La vie ou la mort gouvernent-elles l'univers ? Partie 1 : Le culte d'Aristote émerge

🇬🇧 1

Matthew Ehret

La société humaine est-elle vouée à l'anéantissement ou avons-nous été créés pour quelque chose de mieux?

La société humaine est-elle destinée à s'anéantir ou avons-nous été créés pour quelque chose de meilleur ?

Il est certain que si l'on écoute l'évangile transhumaniste des chefs de culte pseudo-religieux modernes comme Yuval Noah Harari du WEF, Ray Kurzweil de Google ou l'éternel athée spirituel Sam Harris, on pourrait croire que le programme informatique sans âme qu'est la machine humaine n'est qu'un ordinateur piratable dont le code sera craqué d'un jour à l'autre. L'univers décrit par ces grands prêtres de l'athéisme, qui prétendent connaître le début, la fin et les extrêmes de chaque chose, est un système fermé qui s'achemine vers une prétendue mort thermique qui, nous dit-on, enveloppera inévitablement tout de sa main froide et insignifiante dans un grand gémissement nihiliste.

Mais cette projection nihiliste est-elle vraie ?

Elle semble en tout cas fondée sur des siècles, voire des millénaires, de pensée scientifique qui nous a conduits inexorablement vers ces sombres conclusions. Alors, comment faire pour essayer de nous prouver qu'il n'y a pas un plus gros morceau de l'histoire qui est laissé de côté par des forces qui préféreraient que le nihilisme soit la seule conclusion à laquelle nous puissions arriver.

Explorons cette question un peu plus en détail.

La société maître-esclave d'Aristote

Tout au long de l'histoire, une dispute a fait rage entre deux paradigmes opposés, chacun tentant d'insuffler des significations très différentes à des concepts fondamentaux comme la "nature humaine", la "loi", la "liberté", la "justice" et "Dieu".

Alors qu'un paradigme a eu tendance à considérer l'univers comme un processus vivant animé par une croissance créatrice et un Créateur aimant à l'image duquel l'humanité a été créée, l'autre paradigme a eu tendance à aborder les choses de manière quelque peu différente.

Si la pensée scientifique est reléguée au seul domaine matériel, alors des concepts transcendantaux tels que l'"âme", la "vérité", la "causalité", le "dessein" et l'"intention" n'ont que très peu de valeur au-delà des désirs utilitaires qu'une élite souhaite insuffler à ces mots à un moment donné dans le temps et l'espace.

Une telle idée arbitraire de la "liberté" et de la "vérité" a été démontrée par le philosophe grec antique Aristote, qui affirmait que la nature humaine était destinée à jamais à être contrôlée par une classe de maîtres constituée d'élites présidant à une classe d'esclaves.

Dans sa Politique (partie V), Aristote expose explicitement ce point de vue avec la sophistication d'un péquenaud raciste, expliquant que puisqu'il est évident que sa société particulière a adopté l'esclavage, il est évident que l'esclavage est intégré dans le tissu même de l'univers. Vous pensez que j'exagère ? Demandez à Aristote, qui a dit :

"Y a-t-il quelqu'un destiné par la nature à être esclave, et pour qui cette condition est opportune et juste, ou bien tout esclavage n'est-il pas une violation de la nature ? Il n'y a aucune difficulté à répondre à cette question, tant par la raison que par les faits. Car le fait que les uns dominent et que les autres soient dominés est une chose non seulement nécessaire, mais opportune ; dès l'heure de leur naissance, les uns sont destinés à être soumis, les autres à être dominés".

Contrairement à l'aîné Platon qui recherchait toujours le principe unificateur derrière toutes les définitions, le monde d'Aristote est beaucoup plus fragmenté. Après avoir établi sa dichotomie maître-esclave comme une vérité évidente que seuls les imbéciles remettraient en question, Aristote poursuit en expliquant qu'il existe autant de définitions divergentes de la "vertu" et de la "justice" qu'il y a de statuts dans la société. En effet, la vertu d'un esclave ne pourra jamais être équivalente à la vertu d'un maître, et la justice d'un tyran ne pourra jamais être la même que celle d'un sujet.

Bien que les faiseurs de mythes aient entretenu pendant des siècles un mensonge qui affirme, sans aucune preuve authentique, qu'Aristote n'a fait qu'"avancer" les idées de Platon, toute lecture honnête des œuvres des deux hommes démontre deux paradigmes irréconciliables. Plus que de simples divergences de vues sur les définitions, les manières de penser la pensée elle-même sont mutuellement incompatibles (1).

L'ardoise vierge et le Dieu impuissant d'Aristote 

Alors que Platon démontre la supériorité des pouvoirs mentaux d'un jeune esclave sans éducation par rapport à la reproduction génétique supérieure de l'oligarque Ménon (2), Aristote défend l'idée que l'esclavage est immuable. La preuve de Platon exposée dans le Ménon, le Phédon, le Gorgias et le Philèbe repose sur l'existence démontrable d'une âme immortelle qui doit exister pour que la découverte d'universaux dans la nature soit possible.

Aristote, en revanche, affirme tout au long de ses écrits qu'il n'est pas nécessaire de supposer l'existence d'une telle âme préexistante dotée d'un caractère immortel puisque nous ne sommes tous que des ardoises vierges sur lesquelles viennent s'inscrire des expériences matérielles.

Dans son De Anima, Aristote déclare : "Quand nous avons dit que l'esprit est en un sens potentiellement tout ce qui est pensable, bien qu'en réalité il ne soit rien tant qu'il n'a pas pensé ? Ce qu'il pense doit être en lui tout comme on peut dire que des caractères sont sur une table d'écriture sur laquelle rien n'est encore écrit : c'est exactement ce qui se passe avec l'esprit".

Si l'esprit est lié aux impressions provoquées par les seuls sens, sans que rien d'inné ou d'immortel ne préexiste chez l'enfant, alors la "vérité" se réduit à nouveau au relativisme. Il doit en être ainsi car rien d'universel ou d'éternel ne peut être connu par les sens finis et limités. Car nous pouvons voir un ou plusieurs humains, mais nous ne pouvons pas voir l'humanité, qui reste une idée abstraite dépourvue de toute signification de principe dans cette vision du monde.

Étendant son utilitarisme sans vie au-delà des considérations sur la simple humanité, Aristote postule que l'univers lui-même est 1) statique, 2) éternel et 3) incréatif. Ces vastes généralisations éliminent le besoin de penser à un Dieu créateur comme ayant un rôle significatif à jouer dans quoi que ce soit.

L'École d'Athènes de Raphaël Sanzio est illustrée par Platon en mouvement, pointant vers le domaine supérieur des idées tout en tenant son Timée, en contraste avec le paradigme opposé d'Aristote, immobile dans sa position, la paume vers le domaine terrestre, tenant dans son autre main son Éthique à Nicomaque.

Cependant, comme Aristote croyait également en des forces qu'il supposait "divines" (peut-être pour ne pas être accusé d'athéisme ou d'impiété), Aristote a postulé l'existence de "déménageurs" qui, selon lui, étaient des êtres parfaits n'ayant aucun pouvoir d'agir sur la création matérielle ou de la comprendre. Malgré l'absurdité de l'impuissance ultime de la divinité d'Aristote, très peu de penseurs se sont penchés sur cette absurdité. (3)

En utilisant ses infâmes règles de logique syllogistique qui sont aussi le fondement de tout codage informatique, Aristote a conclu que puisque A) le Créateur est parfait dans sa stase immuable, il s'ensuit que B) moins les choses changent, que C) plus elles sont en harmonie avec Dieu.

De cette séquence logique, il faut conclure qu'un rocher sans vie était plus parfait que les organismes de la biosphère qui provoquent des taux de changement beaucoup plus importants que la matière non vivante. Pendant ce temps, rien ne change plus que l'espèce humaine en raison des actes de progrès scientifique, ce qui doit signifier que nous étions les plus imparfaits et les plus éloignés de Dieu de toute la création.

Si seulement une sage élite pouvait reprogrammer l'humanité pour qu'elle abandonne sa tendance maladroite à sortir de sa médiocrité féodale par des actes de découvertes créatives, alors peut-être pourrions-nous être remodelés pour être immuables, obéissants et donc "bons".

Au fil des siècles, cette vision du monde a évolué dans sa forme, mais ses hypothèses de base sont restées inchangées.

Kepler bannit Aristote de la chrétienté

Il est remarquable que le tour de passe-passe aristotélicien qui a mis Platon à l'envers ait été exposé par le grand astrophysicien pythagoricien Johannes Kepler (1571-1630) dans son opus de 1619 Harmonice Mundi (Harmonies du monde). Kepler avait passé des décennies à prouver que l'hypothèse platonicienne et pythagoricienne de l'Harmonie des planètes, telle qu'elle est exposée dans le dialogue du Temps, était en fait vraie. (4)

Dans ce livre de 1619, il en apporte la preuve et montre comment il est arrivé à sa troisième loi (dite loi harmonique) du mouvement des planètes.

Reviving the Lost Art of Pythagorean Thinking

Dans la section 4 de ce travail, Kepler écrit à propos d'Aristote :

"Là où il [Aristote] tire une conclusion universelle, et condamne Platon de la stupidité qui est sa propre fantaisie, et enfin là où à l'image platonicienne de l'esclave "autodidacte" il oppose une image contraire de la sienne, affirmant que l'esprit en soi est vide non seulement d'autres connaissances et de catégories mathématiques, mais aussi d'espèces, et n'est qu'une feuille blanche, de sorte que rien n'est écrit dessus.. mais tout peut être écrit dessus ; sous cet aspect, je dis qu'il ne doit pas être toléré dans la religion chrétienne"

Dans la deuxième partie de cette série, nous explorerons la renaissance d'Aristote à l'époque de la post-Renaissance sous un manteau modifié. Nous examinerons certaines des principales batailles qui ont été menées entre les penseurs képlériens, menés par Gottfried Leibniz, en opposition aux principaux héritiers d'Aristote, John Locke et Isaac Newton, qui ont tenté de faire rentrer Dieu et sa création dans une cage de formalisme mathématique et de perception des sens.

 strategic-culture.org

 Commenter
admin [Commentaire] 2022-11-08 #12705
utilisant ses infâmes règles de logique syllogistique

bonne remarque

Au fil des siècles, cette vision du monde a évolué dans sa forme, mais ses hypothèses de base sont restées inchangées.

c'est incroyable d'ailleurs,
comme la pensée de Socrate a été confiée à Platon avec une usure, et de même à Aristote qui n'était, comme le dit Ehret, qu'un simple pauvre type. Et de là naquit l'humanité, lol

De cette séquence logique, il faut conclure qu'un rocher sans vie était plus parfait que les organismes de la biosphère

il y a de l'idée,
il manque des nuances assez rudement flagrantes quand même

Tout est dans la logique.

Le truc, l'idée du but de l'univers, commence avec le constat du fait que la vie n'est pas entropique comme "le caillou", ou tout ce qui devient du sable, puis de la poussière puis de l'espace sans temps.

Afficher la suite  2 min

Articles enfants plus récents en premier
1 occurrence 12/11/2022 strategic-culture.org  17 min #218902

 La vie ou la mort gouvernent-elles l'univers ? Partie 1 : Le culte d'Aristote émerge

La vie ou la mort gouverne-t-elle l'univers ? Partie 5 : Résistance créative à l'église de l'entropie

🇬🇧

Matthew Ehret

Dans ce dernier volet de sa série, Matthew Ehret donne le dernier mot à plusieurs scientifiques de premier plan qui ont pris position dans notre époque moderne contre la montée du culte des ténèbres.

Dans  notre dernier volet de cette série, nous avons exploré l'évolution d'une mauvaise idée connue sous le nom d'eugénisme tout au long du 20th siècle après sa transformation en un nouveau vêtement après la Seconde Guerre mondiale qui s'est appelé "transhumanisme".

1 occurrence 10/11/2022 strategic-culture.org  14 min #218781

 La vie ou la mort gouvernent-elles l'univers ? Partie 1 : Le culte d'Aristote émerge

La vie ou la mort gouverne-t-elle l'univers ? Partie 4 : Bertrand Russell, prêtre nihiliste de l'entropie et les racines du transhumanisme

🇬🇧

Matthew Ehret

Que nous examinions la croissance de l'eugénisme ou même celle de l'écologisme moderne et du transhumanisme à partir de la cybernétique, les graines de la cosmologie oligarchique d'Aristote peuvent être ressenties viscéralement.

Dans   troisième partie de cette série, nous avons été initiés à la croissance du libéralisme moderne et du malthusianisme en tant qu'excroissance des axiomes fondamentaux de base contenus dans les systèmes philosophiques descriptifs de l'homme et de l'univers de Newton et Locke.

1 occurrence 08/11/2022 strategic-culture.org  13 min #218660

 La vie ou la mort gouvernent-elles l'univers ? Partie 1 : Le culte d'Aristote émerge

La vie ou la mort gouvernent-elles l'univers ? Partie 3 - Les racines newtoniennes du désordre mondial libéral d'aujourd'hui

🇬🇧

Matthew Ehret

Tout comme Kepler a attaqué Aristote, et tout comme Leibniz a attaqué à la fois Locke, Aristote, Descartes et Newton pour le crime de nier l'âme immortelle à l'humanité, Carey a également attaqué le système de Malthus et Ricardo pour des raisons similaires.

Ceci est la troisième partie d'une série de cinq articles.  Part one is here et  part two is here.

1 occurrence 05/11/2022 strategic-culture.org  18 min #218659

 La vie ou la mort gouvernent-elles l'univers ? Partie 1 : Le culte d'Aristote émerge

La vie ou la mort : Quelle loi régit l'univers ? Partie 2 : Locke et Newton contre Leibniz

🇬🇧 1

Matthew Ehret

L'idée que l'antirépublicain John Locke a inspiré la fondation des États-Unis est un mythe stratégique qui a empêché des générations d'Américains de comprendre leurs propres racines morales. 

Ceci est la 2nd d'une série de cinq parties. La première partie intitulée "Le culte d'Aristote", qui présente les deux courants opposés de la "pensée occidentale" qui ont conduit Kepler à "bannir Aristote de la chrétienté", peut être consultée ici.

Se réfère à :

1 article