L'exécutif refuse de changer de cap : il ne prend pas la mesure de l'urgence sociale et écologique

04-12-2018 51 articles france.attac.org 5 min #149173

Depuis plusieurs semaines, un profond sentiment d'injustice s'exprime dans tout le pays à travers le mouvement des « gilets jaunes ». Là où un changement de cap était attendu, l'exécutif ne propose que des suspensions temporaires de mesures impopulaires qui ne résoudront ni la situation des plus fragiles ni n'agiront efficacement face à l'urgence climatique. Là où des décisions fortes et courageuses étaient nécessaires pour réduire les inégalités, améliorer la situation des plus pauvres et plus précaires tout en donnant plus d'ambition à une politique écologique qui en manque cruellement, l'exécutif se limite à reporter toutes les décisions importantes après les élections européennes, comme s'il était possible d'enjamber la situation présente et ignorer la réalité du quotidien de nos concitoyens.

Le refus de donner un coup de pouce au SMIC ou d'augmenter les minima sociaux est une gifle assénée à toutes celles et tous ceux qui n'arrivent pas à boucler les fins de mois. La majorité En Marche a fait de même envers les retraités ce lundi en votant sans sourciller le projet de loi de financement de la sécurité sociale et donc en écartant toute possibilité d'indexer à nouveau les pensions de retraite sur l'inflation. L'exécutif n'a clairement pas pris la mesure de la colère sociale qui s'exprime dans le pays.

Que Bruno Le Maire et Edouard Philippe essaient de réduire la mobilisation des gilets jaunes à une aspiration poujadiste à « moins d'impôts » indique le peu de considération qu'ils peuvent avoir envers ces centaines de milliers de personnes qui se mobilisent contre la politique fiscale inégalitaire, injuste et inefficace du gouvernement. N'ont-ils pas entendu les appels à supprimer les cadeaux fiscaux faits aux plus riches (ISF), aux détenteurs de capitaux (Flat tax) ou aux multinationales (CICE) afin d'améliorer la situation des plus précaires et de financer les services publics toujours plus éloignés des lieux de vie ? Croient-ils que saborder le projet de taxe européenne sur les transactions financières et qu'entériner une taxation des GAFA bien moins ambitieuse que prévue est de nature à "calmer" le sentiment d'injustice fiscale qui parcourt le pays ?

Une telle surdité et une telle intransigeance confinent à la provocation. On ne dirige pas un pays comme on dirige une start-up, où l'on pourrait suspendre une mobilisation sociale d'ampleur avec quelques mesures temporaires et une concertation dont les contours n'ont pas été précisés. Obligé de concéder quelques mesurettes sous la pression des mobilisations en cours, le gouvernement tente d'éteindre un incendie avec des arrosoirs percés : il est peu probable qu'il y parvienne ainsi.

Emmanuel Macron et son gouvernement ne répondent ni à la colère sociale ni à l'urgence climatique. Alors que la COP24 s'est ouverte en Pologne, le gouvernement vient en effet de réduire son ambition en matière de lutte contre les dérèglements climatiques, prévoyant d'augmenter les émissions de CO2 de 6% de plus que les objectifs annoncés sur les cinq prochaines années. Où est donc l'ambition climatique, pourtant assénée régulièrement ces dernières semaines pour justifier une fiscalité carbone inefficace et injuste ? Pourquoi le gouvernement refuse-t-il de basculer les hausses de la taxe carbone sur les sites industriels les plus polluants du pays et qui en sont aujourd'hui largement exonérés [1] ?

Pour Attac, ces politiques injustes socialement et écologiquement doivent être combattues avec la même détermination. Face à l'intransigeance d'Emmanuel Macron et de son gouvernement qui refusent de changer de politique, Attac appelle ses sympathisant·e·s, ses adhérent·e·s et ses comités locaux à renforcer les mobilisations actuelles, à faire connaître ses analyses et ses propositions et à être dans la rue massivement le 8 décembre, journée de mobilisation internationale pour la justice climatique et quatrième journée de mobilisation des gilets jaunes.

Notes

[1] Basculer la fiscalité carbone sur les entreprises les plus polluantes et jusqu'ici largement exonérées

 france.attac.org

 Ajouter un commentaire

Articles associés plus récents en premier
18-12-2018 histoireetsociete.wordpress.com 5 min #149780

« tout l'appareil répressif de l'Etat est mobilisé au service du dieu Profit » , par Gérard Mordillat

quand on vous parle des 'casseurs », du vandalisme, et de la baisse des recettes des commerçants, restez bien sur le fond, à ce jour les victimes, les morts et les blessés, y compris des gens défigurés, handicapés, sont tous du même côté, celui des « révoltés ». Quand on vous parle de baisse de recette imaginez que les gens qui se battent n'ont pas de quoi finir le mois, pas de quoi faire des cadeaux...

18-12-2018 legrandsoir.info 6 min #149764

À la jeunesse, cette oubliée

PERSONNE

Vous avez pu noter que la jeunesse de France a été l'une des grandes oubliées lors de l'allocution présidentielle, lors de ce discours enregistré à un « moment historique ». Pour combler ce terrible oubli, voici ma modeste contribution, puisée à la meilleure source, enfin je l'espère. N'oublions pas que la sélection est le principe même de la « start-up nation ».

16-12-2018 francais.rt.com 3 min #149704

Emmanuel Macron renonce à une hausse de son salaire de 64 euros

© REUTERS/Philippe Wojazer

Confronté à une crise sociale et à la mobilisation des Gilets jaunes, depuis plusieurs semaines, l'exécutif a renoncé à une hausse de salaire automatique de 0,4% qui résultait d'une mesure négociée par François Hollande.

Cité par le magazine Capital] le 14 décembre, Matignon a annoncé que le salaire d'Emmanuel Macron resterait de 15 140 euros brut par mois, le 1er janvier 2019.

15-12-2018 dedefensa.org 12 min #149679

Macron, le gauleiter et la « populace jaune »

Les Allemands sont très mécontents de leur gauleiter de l'Élysée... Ainsi pourrait-on résumer, sous forme à peine caricaturale parce que sollicitée par le ton des commentateurs allemands, les réactions du monde financier allemand dont ces commentateurs se font les porte-voix. Ce qui n'est pas passé, c'est la « capitulation » de Macron devant la « populace jaune » (les termes sont ceux d'un article du rédacteur en chef des questions financières Olaf Gersemann du grand quotidien Die Welt, qui a énormément d'antennes dans le monde financier allemand).

14-12-2018 bastamag.net 14 min #149649

En 2019, les cadeaux aux riches et aux entreprises feront peser une lourde menace sur le modèle social français

Les annonces de Macron pour calmer les esprits après un mois de manifestations et de blocages ne changent rien : son « agenda néolibéral » se poursuit. Les plus riches continuent de profiter d'exonérations sans précédents. En 2019, 40 milliards seront versés aux entreprises au titre du « crédit d'impôt compétitivité emploi » et en allègement de cotisations.

14-12-2018 aa.com.tr 2 min #149647

France/gilets jaunes: « Le pays a besoin d'ordre et de calme » (Emmanuel Macron)

AA/Tunis

Le président français, Emmanuel Macron, a déclaré vendredi à Bruxelles que le pays "a besoin de calme, d'ordre et de retrouver un fonctionnement normal".

Le président français s'exprimait en conférence de presse à la fin du sommet européen à Bruxelles, relayée sur le site de l'Elysée.

Macron répondait à la question d'un journaliste sur une éventuelle mobilisation des "Gilets jaunes", demain samedi.

14-12-2018 reseauinternational.net 10 min #149643

Youssef Hindi et le soulèvement des Gilets Jaunes acte Iv. Analyses et commentaires.

[A voir absolument ! Pour ne pas gâcher l’opportunité historique qui se présente, et ne pas laisser se refermer la fenêtre ouverte par les Gilets Jaunes, ou ne pas laisser s’y engouffrer ceux qui savent exploiter ce genre d’évènement, cette vidéo mérite d’être vue par le plus grand nombre.  RI]  

14-12-2018 legrandsoir.info 9 min #149631

Pour une nouvelle nuit du 4 août (ou plus)

Jérôme BASCHET

Ah, ça oui ! Il faut le reconnaître. Il nous a émus, Manu. Il nous a entendus ; il faut dire qu'avec les cotons-tiges grands comme des poutres que les infirmières lui avaient préparés, ça a dû bien lui déboucher les pavillons. Et, vous vous rendez compte, tout ce qu'il a fait depuis qu'il est président, c'était pour nous. Il nous aime tellement ! C'est pour nous qu'il avait augmenté la CSG, réduit les APL, augmenté la taxe carbone, etc.

14-12-2018 legrandsoir.info 4 min #149628

Macron parle, la Révolution citoyenne continue

Jean-Luc MELENCHON

Le président a parlé. Il se trompe d'époque. Il a grondé le pays. Pas un mot pour les victimes tant parmi les manifestants que parmi les forces de sécurité mises en impasse par la politique du pouvoir. Face à l'indignation du peuple devant les inégalités et le refus des uns de contribuer comme les autres, il pense qu'une distribution de monnaie peut calmer l'insurrection citoyenne qui a éclaté.

13-12-2018 tlaxcala-int.org 7 min #149584

France : 40 ans de ténèbres

 Luis Casado

La crise profonde qui secoue la France a une généalogie. Le même qui a mis le néolibéralisme aux commandes, et expulsé les citoyens de la chose publique. La question n'est pas seulement économique : elle est essentiellement politique. Macron a caché cette dimension, l'a ignorée, ne la voit pas ou ne veut pas la voir. Jusqu'où ira la révolte des citoyens ? Une analyse de Luis Casado....

13-12-2018 tlaxcala-int.org 8 min #149583

France : Quarante ans d'iniquité * Après le discours de Macron

 Luis Casado

Ça y est, Jupiter a parlé. Les herméneutes, interprètes de la parole divine, ont un dieu à eux depuis l'Antiquité grecque : Hermès, plus connu dans sa version romaine sous le nom de Mercure, dieu des messagers, des voleurs et des menteurs.

Les grands titres de la presse sont clairs : Macron a répondu aux espoirs des gilets jaunes, ergo, le mouvement doit cesser.

12-12-2018 ruptures-presse.fr 6 min #149522

Intervention télévisée de Macron le 10 décembre : personne n'a écouté la dernière phrase !

Gilets jaunes : Bruxelles est en embuscade, tant sur les concessions budgétaires que sur le prix (libéralisé) de l'énergie.

Face à l'ampleur du mouvement des gilets jaunes, et à la détermination de ceux qui l'animent, Emmanuel Macron a dû reculer. Très insuffisamment, certes, au regard des exigences de pouvoir d'achat, de justice sociale, et de souveraineté populaire - un terme qui revient désormais régulièrement sur les ronds-points.

12-12-2018 reseauinternational.net 2 min #149509

France : guerre psychologique ouverte contre les populations

12 décembre 2018

Parallèlement à l'opération de relations publiques opérée par l'Elysée, notamment à travers le discours de Emmanuel Macron visant à apaiser la tension et gagner du temps, les services de renseignement s'activent pour infiltrer et miner le mouvement protéiforme des Gilets Jaunes par tous les moyens possibles. On évoque l'octroi d'une carte blanche pour les opérations de guerre psychologique visant cette fois les populations françaises sur le territoire français-une première depuis 40 ans ! Donc une lutte sans limites.

12-12-2018 cadtm.org 6 min #149500

Ignominie et duplicité de la novlangue macroniste

(CC - Flickr - Jeanne Menjoulet)

La macronie et ses médias aux ordres montrent depuis trois semaines toute l'étendue de leur ignominie et leur duplicité à l'occasion du mouvement des gilets jaunes. Pour démasquer ces tartuffes, voici quelques éléments de langage, accompagnés de leur signification sous-entendue et en regard la réalité qu'il s'agit de nier.

Novlangue macroniste : « les gilets jaunes ont un sentiment de malaise » 

12-12-2018 legrandsoir.info 3 min #149496

Épargner les riches !

Jose ESPINOSA

Pas de surprises ! Macron l'a jouée fine. Discours en 3 actes. La moitié pour expliquer qu'il nous comprend mais nous rend responsable de la violence.

Pas un mot de compassion sur nos amies écrasées sur les ronds-points, pas un mot sur les humiliations subies par les manifestants et les lycéens. Or c'est la violence d'État qui s'excerce depuis la loi El Khomri en passant par la loi travail (affaire Benalla) et accentuée ces jours-ci.

12-12-2018 legrandsoir.info 5 min #149495

Discours de Macron : entre mesurettes et enfumage

RÉPUBLIQUE SOCIALE

Après près d'un mois de mobilisation des gilets jaunes, Emmanuel Macron s'est enfin décidé à parler. C'était lundi soir, devant plus de 20 millions de français qui attendaient ce que le chef de l'Etat avait à annoncer. Et comme moi ils ne furent pas satisfaits.

Car Emmanuel Macron n'a pas répondu aux attentes, non seulement des gilets jaunes, mais plus généralement des Français qui les soutiennent.

11-12-2018 bastamag.net 7 min #149492

Gilets jaunes : « On sent bien qu'Emmanuel Macron n'est pas dans le même monde que nous »

Comment les gilets jaunes ont-ils réagi à l'intervention du Président de la République ce 10 décembre et aux quelques mesures annoncées ? Basta ! a passé la soirée avec des gilets jaunes normands, à Caen. Pour eux et elles, le rétablissement de l'impôt sur la fortune (ISF) demeure une revendication centrale. « Si des mesures avaient été annoncées avant le début du mouvement, nous n'en serions pas là aujourd'hui », rappellent certains.

11-12-2018 aa.com.tr 3 min #149490

France/gilets jaunes: La gauche dépose une motion de censure contre le gouvernement

Archives

AA/France/Fawzia Azzouz

Les groupes parlementaires français "Gauche Démocrate et Républicaine", "La France insoumise", et "Socialistes et apparentés" ont déposé mardi une motion de censure contre la politique gouvernementale.

"Nous appelons à la censure de la politique gouvernementale dictée par le Président de la République. En toute responsabilité, notre d

11-12-2018 cadtm.org 5 min #149484

Annonces de Macron : un enfumage pour préserver l'injustice fiscale et les cadeaux faits aux riches

Alors que l'ensemble du pays est parcouru d'une puissante aspiration à plus d'égalité sociale et fiscale, Emmanuel Macron s'est enfin exprimé, après trois semaines de silence, mais refuse de changer de cap.

Derrière quelques mesures « sociales » qui cachent un affaiblissement de la protection sociale et le refus d'une augmentation générale des salaires, Emmanuel Macron a surtout confirmé les très importants cadeaux fiscaux faits aux plus riches (ISF, Flat tax, etc), son agenda néolibéral (réformes des retraites, de la fonction publique et de l'assurance chômage) et la poursuite de la baisse des dépenses publiques au détriment de la présence et de la qualité des services publics.

 Se réfère à :

 Référencé par :