt découvrir qu'un agent iranien a novichoké Khashoggi.

Lorsque le département d'État condamnera - dans les termes les plus durs - l'Iran pour avoir enlevé Khashoggi, lorsque le Trésor sanctionnera à nouveau la Russie, et lorsque le Pentagone augmentera son soutien au bombardement du Yémen, Friedman et les autres lèches-culs patentés seront les premiers à applaudir.

 Moon of Alabama

Note :*c'est le surnom que donne à Friedman un blog satirique qui lui est entièrement dédié.

Article original:  Mainstream Journos Pissed As Saudi Clown Prince Nabs One Of Their Own

Traduction:  Dominique Muselet

 Source

 arretsurinfo.ch

 Ajouter un commentaire

Articles associés plus récents en premier
08-11-2018 europalestine.com 3 min #147997

Jamal Khashoggi's a été assassiné grâce à du matériel ... israélien !

C'est avec du matériel fourni par la firme d'espionnage israélienne NSO, une excroissance du Mossad, que les tueurs à la solde du prince saoudien Mohammed ben Salmane (« MbS ») ont organisé l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, a révélé Edward Snowden, le célèbre lanceur d'alerte états-unien.

(La marionnette de Netanyahou et Trump)

Edward Snowden avait fait défection de son poste à la National Security Agency (NSA) américaine en 2013, et avait révélé des pans entiers des agissements criminels de cette agence d'espionnage.

02-11-2018 aa.com.tr 3 min #147759

Meurtre de Khashoggi: Rassemblement de journalistes devant l'ambassade saoudienne à Londres

AA/ Londres

L'Union nationale des journalistes (NUJ) britanniques a organisé un rassemblement devant l'ambassade d'Arabie saoudite au centre de Londres, appelant Riyad à révéler la vérité sur le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi.

Les journalistes ont allumé des bougies devant le siège de l'ambassade saoudienne, jeudi, à la mémoire de leur collègue saoudien assassiné au consulat de son pays à Istanbul.

01-11-2018 arretsurinfo.ch 13 min #147738

Comment l'assassinat de Jamal Khashoggi pourrait remodeler l'ordre moyen-oriental

Par Marco Carnelos

1 novembre 2018

 Source:  middleeasteye.net  Middle East Eye

L'assassinat brutal du journaliste pourrait menacer les relations américano-saoudiennes et l'emprise du prince héritier Mohammed ben Salmane sur le pouvoir, mais aussi affecter de façon spectaculaire les calculs d'Israël et des États-Unis

01-11-2018 mondialisation.ca 20 min #147734

Mort de Kashoggi et hypocrisie occidentale : Choisir entre les contrats et la morale

« Il faut que tout change pour que tout redevienne comme avant » Phrase célèbre prononcée par Giuseppe Tomasi di Lampédusa dans le Guépart le film de Luchino Visconti

Le journaliste saoudien, Jamel Kashoggi, bien en cours pendant toute sa carrière jusqu'en 2017, décide de quitter l'Arabie saoudite et de dénoncer le régime saoudien au nom de la liberté. Situation qui n'a pas gêné quand il était au pays.

29-10-2018 arretsurinfo.ch 5 min #147599

L'affaire Khashoggi ou le millefeuille du moment

Par Antoine Charpentier

Publié le 28 Octobre 2018 sur  Arretsurinfo.ch

Depuis quasiment un mois le monde entier est occupé par la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi au consulat de son pays à Istanbul. Cette disparition culmine l'actualité du moment au détriment des dossiers brûlants et très inquiétants tels que la guerre et la famine au Yémen.

28-10-2018 entelekheia.fr 11 min #147572

Le sommet d'Istanbul et les ramifications de l'affaire Khashoggi

Par Pepe Escobar
Paru sur  Asia Times sous le titre Summit in Istanbul as ramifications of the Khashoggi debacle roll on

Le sommet Russie-Turquie-Allemagne-France à Istanbul d’hier (27 octobre) est un événement extraordinaire. Le Kremlin a déployé une stratégie bien pensée en minimisant le sommet comme simple « comparaison de notes », et en ne parlant pas de percée.

27-10-2018 lesakerfrancophone.fr 2 min #147551

Mais la torture et la décapitation ont toujours été acceptables

Le gouvernement saoudien n'a aucune idée de ce qui ne va pas avec le meurtre de Khashoggi.

Le 23 octobre 2018 - Source  The Postillon

Riyad - Le gouvernement de l'Arabie saoudite est perplexe devant l'indignation internationale face au meurtre brutal du journaliste Jamal Khashoggi. Le Royaume ne semble pas comprendre pourquoi la torture et la décapitation sont soudainement un problème pour ses alliés occidentaux.

27-10-2018 lesakerfrancophone.fr 11 min #147531

L'affaire Khashoggi. Un accord a été trouvé mais tiendra-t-il ?

Par  Moon of Alabama - Le 25 octobre 2018

Un accord préliminaire a été conclu entre le président turc Erdogan et le clan des al-Saud en Arabie saoudite. Le cas de Jamal Khashoggi, tué à Istanbul par les gardes du corps du prince héritier saoudien Mohammad bin Salman, va, pour l'instant, être clos.

27-10-2018 mondialisation.ca 15 min #147523

Au sujet de politiciens qui sont les amis de criminels au pouvoir.

« Malheureusement, l'idée d'un autocrate bienveillant, le dictateur juste, est en train de renaître dans le monde arabe. »

Jamal Khashoggi (1958-2018), journaliste saoudien, résident permanent des États-Unis et chroniqueur du Washington Post Global Opinions, assassiné par le gouvernement saoudien de Mohammed bin Salmane (1985-), à Istanbul, en Turquie, le mardi, 2 octobre 2018.

25-10-2018 arretsurinfo.ch 8 min #147466

Assassinat de khashoggi : Le pire est à venir

Par George Galloway

Paru le 23 Oct, 2018 sur  RT

Traduction :  Dominique Muselet

La nouvelle* que des « parties défigurées du visage et du corps » de Khashoggi auraient été retrouvées dans le jardin du consulat saoudien à Istanbul, sonne la fin de la récréation pour les collaborateurs occidentaux de la dictature tyrannique arabe.

25-10-2018 lesakerfrancophone.fr 6 min #147447

Caligula : comment va-t-il tomber ?

Par Moon of Alabama - Le 23 octobre 2018

vidéo], sont destinées au public saoudien, qui ne semble pas convaincu. Mais l'acte est aussi une insulte, car le corps de Khashoggi n'a pas été retrouvé et n'est pas enterré.  1

Le regard dit tout

Sahal Khashoggi est l'aîné des quatre enfants de Jamal. Trois d'entre eux vivent aux États-Unis.

25-10-2018 mondialisation.ca 7 min #147438

Le régime saoudien admet que Khashoggi a été tué dans son consulat à Istanbul

Le régime monarchique saoudien a finalement admis vendredi soir que le journaliste dissident saoudien et correspondant du Washington Post, Jamal Khashoggi, avait été tué le 2 octobre dans son consulat à Istanbul, en Turquie. Cette reconnaissance intervient après plus de deux semaines au cours desquelles des responsables saoudiens ont affirmé que Khashoggi avait quitté le consulat indemne et qu'ils ne savaient pas où il se trouvait.

24-10-2018 arretsurinfo.ch 10 min #147424

Il est temps de mettre fin à l'impunité des dictateurs saoudiens

Macron, ici en pleine séance de flagornerie devant le dictateur saoudien, se comporte avant tout en bon commercial pour le compte de l'industrie française d'armements - Photo : Archives

Par Hana Al-Khamri

Paru le 16 octobre 2018 sur  Al-Jazeera

Après le meurtre de Jamal Khashoggi, le monde ne peut plus rester silencieux sur l'Arabie saoudite.

23-10-2018 lesakerfrancophone.fr 16 min #147390

Le drame Khashoggi. Plus d'accord possible. Erdogan veut le départ de Mbs

Par  Moon of Alabama - Le 22 octobre 2018

La saga Khashoggi continue d'influencer la situation politique au Moyen-Orient.

deux fois] d'histoire :

Mohammad bin Salman, le prince héritier saoudien et dirigeant de facto, ne semble pas avoir de bons conseillers médiatiques.

23-10-2018 francais.rt.com 6 min #147376

Erdogan révèle toutes ses informations sur l'affaire Khashoggi

© REUTERS/Umit Bektas

S'exprimant devant le parlement turc après avoir promis de révéler «toute la vérité» sur l'affaire du meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, dans le consulat saoudien à Istanbul, Recep Tayyip Erdogan a livré les informations en sa possession.

Il avait promis de révéler «toute la vérité» ; le 23 octobre devant le Parlement turc, Recep Tayyip Erdogan a affirmé que le meurtre du journaliste saoudien dissident Jamal Khashoggi dans le consulat d'Arabie saoudite à Istanbul, avait été «planifié» plusieurs jours à l'avance.

23-10-2018 multinationales.org 5 min #147369

Affaire Khashoggi : les multinationales se désolidarisent du régime saoudien (mais pas toutes)

Ethique

23 octobre 2018 par  Olivier Petitjean

Suite à la disparition dans des conditions sordides du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, les dirigeants de grandes multinationales nord-américaines et européennes ont annoncé les uns après les autres qu'ils renonçaient à participer au « Davos du désert », le grand Forum économique international organisé par Riyad qui s'ouvre ce mardi 23 octobre.

23-10-2018 reseauinternational.net 8 min #147363

De la légèreté à dépecer un opposant dans un consulat

L’affaire du journaliste Jamal Khashoggi démontre l’incompétence des services de renseignement saoudiens lorsqu’ils sont livrés à eux-mêmes.  Elle démontre également l’impulsivité, la propension à la violence et le manque de maturité stratégique du prince héritier Mohamed Ben Salman ou MBS.

23-10-2018 reseauinternational.net 10 min #147360

Khashoggi-gate

Par Muhammad Sâdeg Husseini

La boule de neige ne cesse de rouler et de grossir, au fur et à mesure que les heures de l’affaire du journaliste Jamal Khashoggi passent, surtout à l’approche des élections de mi-mandat aux États-Unis où elle est utilisée par les Américains à l’instar du célèbre Watergate.

23-10-2018 voltairenet.org 16 min #147344

Le Pacte du Quincy ne protège que le roi d'Arabie, pas son héritier

par Thierry Meyssan

Les Panaméens qui se souviennent de l'arrestation par Washington de son employé, le général Noriega, ne sont pas surpris du sort réservé par Washington au prince héritier saoudien. L'affaire Jamal Khashoggi est l'un des plus petits crimes de MBS, mais ce devrait être son dernier. La famille des Saoud n'est pas protégée par le Pacte du Quincy qui ne s'applique qu'au roi. Les États-Unis devraient récupérer plusieurs milliards de dollars.

 Référencé par :