Syrie : Trump repousse de 4 mois le retrait des forces Us

02-01-2019 24 articles reseauinternational.net 5 min #150273

Le New York Times, citant des responsables américains, a écrit que le président américain Donald Trump avait donné à l’armée environ 4 mois pour retirer 2 000 soldats de Syrie, histoire sans doute d’enrayer les mutineries au sein des troupes US qui, selon certaines sources officieuses, auraient non seulement livré des armes et des équipements classés sensibles aux combattants YPG sans attendre l’avis de leur hiérarchie, mais également déclaré publiquement qu’ils s’opposent à tout retrait même ordonné par Washington.

Selon IRNA, le délai de 4 mois donné aux militaires témoigne d’une volte-face de Trump, qui avait initialement accordé 30 jours pour le retrait de ses forces américaines de Syrie.

Trump a écrit sur sa page personnelle sur Twitter que le retrait de Syrie serait « lent », mais il a fait valoir que « si quelqu’un d’autre, à l’exception de Donald Trump, faisait ce que j’ai fait pour la Syrie, il deviendrait un héros national. Lorsque je suis devenu président, Daech faisait rage en Syrie. Daech est en grande partie détruit. Nous ramenons progressivement nos troupes à la maison tandis que nous continuons à lutter contre Daech. »

Aux dires de deux autorités américaines, lors de son déplacement surprise en Irak la semaine dernière, Trump a déclaré en privé au commandant des forces américaines en Irak et en Syrie, le lieutenant général Paul LaCamera, que l’armée pourrait disposer de plusieurs mois pour mener à bien un retrait sûr et ordonné.

En prolongeant le calendrier du retrait des forces américaines de Syrie, Trump a, selon le New York Times, à la fois tenu sa promesse de mettre fin aux interventions militaires américaines et écouté les avertissements des anciens et actuels dirigeants militaires concernant les dangers que représenterait un retrait américain de Syrie.

Les décideurs militaires disent que le retrait nécessite 120 jours, le temps de décider du sort des équipements.

Les autorités militaires se sont abstenues d’annoncer la date exacte du retrait de Syrie pour des raisons sécuritaires. Les autorités américaines n’excluent pas cependant que Trump pourrait changer d’avis et opter pour un retrait plus rapide.

Lorsque Trump a appelé pour la première fois à un retrait de la Syrie dans un délai de 30 jours, il s’est vu confronté à une ferme réaction, y compris l’opposition de ses alliés politiques, tels que le sénateur Lindsay Graham : « Une telle décision exposerait des alliés comme les Kurdes au risque d’une éventuelle attaque turque. »

Graham a déclaré dimanche après le déjeuner avec Trump qu’il se sentait « beaucoup mieux » au sujet du projet du président.

Le général Joseph Dunford, chef d’état-major de l’armée américaine, a rencontré vendredi à la Maison-Blanche le conseiller à la sécurité nationale américaine, John Bolton, pour obtenir plus de renseignements sur la date et les détails de renseignement sur le retrait.

Bolton doit se rendre dans les prochains jours en Turquie et dans les territoires occupés pour discuter de la Syrie.

Dunford s’est entretenu avec le sénateur Graham après avoir rencontré Bolton. Certains responsables du Pentagone espéraient que Graham pourrait changer l’opinion de Trump, ou du moins le persuader de prolonger le délai pour quitter la Syrie.

Le général Stanley McChrystal, commandant des forces américaines en Afghanistan de 2009 à 2010, a déclaré : « Si vous mettez fin à votre influence, vous serez probablement confrontés à davantage d’instabilité encore et il sera très difficile pour les États-Unis de diriger les développements à leur guise. »

Le secrétaire américain à la Défense, James Matthew, et l’ambassadeur américain auprès de la coalition américaine prétendument anti-Daech, L. Brett McGuire, ont démissionné pour protester contre la décision de Trump de retirer les forces américaines de Syrie.

Selon les médias israéliens, lors d’un appel téléphonique deux jours avant l’annonce de la décision de Trump, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a demandé à ce dernier que le retrait des forces syriennes de Syrie se fasse progressivement, une proposition dont il a l’intention de discuter lors de sa rencontre éventuelle avec le président américain en Suisse.

source: presstv.com

 reseauinternational.net

 Proposer une solution

Articles associés plus récents en premier
18-02-2019 voltairenet.org #152333

Washington souhaite que ses alliés se maintiennent en Syrie

 voltairenet.org

Au cours de la Conférence sur la Sécurité de Munich 2019, le secrétaire US à la Défense, Patrick Shanahan, a réuni les principaux alliés (y compris l'Iraq et la Turquie) et leur a demandé de prendre le relai en Syrie. Il a requis de maintenir 1 500 hommes au Nord-Est du pays assurant qu'une reprise du territoire par Damas ne serait pas un gage de stabilité.

09-02-2019 mondialisation.ca 11 min #151961

Le retrait des Usa de la Syrie et le mythe du «retour» de l'État islamique

Prise au pied de la lettre, la notion voulant que l'occupation de la Syrie par les USA est nécessaire pour empêcher le retour du soi-disant « État islamique » (Daech) dans le territoire syrien ne tient pas la route.

Les régions à l'ouest de l'Euphrate où Daech a déjà été prospère ont été reprises pour de bon par l'armée arabe syrienne et ses alliés russes et iraniens, évidemment sans le moindre soutien des USA, en fait, malgré tous les efforts déployés par Washington pour nuire aux opérations de sécurité de Damas.

06-02-2019 lesakerfrancophone.fr 18 min #151817

Trump dit qu'il va quitter la Syrie alors que le Pentagone continue d'y envoyer des hommes et du matériel.

Par  Moon of Alabama - Le 4 février 2019

Le retrait des États-Unis du nord-est de la Syrie n'a toujours pas lieu. Hier, lors d'un entretien avec le président de la CBS, Trump a de nouveau déclaré que les troupes allaient partir, mais le Pentagone fait tout le contraire de se retirer.

05-02-2019 mondialisation.ca 9 min #151750

Daech ne peut resurgir après le départ des Usa de la Syrie et de l'Irak

La communauté du renseignement des USA soutient que le groupe armé « État islamique » (Daech) reviendra dans les 12 mois suivant tout retrait des USA de la Syrie et sera capable de prendre possession de larges pans du territoire. En 2014, Daech occupait une superficie équivalant à celle de la Grande-Bretagne. Des  analystes prétendent aujourd'hui que Daech sera bientôt en mesure de contrôler la moitié de ce territoire.

05-02-2019 les-crises.fr 5 min #151742

Syrie, le retrait américain : Une affaire de bon sens. Par François Nicoullaud

Source :  François Nicoullaud, 30-12-2018

(écrit le 30 décembre 2018, publié par lemonde.fr le 30 janvier 2019)

Les Français déploraient l'affrontement des superpuissances durant la Guerre froide, mais chaque fois qu'un dégel s'amorçait, se plaignaient de l'émergence d'un condominium. Ils ont ainsi refusé en 1968 d'adhérer au Traité de non-prolifération nucléaire.

21-01-2019 les-crises.fr 11 min #151029

Avec la décision concernant la Syrie, la ligne de la politique étrangère de Trump se fait jour

Source :  Karen DeYoung, 20-12-2018

Par Karen DeYoung
Le 20 décembre

L'annonce soudaine par le président Trump d'un retrait immédiat des troupes américaines en Syrie, ainsi que des signes indiquant qu'il souhaite un désengagement significatif en Afghanistan - des décisions qui vont à l'encontre des avis des plus hauts conseillers, ont modifié la stratégie du gouvernement américain et ont provoqué la démission du secrétaire américain de la défense, ce qui a choqué ses alliés américains et l'ont poussé à se démettre de ses fonctions - sont les preuves le plein avènement de la politique étrangère présidentielle qu'il a toujours affirmé vouloir appliquer.

20-01-2019 reseauinternational.net 9 min #150986

Une fort opportune tuerie de soldats étasuniens

Avec un empressement déplacé, les grands médias se sont emparés du meurtre de quatre soldats étasuniens en Syrie, pour saper le projet de retrait des troupes de Syrie du président Donald Trump.

L’attaque meurtrière, qui aurait été commise par un kamikaze, a eu lieu à Manbij, dans le nord du pays, sur la rive ouest de l’Euphrate. Le groupe terroriste État islamique en aurait revendiqué la paternité, mais il s’attribue systématiquement ce genre de l’exploit, et il s’avère souvent que c’est faux.

19-01-2019 reseauinternational.net 5 min #150963

La France maintient sa présence militaire en Syrie

Le président français Emmanuel Macron s’est de nouveau opposé jeudi à la décision américaine de se retirer de la Syrie, affirmant que les troupes françaises resteraient engagées au Moyen-Orient en 2019.

Le président français a annoncé que le groupe terroriste Daech n’était pas encore complètement vaincu en Syrie et que les troupes françaises resteraient dans le nord du pays.

18-01-2019 lesakerfrancophone.fr 10 min #150941

Une « zone de sécurité » turque dans le nord-est de la Syrie est une mauvaise idée

Par Moon of Alabama -  Le 16 janvier 2019

Le président Trump, veut que les troupes américaines quittent le nord-est de la Syrie. Son conseiller à la sécurité nationale, John Bolton, et le secrétaire d'État Mike Pompeo ont tenté de  saboter ce mouvement.

18-01-2019 lesakerfrancophone.fr 10 min #150940

Ce qu'enseigne la décision de Trump de se retirer de Syrie

Une sage décision accueillie par des calomnies, de l'obstructionnisme, de la pensée impériale et de la russophobie.

Par Stephen F. Cohen - Le 9 janvier 2018 -  The Nation

Le président Trump a tort d'affirmer que les États-Unis ont détruit État islamique dans la grande zone du nord-est syrien qu'il tenait - c'est la Russie et ses alliés qui l'ont fait - mais il a raison de proposer de retirer les 2 000 militaires étasuniens stationnés dans ce pays ravagé par la guerre.

18-01-2019 legrandsoir.info 12 min #150907

Retrait de Syrie et d'Afghanistan : pantalonnade de Trump

Pierre GUERLAIN

Le 19 décembre 2018 le président américain annonçait qu'il retirait les troupes américaines de Syrie. Sa décision qui correspondait à une promesse de campagne devait s'appliquer dans les 30 prochains jours. Il a aussi ajouté qu'il allait retirer 7000 soldats d'Afghanistan. Toute la classe politique américaine ou presque a alors repris son antienne : Trump ne respectait pas les alliés des États-Unis, mettait en danger les Kurdes, ne finissait pas le boulot contre l'État islamique et donnait carte blanche à la Russie et à l'Iran.

18-01-2019 mondialisation.ca 3 min #150903

Trump en Syrie? Retrait ou réingénierie d'un empire en déclin

Samir Saul, professeur d'histoire à l'Université de Montréal, voit les agissements du président des États-Unis en Syrie (dont l'annonce du retrait des troupes)comme une crise interne des États-Unis sur la manière de rétablir la domination américaine du Moyen Orient (et du monde) alors que cet empire connaît un déclin sans précédent.

Il passe en revue le rôle et les int

17-01-2019 mondialisation.ca 8 min #150867

Syrie / Le «cadeau de compensation» vainement espéré par Erdogan

Suite aux déclarations du président Donald Trump expliquant sa décision de retirer ses troupes de Syrie [1] et au coup de fil la concédant à Erdogan par la phrase « La Syrie est entièrement à vous » [2][3], John Bolton, le conseiller américain à la Sécurité nationale, est arrivé dans la région.

Il a rencontré les responsables israéliens avant de lancer ses propres déclarations consistant à prévenir les responsables turcs et le président Erdogan qu'il leur était interdit de toucher aux Kurdes alliés des États-Unis.

14-01-2019 legrandsoir.info 8 min #150744

Le New York Times déplore le désengagement des États-Unis de Syrie alors même qu'il n'y en a aucune trace

12-01-2019 mondialisation.ca 13 min #150704

Le ministre français de l'Europe et des Affaires étrangères Jean-Yves le Drian ou la « respiration démocratique » de la France en Syrie...

Bien qu'il soit trop tôt pour parler de victoire ou de défaite, il est clair que pour le camp otano-arabo-sioniste l'annonce du retrait américain du nord-est de la Syrie est une catastrophe, tandis que pour le camp adverse elle est une victoire.

Une victoire venue s'ajouter à toutes les précédentes niées ou reconnues avec une foule d'arrière-pensées, comme ce fut le cas du, lors de sa conférence de presse en marge de l'Assemblée générale annuelle de l'ONU fin Septembre 2018 (1) :

11-01-2019 francais.rt.com 4 min #150638

Syrie: la coalition dirigée par Washington affirme que son retrait militaire a commencé

© Delil Souleiman Source: AFP

Ce 11 janvier, la coalition internationale qui intervient en Syrie sous l'égide des Etats-Unis a annoncé qu'elle avait entamé le retrait de ses troupes du pays.

La coalition militaire dirigée par les Etats-Unis a annoncé ce 11 janvier que le retrait de ses troupes avait commencé en Syrie.

Lire aussi

Retrait américain de Syrie : au Caire, Mike Pompeo tente de rassurer ses alliés

11-01-2019 2 articles mondialisation.ca 9 min #150612

Tensions en hausse entre les Etats-Unis et la Turquie à propos du plan de retrait des troupes Us de Syrie

La crise à propos du retrait des troupes américaines de Syrie annoncé par le président américain Donald Trump s'est intensifiée mardi après que le président turc Recep Tayyip Erdogan eut refusé de rencontrer une délégation militaire américaine en visite puis dénoncé publiquement les déclarations du conseiller de Trump à la Sécurité nationale, John Bolton, juste avant son départ d'Ankara.

08-01-2019 voltairenet.org 4 min #150513

Métamorphose

par Thierry Meyssan

Nous reprenons ici l'éditorial d'Al-Watan dans lequel Thierry Meyssan présente aux lecteurs syriens le retrait des troupes US de leur pays. Cet article comprend plusieurs informations qui ont été ignorées par les médias occidentaux et éclairent la manière dont la décision a été prise par le président Trump, avec ses alliés saoudiens et qataris, et ses partenaires russes.

Réseau Voltaire | Damas (Syrie) | 8 janvier 2019

08-01-2019 les-crises.fr 8 min #150498

Ne retenez pas votre souffle au sujet du retrait des troupes américaines de Syrie. Par Patrick Lawrence

Source :  Patrick Lawrence, Consortium News, 19-12-2018

19 décembre 2018

Ce serait bien de penser que le président a le dernier mot en politique étrangère comme le veut la constitution américaine. Mais l'annonce trompeuse du retrait des troupes, suivie du tweet vantard de Trump, suggère exactement le contraire, dit Patrick Lawrence.

 Se réfère à :

 Référencé par :