15/05/2024 12 articles reseauinternational.net  3 min #248624

Nouvelle-Calédonie : Émeutes et couvre-feu à Nouméa

par Ümit Dönmez

Un couvre-feu est instauré dans ce territoire français du Pacifique Sud pour contenir des manifestations violentes contre une réforme constitutionnelle.

Des troubles d'une «grande intensité» ont éclaté à Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, suite à l'examen d'une réforme constitutionnelle à Paris, ce qui a conduit à l'instauration d'un couvre-feu par le haut-commissariat de la République. Les manifestations violentes ont débuté lundi, avec des véhicules incendiés et des pillages de magasins, en réponse à une réforme que les indépendantistes jugent défavorable aux intérêts kanaks.

Par voie d'un communiqué, le haut-commissariat de la République en Nouvelle-Calédonie a annoncé que le couvre-feu serait effectif de mardi 18 heures à mercredi 6 heures, et pourrait être prolongé si nécessaire. La mesure vise à rétablir l'ordre après que les manifestations ont pris une tournure violente avec des affrontements entre les forces de l'ordre et les manifestants.

Les émeutes ont été déclenchées par la mobilisation du Front de libération nationale kanak et socialiste (FLNKS), qui s'oppose à une réforme visant à élargir le corps électoral pour les élections provinciales, selon le Huffington Post. «Cette réforme risque de minoriser encore plus le peuple autochtone kanak», a indiqué un porte-parole du FLNKS à la presse française.

En marge des protestations, des violences ont été rapportées avec des incendies volontaires, dont une grande usine d'embouteillage à l'entrée de Nouméa, totalement ravagée par les flammes lundi soir. Les forces de l'ordre ont également fait état de «nombreux blessés» dans leurs rangs et de l'arrestation de 36 manifestants, qui seront présentés à la justice.

Depuis le 4 mai, les indépendantistes ont intensifié leurs actions dans le cadre de l'opération «Dix jours pour Kanaky», rapporte Le Figaro. Le 13 avril, deux manifestations majeures ont rassemblé des milliers de personnes opposées et favorables à la réforme de la Constitution - environ 20 000 de chaque côté, d'après les forces de l'ordre. Cette mobilisation massive, sans précédent depuis quarante ans, s'est déroulée dans un archipel de 270 000 habitants. Cependant, les cortèges sont restés calmes.

Réforme constitutionnelle en Nouvelle-Calédonie

La réforme constitutionnelle, débattue à Paris pour la Nouvelle-Calédonie, propose de modifier les conditions d'accès au vote lors des élections provinciales et s'inscrit dans un climat tendu suite à trois référendums sur l'indépendance, tenus entre 2018 et 2021. Ces scrutins, remportés par les partisans du maintien dans la République française, ont exacerbé les tensions politiques locales. La principale modification envisagée consiste à élargir le corps électoral, une mesure qui suscite de vifs débats entre les différentes factions politiques de l'archipel. Les indépendantistes, majoritairement kanaks, perçoivent cette évolution comme une menace à leur représentativité, craignant d'être «noyés» dans un corps électoral élargi.

D'autre part, les loyalistes, soutenant une appartenance renforcée à la France, revendiquent une ouverture plus large du droit de vote pour garantir l'équité des droits civiques à l'ensemble des résidents de l'archipel. Selon eux, l'accès élargi au vote aux élections provinciales, qui sont les scrutins les plus influents localement, devrait refléter le principe d'égalité républicaine applicable sur le reste du territoire national français.

Les discussions autour de cette réforme constitutionnelle se déroulent dans un contexte où les équilibres politiques sont particulièrement fragiles. L'histoire récente de la Nouvelle-Calédonie, marquée par des accords visant à apaiser les tensions et à trouver un chemin commun entre indépendantistes et loyalistes, montre que toute modification du cadre légal doit être maniée avec prudence.

source :  Agence Anadolu

 reseauinternational.net

 Commenter

Articles enfants plus récents en premier
19/05/2024 reseauinternational.net #248861

Nouvelle-Calédonie : Émeutes et couvre-feu à Nouméa

Troubles en Nouvelle-Calédonie : Macron éclate la France

17/05/2024 reseauinternational.net #248759

Nouvelle-Calédonie : Émeutes et couvre-feu à Nouméa

Les raisons de la révolte kanak en Nouvelle-Calédonie

17/05/2024 legrandsoir.info  16 min #248734

Nouvelle-Calédonie : Émeutes et couvre-feu à Nouméa

Nouvelle-Calédonie : révolte kanak contre le colonialisme français

Divers

Depuis hier une révolte de très haute intensité se déroule en Nouvelle-Calédonie : pillages, destructions d'entreprises, lutte armée contre la police (cocktails molotov, tirs à balles réelles…), mutinerie en prison… Dans n'importe quelle autre région française, cela ferait la une de tous les journaux. Oui mais voilà, la Nouvelle-Calédonie n'est pas n'importe quelle autre région française, c'est une colonie, et à ce titre elle n'intéresse que peu la métropole et il est dur de comprendre ce qu'il s'y passe.

16/05/2024 mondialisation.ca  5 min #248722

Nouvelle-Calédonie : Émeutes et couvre-feu à Nouméa

Nouvelle-Calédonie: le régime hexagonal est un régime colonial

Par Mikhail Gamandiy-Egorov

Les événements actuels en Nouvelle-Calédonie, l'un des «territoires français d'outre-mer», de-facto un territoire qui vit encore sous le colonialisme du régime hexagonal, ne peuvent être dissociés des événements contemporains à l'échelle internationale. A savoir que la mentalité d'arrogance dans le pur esprit colonial et néocolonial ne passe plus face à des personnes déterminées à faire valoir leurs droits, dans un monde multipolaire.

16/05/2024 investigaction.net  11 min #248712

Nouvelle-Calédonie : Émeutes et couvre-feu à Nouméa

Kanaky/nouvelle-Calédonie : la lourde responsabilité du gouvernement français

Histoire coloniale

(AFP)

Les passages en force du gouvernement français en violation de l'esprit des accords passés en 1988 et 1998 sont à l'origine de la situation insurrectionnelle en cours.

Le 14 mai 2024, l'Assemblée nationale a adopté après le Sénat le projet de loi constitutionnelle permettant de faire voter de dégel du corps électoral calédonien, alors que sa composition définie il y avait permis de ramener la paix civile dans l'archipelhttp://newsnet.fr/1.