Trump aurait ordonné des frappes sur l'Iran avant de se raviser in extremis

21-06-2019 12 articles francais.rt.com 13 min #158108

© US Air Force Source: AFP

Selon des informations du NY Times, le président américain aurait pensé à frapper l'Iran, en représailles à la perte d'un drone, avant de se rétracter. Cet incident intervient alors que les tensions entre les deux nations ne cessent de s'exacerber.

Le président américain Donald Trump aurait autorisé, dans la nuit du 20 au 21 juin, l'armée américaine à opérer des frappes sur l'Iran, en représailles  à la perte d'un drone américain abattu par la république islamique, avant de se raviser. Les avions étaient dans les airs et les navires en position mais aucun missile n'a été tiré selon un responsable américain sous couvert d'anonymat, cité par le  New York Times.

Lire aussi

Crise dans le Golfe : les maigres preuves de Washington contre Téhéran qui nie toute implication

Après la réunion entre les responsables de la sécurité nationale et des dirigeants du Congrès, révélée par le quotidien, à la Maison Blanche le 20 juin au soir, les responsables diplomatiques et militaires américains s'attendaient à des frappes. Il n'en a rien été. L'un des objectifs était le système de missile sol-air S-125 Neva/Pechora, d'après un responsable du Pentagone cité par  Newsweek, qui, selon les Etats-Unis, serait à l'origine de l'attaque du drone américain, alors que Téhéran affirme de son côté avoir fait usage de son système de défense aérienne «3e Khordad».

Plus tôt dans la journée,  après un tweet menaçant («L'Iran a fait une grosse erreur»), le 45e président des Etats-Unis a semblé vouloir calmer les tensions, rappelant que l'objet volant aurait pu être abattu par un officier iranien «lâche et stupide» et sans l'autorisation du pouvoir central. «Nous n'avions pas d'homme ou de femme dans le drone. Cela aurait fait une très grosse différence», a-t-il déclaré. Il n'a pas donné de précision quant à la réaction américaine, se contentant de répondre : «Vous la verrez.»

Ryan Hill (retweet) 20/06/2019 20:09:21 3576 519  49088/959
Sounds like a Rock Solid Plan!
Q: "How will you respond, Mr. President?"
President Trump: "You'll find out”

Bataille communicationnelle

Les deux parties se renvoient mutuellement la responsabilité de l'incident. Le commandement central américain a publié une carte suggérant que l'engin volant aurait été abattu dans les eaux internationales au-dessus du détroit d'Ormuz.

The ISR Flight path and grid plots for the RQ-4A shot down by Iran in the Strait of Hormuz. “This was an unprovoked attack on a U.S. surveillance asset that had not violated Iranian airspace at any time …” – Lt Gen Joseph Guastella, @USAFCENT

Le ministre des Affaires étrangères iranien,  Javad Zarid, a lui déclaré, coordonnées à l'appui, que l'Iran avait retrouvé des «parties du drone militaire américain dans [ses] eaux territoriales». Il a précisé que le drone avait décollé des Emirats arabes unis.

Javad Zarif (retweet) 20/06/2019 20:20:29 5429 2373  1176531/9
At 00:14 US drone took off from UAE in stealth mode & violated Iranian airspace. It was targeted at 04:05 at the coordinates (25°59'43"N 57°02'25"E) near Kouh-e Mobarak.
We've retrieved sections of the US military drone in OUR territorial waters where it was shot down.

Dans la nuit du 20 au 21 juin, l'adjoint du ministre, Abbas Araghchi a «protesté énergiquement» par téléphone auprès de l'ambassadeur de Suisse à Téhéran, qui représente les intérêts américains, lui certifiant qu'il «avait des preuves irréfutables de ce que le drone avait violé l'espace aérien iranien».

L'administration est engagée dans ce que j'appelle des réponses mesurées.

Durant la soirée du 20 juin, les démocrates élus au Congrès ont exhorté Donald Trump a travaillé avec ses alliés. Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre des représentants, a assuré que le gouvernement devrait «faire tout ce qui est en son pouvoir pour désamorcer [la crise]». De son côté, Chuck Schumer, chef de file du parti démocrate au Sénat, s'inquiétait que l'administration Trump puisse «sombrer dans une guerre». Il a expliqué avoir rencontré le président lors d'un briefing à huis clos et lui avoir fait savoir qu'il devait s'orienter vers «un débat ouvert et robuste» auquel le Congrès devrait participer. Le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a semblé satisfait des réponses de Donald Trump. «L'administration est engagée dans ce que j'appelle des réponses mesurées», a-t-il indiqué.

Survols aériens interdits

Washington a par ailleurs interdit, à compter du 20 juin au soir, aux compagnies aériennes américaines le survol de l'espace aérien contrôlé par l'Iran au-dessus du détroit d'Ormuz et du Golfe d'Oman «jusqu'à nouvel ordre». Ces restrictions s'expliquent, d'après l'Administration aéronautique fédérale américaine, par «une augmentation des activités militaires et de la tension politique croissante dans la région, qui représentent un risque pour les opérations de l'aviation civile américaine» doublée d'un risque «d'erreur de calcul ou d'identification».

Pour Vladimir Poutine, un recours à la force des Etats-Unis contre l'Iran serait «une catastrophe»

Plus tard dans la nuit, United Airlines a suspendu ses vols entre l'aéroport de Newark (New York) et Bombay (Inde). «Compte tenu de l'actualité en Iran, nous avons procédé à un examen approfondi de la sécurité de notre service en Inde via l'espace aérien iranien et avons décidé de suspendre notre service», a annoncé la compagnie aérienne sur son site.

L'agence de sécurité OPS Group, qui fournit les consignes de sécurité aux opérateurs aériens, a révélé des données de suivi des vols montrant que des avions commerciaux volaient à proximité du drone lorsqu'il a été abattu.  «La menace d'un tir d'avion civil dans le sud de l'Iran est réelle», a annoncé la société basée à Gand en Belgique.

La région est depuis plus d'un mois le théâtre d' une escalade des tensions entre Téhéran et Wahsington, à la suite  du retrait américain de l'accord international sur le nucléaire iranien et du durcissement des sanctions à l'encontre de l'Iran. Les Etats-Unis ont récemment procédé à  de nombreux déploiements militaires au Moyen-Orient, accusant la République islamique de  préparer des «attaques imminentes» contre les intérêts américains.

Alexis Le Meur

 Lire aussi : «Nous n'avons pas oublié les flacons de poudre» : Moscou ironise sur les accusations visant l'Iran

 francais.rt.com

 Commenter
newsnet 19/06/21 11:44

la stratégie de la division entre nations alliées est déjouée d'avance si on la connaît, par simple habitude


Articles associés plus récents en premier
08-07-2019 reseauinternational.net 8 min #158859

Surprenante suspension de l'attaque de l'Iran par les Etats-Unis

La suspension in extremis de l'agression de l'Iran par les Etats-Unis, jeudi 20 juin, soulève un certain nombre de questions quant à la stabilité de la paix dans le monde, mais aussi au renversement de rapports de force.

En juin il était évident que les Etats-Unis cherchaient des soutiens pour attaquer l'Iran. Les grossières accusations envers l'Iran pour les attaques contre des pétroliers dans le golfe d'Oman les 12 mai et 13 juin n'ayant pas suffi à convaincre les pays européens qui refusent de laisser tomber eux aussi l'Accord de Vienne, une encore plus grossière tentative a eu lieu au moyen d'un vidéogramme ridicule d'imprécision, qu'aucun pays sérieux n'aurait osé présenter comme « preuve », recevable en droit international, d'un casus belli prétendument commis par son ennemi.

03-07-2019 25 articles les-crises.fr 32 min #158644

Une guerre avec l'Iran se profile-t-elle à l'horizon ?

Source :  Consortium News, Bob Dreyfuss,

En dépit des tensions croissantes entre l'administration Trump et le Venezuela et même avec la Corée du Nord, selon Bob Dreyfuss pour TomDispatch, l'Iran est le théâtre de guerre le plus probable pour une prochaine offensive de Washington.

L'administration Trump est suffisamment irresponsable pour transformer la guerre froide avec l'Iran en une guerre à chaud.

30-06-2019 elcorreo.eu.org 9 min #158520

Union Européenne : y a-t-il quelqu'un ?

Tandis que les États-Unis flirtent avec une nouvelle guerre dans le Golf, l'Union Européenne n'est ni là, ni attendue.

Nous ne savons pas si la  guerre de Bolton contre l'Iran verra le jour, mais ce que nous savons c'est que l'UE « ne sait pas, ne répond pas ». Chaque crise internationale nous rappelle l'inefficacité du club européen : l'UE elle n'y est pas, ni on l'attend, et quand elle y est, c'est presque pire parce que, active ou passive, elle se met du côté de ceux qui lancent les bombes et qui sont engagés à incendier notre planète surchauffée dans un chapelet de pétards final.

30-06-2019 reseauinternational.net 8 min #158503

Poutine : une guerre contre l'Iran serait une catastrophe aux conséquences incalculables

Reportage de la chaîne nationale russe Rossiya 1, le 23 juin 2019. L'intervention de Poutine date du 20 juin.

 Poutine : une guerre contre l'Iran serait une catastrophe aux conséquences incalculables

Transcription :

Présentateur : Cette semaine, les États-Unis ont continué à provoquer l'Iran, mettant les nerfs du monde entier à rude épreuve. Jeudi [20 juin], la défense anti-aérienne iranienne a abattu un drone de reconnaissance américain dans le sud du pays, à l'entrée du Golfe persique.

28-06-2019 lesakerfrancophone.fr 10 min #158425

Trump affirme qu'il a annulé une frappe aérienne contre l'Iran à la toute dernière minute

Par The Saker - Le 21 juin 2019 - Source  thesaker.is

La première chose à dire ici est que nous n'avons aucun moyen de savoir ce qui s'est réellement passé. À tout le moins, il y a deux hypothèses possibles qui pourraient expliquer l'événement :

28-06-2019 les-crises.fr 12 min #158409

Dix minutes avant la guerre. Par Joe Lauria

Source :  Consortium News, Joe Lauria, 21-06-2019

Le 21 juin 2019

Jeudi soir, à seulement 10 minutes de la fin du compte à rebours, Donald Trump a renoncé à déclencher une guerre potentiellement désastreuse dans le golfe Persique, et pour Joe Lauria, les faucons extrémistes dont il s'est entouré reviendront probablement à la charge.

25-06-2019 mondialisation.ca 8 min #158267

Les frappes avortées de Trump sur l'Iran: à dix minutes de la Troisième Guerre mondiale

Les événements confus et profondément dangereux de jeudi soir entourant l'ordre de l'administration Trump de bombarder l'Iran, pour ensuite annuler cette décision, montrent à quel point le monde est proche d'une nouvelle guerre catastrophique qui pourrait finalement menacer la planète entière.

Selon le propre récit de Trump, il a annulé le bombardement des installations de missiles et de radars iraniens seulement 10 minutes avant que les missiles de croisière américains Tomahawk ne soient lancés.

25-06-2019 wsws.org 7 min #158252

On a frôlé le désastre: les leçons à tirer de la confrontation avec l'Iran

Par Andre Damon
25 juin 2019

Jeudi soir, l'armée américaine était à dix minutes de lancer une série de frappes aériennes sur l'Iran. Une telle attaque risquerait de déclencher une nouvelle guerre massive qui entraînerait la mort de centaines de milliers de personnes.

On a annulé frappes au dernier moment, sur fond de profondes divisions à la Maison-Blanche et au Pentagone sur les conséquences militaires, diplomatiques et politiques de ce qui aurait probablement été l'action la plus téméraire de la présidence Trump.

25-06-2019 reseauinternational.net 9 min #158235

Comment l'Iran a décidé d'abattre un drone des Etats-Unis et évité de justesse la guerre en épargnant un autre de leurs appareils

par Elijah J. Magnier: @ejmalrai

L'Iran a évité de justesse une guerre totale au Moyen-Orient grâce à la décision du commandement central et du contrôle opérationnel de son armée et du Corps des Gardiens de la révolution iraniens (Pasdaran) de ne pas abattre un avion de guerre de renseignement, de surveillance et anti-sous-marin, de type P-8 Poséidon, de la marine américaine.

Il y avait 38 membres d'équipage à bord de l'avion P-8, au lieu des 9 habituels.

24-06-2019 reseauinternational.net 5 min #158191

L'Iran n'a plus besoin de fermer le détroit d'Hormuz

Le président d'une Amérique qui a tué des millions de civils en Irak, en Afghanistan, en Syrie, en Libye et au Vietnam, dit se sentir responsable de la vie de 150 Iraniens qui auraient pu être tués dans une attaque de représailles des États-Unis. Est-ce crédible ?

Abdel Bari Atwan, rédacteur en chef du quotidien Rai al-Youm, a écrit, ce dimanche 23 juin, dans l'éditorial du journal, que les États-Unis avaient déjà perdu le premier round du combat face à l'Iran et le Front de la Résistance qu'il dirige.

24-06-2019 wsws.org 7 min #158183

Les frappes avortées de Trump sur l'Iran: à dix minutes de la Troisième Guerre mondiale

Par Bill Van Auken
24 juin 2019

Les événements confus et profondément dangereux de jeudi soir entourant l'ordre de l'administration Trump de bombarder l'Iran, pour ensuite annuler cette décision, montrent à quel point le monde est proche d'une nouvelle guerre catastrophique qui pourrait finalement menacer la planète entière.

Selon le propre récit de Trump, il a annulé le bombardement des installations de missiles et de radars iraniens seulement 10 minutes avant que les missiles de croisière américains Tomahawk ne soient lancés.

 Référencé par : 2 articles